«Opération Chaos» : Comment la CIA a fragilisé les droits civils

0

Bien que le mouvement pour les droits civiques ait entraîné de nombreux changements bien connus au niveau institutionnel, il est largement admis que le mouvement n’a pas réussi à transformer totalement la société américaine. Le rêve de Martin Luther King Jr. n’a pas été pleinement réalisé.

Les raisons exactes de cette situation font l’objet d’un débat qui, malheureusement, se traduit souvent par un déplacement de la responsabilité entre conservateurs et libéraux.

En contemplant cette histoire, peu d’attention est accordée à l’une des raisons les plus malheureuses de l’essoufflement du mouvement des droits civiques – l’ingérence et les attaques des agences de renseignement américaines qui cherchent à neutraliser ce qu’elles considèrent comme une force de changement qui pourrait déstabiliser la société.

Les efforts visant à marginaliser et à dégrader le succès du Mouvement des droits civiques se sont poursuivis pendant de nombreuses années, mais ont pris une intensité initiale dans les années 1960. Les actifs de la CIA, y compris ceux de Gloria Steinem, n’ont jamais été très éloignés d’un processus global plus large dans lequel les leaders noirs américains des droits civiques ont été pris pour cible et la société afro-américaine a été déstabilisée.

Des agents comme Steinem ont été directement impliqués dans la propagation de la propagande comme un virus dans les années 60 et au-delà. Les effets sur la communauté noire aux États-Unis ont été si tragiques qu’on pourrait sans risque de les définir comme une expérience de contrôle de la population.

Un examen des méthodes utilisées pour cibler le Mouvement des droits civiques peut nous apprendre beaucoup de choses sur notre histoire, et encore plus sur ce que nous devrons surveiller de près à l’avenir.

 

1 ) L’histoire de Steinem avec la CIA :

Le début de l’histoire de Steinem avec la CIA n’est pas très clair, bien que les faits indiquent qu’elle a été recrutée soit pendant ses années universitaires, soit immédiatement après. De 1956 à 1958, Steinem s’est rendu en Inde en tant que boursier asiatique Chester Bowles.

Selon la documentation sur la carrière de Steinem, les personnes qu’elle a rencontrées au cours de son séjour au Canada comprenaient le fondateur du Parti communiste indien M. N. Roy et un chercheur qui semblait avoir été un agent de la CIA.

L’association «officielle» de Steinem avec la CIA a commencé à son retour aux États-Unis en 1959, lorsqu’elle a pris la tête d’une organisation de façade appelée «Independent Research Service», où elle a été chargée de recruter des étudiants pour participer aux festivals de la jeunesse sous contrôle soviétique en 1959 et 1962.

En 1978, le groupe féministe Restockings a écrit dans le livre Feminist Revolution que Steinem était co-directeur d’un dépliant du Independent Research Service intitulé A Review of Negro Segregation in the United States qui alléguait que la ségrégation des Noirs américains était au moins partiellement auto-perpétuée.

Lorsque la Révolution féministe a été publiée pour la première fois, la Fondation Ford, liée à la CIA, a été l’une de celles qui ont exigé que l’éditeur Random House retire toute référence à Steinem et à l’Independent Research Service.

Le lien entre Steinem, l’Independent Research Service et la CIA n’a été révélé qu’en 1967 lorsque les détails du soutien clandestin ont été divulgués au «Ramparts Magazine», alors largement rapporté par le Washington Post et le New York Times.

La CIA et Steinem elle-même finirent par reconnaître le lien dans les années suivantes, bien qu’elles aient toutes deux insisté sur le fait que leur travail visait à combattre le communisme.

Le mandat reconnu de M. Steinem à la CIA lui a permis d’établir un certain nombre de liens très médiatisés avec des personnes impliquées dans diverses opérations de la CIA.

Steinem discute de son mandat avec la CIA à la suite de son exposition.

Des recherches de l’Université du Missouri-St. Louis citent le président de la Rockefeller’s Chase Manhattan Bank, John McCloy, expert en guerre psychologique OSS et cadre supérieur chez Time, Inc. C.D. Jackson et Cord Meyer, un agent de la CIA lié à Watergate, qui ont appuyé son travail au sein du Service de recherche indépendant.

Bien que la CIA ait accordé une certaine confiance à Steinem, d’autres agences se méfiaient d’elle. Quelques années plus tard, le FBI a averti la division des droits civils du ministère de la Justice que Steinem représentait un risque pour la sécurité et une embauche inopportune en raison de ce qu’ils considéraient être des associations d’extrême gauche inacceptables.

Bien que la relation entre Steinem et la CIA aurait pris fin après 1962, ses associations avec des personnalités de premier plan contrôlant la politique publique ont continué. Selon Julian Assange, Steinem rencontra Henry Kissinger pendant ses années de travail pour l’administration Nixon.

Elle a également passé neuf ans dans une relation avec Stanley Pottinger, l’ancien procureur général adjoint de la Division des droits civils du ministère de la Justice, qui a insisté sur le fait qu’il n’y avait aucune preuve de la participation du FBI au meurtre de Martin Luther King, Jr.

