Selon le rapport final du «National Toxicology Program», le rayonnement des téléphones portables provoque le cancer

1

À la suite des rapports exclusifs (Mobile Phone Cover-Up) (From Phonegate to Dieselgate) d’Annelie Fitzgerald, membre de la «Safe Schools Information Technology Alliance», vient cet article de «Microwave News» sur la recherche menée sur des rats qui ont développé un lien cancéreux que les fabricants de téléphones mobiles et de systèmes sans fil ont longtemps cru impossible pour la santé humaine.

Depuis des années, «Microwave News» rend compte des impacts potentiels des champs électromagnétiques et des rayonnements sur la santé et l’environnement et est largement reconnue comme une source d’information juste et objective sur ce sujet controversé.

«Nous croyons que le lien entre les radiofréquences (RF) et les tumeurs chez les rats mâles est réel», affirme John Bucher, ancien directeur associé du National Toxicology Program (NTP) des États-Unis.

L’annonce accompagne la publication, ce matin, des rapports finaux du NTP sur les études portant sur le cancer chez les rats et les souris exposés au rayonnement des téléphones cellulaires. Le projet de John Bucher, le plus important de l’histoire du NTP, a coûté 30 millions de dollars et a pris plus de dix ans à réaliser.

Le NTP a trouvé ce qu’il appelle des «preuves évidentes» que deux types différents de signaux de téléphone cellulaire, GSM et CDMA, ont augmenté l’incidence des tumeurs malignes dans le cœur des rats mâles au cours des deux années de l’étude. Des incidences plus élevées de tumeurs cérébrales et surrénaliennes ont également été observées, mais ces associations ont été jugées légèrement moins prononcées.

«Le « National Toxicology Program » (NTP) a maintenant montré ce que personne ne croyait possible avant le début du projet», a déclaré Ron Melnick à Microwave News. «L’hypothèse a toujours été que les rayonnements RF ne pouvaient pas causer le cancer,» dit-il, «Maintenant nous savons que c’était erroné.» Melnick a dirigé l’équipe qui a conçu les études sur les animaux. M. Melnick a pris sa retraite au début de 2009 après avoir travaillé près de 30 ans comme scientifique au sein du NTP.

 

Neurinomes et Gliomes :

Après un examen attentif, les résultats du NTP sont remarquablement cohérents avec ceux d’une autre expérience récente sur des animaux et avec l’ensemble des études épidémiologiques existantes sur les utilisateurs de téléphones portables.

Les tumeurs dans le cœur des rats se sont développées dans les cellules de Schwann et sont connues sous le nom de schwannomas. Les cellules de Schwann fabriquent la gaine de myéline, qui isole les fibres nerveuses et aide à accélérer la conduction des impulsions électriques. Ils sont une composante clé du système nerveux périphérique et peuvent être trouvés dans la plupart des organes du corps – des souris, des rats et des humains.

Les schwannomas sont très rares et aucun n’a été observé chez les rats témoins non exposés. Pourtant, ces mêmes tumeurs malignes du cœur ont également été trouvées dans une autre grande étude sur les rats de téléphone cellulaire publiée plus tôt cette année. Cette dernière étude a été réalisée à l’Institut Ramazzini de Bologne, en Italie.

Les tumeurs du nerf acoustique, qui relie l’oreille interne au cerveau, sont appelées neuromes acoustiques. Elles poussent également dans les cellules de Schwann et sont également connues sous le nom de schwannomas vestibulaires. Des taux plus élevés de neurinome acoustique ont été trouvés dans des études épidémiologiques d’utilisateurs de téléphones cellulaires à long terme.

Les tumeurs dans le cerveau des rats exposés se sont développées dans les cellules gliales et sont connues sous le nom de gliomes. Les cellules gliales sont étroitement liées aux cellules de Schwann. Comme le souligne le NTP dans son rapport final sur l’étude sur les rats :

«Les schwannomas observés dans le cœur et les gliomes malins observés dans le cerveau proviennent d’un type cellulaire fonctionnel similaire. Les cellules de Schwann sont classées comme cellules gliales du système nerveux périphérique.»

Des cas de gliomes ont également été signalés chez des utilisateurs de longue date de téléphones cellulaires, dont l’étude du groupe INTERPHONE et des études épidémiologiques en France et en Suède.

 

Sous pression, «National Toxicology Program» revient à sa version originale:

Le point de vue de Bucher sur le risque de cancer lié aux rayonnements RF a maintenant bouclé la boucle. Il y a deux ans, lui et Linda Birnbaum, la directrice du NTP, ont publié les résultats provisoires de l’étude sur les rats. Ils l’ont fait, disaient-ils, en raison de la cohérence de leurs résultats sur les animaux avec les études sur les humains. «Nous avons estimé qu’il était important de faire passer le mot», a déclaré M. Bucher lors d’une conférence de presse en mai 2016 (voir : «Le rayonnement des téléphones cellulaires fait augmenter les taux de cancer chez les animaux»). M. Bucher est actuellement scientifique principal au NTP.

