L’histoire du clan Bush : La connexion Nazie au service des Jésuites

7

Note ExoPortail : Cet article fait suite à l’annonce de la mort de George Herbert Walker Bush que je vous recommande car il sert de complément et de prélude : L’ancien président George H.W. Bush est mort : Une tête majeure de la Cabale tombe 

Partie 1 : Prescott S. Bush et son fils George Herbert Walker Bush

L’ancêtre de George Walker Bush était Thomas Walker, un marchand d’esclaves britannique. Contrairement à ce qui a été dit la famille Bush n’a jamais été indépendante. Chaque étape de sa carrière dans son ascension s’appuyait sur les puissantes connexions de sa famille.

 

La famille Bush a rejoint l’Establishment occidental relativement récemment, et seulement en tant que serviteurs. Leur richesse et leur influence résultent de leur loyauté envers une autre famille plus puissante et de leur volonté de tout faire pour aller de l’avant.

Pour ce qu’ils ont fait, les ancêtres de Bush auraient dû devenir très célèbres, ou infâmes. Ils sont restés des figures obscures, des managers en coulisses. Mais leurs actions – y compris le rôle de banquier du père de George Herbert Walker Bush pour Adolf Hitler – ont eu des effets tragiques sur la planète entière.

Ce sont ces services aux bienfaiteurs de sa famille qui ont propulsé George Bush au sommet.

Prescott entre en guerre

Le président George Herbert Walker Bush est né en 1924, fils de Prescott S. Bush et de Dorothy Walker Bush.

Nous commencerons l’histoire de George Bush environ dix ans avant sa naissance, à la veille de la Première Guerre mondiale. Nous suivrons la carrière de son père, Prescott Bush, à travers son mariage avec Dorothy Walker, sur le chemin de la fortune et du pouvoir.

Prescott Bush est entré à l’Université de Yale en 1913. Natif de Columbus, Ohio, Prescott avait passé les cinq dernières années avant l’université à l’école préparatoire épiscopale de St. George’s à Newport, Rhode Island.

La première année universitaire de Prescott Bush, en 1913, fut aussi la première année de première année à Yale pour E. Roland (« Bunny ») Harriman, dont le frère aîné (Wm.) Averell Harriman venait de terminer ses études à Yale.

C’est l’Averell Harriman qui est devenu célèbre comme ambassadeur des États-Unis en Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, comme gouverneur de l’État de New York et comme conseiller présidentiel qui a été grandement responsable du déclenchement de la guerre du Vietnam.

Les Harrimans deviendraient les parrains des Bush, pour les élever sur la scène de l’histoire du monde.

Au printemps 1916, Prescott Bush et « Bunny » Harriman ont été choisis pour faire partie d’une société secrète d’élite de Yale, appelée «Skull and Bones».

Ce groupe exceptionnellement morbide, célébrant la mort, a aidé les financiers de Wall Street à trouver des jeunes hommes actifs de « bonne naissance » pour former une sorte d’imitation de l’aristocratie britannique en Amérique.

La Première Guerre mondiale faisait alors rage en Europe. Dans la perspective de l’entrée en guerre des Etats-Unis, deux «Patriarches» de Skull and Bones, Averell Harriman (classe de 1913) et Percy A. Rockefeller (classe de 1900), accordent une attention particulière à celle de Prescott en 1917.

Ils voulaient des cadres fiables pour les aider à jouer au Grand Jeu, dans la nouvelle ère impériale lucrative que la guerre ouvrait pour les oligarques de Londres et de New York.

Prescott Bush, alors un ami proche de « Bunny » Harriman, et plusieurs autres Bonesmen de leur classe de 1917, deviendront plus tard les principaux partenaires de Brown Brothers Harriman, la plus grande banque d’investissement privée du monde.

La Première Guerre mondiale a rapporté d’énormes sommes d’argent au clan des spéculateurs boursiers et des banquiers britanniques qui venaient de prendre le contrôle de l’industrie américaine. Les Harrimans étaient les stars de cette nouvelle élite anglo-américaine.

Le père d’Averell, le courtier en valeurs mobilières E.H. Harriman, avait pris le contrôle de l’Union Pacific Railroad en 1898 avec le crédit arrangé par William Rockefeller, le père de Percy, et par les banquiers privés affiliés britanniques de Kuhn Loeb & Co, Otto Kahn, Jacob Schiff et Felix Warburg.

William Rockefeller, trésorier de Standard Oil et frère du fondateur de Standard, John D. Rockefeller, possédait National City Bank (plus tard nommée « Citibank ») avec James Stillman du Texas.

En échange de leur soutien, E.H. Harriman déposa à la City Bank les vastes recettes de ses lignes de chemin de fer. Lorsqu’il a émis des dizaines de millions de dollars d’actions de chemin de fer «corrompues» (frauduleuses), Harriman a vendu la plupart des actions par l’entremise de la société Kuhn Loeb.

La Première Guerre mondiale a élevé Prescott Bush et son père, Samuel P. Bush, dans les rangs inférieurs de l’establishment occidental.

Alors que la guerre menaçait en 1914, la National City Bank commença à réorganiser l’industrie américaine de l’armement. Percy A. Rockefeller a pris le contrôle direct de la société Remington Arms, nommant son propre homme, Samuel F. Pryor, comme nouveau directeur général de Remington.

Les États-Unis sont entrés dans la Première Guerre mondiale en 1917. Au printemps 1918, le père de Prescott, Samuel P. Bush, devint chef de la section de l’artillerie, des armes légères et des munitions de la Commission des industries de guerre.Le premier ministre Bush prit la responsabilité nationale de l’aide gouvernementale et des relations avec Remington et les autres compagnies d’armement.

Il s’agissait d’une nomination inhabituelle, comme le père de Prescott semble n’avoir aucune expérience en armement. Samuel Bush avait été président de la Buckeye Steel Castings Co. à Columbus, Ohio, fabricant de pièces pour wagons. Toute sa carrière s’était déroulée dans le secteur ferroviaire, où il fournissait de l’équipement aux réseaux ferroviaires appartenant à Wall Street.

Le «War Industries Board» était dirigé par Bernard Baruch, un spéculateur de Wall Street ayant des liens personnels et commerciaux étroits avec le vieux E.H. Harriman. La firme de courtage de Baruch s’était occupée de spéculations Harriman de toutes sortes.

En 1918, Samuel Bush devient directeur de la Division des installations du War Industries Board. Le père de Prescott relevait du président du conseil d’administration, Bernard Baruch, et de son adjoint, Clarence Dillon, banquier privé de Wall Street.

Robert S. Lovett, président de l’Union Pacific Railroad, conseiller juridique en chef d’E.H. Harriman et exécuteur testamentaire, était responsable de la production nationale et des «priorités» d’achat pour le conseil de Baruch.

Avec la mobilisation guerrière menée sous la supervision du «War Industries Board», les consommateurs et les contribuables américains ont fait des fortunes sans précédent pour les producteurs de guerre et certains détenteurs de matières premières et de brevets.

En 1934, les audiences du comité du sénateur américain Gerald Nye attaquèrent les «Marchands de la mort» – des profiteurs de guerre tels que Remington Arms et la société britannique Vickers – dont les vendeurs avaient manipulé de nombreuses nations en guerres, puis fourni les armes pour les combattre à toutes les parties.

Les Remington Arms de Percy Rockefeller et Samuel Pryor ont fourni des mitrailleuses et des pistolets automatiques Colt ; des millions de fusils à la Russie tsariste ; plus de la moitié des munitions pour armes légères utilisées par les alliés anglo-américains pendant la Première Guerre mondiale ; et 69 % des fusils utilisés par les États-Unis dans ce conflit.

La relation de Samuel Bush en temps de guerre avec ces hommes d’affaires se poursuivrait après la guerre et aiderait surtout son fils Prescott dans sa carrière au service des Harrimans.

La plupart des documents et de la correspondance de la section du gouvernement liée aux armes de Samuel Bush ont été brûlés, «pour gagner de la place» dans les Archives nationales. Cette question des documents détruits ou égarés devrait préoccuper les citoyens d’une république constitutionnelle.

Malheureusement, c’est un obstacle assez constant à la recherche sur l’histoire de George Bush : C’est certainement le directeur général américain le plus «secret».

Aujourd’hui, la production d’armes en temps de guerre se fait par nécessité avec de grandes précautions en matière de sécurité. Le public n’a pas besoin de connaître les détails de la vie privée des dirigeants du gouvernement ou de l’industrie concernés, et il est normal et utile qu’il existe une vaste interrelation entre le gouvernement et le personnel du secteur privé.

Mais pendant la période précédant la Première Guerre mondiale et pendant les années de guerre 1914-1917, alors que les États-Unis étaient encore neutres, les financiers interdépendants de Wall Street, soumis à la stratégie britannique, ont exercé de fortes pressions et perverti le gouvernement américain et ses services policiers nationaux.

Dirigés par le groupe J.P. Morgan, l’agent d’achat global de la Grande-Bretagne en Amérique, ces financiers voulaient une guerre mondiale et voulaient que les États-Unis en soient l’allié de la Grande-Bretagne.

Les sociétés d’armement américaines et britanniques, qui appartiennent à ces financiers internationaux, ont déversé des armes à l’étranger dans le cadre d’opérations qui n’étaient soumises à l’examen d’aucun électorat au pays. Les mêmes messieurs, comme nous le verrons plus tard, ont fourni des armes et de l’argent aux nazis d’Hitler.

Adolf Hitler et Prescott Bush

( Même la page Wikipédia de Prescott Bush en parle : https://fr.wikipedia.org/wiki/Prescott_Bush )

La persistance de ce problème aujourd’hui est en partie due au «contrôle» de la documentation et de l’histoire des trafiquants d’armes.

La Première Guerre mondiale a été un désastre pour l’humanité civilisée. Elle a fait des victimes terribles, sans précédent, et a eu des effets dévastateurs sur la philosophie morale des Européens et des Américains.

Mais pendant une courte période, la guerre a plutôt bien servi Prescott Bush.

En juin 1918, au moment où son père prend la responsabilité des relations du gouvernement avec les producteurs d’armes privés, Prescott part en Europe avec l’armée américaine. Son unité ne s’est approchée d’aucun foyer de conflits avant septembre. Mais le 8 août 1918, l’article suivant a fait la une du journal local de Bush :

 

«Le capitaine Bush reçoit de hautes distinctions militaires :

Pour sa vaillance remarquable, lorsque les commandants principaux alliés étaient en danger, l’homme local se voit décerner des Croix françaises, anglaises et américaines.

