Un Mémo divulgué prouve que les États-Unis ont ignoré les morts massives de civils au Yémen pour garantir les ventes d’armes

0

En de rares occasions, les médias grand public mettent à jour une histoire qui démontre avec une clarté stupéfiante comment les grandes décisions de politique étrangère sont réellement prises à Washington, en particulier lorsqu’il s’agit de mener une guerre perpétuelle au Moyen-Orient, souvent sous le prétexte officiel de «protéger les civils».

Un rapport explosif du Wall Street Journal décrit en détail une note de service classifiée qui a fait l’objet d’une fuite et qui montre que le secrétaire d’État Mike Pompeo (ancien directeur de la CIA) a décidé de poursuivre l’implication militaire américaine dans la guerre saoudienne contre le Yémen afin de préserver un accord massif de 2 milliards de dollars en armes avec l’Arabie Saoudite.

Rapport de Human Rights Watch 2016 : L’Arabie saoudite utilise des bombes à fragmentation et des missiles guidés de fabrication américaine au Yémen.

Cela ne devrait pas surprendre ceux qui sont conscients de la politique «pétrole contre armes» qui, depuis des décennies, définit les liens des pays du Golfe avec l’Occident dans l’histoire moderne, mais il est inhabituel que le processus décisionnel soit confirmé à un niveau aussi élevé presque en temps réel.

Le Wall Street Journal résume l’importance de la note de service classifiée, que ses journalistes ont vue dans son intégralité :

«M. Pompeo a rejeté les préoccupations de la plupart des spécialistes du département d’État impliqués dans le débat qui s’inquiétaient de l’augmentation du nombre de victimes civiles au Yémen. Parmi ceux qui s’y sont opposés figurent des spécialistes de la région et des affaires militaires. Il s’est rangé du côté de son équipe des affaires législatives après avoir fait valoir que la suspension de l’aide pourrait compromettre les plans de vente de plus de 120 000 missiles à guidage de précision à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, selon une note confidentielle du département d’État et des personnes au fait de ce débat.»

Le nombre de victimes civiles citées dans le rapport de la WSJ – 16 700 tués ou blessés – se situe à la plus basse extrémité des estimations qui ont été faites au cours des trois dernières années du conflit. Certains journalistes yéménites et des organisations humanitaires régionales ont laissé entendre que le chiffre réel est plus proche de 70 000 morts.

En août, la campagne d’attentats à la bombe de la coalition saoudienne-américaine, largement ignorée par les médias internationaux depuis son lancement en 2015, a été projetée sous les feux des médias américains après qu’un bus rempli d’écoliers eut été frappé par une bombe guidée produite par Lockheed Martin.

L’attaque, qui a tué 40 enfants, a été décrite par la coalition saoudienne – dont les Etats-Unis jouent un rôle central – comme faisant partie des opérations militaires «légitimes» en cours contre les forces pro-Iran Houthi.

L’attentat à la bombe contre un bus scolaire et les attaques antérieures documentées contre des hôpitaux, des funérailles et des résidents civils ont incité un groupe bipartisan de législateurs du Congrès à tenter de mettre fin au soutien américain à la coalition saoudienne/UAE.

La NPR a précédemment décrit le rôle des Etats-Unis au Yémen, tout en faisant des reportages à l’intérieur du pays, comme étant axé sur la fourniture d’informations de ciblage, d’équipement et de ravitaillement en vol à la campagne aérienne saoudienne, qui a été largement critiquée pour être indiscriminée et tuer des civils dans des endroits comme les hôpitaux, funérailles et maisons.

Lorsque, plus tôt ce mois-ci, Pompéo a certifié devant le Congrès que la coalition saoudienne s’employait à réduire les dommages causés aux civils au Yémen – ce que le Congrès a récemment mis en œuvre – était un imposture évidente.

Et maintenant, il y a une preuve écrasante que c’était le cas. Juste avant que Pompéo ne déclare que le soutien américain à la campagne de bombardement de la coalition saoudienne doit se poursuivre, des fonctionnaires du département d’État s’y sont opposés, selon le rapport du Wall Street Journal:

«La plupart des spécialistes militaires et locaux du département d’État ont exhorté M. Pompeo, dans la note de service, à rejeter la certification «en raison de l’absence de progrès dans la réduction du nombre de victimes civiles».
Il s’agissait notamment du Bureau des affaires du Proche-Orient du département d’État, du Bureau des affaires politico-militaires, du Bureau de la démocratie, des droits de l’homme et du travail et du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations. Leur recommandation a également été appuyée par les conseillers juridiques qui ont participé à l’examen de la politique.»

Mais qu’est-ce qui a finalement fait pencher la balance en faveur d’un soutien continu ? Le Wall Street Journal rapporte ce qui suit en se basant sur la note de service qui a fait l’objet d’une fuite et sur le témoignage de fonctionnaires proches de l’affaire.

Le seul groupe qui l’a exhorté à soutenir pleinement la coalition dirigée par l’Arabie saoudite est le Bureau des affaires législatives, qui a fait valoir dans la note que «l’absence de certification aura un impact négatif sur les transferts d’armes en attente».
L’équipe législative du département d’État a déclaré que «le défaut de certification pourrait également avoir un impact négatif sur les futures ventes militaires à l’étranger et les ventes commerciales directes dans la région».

L’approbation officielle de Pompeo de la campagne militaire alliée du Golfe des Etats-Unis a eu lieu la semaine dernière malgré la note de service informant le Congrès que «les récents incidents de pertes civiles indiquent une mise en œuvre insuffisante des réformes et des pratiques de bombardement». Et la note de service précise que «Les enquêtes n’ont pas donné lieu à des mesures de transparence

Ainsi, la vente de 120 000 missiles guidés de précision Raytheon à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis – un accord dont on dit qu’il vaut plus de 2 milliards de dollars – semble être le facteur décisif.

La certification autorisait le Pentagone à continuer d’alimenter en carburant les avions de la coalition et d’autres domaines de partenariat tels que le partage du renseignement. Ironiquement, cela s’est produit mercredi dernier, la même semaine, lorsque les Nations Unies ont publié leur propre déclaration déclarant que la guerre du Yémen était la «pire crise humanitaire du monde»

Source : https://www.zerohedge.com/news/2018-09-20/leaked-memo-shows-us-overlooked-mass-civilian-deaths-yemen-preserve-arms-sales et https://www.wsj.com/articles/top-u-s-diplomat-backed-continuing-support-for-saudi-war-in-yemen-over-objections-of-staff-1537441200

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 5 642 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.