Puis, en février dernier, Bucher a fait volte face et a minimisé ses propres résultats, affirmant que l’utilisation du téléphone cellulaire n’est «pas une situation à haut risque». Son «retournement» a fait l’objet de nombreuses spéculations mais n’a jamais été expliqué (voir : «Qu’est-ce qui a changé chez NTP ?»).

Le mois suivant, un comité d’examen par les pairs composé de pathologistes invités a conclu que le lien entre les radios fréquences avec le cancer était plus fort que ce que le «National Toxicology Program» (NTP) reconnaissait. Le groupe d’experts a recommandé que sept évaluations différentes soient mises à niveau – en réalité, il a conseillé au NPT de revenir à ses conclusions initiales. (voir : «Clear Evidence’ of Cell Phone Cancer Risk, Say Leading Pathologists» )

Le NTP a maintenant accepté les recommandations du groupe d’experts et est revenu là où il était il y a deux ans.

 

Quelle est la prochaine étape ? :

Un autre des résultats du «National Toxicology Program» (NTP) qui ajoute de la cohérence à l’image globale est que des ruptures d’ADN ont été trouvées dans le cerveau des rats exposés. Cela doit être reproduit, a dit M. Bucher. Le mois dernier, le NTP a présenté un article lors d’une réunion de toxicologie génétique indiquant que le rayonnement des téléphones cellulaires peut causer des dommages mesurables à l’ADN.

Au Japon et en Corée, les responsables planifient leur propre étude de type NTP, bien qu’à plus petite échelle – très probablement avec seulement des rats mâles.

La «Food and Drug Administration» (FDA) et la «Commission fédérale des communications» (FCC) ont été informées des nouvelles conclusions du NTP, a dit M. Bucher. Ces deux organismes fédéraux sont responsables de la réglementation du rayonnement des téléphones cellulaires. (La FDA a demandé l’étude NTP pour la première fois en 1999.) Jusqu’à présent, ni l’un ni l’autre n’a montré de tendance à avertir le public des risques possibles pour la santé. Tous deux sont restés silencieux il y a deux ans lorsque le NTP a publié ses conclusions provisoires et a exprimé son inquiétude quant à leurs implications pour la santé publique.

Même après que Bucher ait inversé la tendance et minimisé le risque de cancer, il était encore trop fort pour la FDA. Jeffrey Shuren, directeur du «Center for Devices and Radiological Health» (CDRH) de la FDA, a publié une déclaration qualifiant les conclusions du NTP d’«ambiguës» et d’«équivoques». Il a déclaré que son agence ne voyait pas de « preuves suffisantes » d’effets néfastes sur la santé humaine et ne voyait aucune raison de réviser les limites d’exposition actuelles.

( Note ExoPortail : Puissance des Lobbys quand tu nous tiens …)

Melnick, par exemple, veut voir de l’action.

«Il est temps pour la FCC et la FDA de dire au public que le rayonnement des téléphones cellulaires peut causer le cancer», a-t-il dit.

 

Plus tard :

Jeffrey Shuren de la FDA/CDRH a publié une déclaration de suivi après la publication des rapports finaux du NTP. Il a dit clairement que l’agence n’a pas l’intention d’apporter des changements.

Mais il a également écrit : «Nous devons nous rappeler que l’étude n’a pas été conçue pour tester la sécurité de l’utilisation des téléphones cellulaires chez les humains, donc nous ne pouvons pas en tirer de conclusions sur les risques de l’utilisation des téléphones cellulaires».

Il omet honteusement de mentionner que la FDA a présenté une demande officielle au NTP pour cette étude en 1999.

Une copie de l’étude du NTP sur les rats est disponible ici ; l’étude sur les souris est disponible ici.

Voir aussi la fiche d’information et le communiqué de presse du «National Toxicology Program» (NTP)

 

Recommandation de Livre en rapport avec le sujet :

Lien vers le livre : https://livre.fnac.com/a1846222/Richard-Forget-Le-dossier-noir-du-portable

Source : https://truepublica.org.uk/united-kingdom/cell-phone-radiation-leads-to-cancer-says-u-s-ntp-in-final-report/

Traduction et recherches de liens : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 711 autres abonnés

1 Commentaire

  1. Heureusement tout ça ce sera loin une fois que apprendrons la communication par la télépathie 😉
    Je me réjouis et tellement hâte que tout soit fini !

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.