Des distinctions honorifiques internationales, peut-être sans précédent dans la vie d’un soldat américain, ont été décernées au capitaine Prescott Sheldon Bush, fils de M. et Mme S.P. Bush de Columbus.

Sur le jeune Bush… ont été conférés : Croix de la Légion d’honneur,…. Croix de Victoria,…. Croix du service distingué…….

L’attribution des trois décorations à un homme à la fois implique la reconnaissance d’un acte d’une rare valeur et probablement d’une grande importance militaire également.

D’après ce qui a été dit à Christophe Colomb ces derniers jours, il semble que la réussite du capitaine Bush soit à la hauteur de ces exigences.

L’incident s’est produit sur le front ouest au moment où les Allemands lançaient leur grande offensive du 15 juillet…… L’histoire de la victoire remarquable remportée plus tard par les alliés aurait pu être écrite dans une autre veine, sans l’action héroïque et rapide du capitaine Bush.

Les… trois chefs alliés, le général[Ferdinand] Foch, sir Douglas Haig et le général[John J.] Pershing… faisaient une inspection des positions américaines. Le général Pershing avait fait venir le capitaine Bush pour les guider dans un secteur……

Soudain, le capitaine Bush remarqua qu’un obus venait directement vers eux. Il a crié un avertissement, a soudainement sorti son couteau bolo, l’a relevé comme avec une batte de baseball, et a paré le coup, ce qui a fait que l’obus a détourné un peu vers la droite…

Dans les 24 heures qui suivirent, le jeune Bush fut avisé que les trois commandants alliés l’avaient recommandé pour pratiquement les plus hautes distinctions dans le cadre de leur cadeau…… Le capitaine Bush a 23 ans, diplômé de Yale en 1917. Il était l’un des athlètes les plus connus de Yale… a été chef de file de la chorale club… et dans sa dernière année a été élu à la célèbre Skull and Bones Society…..»

 

 

Le lendemain de la parution de cette histoire étonnante, il y avait un grand dessin animé sur la page éditoriale. Il dépeint Prescott Bush comme un petit garçon, lisant un livre d’histoires sur l’héroïsme militaire et disant : «Je me demande si quelque chose comme ça pourrait vraiment arriver à un garçon.»

Joli compte de fée…

L’enthousiasme local n’a duré que quatre semaines. Puis cette sombre petite boîte est apparue en première page :

«Rédacteur en chef du Journal d’État :

Un télégramme reçu de mon fils, Prescott S. Bush, m’informe qu’il n’a pas été décoré, tel que publié dans les journaux le mois dernier. Il se sent terriblement troublé qu’une lettre, écrite dans un esprit de fantaisie, ait pu être mal interprétée. Il dit qu’il n’est pas un héros et me demande des explications. Je vous remercie de votre gentillesse en publiant cette lettre……

Flora Sheldon Bush.»

 

Prescott Bush a été libéré au milieu de 1919 et est retourné pour une courte période à Columbus, Ohio. Mais son humiliation dans sa ville natale était si intense qu’il ne pouvait plus y vivre.

L’histoire du «héros de guerre» n’est désormais plus racontée en sa présence. Des décennies plus tard, alors qu’il était un sénateur américain riche et important, l’histoire fut racontée à voix basse par les membres du Congrès.

Cherchant à être sauvé de cette horrible situation, le capitaine Bush se rendit à la réunion de 1919 de sa classe de Yale à New Haven, Connecticut. Le patriarche «Skull and Bones» Wallace Simmons, étroitement lié aux fabricants d’armes, a offert à Prescott Bush un emploi dans sa compagnie d’équipement ferroviaire de Saint-Louis. Bush a accepté l’offre et a déménagé à Saint-Louis – et son destin.

 

Un mariage pur-sang

Prescott Bush est allé à Saint-Louis pour reconstruire sa vie perturbée. Au cours de la même année, Averell Harriman s’y rendit pour un projet qui aurait de grandes conséquences pour Prescott. Harriman, 28 ans, qui était jusqu’alors un peu un playboy, voulait mettre son argent et ses contacts hérités dans l’arène des affaires mondiales.

Le président Theodore Roosevelt avait dénoncé le père de Harriman pour «cynisme et corruption profonde» et l’avait qualifié de «citoyen indésirable». Pour qu’Averell, toujours aussi malin, puisse prendre sa place parmi les créateurs et les briseurs de nations, il avait besoin d’une organisation financière et de collecte de renseignements qui lui soit propre. L’homme que Harriman cherchait à créer une telle institution était Bert Walker, un courtier en valeurs mobilières du Missouri.

George Herbert ( » Bert « ) Walker, en l’honneur duquel le président George H.W. Bush a été nommé, n’a pas immédiatement accepté la proposition de Harriman. Walker quitterait-il son petit empire Saint-Louis pour tenter son influence à New York et en Europe ?

Bert était le fils d’un grossiste en produits secs qui avait prospéré grâce aux importations en provenance d’Angleterre. La connexion britannique avait payé les maisons de vacances Walker à Santa Barbara, Californie, et à Maine- « Walker’s Point » à Kennebunkport. Bert Walker avait été envoyé en Angleterre pour son école préparatoire et sa formation universitaire.

En 1919, Bert Walker avait des liens étroits avec la Guaranty Trust Company à New York et avec la maison bancaire anglo-américaine J.P. Morgan and Co. Ces entreprises de Wall Street représentaient tous les propriétaires importants des chemins de fer américains : les partenaires Morgan et leurs associés ou cousins dans les familles Rockefeller, Whitney, Harriman et Vanderbilt, mariées entre elles.

Bert Walker était connu comme le premier arrangeur de transactions du Midwest, attribuant le capital d’investissement de ses contacts bancaires internationaux aux nombreux chemins de fer, services publics et autres industries du Midwest dont lui et ses amis de Saint-Louis étaient dirigeants ou membres du conseil.

Les opérations de Walker ont toujours été silencieuses ou mystérieuses, que ce soit dans les affaires locales ou mondiales. Il avait longtemps été le «pouvoir derrière le trône» au sein du Parti démocratique de Saint-Louis, aux côtés de son ami, l’ancien gouverneur du Missouri David R. Francis. Ensemble, Walker et Francis ont eu suffisamment d’influence pour choisir les candidats du parti.

En 1904, Bert Walker, David Francis, le président de l’Université de Washington, Robert Brookings et leur cercle de banquiers/courtiers avaient organisé une exposition mondiale à St. Louis, la Louisiana Purchase Exposition.

Dans la lignée des anciennes origines familiales de la Southern Confederacy de beaucoup de ces sponsors, la foire présentait un «zoo humain» : des indigènes vivants des régions de la jungle arriérées étaient exposés dans des cages spéciales sous la supervision de l’anthropologue William J. McGee.

Averell Harriman était donc un mécène naturel pour Bert Walker. Bert partageait la passion d’Averell pour l’élevage de chevaux et les courses hippiques, et s’est facilement adapté à la philosophie sociale de la famille Harriman.

Ils croyaient que les chevaux et les écuries de course qu’ils possédaient ouvraient la voie à une amélioration radicale du cheptel humain – il suffisait de sélectionner et d’accoupler des pur-sang, de rejeter ou d’éliminer les animaux de qualité inférieure.

La Première Guerre mondiale avait amené la petite oligarchie de Saint-Louis dans l’administration du président Woodrow Wilson et de ses conseillers, le colonel Edward House et Bernard Baruch, axée sur les Confédérés et les propriétaires d’esclaves.

Robert Brookings, un ami de Walker, est entré au conseil des industries de guerre de Bernard Baruch en tant que directeur de la fixation nationale des prix . David R. Francis est devenu ambassadeur des États-Unis en Russie en 1916. Au début de la Révolution bolchévique, Bert Walker était occupé à nommer des membres du personnel de Francis à Petrograd.

Les premières activités de Walker en relation avec l’État soviétique sont d’un grand intérêt pour les historiens, étant donné le rôle militant qu’il devait y jouer avec Harriman. Mais la vie de Walker est aussi secrète que celle du reste du clan Bush, et les archives publiques qui subsistent sont extrêmement minces.

La conférence de paix de Versailles de 1919 réunit des stratèges impériaux britanniques et leurs amis américains pour conclure des accords mondiaux d’après-guerre.

Pour ses propres aventures internationales, Harriman avait besoin de Bert Walker, spécialiste de la question, qui représentait discrètement bon nombre des dirigeants désignés par les Britanniques de la politique et des finances américaines.

Après deux voyages de persuasion vers l’ouest par Harriman, Walker a finalement accepté de déménager à New York. Mais il gardait la maison d’été de son père à Kennebunkport, Maine.

Bert Walker a officiellement créé la banque privée W.A. Harriman & Co. en novembre 1919. M. Walker est devenu président et chef de la direction de la banque ; Averell Harriman a été président du conseil et copropriétaire majoritaire avec son frère Roland ( » Bunny « ), un ami proche de Prescott Bush de Yale ; et Percy Rockefeller a été administrateur et un commanditaire financier fondateur.

À l’automne 1919, Prescott Bush fait la connaissance de la fille de Bert Walker, Dorothy. Ils se fiancèrent l’année suivante et se marièrent en août 1921. Parmi les huissiers et les mariés au mariage raffiné se trouvaient Ellery S. James, Knight Woolley et quatre autres membres de «Skull and Bonesmen» de la classe Yale en 1917.

La famille élargie Bush-Walker s’est réunie chaque été à la «maison de campagne Walker» à Kennebunkport, depuis ce mariage des parents du président Bush jusqu’à nos jours.

Lorsque Prescott a épousé Dorothy, il n’était qu’un petit dirigeant de la Simmons Co. fournisseur d’équipement ferroviaire, tandis que le père de sa femme bâtissait l’une des entreprises les plus gigantesques au monde.

L’année suivante, le couple a tenté de retourner à Columbus, dans l’Ohio, où Prescott a travaillé pendant une courte période dans une entreprise de produits en caoutchouc appartenant à son père. Mais ils déménagèrent bientôt à Milton, dans le Massachusetts, après que des étrangers eurent acheté la petite entreprise familiale et l’eurent déplacée près de là.

Ainsi, Prescott Bush n’allait nulle part, lorsque son fils George Herbert Walker Bush – le futur président des États-Unis – est né à Milton, au Massachusetts, le 12 juin 1924.

C’est peut-être comme cadeau d’anniversaire pour George que « Bunny » Harriman est intervenu pour sauver son père Prescott de l’oubli, l’amenant dans la U.S. Rubber Co. contrôlée par Harriman à New York City. En 1925, la jeune famille déménage dans la ville où George devait grandir : Greenwich, Connecticut, une banlieue de New York et de New Haven/Yale.

