Affaire du meurtre de Khashoggi : l’ONU devrait enquêter sur la responsabilité de Mohammed ben Salmane

1
Un expert des Nations Unies et rapporteur spécial a soumis un rapport de 101 pages appelant le secrétaire général des Nations Unies António Guterres à ouvrir une «enquête pénale» après avoir trouvé «suffisamment de preuves crédibles» que l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi le 2 octobre au consulat saoudien d’Istanbul était sur ordre direct du Prince Mohammed bin Salman (MbS) et d’autres hauts responsables.

 

Agnes Callamard, rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, a décrit dans son rapport que Khashoggi a été «victime d’une exécution délibérée et préméditée, un meurtre extrajudiciaire dont l’Arabie saoudite est responsable en vertu du droit international des droits humains».

Le rapport, qui est l’aboutissement d’une enquête de six mois, a ajouté :

«En effet, cette enquête sur les droits de l’homme a montré qu’il y a suffisamment de preuves crédibles concernant la responsabilité du prince héritier qui exige une enquête plus approfondie», selon le «Financial Times»

Callamard s’est vu accorder un accès rare à un certain nombre d’enregistrements de conversations à l’intérieur du consulat – pendant et autour du meurtre – qui impliquaient le corps de Khashoggi probablement, d’après des rapports antérieurs.

«Les autorités turques disposent sans aucun doute de plus d’informations et de renseignements sur les événements survenus au consulat saoudien qu’elles n’étaient disposées ou capables de partager avec l’enquête», indique le rapport.

Cependant, le nouveau rapport de l’ONU contient des détails plus choquants provenant des enregistrements concernant la manière atroce dont Kashoggi est mort. Selon un résumé de CNN de cette section du rapport :

Selon le rapport – qui cite des preuves fournies par des services de renseignement turcs et autres – après son entrée au consulat, Khashoggi a reçu une injection de sédatif, puis sa tête a été mise dans un sac en plastique et a suffoqué.
Il cite un enregistrement audio provenant de l’intérieur du consulat, dans lequel Khashoggi est entendu dire qu’il sera emmené en Arabie saoudite.
«Nous devrons vous ramener. Il y a un ordre d’Interpol», dit un Saoudien au journaliste, qui répond qu’«il n’y a pas de dossier contre moi» et les avertit que des gens l’attendent devant le consulat.
Les hommes demandent à Khashoggi d’écrire un SMS à son fils et de se disputer sur ce qu’il devrait dire avant qu’une voix ne dise : «Arrête…ça suffit».
«Il y a une serviette ici. Tu vas me donner de la drogue ?» Khashoggi demande.
«Nous allons vous anesthésier», répond un homme.
Une lutte peut alors être entendue, après quoi un homme demande si Khashoggi s’est évanoui.
«Il lève la tête.»
«Continuez à forcer.»
«Poussez ici ; n’enlevez pas votre main ; poussez-la.»
Il a déjà été rapporté qu’après la mort de Khashoggi, son corps a été démembré et retiré du consulat dans des sacs séparés.

En outre, le rapporteur spécial a trouvé des preuves que les scènes de crime ont probablement été «nettoyées en profondeur, même de manière médico-légale», ce qui donne à penser que l’enquête saoudienne n’a pas été menée «de bonne foi et qu’elle peut constituer une entrave à la justice».

Le rapport va jusqu’à recommander des sanctions internationales contre le prince héritier MbS au fur et à mesure que l’enquête finale de l’ONU s’étend, à l’instar de celles déjà prises contre Saud al-Qahtani, un des principaux collaborateurs du MbS, et plus d’une dizaine d’autres par les États-Unis et quelques pays européens.

Le rapport recommandait que «de telles sanctions devraient également inclure le prince héritier et ses biens personnels à l’étranger», à moins qu’il ne soit en mesure de prouver définitivement l’absence de responsabilité dans le meurtre.

MbS a toujours nié tout rôle dans la mort de Khashoggi ; au lieu de cela, Riyad a traduit en justice 11 suspects saoudiens qui faisaient partie de ce que les responsables prétendaient être une «opération non autorisée», une allégation qui a suscité un profond scepticisme chez des alliés saoudiens et les groupes internationaux des droits humains.

Source : https://www.zerohedge.com/news/2019-06-19/un-report-finds-credible-evidence-mbs-ordered-khashoggi-murder-new-audio-content et https://edition.cnn.com/2019/06/19/middleeast/khashoggi-saudi-arabia-report-intl/index.html

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 947 autres abonnés

Partager l'article :

1 Commentaire

  1. Commentaire en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Malgré la grande tentation qui serait, s’il était jugé coupable, que le prince héritier soit à la manière de la charia tellement bien appliquée en Arabie Saoudite, décapité, nous devrions nous abstenir, de même ne pas l’exécuter ni à la manière chinoise, ni à une de celles dont dispose les Etats américains, mais placé dans une prison de haute sécurité et non pas enfermé à vie, ni pour une durée de plusieurs dizaines d’années incompressible, mais juste une peine normale dont bénéficie tous assassins, afin de faire exemple et pour montrer qu’en Europe l’on pense encore, que la sanction doit permettre la réhabilitation.

    Cela serait une très belle occasion à ne pas manquer, afin de faire comprendre à ceux revendiquant la justice de la charia, que nous nous y opposons fermement, par tous les moyens à notre disposition.

    Bien à vous toutes et tous.

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.