Puis, le 1er mai 1926, Prescott Bush se joint à W.A. Harriman & Co. à titre de vice-président, sous la direction du président de la banque, Bert Walker, son beau-père et grand-père maternel de George, le chef de famille.

 

Le Grand Jeu :

Prescott Bush fera preuve d’une grande loyauté envers la firme à laquelle il s’est joint en 1926. Et la banque, avec l’envergure et le pouvoir de nombreuses nations ordinaires, pourrait largement récompenser ses agents.

Le grand-père de George Bush, le grand-père Walker, avait monté l’entreprise, discrètement, secrètement, en utilisant toutes les connexions internationales à sa disposition. Revenons brièvement sur les débuts de l’entreprise Harriman – l’entreprise familiale Bush – et suivons son cours dans l’un des projets les plus sombres de l’histoire.

Le premier levier mondial de l’entreprise a été la réussite de l’accord qu’elle a conclu pour s’implanter en Allemagne en dominant le transport maritime de ce pays. Averell Harriman annonça en 1920 qu’il allait redémarrer la ligne Hambourg-Amerika en Allemagne, après de nombreux mois d’intrigues et de torsion de bras.

Les navires à vapeur commerciaux de Hambourg-Amerika avaient été confisqués par les États-Unis à la fin de la Première Guerre mondiale. Ces navires étaient alors devenus la propriété de l’entreprise Harriman, en vertu de certains arrangements avec les autorités américaines qui n’avaient jamais été rendus publics.

L’accord était époustouflant ; il créerait la plus grande compagnie maritime privée du monde. La ligne Hambourg-Amérique a regagné ses navires confisqués, pour un lourd tribut.

L’entreprise Harriman prit «le droit de participer à 50 pour cent de toutes les affaires provenant de Hambourg» ; et pendant les vingt années suivantes (1920-1940), l’entreprise Harriman avait «le contrôle complet de toutes les activités de la ligne Hambourg aux Etats-Unis».

Harriman est devenu copropriétaire de Hambourg-Amerika. La firme Harriman-Walker s’empara de sa direction avec le soutien pas si subtil de l’occupation de l’Allemagne par les armées d’Angleterre et d’Amérique après la Première Guerre mondiale.

Juste après la déclaration publique de Harriman, la presse de St. Louis a célébré le rôle de Bert Walker en rassemblant l’argent pour conclure l’affaire.

Avec des titres comme :

«L’ex-St. Louisan forme une fusion de navires géants»

«G.H. Walker déplace le pouvoir derrière la moissonneuse-batteuse Harriman-Morton….»

L’histoire a célébré une «fusion de deux grandes maisons financières à New York, ce qui mettra un capital pratiquement illimité à la disposition de la nouvelle association américano-allemande de transport maritime….».

 

Bert Walker avait arrangé un «mariage» du crédit de J.P. Morgan et la famille Harriman a hérité de la richesse.

W.A. Harriman & Co, dont Walker était président et fondateur, fusionnait avec la banque privée Morton & Co. et Walker était «un homme important dans les affaires de Morton & Co».

La prise de contrôle de Hambourg-Amerika a créé un instrument efficace pour la manipulation et la subversion fatale de l’Allemagne. L’un des grands «marchands de la mort», Samuel Pryor, y était dès le début.

Pryor, alors président du comité exécutif de «Remington Arms», a aidé à conclure l’entente et a siégé avec Walker au conseil d’administration de l’organisation maritime d’Harriman, l’American Ship and Commerce Co.

En 1922, Walker et Harriman firent un pas de géant en établissant leur siège social européen à Berlin. Avec l’aide de la banque Warburg basée à Hambourg, W.A. Harriman & Co. a commencé à étendre son réseau d’investissement à l’industrie et aux matières premières allemandes.

De la base berlinoise, Walker et Harriman se sont ensuite lancés dans des affaires avec la nouvelle dictature de l’Union soviétique.

Ils ont dirigé un groupe restreint de spéculateurs de Wall Street et de l’Empire britannique qui ont relancé l’industrie pétrolière russe, dévastée par la Révolution bolchévique. Ils se sont contractés pour extraire du manganèse soviétique, un élément essentiel à la fabrication moderne de l’acier.

Ces concessions ont été arrangées directement avec Léon Trotsky, puis avec Feliks Dzerjinsky, fondateur des services secrets de renseignement de la dictature soviétique (K.G.B), dont l’immense statue a finalement été démolie par des manifestants pro-démocratie en 1991.

Ces spéculations ont créé à la fois les voies de communication et le style d’accommodement, avec la dictature communiste, qui ont continué dans la famille jusqu’au président Bush.

Avec le lancement de la banque, Bert Walker a trouvé à New York l’endroit idéal pour satisfaire sa passion pour le sport, les jeux et les paris. Walker a été élu président de la U.S. Golf Association en 1920.

Il a négocié de nouvelles règles internationales pour le jeu avec le «Royal and Ancient Golf Club» de St. Andrews, en Écosse. Après ces discussions, il a contribué à la Coupe Walker d’argent d’une hauteur de trois pieds, pour laquelle les équipes britanniques et américaines ont depuis participé tous les deux ans.

Le gendre de Bert, Prescott Bush, fut plus tard secrétaire de la U.S. Golf Association, pendant les graves crises politiques et économiques du début des années 1930. Prescott est devenu président de l’USGA en 1935, alors qu’il était par ailleurs impliqué dans le travail de l’entreprise familiale avec l’Allemagne nazie.

Quand George avait un an, en 1925, Bert Walker et Averell Harriman ont dirigé un syndicat qui a reconstruit le Madison Square Garden en tant que Palais des sports moderne. Walker était au centre de la vie des jeux de hasard de New York à son apogée, à l’époque de la grande prohibition des gangsters sanguinaires.

C’était l’époque du crime organisé – le syndicat national des jeux de hasard et de la contrebande structuré selon le modèle d’entreprise new-yorkais.

À partir de 1926, le père de George, Prescott Bush, fait preuve d’une loyauté féroce envers les Harriman et d’une détermination inébranlable à se perfectionner; il en vient graduellement à diriger les activités quotidiennes de W.A. Harriman & Co.

Après la fusion, en 1931, de la société avec la maison bancaire anglo-américaine Brown Brothers, Prescott Bush devient associé directeur de la société issue de la fusion : Brown Brothers Harriman. Il s’agissait en fin de compte de la plus grande et, sur le plan politique, de la plus importante banque privée d’Amérique.

L’effondrement financier, la dépression mondiale et les bouleversements sociaux ont suivi la spéculation fiévreuse des années 1920. L’effondrement des valeurs mobilières en 1929-1931 a anéanti la petite fortune que Prescott Bush avait gagnée depuis 1926. Mais à cause de sa dévotion pour les Harrimans, ils ont «fait quelque chose de très généreux», comme Bush l’a dit plus tard. Ils l’ont remis sur pied.

Prescott Bush a décrit son propre rôle, de 1931 aux années 1940, dans une entrevue confidentielle :

«Je souligne… que les Harrimans ont fait preuve d’un grand courage, de loyauté et de confiance en nous, parce que trois ou quatre d’entre nous dirigeaient vraiment l’entreprise, les affaires courantes. Averell était un peu partout à l’époque… et Roland était impliqué dans de nombreux postes d’administrateur, et il ne s’occupait pas de l’activité « ascensionnelle » de la banque, vous voyez – les décisions quotidiennes… nous gérions vraiment les affaires, les affaires quotidiennes, les décisions administratives et les décisions exécutives. C’est nous qui l’avons fait. Nous étions les associés directeurs, disons.»

Mais parmi les trois ou quatre associés responsables, Prescott était effectivement à la tête de l’entreprise, car il avait repris la gestion des gigantesques fonds de placement personnels d’Averell et E. Roland « Bunny » Harriman.

Dans ces années d’entre-deux-guerres, Prescott Bush a fait la fortune familiale dont George Bush a hérité. Il a amassé l’argent d’un projet international qui s’est poursuivi jusqu’à une nouvelle guerre mondiale, et l’action du gouvernement américain est intervenue pour l’arrêter.

Construit avec les Extraits de « George Bush : La biographie non autorisée » de Webster Griffin Tarpley et Anton Chaitkin ainsi que les références suivantes :

1.Washington Post, Aug. 16, 1991, p. A1.

  1. Gen. Hugh S. Johnson to Major J.H.K. Davis, June 6, 1918, file no. 334.8/168 or 334.8/451 in U.S. National Archives, Suitland, Maryland.

  2. Bernard M. Baruch, My Own Story (New York: Henry Holt and Co., 1957), pp. 138-39. Baruch related that “our firm did a large business for Mr. Harriman… In 1906 Harriman had [us] place heavy bets on Charles Evans Hughes in his race for Governor of New York against William Randolph Hearst. After several hundred thousand dollars had been wagered, [our firm] stopped. Hearing of this, Harriman called… up. Didn’t I tell you to bet?’ he demanded.Now go on.’|”

  3. Alden Hatch, Remington Arms: An American History, 1956, copyright by the Remington Arms Co., pp. 224-25.

  4. The Ohio State Journal, Columbus, Ohio, Thursday, Aug. 8, 1918.

  5. The Ohio State Journal, Friday, Aug. 9, 1918.

  6. The Ohio State Journal, Friday, Sept. 6, 1918.

  7. Interview with Prescott Bush in the Oral History Research Project conducted by Columbia University in 1966, Eisenhower Administration Part II; pp. 5-6. The interview was supposed to be kept confidential and was never published, but Columbia later sold microfilms of the transcript to certain libraries, including Arizona State University.

  8. Theodore Roosevelt to James S. Sherman, Oct. 6, 1906, made public by Roosevelt at a press conference April 2, 1907. Quoted in Henry F. Pringle, Theodore Roosevelt (New York: Harcourt, Brace and Company, 1931), p. 452. Roosevelt later confided to Harriman lawyer Robert S. Lovett that his views on Harriman were based on what J.P. Morgan had told him.

  9. See The Industries of St. Louis, published 1885 by J.M. Elstner & Co., pp. 61-62 for Crow, Hagardine & Co., David Walker’s first business; and p. 86 for Ely & Walker.

  10. See Letter of G.H. Walker to D.R. Francis, March 20, 1905, in the Francis collection of the Missouri Historical Society, St. Louis, Missouri, on the organization of the Republicans and Democrats to run the election of the mayor, a Democrat acceptable to the socially prominent. The next day Walker became the treasurer and Francis the president of this “Committee of 1000.” See also George H. Walker obituary, St. Louis Globe-Democrat, June 25, 1953.

  11. Letter of Perry Francis to his father, Ambassador David R. Francis, Oct. 15, 1917, Francis collection of the Missouri Historical Society. “… Joe Miller left for San Francisco last Tuesday night, where he will receive orders to continue to Petrograd. I was told by Mildred Kotany [Walker’s sister-in-law] that Bert Walker got him his appointment through Breck Long. I didn’t know Joe was after it, or could have helped him myself. He will be good company for you when he gets there….”

  12. Private interview with a Walker family member, cousin of President Bush.

  13. Prescott Bush, Columbia University, op. cit., p. 7.

  14. St. Louis Globe Democrat, Aug. 7, 1921. 16. This is the sequence of events, from Simmons to U.S. Rubber, which Prescott Bush gave in his Columbia University interview, op. cit.,) pp. 7-8.

  15. Public statement of Averell Harriman, New York Times, Oct. 6, 1920, p. 1.

  16. St. Louis Globe-Democrat, Oct. 12, 1920, p. 1.

  17. Sports-as-business has continued in the family up through George Bush’s adult life. Bert’s son George Walker, Jr.–President Bush’s uncle and financial angel in Texas–co-founded the New York Mets and was the baseball club’s vice president and treasurer for 17 years until his death in 1977. The President’s son, George Walker Bush, was co-owner of the Texas Rangers baseball club during his father’s presidency.

  18. Prescott Bush, Columbia University, op. cit., pp. 16-22.


 

Partie 2 : Un regarde plus profond sur les liens entre la famille Bush et les Nazis :

 

La véritable identité de George HW Bush a été découverte grâce à la persévérance d’un journaliste d’investigation, Michael Nicoloff, et aux aveux d’Otto Skorzeny, le garde du corps proche d’Hitler, sur son lit de mort.

Selon Otto Skorzeny, la famille Scherff et quelques amis sont photographiés (vers 1938). La main gauche de « Mère » Scherff est celle de Martin Bormann. Devant se trouve Reinhardt Gehlen. À l’arrière, Joseph Mengele et à sa droite, Skorzeny, un jeune homme. Au centre droit (dans l’uniforme de la marine allemande) se trouve George H. Scherff, Jr. et son père George H. Scherff, Sr Bormann est devenu le commandant en second d’Hitler. Reinhardt Gehlen était un officier SS en chef et un assassin qui a été sorti clandestinement d’Allemagne dans le cadre de l’opération Paperclip. Skorzeny était le garde du corps d’Hitler et l’espion/assassassin SS qui est venu aux États-Unis après la guerre sous le projet Paperclip. Skorzeny et GHW Bush ont joué un rôle déterminant dans la fusion du renseignement nazi (SS) avec l’OSI pour former la CIA avec « Wild Bill » Donovan et Allen Dulles. Ces personnes ont également participé à des expériences de contrôle mental de la CIA comme MK-ULTRA. L’officier et médecin SS Joseph Mengele, l’«Ange de la mort» d’Auschwitz, notoirement sadique, fuit l’Allemagne en Amérique du Sud après la guerre. George H. Scherff, Jr. est devenu le 41e président des États-Unis en tant que GHW Bush et George H. Scherff, Sr. était «l’assistant de confiance» de Nicola Tesla.

 

Ce que vous êtes sur le point de lire est un autre pas au-delà de la recherche menée au début des années 90 par l’auteur/historien Webster Tarpley sur la base des « indices » fournis par l’ancien garde du corps d’Hitler Otto Skorzeny et sa boîte de photos. Depuis la mort de Skorzeny en 1999, les différentes pistes qu’il a fournies ont fait l’objet d’un suivi et tendent à soutenir ce qui, à première vue, semble être les incantations incroyables d’un vieil homme amer. Ce qui reste constant lorsque nous parcourons les documents officiels, la correspondance privée, les mémoires, les articles de journaux, les photos et autres «indices» accessibles au public, c’est que les documents de la famille Bush (ceux qui existent) sont un casse-tête d’inconsistances et de curiosités. Puisqu’il est un fait établi par le Congrès que Prescott Bush était en affaires avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, nous pouvons dire avec certitude que le lien Bush/Nazi existait.

Qui sont les Bush ? Comment se sont-ils connectés avec les nazis ? Le lien est-il toujours vivant grâce aux présidents américains George H.W. Bush et George W. Bush ? Les réponses ne sont pas aussi littérales que nous le souhaiterions. Mais nous avons le témoignage d’Otto Skorzeny et ses photos. Voici donc le premier volet d’une enquête qui mène à une curieuse conclusion : La famille «Bush» a été créée pour détruire l’Amérique.

Ce qu’on nous enseigne sur l’histoire dans les écoles américaines n’est pas de l’histoire, mais un conte de fées. Mieux encore, il s’agit d’une propagande destinée à tromper une société sans méfiance au sujet de son véritable héritage et des actes de trahison et de sabotage qui ont été conçus afin d’instaurer un nouvel ordre mondial. Vous êtes sur le point d’apprendre les vraies identités de ceux qui ont infiltré votre nation au nom de sociétés secrètes désireuses de réaliser l’esclavage total de l’humanité. Dans le passé, d’autres ont écrit sur les nombreuses conspirations visant à contrôler les ressources naturelles, l’énergie, l’alimentation et notre droit souverain de vivre sur la planète Terre – non pas en tant qu’esclaves d’une poignée de riches – mais en tant qu’hommes, femmes et enfants libres exerçant leur libre arbitre donné par «Dieu».

La recherche est l’investigation et l’étude systématiques des matériaux et des sources afin d’établir des faits et d’arriver à de nouvelles conclusions. Il s’agit d’une recherche importante. Lisez-le attentivement, avec un esprit ouvert. Compte tenu de l’utilisation de fluorures (fluorure de sodium) dans l’eau potable et le dentifrice, vous êtes peut-être déjà dans le déni. Les fluorures (nous dit-on) sont pour la prévention de la carie dentaire. Vous, le lecteur, pouvez décider si elles fonctionnent vraiment. La vraie raison pour laquelle ils sont ajoutés à votre eau potable et à votre dentifrice est pour vous rendre psychologiquement et physiquement apathiques.

 

Le plan directeur :

Arrivée des banquiers

Au début du XXe siècle, un plan visant à prendre lentement le pouvoir sur le gouvernement des États-Unis a commencé à se concrétiser. De nombreux ouvrages ont été écrits sur la machine nazie à l’origine de deux guerres mondiales, mais peu d’entre eux ont suivi les traces des financiers étrangers et des acteurs que nous préférons appeler « politiciens ».

Un bref coup d’œil aux registres d’expédition, aux manifestes des passagers et aux transactions financières à Wall Street indique un modèle de tromperie qui a été mis au point par cette même machine. Le niveau de coopération des organismes gouvernementaux et de leurs représentants élus était non seulement honteux, mais aussi ouvertement traître.

Dans son livre, «The Creature From Jekyll Island»[1], l’auteur G. Edward Griffin décrit les réunions secrètes qui ont créé la Réserve fédérale en 1913. L’architecte du plan, Paul M. Warburg, était un représentant des banques Rothschild en Angleterre et en France et son frère Felix dirigeait les banques Warburg en Allemagne et aux Pays-Bas. Il est important de noter que le premier reportage «officiel» sur la Réserve fédérale dans les médias a eu lieu trois ans plus tard. Dans « Leslie’s Weekly »[2] B.C. Forbes décrit la rencontre secrète entre le sénateur républicain Nelson W. Aldrich et six des plus puissants banquiers du monde. Le fait que cette réunion ait dû avoir lieu dans une île secrète et clandestine indique le niveau de tromperie, de dissimulation – et de trahison.

 

Paul Warburg :

Le fait que Paul Warburg, de nationalité allemande, parlait suffisamment bien l’anglais pour rédiger un document financier (un volume de 1 750 pages) qui a abouti à la Federal Reserve Act destinée à contrôler les finances des États-Unis (depuis l’Europe) n’est pas une mince affaire. Un intérêt particulier a été de savoir comment Warburg a été en mesure d’établir ces connexions importantes avant son arrivée aux États-Unis en 1913 et ensuite orchestrer ce coup financier. Warburg devait connaître ses complices avant de venir en Amérique.

Le premier document officiel du voyage de Paul Warburg aux États-Unis figure dans le manifeste des passagers du Kaiser Wilhelm II, à son arrivée à Ellis Island, le 13 octobre 1903. [3] Le manifeste officiel (ligne 7) énumère un « M. P. Warburg, 35 ans ; Occupation : Banquier ; Nationalité : Américain ; Patrimoine : Allemand ; Dernière résidence : Hambourg ; Destination finale : New York ; domicile : 3 E. 82nd St., New York.

En fait, Paul Warburg prétendait être américain en 1903. Cette revendication était-elle valable en 1903 ?

Ce manifeste des passagers du 13 octobre 1903 présente un intérêt particulier en ce qui concerne le fait que d’autres passagers importants de la communauté financière d’élite se trouvaient également sur le même manifeste des passagers. Harry Sachs (de Goldman Sachs) figure sur la liste des passagers mais, contrairement à Warburg, il n’était pas tenu de déclarer sa destination ou son adresse. En fait, sur les 30 passagers énumérés à la page 293 de la base de données Ellis Island sur les arrivées de navires et de passagers, P. Warburg était le seul passager tenu de déclarer sa destination.

Était-ce une tentative d’établir la nationalité de Warburg ?

Il est surprenant de constater que la seconde moitié de la page manque dans la base de données, de sorte que nous ne sommes pas privilégiés avec des informations pertinentes et «officielles» quant à son lieu de naissance ou à sa description physique à cette occasion. Les arrivées futures au port de New York apporteraient plus de lumière sur ces questions. La tenue des dossiers par l’Office de l’immigration le 13 octobre 1903 n’était pas simplement négligée. Il semble que Warburg et d’autres passagers n’aient pas fait l’objet d’un examen minutieux dans la mesure où la loi l’exigeait et qu’ils aient été aidés à entrer au pays pour des raisons spéciales, mais illégales. Contrairement aux arrivants antérieurs ou postérieurs, les agents d’immigration étaient autorisés (ou chargés) d’être laxistes et manifestement négligents dans l’exercice de leurs fonctions, en particulier lorsque les destinations et les lieux de naissance étaient préoccupants.

La deuxième arrivée de Warburg aux États-Unis (sur la SS Deutschland) était semblable à la première. Bien qu’encore «citoyen américain» en 1905, il fut rétrogradé au rang de «marchand ». Cependant, à une troisième arrivée en 1906, Warburg était, une fois de plus, un « banquier». Sa mémoire lui avait fait défaut lors de ce (troisième) voyage, lorsqu’il déclara qu’il n’avait «jamais été aux Etats-Unis auparavant». Sa femme et ses deux enfants, qui l’avaient déjà accompagné lors de voyages antérieurs, n’avaient pas non plus été touchés. Il avait aussi oublié sa maison de New York, où il prétendait ne pas avoir d’adresse aux États-Unis. Lors de cette visite, Warburg a déclaré «Hambourg, Allemagne» comme son lieu de naissance.

Incroyablement, lors d’une visite ultérieure aux États-Unis, Warburg a prétendu qu’il était officiellement un «citoyen naturalisé», citant la «Circuit Court of New York City, 21 mars 1911». [5] comme le lieu et la date où il a obtenu sa citoyenneté. Malgré les proclamations antérieures de Warburg, il n’a pas été déclaré citoyen américain avant cette date. Warburg a ainsi commis un parjure, qui a été négligé à de nombreuses reprises par les fonctionnaires du Service de l’immigration, ce qui semble être un acte de trahison dans chaque cas. Lors de visites ultérieures aux États-Unis en 1910, 1912 et 1913, alors qu’il proclamait de nouveau sa citoyenneté américaine, M. Warburg a mentionné le 17 E. 80th Street, à New York, comme son adresse personnelle. Il n’a pas été question une seule fois de son association avec les banques Rothschild à Paris et à Londres, ni de sa résidence permanente en Europe, ni en Amérique. Pourquoi cette tromperie ?

 

James Loeb :

Pour ne pas être en reste, James Loeb, associé du cabinet bancaire Kuhn, Loeb & Company à New York, voyage avec Warburg le 13 octobre 1903. Loeb a déclaré sa citoyenneté américaine lors de ce voyage, bien qu’il ait apparemment souffert d’amnésie en 1910, négligeant de déclarer tout pays d’origine et, plus tard, en 1912, déclarant au Service d’immigration américain que son lieu de naissance était «Landsberg, Allemagne,»[6] une petite ville à l’ouest de Munich.

Loeb a aussi indiqué qu’il restait «chez M. Warburg».

L’amnésie devait être une maladie qui affligeait la plupart des banquiers allemands au début du siècle. La maladie ne s’est pas arrêtée là et s’est rapidement propagée aux établissements d’enseignement supérieur. Harvard University Press a publié une biographie commémorative au fondateur de la Loeb Classical Library, léguée à Harvard University par nul autre que James Loeb, un an après sa mort en 1933. «James Loeb est né le 6 août 1867 à New York, fils de Salomon et Betty (Goldberg) Loeb. Solomon était associé et fondateur de la société bancaire Kuhn, Loeb & Company», a commencé l’hommage. [7]

Certes, l’Université de Harvard savait où Loeb est né et, d’ailleurs, Loeb le savait aussi. Si cette citation était vraie, qu’est-ce qui aurait amené Loeb à déclarer (à l’INS) en 1912 qu’il est né à «Landsberg, Allemagne ?»

La biographie de Harvard Press n’a pas fait grand-chose pour justifier la question du lieu de naissance de Loeb.

Le Service de l’immigration des États-Unis aurait pu clarifier la question à la lumière des renseignements qu’il avait obtenus en 1903, puis en 1910. Mais ce n’était pas l’intention de l’agence. Les agents du Service de l’immigration et de la naturalisation étaient complices de la dissimulation du véritable lieu de naissance de James Loeb et de son association avec les financiers du futur parti nazi allemand, un acte qui a été aidé et encouragé par les dossiers d’immigration incomplets et mal tenus à Ellis Island et dans le port de New York. C’était une partie de la tromperie. Oui, il a vécu et travaillé à New York et a peut-être étudié à Harvard. Mais, compte tenu des liens que Kuhn, Loeb & Company avait avec les banques qui soutenaient les nazis par des activités de blanchiment d’argent jusqu’en 1942, il était très probable que Loeb (comme Warburg) avait été formé pour son rôle afin de maintenir la «lignée» des fondateurs (de ce «plan directeur»).

Il y avait d’autres incohérences dans la biographie de Harvard Press, encore une fois, d’après les documents susmentionnés. «Au cours de l’hiver 1891, une grave maladie (peut-être une dépression) l’obligea à renoncer à ses affaires et il passa l’été à voyager en Scandinavie, retournant à la banque seulement jusqu’au 1er janvier 1902, date à laquelle il prit sa retraite en raison de nouveaux problèmes de santé»

James Loeb n’aurait pas pu voyager et retourner aux États-Unis en 1892, à moins d’avoir nagé lors de son voyage de retour. Le premier de ses trois voyages à Ellis Island (de l’Europe sur le Kaiser Wilhelm II) est arrivé le 13 octobre 1903, comme mentionné précédemment. Il était peu probable qu’il serait retourné à un point d’entrée autre que New York, à moins d’être arrivé à un autre endroit secret. Et il n’y a pas eu de vols transatlantiques en 1903. L’histoire de Harvard devait être une invention destinée à cacher un sombre secret.

Compte tenu des dotations considérables que Loeb a prodiguées à Harvard et à d’autres grandes institutions éducatives, médicales et artistiques à Boston et à New York, il était plus avantageux pour Harvard de présenter Loeb comme un philanthrope et une victime de la «dépression», que comme un banquier allemand dont l’entreprise du père avait soutenu les «planificateurs principaux» de guerre avant et pendant deux guerres mondiales.

Selon d’autres récits de mémoire, «Il se retira dans un endroit plus calme, sa ferme à Shrewsbury, New Jersey, déménageant en Allemagne en 1905, où il resta (sauf pendant la Première Guerre mondiale) jusqu’à sa mort en 1933».

Évidemment, Harvard n’était pas au courant de deux autres voyages (documentés par le gouvernement fédéral) que Loeb fit à New York en 1910, et encore en 1912. Ce n’est pas un hasard si les voyages de retour de Loeb aux États-Unis (en tant que citoyen américain de retour et de retour) ont été orchestrés pour permettre à Paul Warburg de rencontrer des banquiers de Wall Street d’origine allemande, alors qu’ils complotaient pour créer la Federal Reserve System, une entité étrangère.

«A la fin de ses études, son professeur et ami Charles Eliot Norton lui a proposé d’étudier l’égyptologie à Paris et à Londres

Norton était le «professeur nommé d’histoire de l’art à l’Université Harvard», «de 1856 à 1874, Norton a passé beaucoup de temps en voyage et en résidence sur le continent européen et en Angleterre» et fut le premier président de l’Archaeological Institute of America (1879-1890), selon sa biographie sur wikipedia.org. Il semblerait que l’Égypte était un lieu plus propice aux études d’égyptologie que Paris et Londres, où Paul Warburg dirigeait les banques Rothschild [8].

Loeb mourut à Munich en 1933, donnant une crédibilité tardive à son affirmation de 1912, à l’INS, selon laquelle il était «né à Landsberg, en Allemagne» et était un «citoyen allemand» – «n’ayant jamais été auparavant en Amérique».

 

Nikola Tesla :

Malgré des récits littéraires et historiques contradictoires, Nikola Tesla, un Serbe, est né le 10 juillet 1856 à Smilja, dans la province de Lika, ou ce qui est aujourd’hui la Croatie moderne. Avant la Première Guerre mondiale, Smilja était à la frontière de l’empire austro-hongrois, de sorte que Tesla était en fait un citoyen d’origine autrichienne.

Fils d’un prêtre orthodoxe serbe qui s’est élevé au rang d’archevêque, Tesla a eu l’occasion d’étudier une variété de sujets contenus dans la bibliothèque personnelle de son père. Jeune garçon, il accompagnait son père lors de voyages à Rome, où il a pu étudier les œuvres moins connues conservées dans le vaste dépôt scientifique du Vatican.

Après avoir terminé ses études d’ingénieur et de physique à l’Institut polytechnique de Graz, en Autriche, Tesla a étudié à l’Université de Prague. Il a démontré, très tôt, une capacité innée à résoudre des problèmes mécaniques et scientifiques, notamment dans le domaine de l’électricité et de ses applications dans la production d’énergie. Après avoir travaillé pour les filiales d’Edison Telephone Company à Budapest, Paris et dans d’autres villes d’Europe, Nikola Tesla est parti en Amérique pour rencontrer l’homme dont la société lui a donné son premier emploi, Thomas Edison.

Tesla a eu du mal à travailler pour Edison (à cause de ses promesses financières non tenues), mais il a rapidement trouvé des bailleurs de fonds pour financer ses projets de recherche et développement et ses nouvelles inventions. Des financiers tels que John Pierpont (J.P.) Morgan, George Westinghouse et John Jacob Astor ont été parmi ceux qui ont vu le potentiel de l’esprit pionnier et entrepreneurial de Tesla pour capitaliser sur ses découvertes technologiques en électricité, communications sans fil et physique.

La seule documentation officielle de l’arrivée de Nikola Tesla aux États-Unis a été, encore une fois, produite au port de New York. [9] Le 7 avril 1882, un Tesla de 25 ans arrive par le Nordland SS qui part d’Anvers. Il était revenu, lors de ce voyage aux États-Unis, après avoir donné une conférence à Paris. La destination de Tesla : New York. Tesla a immigré en tant que «ouvrier», bien que cette étiquette ne convienne guère à l’homme qui allait devenir l’inventeur le plus prolifique de l’histoire, avec quelque 700 brevets technologiques à son actif.

Les récits précédents de l’association de Tesla avec les projets de Thomas Edison le placent aux États-Unis dans les années 1870. Ses nombreuses découvertes technologiques ont certainement attiré l’attention de ceux qui ont soif de domination et de supériorité mondiales. Dans l’ensemble, les inventions et la carrière de Tesla ont été exclues de nos livres d’histoire parce que ses inventions et ses brevets ont été volés et ensuite militarisés. Nous n’avons jamais voulu en savoir plus sur la suppression des découvertes scientifiques avancées de Tesla, ni sur ceux qui ont profité de leur vol, les orchestrateurs du plan directeur.

Bien que l’on ait beaucoup écrit sur les succès et les échecs de Tesla, rares sont ceux qui ont décrit en détail les activités financières en coulisse qui révèlent un complot nazi visant à acquérir sa technologie, alors que les frais de recherche et de développement avaient été largement payés (sans le savoir) par les contribuables des États-Unis. De nombreux brevets de Tesla tombèrent entre les mains des nazis avant et pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. En conséquence, M. Tesla s’est continuellement retrouvé dans des litiges concernant les droits de brevet et d’autres questions.

Bien qu’il ait réussi à gagner la majorité de ses procès en matière de brevets, sa technologie a été volée à plusieurs reprises et vendue aux nazis allemands et à d’autres gouvernements étrangers, il n’a donc jamais obtenu le succès financier qu’il méritait. Le détournement de fonds de sa capitalisation est resté incontrôlé tout au long de la carrière de Tesla. Au moment de sa mort (par meurtre, selon Skorzeny) le 6 janvier 1943, Tesla est mort pratiquement sans un sous.

L’assistante de Tesla,

 

George H. Scherff, Sr. :

Les succès de Nikola Tesla dans la découverte de nouvelles technologies ne sont pas passés inaperçus par de nombreux capitalistes industriels et gouvernements mondiaux. En fait, bon nombre de ses inventions ont été mises au point dans le cadre de programmes gouvernementaux secrets qui ont commencé peu après ses découvertes dans les domaines du courant alternatif (CA), de l’énergie électromagnétique, des moteurs électriques, des génératrices, des bobines, de la transmission radio, des dispositifs économes en énergie et des technologies de transmission sans fil.

Comme Tesla était souvent enseveli sous la recherche dans des laboratoires éloignés, bon nombre de ses affaires financières et juridiques étaient supervisées par son plus proche associé, George H. Scherff. Scherff a souvent conseillé Tesla au sujet de litiges, de contrats, de propositions, de démonstrations et d’affaires financières en instance concernant des brevets. Comme n’importe quel associé de confiance le ferait, Scherff s’est tenu aux côtés de Tesla à travers tous les hauts et les bas de ses cauchemars financiers, parfois en organisant un crédit prolongé au Waldorf-Astoria, où Tesla résidait souvent, ou en obtenant une avance de fonds pour la recherche qu’il avait été engagé pour effectuer. Vers la fin de sa carrière, Tesla a été expulsé du Waldorf pour une facture impayée de plus de 20 000 $ – une somme assez importante pour cette époque.

Tandis que Tesla travaillait sur des projets secrets du gouvernement américain à Colorado Springs, au Colorado, Scherff a communiqué à Tesla l’état de ses affaires commerciales. Tesla parlait de succès financiers futurs prometteurs, bien que Scherff ait annoncé à maintes reprises que les fonds diminuaient. Tesla avait commencé la construction d’une tour de transmission sans fil (« Wardenclyffe », Shoreham, Long Island) avec des fonds investis par J.P. Morgan. Lorsque Morgan a découvert que la tour transmettrait gratuitement l’électricité et les ondes radio, il a annulé le projet et a fait démonter la tour, puis l’a vendue à la casse. Morgan ne voulait pas permettre aux Américains de recevoir gratuitement l’électricité, la télévision et la radio. Tesla a été dévasté lorsqu’il a reçu la nouvelle, mais il a continué avec ses nouvelles inventions.

Quelque 12 ans plus tard, le 14 octobre 1918, Scherff écrit à Tesla à Colorado Springs. La correspondance était axée sur la divulgation habituelle des questions juridiques en suspens et des affaires d’avocats et a été envoyée à Tesla sur du papier à en-tête de Tesla Company contenant l’adresse du siège social de la société au 8 W. 40th Street, New York, NY. Le 15 octobre 1918 (le lendemain), Tesla répondit à la lettre de Scherff [10].

Une anomalie intéressante : la réponse de Tesla était adressée à « George Scherff, » Union Sulphur Co, 17 Battery Pl., New York, NY (Union Sulphur Company ?). [11] Cette adresse n’était pas celle de la société Nikola Tesla.

 

La connexion Rockefeller :

Les dossiers montrent que le 17 Battery Place est le Whitehall Building et appartenait à Frank Rockefeller, qui, avec ses frères William et John D., possédait également de nombreuses entreprises ayant des bureaux à cet endroit. L’International Longshoremen’s Association (ILA) y avait son siège mondial, ainsi que diverses entreprises pétrolières, minières et chimiques. Bien que Union Sulphur Company ait été dirigée par son président, Herman Frasch, un chimiste allemand qui a breveté des méthodes d’extraction du soufre et du pétrole, Frasch a également travaillé pour John D. Rockefeller’s Standard Oil Company (à New York, New Jersey, et Cleveland, Ohio), développant des méthodes similaires.

Sur la base de cette association, George Scherff, père, avait des liens avec la famille Rockefeller, bien qu’il ne soit pas clair si Tesla était en fait conscient de ce lien.

Frank Rockefeller était également un investisseur de Buckeye Steel Castings à Columbus, Ohio. Buckeye a fabriqué des attelages automatiques et des châssis pour les wagons appartenant aux Harriman, aux Rockefeller et à J.P. Morgan. Finalement, Samuel P. Bush a été promu de directeur général à président de l’entreprise après avoir réalisé des profits gigantesques.

L’association de Samuel P. Bush avec les Rockefeller et son poste subséquent de directeur de la Commission des industries de guerre lui ont donné l’occasion de créer des contrats avec Remington Arms pendant la guerre, grâce à Percy Rockefeller.

L’assistant de confiance de Nikola Tesla (parfois appelé «comptable» ou «secrétaire») George Scherff, père, travaillait chez Union Sulphur Company. Normalement, cette association ne devrait pas déclencher de signaux d’alarme, étant donné l’état des affaires de Tesla. Scherff avait le droit de gagner décemment sa vie pour subvenir aux besoins de sa famille. C’était «l’American Way». Mais un examen attentif de Union Sulphur Co. pourrait révéler que quelqu’un à trompé  Tesla, et Scherff était à l’origine de cette tromperie.

 

Qui était George Scherff ?

Qui était George Scherff ? Mieux encore, qui était George H. Scherff, Sr. ? Il n’existe aucune trace légitime d’un George H. Scherff né aux États-Unis entre la fin des années 1800 et 1925, mais George Scherff était l’assistant/comptable de Nikola Tesla. S’il est né en Allemagne, son lieu de naissance pourrait-il nous éclairer sur ce mystère ? Probablement – s’ils existent (il est devenu évident que les individus associés au Parti nazi ont généralement une partie ou la totalité de leurs documents généalogiques effacés – nous examinerons cela plus en détail dans la section de cet article traitant de l’arbre généalogique «Bush»).

Des amis et connaissances de Nikola Tesla se souviennent qu’il se plaignait du fils de Scherff, George, Jr. qui fouinait toujours dans le laboratoire de Tesla. À plus d’une occasion (probablement à la fin des années 1930), Tesla a surpris Scherff, 14 ans, en train de regarder ses notes, de feuilleter ses livres et de voler de petits objets dans son laboratoire. Tesla lui a donné le surnom de « George le curieux » et l’a comparé à un « singe espiègle ». Selon Skorzeny, (l’ancien garde du corps d’Adolph Hitler), dans une confession sur son lit de mort à Eric « Orion » (Eric Berman) à S. Miami, Floride, Tesla, « détestait le jeune Scherff ». En fait, selon Skorzeny, le livre et le film « Curious George » ont été inspirés par les conseils de Tesla.

Curieusement, la veille de la sortie en salles de la production hollywoodienne du long métrage Curious George, Alan Shalleck, l’auteur de Curious George (et l’homme au chapeau jaune), a été retrouvé assassiné sous une pile de sacs poubelles en plastique dans son allée en Floride à 76 ans. [13]

En bref, Otto Skorzeny prétendait que la véritable identité de George H.W. Bush était «George H. Scherff, fils du comptable d’origine allemande et immigré clandestin de Nikola Tesla, George H. Scherff, père».

Otto Skorzeny avec Adolph Hitler.

Ce n’est pas la seule bombe qu’Otto Skorzeny a livrée ce jour-là à la fin de 1999. Skorzeny, produisant une boîte à chaussures pleine de 60 ans de photographies personnelles, les a montrées à Berman, les décrivant chacune en détail. La collection comprenait une photo d’un jeune et majestueux Skorzeny en costume militaire nazi, à côté de son Führer, Adolph Hitler. Puis il y avait des photos de Reinhard Gehlen (S.S. espion et assassin) Dr. Joseph Mengele (l’«Ange de la mort») Martin Bormann (aide Hitler et assassin S.S.) et Adolph Hitler (photo prise en 1997 à 107 ans).

La photo d’Hitler a été prise lors d’une «réunion» au Lake McDonald Lodge dans le parc national des Glaciers, au Montana, le 27 août 1997. Selon Skorzeny, Adolph Hitler était vivant et en bonne santé aux États-Unis en 1997 !

Skorzeny ne s’est pas arrêté là. Il a produit une photo d’un jeune Skorzeny, Mengele, Bormann, et de la famille de George H. Scherff, Sr… Au milieu des personnes sur la photo se trouvait un jeune George H. Scherff, Jr. qui, comme l’explique Skorzeny, a été formé comme espion et envoyé en Amérique pour travailler pour Adolph Hitler. «Il a reçu de fausses pièces d’identité et a été adopté par Prescott Sheldon Bush comme son «fils», George Herbert Walker Bush,» a poursuivi Skorzeny. «Il a falsifié un acte de naissance pour entrer dans l’armée avant ses 18 ans. Il avait 16 ans à l’époque.»

 

Sur la photo de famille, un jeune Scherff et Bormann portaient tous deux un uniforme de la Marine allemande. Scherff s’enrôla plus tard dans l’U.S. Navy en tant que «George H.W. Bush».

Plus en détail encore, Otto Skorzeny a décrit comment (contrairement aux livres d’histoire écrits par la CIA) il a aidé Hitler à s’échapper en Autriche dans un avion piloté par une femme pilote, Hanna Reitsch. «Hitler ne s’est pas suicidé», raconte Skorzeny. «Son double a été touché entre les deux yeux, et le dossier dentaire a prouvé qu’il n’était pas Hitler. Les Américains l’ont gardé secret, craignant que la vérité ne mette les Russes en colère.»

Eric «Orion» (Berman), dans une interview radiophonique en direct sur Republic Broadcasting Network, 17 janvier 2006, [14] a expliqué comment «Skorzeny est mort le 31 décembre 1999. Son corps a été incinéré, j’ai une copie de son certificat de décès et j’ai vu ses cendres. Après la guerre, il a aidé George Bush à fonder la CIA grâce à l’opération Paperclip et ODESSA.»

Berman a raconté comment Skorzeny a été déclaré « non coupable » lors des procès de Nuremberg, et a ensuite introduit la CIA. «Plus de 50 000 criminels de guerre nazis, pas seulement des scientifiques, ont été amenés en Amérique après la guerre.»

 

Bushes, Walkers, banquiers, les Nazis et le Vatican :

Les banquiers de Wall Street avaient déjà établi des liens avec leurs homologues en Europe, les Rothschild, les Warburg et la Banque d’Angleterre. Ces relations ont été renforcées par une série d’événements qui ont permis à G.H. Walker & Co. (société d’investissement de Walker) le prestige international que GHW recherchait.

Après avoir dirigé l’organisation de l’Exposition universelle de 1904 à Saint-Louis, George H. Walker devint président de la société d’investissement W.A. Harriman & Co. et aida Averell Harriman à acquérir la ligne Hambourg-Amerika. Cette compagnie maritime, avec l’aide de la banque new-yorkaise la plus corrompue, était presque à elle seule responsable de l’infiltration des nazis aux États-Unis, avant et après la guerre. Aujourd’hui, il est évident qu’une coopération totale a été obtenue en prenant le contrôle total de l’Autorité portuaire de New York, du Service de l’immigration et de la naturalisation, et de postes et de personnes clés jusqu’au sommet du gouvernement des États-Unis.

Avec le niveau de «protection» offert par la ligne Hambourg-Amérique, l’argent pouvait être expédié à l’UBC et aux frères Brown Harriman, pour être blanchi et ensuite retourné à Hitler en Allemagne. Mais les nazis n’étaient pas les seuls bénéficiaires du butin. Les nazis étaient les pions d’une autorité beaucoup plus sinistre – le Vatican, la Compagnie de Jésus (Ordre des Jésuites) et le «Pape noir»

 

Le SS Joseph Goebells reçoit ses instructions directement du Vatican.

 

Les nazis et les jésuites ont combattu côte à côte pendant la dernière guerre mondiale et après, pour la domination mondiale.

 

Les armes de guerre pourraient facilement être ramenées en Allemagne et dans d’autres ports d’Europe. Comme mentionné précédemment, Samuel P. Bush, en tant que directeur du War Industries Board (WIB), a pu obtenir des contrats pour les Rockefeller, J.P. Morgan, Kuhn, Loeb & Company, Brown Brothers Harriman, Union Banking Corporation, George Westinghouse et d’autres riches industriels qui ont bénéficié du commerce des armes aux deux camps pendant chaque guerre que le WIB a orchestrée. Ce n’est pas un hasard si Prescott Sheldon Bush (GHSI/PSB), le «fils» de SPB, a été nommé vice-président et associé de l’UBC par son directeur (et maintenant beau-père), GHW.

Qu’est-ce qui a permis à Walker d’exercer un tel pouvoir et une telle influence ? Certes, sa volonté de contribuer financièrement à la perpétuelle fomentation de la guerre à travers le monde (dont lui, sa famille et d’autres en ont profité et en profitent encore aujourd’hui) et son allégeance à ceux qui ont facilité son essor fulgurant dans le secteur bancaire. Sa biographie personnelle donne un indice sur les personnes qui ont pu collaborer avec GHW.

GHW, un épiscopalien autoproclamé «a passé une partie de son éducation en Angleterre au Stonyhurst College», selon sa biographie wikipedia. La biographie ne précise pas si GHW a fréquenté l’école avant d’arriver aux États-Unis, bien qu’il soit tout à fait possible que lui, et même son père, aient reçu des fonds de démarrage (ou un soutien financier total) pour les aider à lancer leur entreprise après leur arrivée aux États-Unis.

Toujours selon wikipedia, en 1900, GHW «…a lancé une banque et une société d’investissement nommée G.H. Walker & Company.»

Compte tenu de l’incertitude de GHW concernant le lieu de naissance de son père, la probabilité de fournir cette information à un organisme gouvernemental tel que le Census Bureau n’était pas prévue, alors GHW l’a « improvisée » quatre fois, se trompant à chaque fois.

D’après les récits susmentionnés, nous savons que Paul Warburg, James Loeb et au moins un des frères Harriman ont voyagé ensemble d’Europe à New York, au moins sept ans avant la création de la Réserve fédérale. Il était peu probable que George Herbert Walker devienne un joueur dans ce cercle financier d’élite, à moins que cette association n’ait été orchestrée au préalable, probablement par les Jésuites d’Angleterre.

GHW avait également établi un «complexe» sur la côte est à Kennebunkport, Maine, avant 1900. L’importance de ce composé réside dans un document secret lié à l’invention du télégraphe sans fil de Nikola Tesla.

En 1899, le Contre-amiral Francis J. Higginson et le département du Trésor des États-Unis avaient demandé à Tesla d’équiper le Light Vessel No. 66 (LV) d’un système télégraphique sans fil, sa propre invention. Les publications ultérieures de cet événement ont décrit un «système sans fil Marconi» installé en 1904, mais cette histoire a été conçue pour cacher les faits derrière la technologie de Tesla, détournant ainsi l’attention du vol de cette invention et d’autres liées à la transmission et à la réception radio [15].

Des siècles de recherche n’ont cessé de renforcer les affirmations selon lesquelles l’Ordre des Jésuites a fait avancer un complot maléfique pour la domination du monde depuis sa fondation en 1540. ( Note ExoPortail : En vérité l’ordre des Jésuites a été créé par deux familles de noblesse noire en 1504 )

Voici un aperçu de cette recherche en ce qui a trait à la «création» du 41e président :

Le Stoneyhurst College est connu comme une institution «catholique» avec une influence principalement jésuite ; le collège se vante de son association avec la Compagnie de Jésus. La Compagnie de Jésus, ou les «Jésuites», proclame son «service» au Vatican et à l’humanité en «aidant les opprimés par l’éducation». [16]

Une enquête plus approfondie révèle que le Pape est secrètement contrôlé par le Supérieur général de la Compagnie de Jésus, Pierre Hans Kolvenbach, le Pape noir. La Curie générale (bureaux administratifs où se déroulent les affaires jésuites) est située à Rome, plus précisément au Vatican.

Suivant les préceptes des «25 Sessions» d’Ignace de Loyola et le leadership du Supérieur général, le but ultime de cette organisation secrète est de «détruire et reconstruire le Temple de Salomon, en rétablissant le siège du Pape en Israël».

Historiquement, la mission des Jésuites a toujours été d’éliminer le christianisme protestant dans le monde entier, les États-Unis étant la dernière frontière à avoir été conquise. Contrairement à la mission autoproclamée d’éduquer et d’aider les défavorisés de la société, les Jésuites vénèrent Lucifer (et non Satan) et pratiquent les formes les plus sadiques de sacrifice humain, d’homosexualité, de pédophilie, de magie noire, et de meurtre.

La Société emploie une variété de tactiques impitoyables pour atteindre son objectif à long terme (d’un nouvel ordre mondial qui rend hommage à leur Pape noir). L’une d’elles consiste à assassiner politiquement des dirigeants du monde qui refusent de se plier à ses exigences. Parmi ces assassinats aux États-Unis figurent des présidents (Abraham Lincoln, JFK), des membres du cabinet, des membres du Congrès, des sénateurs, des diplomates, des journalistes, des scientifiques et des dirigeants religieux et d’entreprises.

Pour obscurcir et maintenir un esprit de conformité, la Compagnie de Jésus emploie (et finance) en partie les services de la NSA, DHS, FEMA, OSS, ONI, FBI, CIA, DIA, DIA, DEA, le Pentagone, le Département de la Défense, la NASA, la Réserve fédérale, l’Internal Revenue Service, le Congrès et autres agences fédérales si nécessaire.

Les agences militaires et de renseignement étrangères sous leur contrôle comprennent les SS allemands, Deutsche Verteidigungs Dienst (Abwehr/DVD clandestin), les MI6 et MI5 britanniques, le Mossad israélien, l’OTAN, Interpol, le KGB, le DINA chilien et même dans une certaine mesure les Nations Unies, pour n’en citer que quelques-uns.

Les assassinats sont perpétrés par les services de renseignement susmentionnés et leurs partenaires mafieux dans le commerce de la drogue et les jeux de hasard, souvent avec l’aide accessoire des Chevaliers de Malte, des francs-maçons, des Chevaliers de Colomb et de Propaganda Due (la loge P2). Tel fut le cas lors de l’assassinat du président John F. Kennedy et de certains anciens papes.

Les dirigeants politiques, qu’ils soient dûment élus ou corrompus, sont remplacés par des dictatures favorables à la Société. Les gouvernements qui ont des concordats sont autorisés à subsister sans menace de guerre, bien que cette politique change souvent lorsque les mouvements révolutionnaires commencent à recevoir une reconnaissance internationale. Souvent, le simple refus de permettre à la Société de récolter les profits du commerce illégal de la drogue suffit à déclencher une guerre civile ou une incursion paramilitaire clandestine.

La Société considère que déclarer sa souveraineté individuelle, sa liberté d’expression, sa liberté de religion et ses droits civils est un sacrilège pour sa doctrine et cherche à écraser le christianisme protestant, la base pour la création des États-Unis. Le démantèlement du gouvernement américain était la clé de son succès ultime dans la création d’un nouvel ordre mondial.

GHW a évidemment été recruté pour aider les Jésuites dans leurs plans à long terme et, par conséquent, lui (et ceux avec qui il faisait affaire) a énormément profité de sa coopération dans les plans des Jésuites.

Le contrôle à distance de l’appareil jésuite est maintenu par la création de banques, d’églises, de fondations et d’instituts d’«enseignement supérieur» dans des pays étrangers. Fordham University, une institution jésuite, contrôle le plus haut responsable du Vatican aux États-Unis, le cardinal John O’Connor, archevêque de New York (à la cathédrale St Patrick).

Les banques : De nombreux chercheurs ont déterminé qui contrôle les gouvernements du monde et comment ce contrôle a été établi et se maintient encore aujourd’hui. Contrairement aux biographies «feel good» publiées sur des sites web sponsorisés par le gouvernement, dans des ouvrages littéraires spécialement commandés et dans des livres scolaires chargés de propagande, les banques centrales de la ville de New York ont joué un rôle crucial dans la trahison du gouvernement des États-Unis et de ses citoyens.

Le parrainage et le contrôle de ces institutions sont destinés à rester entourés de secret. Pourtant, les écrits de G. Edward Griffin (The Creature from Jekyll Island), Webster Tarpley et Anton Chaitkin (George Bush : The Unauthorized Biography) et Kevin Philips (American Dynasty), pour n’en nommer que quelques-uns, ont non seulement exposé les conspirations visant à renverser le gouvernement américain et établir un « nouvel ordre mondial », mais ils ont jeté les bases pour une nouvelle recherche.

Ceux qui s’empressent d’invoquer la «théorie de la conspiration» ou prétendent injustement que de telles révélations sont des «attaques contre ses croyances religieuses» n’aident que les charlatans susmentionnés à atteindre leur but ultime – la domination physique, spirituelle et énergétique du monde.

Références :

1)The Creature from Jeckyll Island,” G. H. Griffin
2) “Leslie’s Weekly, B.C Forbes
3) http://ellisisland.org/, P. Warburg, passenger record / manifest
4) http://ellisisland.org/, Paul M. Warburg, passenger record / manifest
5) http://ellisisland.org/, Paul Warburg, passenger record / manifest
6) http://ellisisland.org/, James Loeb, passenger record / manifest
7) Harvard University Press, Loeb Classic Library, “Our Founder”
8) http://wilipedia.org/, Charles Eliot Norton
9) http://ellisisland.org/, Nikola Tesla, passenger record / manifest
10) Photocopy of The Tesla Company document sent by Scherff to Tesla in Colorado
11) Photocopy of reply to George Scherff , Union Sulphur Co., New York, NY
12) http://www.nyc-architecture.com/LM/LM011-WHITEHALLBUILDING.htm
13) http://en.wikipedia.org/wiki/Alan_Shalleck, numerous Internet news reports
14) http://republicbroadcasting.org/, The Investigative Journal show archives, 01-17-2006  15) U.S. Treasury Dept., Office of the Lighthouse Board, May 11, 1899, F. J. Higginson
16) http://en.wikipedia.org/wiki/Society_of_Jesus


 

Partie 3 : Les pires crimes de George Herbert Walker Bush:

 

Crimes de guerre :

Sous Bush Sr., les États-Unis ont largué 88 500 tonnes de bombes sur l’Irak et le Koweït occupé par l’Irak, dont beaucoup ont fait d’horribles victimes civiles. En février 1991, par exemple, une attaque aérienne américaine contre un abri antiaérien dans le quartier d’Amiriyah, à Bagdad, a tué au moins 408 civils irakiens. Selon Human Rights Watch, le Pentagone savait que l’installation d’Amiriyah avait été utilisée comme abri de protection civile pendant la guerre Iran-Irak et avait pourtant attaqué sans avertissement. C’était, conclut HRW, «une violation grave du droit de la guerre».

Les bombes américaines ont également détruit des infrastructures civiles irakiennes essentielles – des installations de production d’électricité et de traitement de l’eau aux usines de transformation des aliments et aux minoteries. Ce n’était pas un accident. Comme Barton Gellman du Washington Post le rapportait en juin 1991 : «Certaines cibles, surtout à la fin de la guerre, ont été bombardées principalement pour créer une influence d’après-guerre sur l’Irak, et non pour influencer le cours du conflit lui-même. Les planificateurs affirment maintenant que leur intention était de détruire ou d’endommager des installations précieuses que Bagdad ne pourrait réparer sans aide étrangère. … En raison de ces objectifs, les dommages causés aux structures et aux intérêts civils, que les briefers qualifiaient invariablement de « collatéraux » et non intentionnels pendant la guerre, n’étaient parfois ni l’un ni l’autre».

L’administration Bush a donc délibérément ciblé l’infrastructure civile en vue d’exercer un «effet de levier» sur Saddam Hussein. En quoi ce n’est pas du terrorisme ? Comme l’a conclu une équipe de santé publique de Harvard en juin 1991, moins de quatre mois après la fin de la guerre, la destruction des infrastructures irakiennes avait entraîné une malnutrition aiguë et des niveaux épidémiques de choléra et de typhus.

En janvier 1992, Beth Osborne Daponte, démographe au Census Bureau des États-Unis, estimait que la guerre du Golfe de Bush avait causé la mort de 158 000 Irakiens, dont 13 000 morts civiles immédiates et 70 000 décès dus aux dégâts causés aux centrales électriques et d’épuration. Les chiffres de Daponte contredisaient ceux de l’administration Bush, et ses supérieurs l’ont menacée de renvoi pour avoir publié de «fausses informations». Ça sonne familier ?

 

George Bush, agent de réseau pédophile :

George HW Bush est un pédophile notoire et maléfique, qui a dirigé un réseau de chantage sexuel d’enfants du Congrès dans les années 1980, connu sous le nom d’«Opération Brownstone et Opération Brownstar», et qui deviendra plus tard connu sous le nom de «The Finders or The Franklin Coverup».

Le vice-président américain George HW Bush emmenait les enfants chez le sénateur Barney Frank, connu sous le nom de «Brownstone» à leurs célèbres cocktails, où des membres du Congrès et des sénateurs américains – certains volontaires et d’autres non volontaires – avaient goûté à la «drogue vaudou» dans leur boisson.

Pour prouver un cas, vous avez besoin d’une personne impliquée dans une opération ou d’un témoin ou de documents ; dans ce cas, les documents des douanes américaines prouvent le cas.

A l’intérieur du document ci-dessous se trouve un article paru dans US News and World report du 27 décembre 1993, intitulé «Through a Glass Very Darkly». Cela comprend des policiers, des espions et une très vieille enquête – ainsi que des copies des rapports des douanes américaines où les noms ne sont pas noircis.

Certains avaient acheté un ensemble de papier dont les noms ont été effacés par Ted Gunderson, maître-chanteur du FBI et de la CIA, un voleur, un menteur et un tueur connu – qui a fait surface dans les années 1990 pour couvrir Bush et identifier les enfants qui sont peut-être encore vivants, qui pourraient être une nuisance pour Bush, Gunderson et George Pender dans le cadre du projet «Brown Star» de la CIA sur la prostitution des enfants au congrès.

Ted Gunderson

 

 

Source : http://humansarefree.com/2015/02/the-house-of-bush-born-in-bank.html / https://geopolitics.co/2018/12/02/in-memoriam-george-h-scherff-jr-aka-george-hw-bush-sr/ / http://humansarefree.com/2015/04/george-bush-pedophile-sex-ring-and.html / https://www.zerohedge.com/news/2018-12-03/ignored-legacy-george-hw-bush-war-crimes-racism-obstruction-justice

Traduction et Ajouts : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 711 autres abonnés

7 Commentaires

  1. La famille Bush : Tous dans le même sac ! Salauds, menteurs, voleurs… et plus encore.

    Partage de cet article avec mon commentaire sur mon compte FB

  2. Bonjour,

    Cet article est simplement stupéfiant et m’a laissé sans voix ! Je n’aurai jamais pu imaginer un tel degré d’usurpation et une telle supercherie au niveau mondial. En tous cas je vous remercie autant d’avoir eu le courage de nous informer en le publiant que d’avoir pris le temps d’avoir fait cette enquête d’une minutie non pas de jésuite, mais de bénédictin et pour l’avoir écrit.

    Une question double me brûle les lèvres : Qu’es-ce qui empêche que cette vérité soit publiquement posée sur la table aujourd’hui et qui aurait assez de cran pour la poser sur la table officiellement ?

    Ma stupeur surpasse de loin mon écœurement et mon unique réconfort est d’être certain qu’avec de tels karmas ces manipulateurs après leur passage sur Terre vont subirent des tourments si affreux, que s’ils avaient pu un seul instant l’imaginé, sans doute leurs choix auraient été bien différents.

    Pour eux malheureusement …

    Bien à vous.

  3. Bonjour,

    Franchement, avec une telle emprise sur notre monde, qu’es-ce que notre humanité si divisée, et je ne parle pas que des divisions de religions, de partages territoriales ou des ressources, mais également des divisions culturelles et linguistiques.

    Donc à partir du constat de ces multiples divisions, que peut entreprendre l’humanité seule contre ces sociétés secrètes constituées de démons ?

    Bien à vous.

    • Bonjour, déjà je suis content que l’article ai trouvé de l’intérêt à tes yeux, ça fait plaisir.

      Difficile de te répondre car cela dépends de la grille de lecture de chacun. Pour moi c’est un effort partagé entre l’humanité « lambda » de surface, les forces lumineuses sur la surface et en dessous, ainsi les forces interplanétaires. Nous n’avons pas à prendre toute la charge loin de là, sinon ce serait impossible je pense.

      En ce qui nous concerne et bien augmenter les différents degrés d’éveil chez la population sur le plus de sujets possibles, les méditations de masses ainsi que le travail de purge personnel me semble être les axes majeurs. Bien sur il y a bien d’autres choses à faire en complément. On a beaucoup plus de poids qu’on ne le pense.

  4. « Ceux qui s’empressent d’invoquer la «théorie de la conspiration» ou prétendent injustement que de telles révélations sont des «attaques contre ses croyances religieuses» n’aident que les charlatans susmentionnés à atteindre leur but ultime – la domination physique, spirituelle et énergétique du monde. »

    En fait, Si c’est le but ultime de cette clique de démons, ce sont des gagnent petits qui resteront simplement pour un temps relativement long dans leur prochaine forme d’existence, dans un des 34 enfers décrit dans les enseignements bouddhistes, 17 chauds et 17 froids, alors que le gain que procure l’éveil nous placera même en vivant sur Terre, de facto dans la sphère des victorieux ascensionnés d’où l’on demeure à jamais.

    Comme l’intuition le démontre et le dévoile par l’écrit « Nouvelle voie pour l’Eveil », sans doute à paraitre en 2019, l’éveil est bien moins inaccessible que ce que les enseignements bouddhistes traditionnels ne le laissent entendre.

    Ainsi l’entrainement de l’esprit à la méditation peu venir après l’éveil qui est en fait l’acquisition par dévoilement de connaissances mises en liens avec une pratique simple mais directe modifiant notre champ visuel par un autre regard de comment appréhender et intégrer de manière juste notre environnement, cette nouvelle vision modifiera autant notre point de vue que la totalité de notre perspective.

    Bien à vous.

  5. Merci Jonathan et bien sûr qu’on ne s’en fout pas de cette info !

    Car ainsi la malfaisance régnante à un N.O.M. et des visages !
    Le Pr. Antony Sutton qui a dénoncé par ses travaux de recherches la compromission de Wall Street dans la révolution russe et la montée en puissance d’Hitler est toujours controversé aujourd’hui, encore !

    Pour les amateurs, dans ce billet 3 PDF en lien, en français, des travaux du Pr. Sutton ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/04/23/pr-antony-c-sutton-en-francais-par-resistance71-versions-pdf-par-jbl1960/

    Je mets ton article sous le mien, mais également sous celui de Dean Henderson qui met un crochet du gauche par jour à l’oligarchie ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/11/29/dean-henderson-met-un-crochet-du-gauche-par-jour-a-loligarchie/

    Merci à toi ; Jo

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.