Lorsque Steinem a fondé Mme Magazine en 1971, elle a choisi Elizabeth Forsling Harris, une directrice des relations publiques qui l’a aidée à préparer le voyage de John F. Kennedy à Dallas, au Texas, en 1963, comme co-fondatrice et éditrice.

Un examen des effets et du but de son travail tout au long de la fin des années 1960 et du début des années 1970 donne la nette impression que l’association de Steinem avec la CIA n’a peut-être pas pris fin, jouant plutôt un rôle dans les tentatives connues de l’agence pour saper les groupes nationaux des droits civils au cours de cette période.

2 ) Le ciblage de l’Amérique noire et les droits civils :

Le succès initial rapide du mouvement des droits civiques et la promesse qu’il tenait de perturber efficacement les structures du pouvoir aux États-Unis au plus fort de la guerre froide en ont fait une cible évidente pour les groupes de renseignement, tant aux États-Unis qu’à l’étranger.

Les mesures prises contre la communauté noire au cours de ces années comprenaient le ciblage des dirigeants des droits civils, la rédaction et le déploiement d’hommes noirs pour combattre dans les conflits étrangers et la destruction de la société noire en ciblant l’unité familiale et en favorisant les conflits entre les sexes.

A )  Cibler les leaders noirs :

Les dirigeants noirs avaient été pris pour cible par les services de renseignement et les organismes gouvernementaux bien avant les années 1960, mais ce sont les années 1960 qui ont été marquées par une série d’assassinats ciblés. Deux des plus connus de cette période sont probablement Malcolm X et Martin Luther King Jr.

Bien que Malcolm X, un nationaliste noir, ait passé la majeure partie de sa carrière à s’opposer à l’approche non-violente du MLK en matière de droits civiques, ses opinions ont changé juste un an avant sa mort.

En mai 1964, Malcolm a été cité dans le New York Times comme ayant déclaré que sa vision des Blancs avait changé et qu’il travaillerait avec les jeunes générations pour combattre le racisme. Il a été assassiné en février 1965.

En tant que l’un des dirigeants les plus emblématiques du mouvement des droits civiques, Martin Luther King Jr. était sans aucun doute une cible prioritaire. Bien que le Dr King ait prononcé un certain nombre de critiques socialistes du capitalisme au cours de sa vie, il était ardemment opposé au communisme.

En fait, c’est cette opposition qui a fait de lui le seul Américain très en vue à être pris pour cible par les services de renseignement tant aux États-Unis qu’en Union soviétique.

Le KGB de l’Union soviétique s’est opposé à M. King en raison de son refus de permettre aux sympathisants communistes d’entretenir de mauvaises relations raciales. Sa mort est survenue plusieurs années après celle de Malcolm X en 1968.

Saviez-vous que le gouvernement américain a été déclaré coupable de l’assassinat de Martin Luther King Jr. ? Cela n’a jamais été rapporté par les médias grand public.

Le leader des droits civiques Andrew Young (à gauche) et d’autres personnes debout sur le balcon d’un motel lorrain pointant en direction de l’agresseur après l’assassinat du ldr des droits civiques. Le Dr Martin Luther King, Jr. qui est allongé à leurs pieds.

Le retrait de personnalités comme Martin Luther King Jr. et Malcolm X était essentiel pour mettre à l’écart des individus qui pourraient être plus nationalistes ou soutenir les socialistes américains plutôt que l’extrémisme soutenu par l’étranger destiné à détériorer la situation des droits civils.

B )  Déstabiliser la société noire :

Les assassinats ciblés de dirigeants ont coïncidé avec la guerre du Vietnam, qui a conduit à l’enrôlement ou au déploiement d’un nombre disproportionné d’hommes noirs dans la zone de guerre.

Le «Oxford Companion to American Military History» a déclaré que bien que les Noirs représentaient 11% de la population américaine de 1965 à 1969, ils représentaient 12,6% des soldats au Vietnam. La majorité d’entre eux ont servi dans l’infanterie où ils ont subi un taux de pertes de 14,9 %.

Ce sont de telles statistiques qui ont poussé Martin Luther King Jr. et d’autres leaders des droits civiques à dénoncer le Vietnam comme étant «la guerre d’un homme blanc, un combat d’homme noir» où les hommes noirs étaient beaucoup plus susceptibles de voir le combat. Le déploiement d’hommes dans une zone de guerre a également eu pour effet de bouleverser la société d’une manière semblable à celle de la Seconde Guerre mondiale.

C ) Consolidation des programmes de renseignement nationaux de la CIA dans le cadre de l’opération CHAOS :

La Central Intelligence Agency a une longue histoire d’ingérence dans la politique étrangère. Toutefois, ces dernières années, on a accordé beaucoup moins d’attention à leurs opérations nationales.

À la fin des années 60, la CIA a commencé à centraliser ses diverses opérations nationales dans le cadre d’un programme unique appelé Opération CHAOS. Officiellement mis sur pied en 1967, tous les programmes nationaux existants de la CIA ont été regroupés sous l’égide de la CHAOS après que Richard Nixon en eut assumé la présidence en janvier 1969.

L’opération CHAOS a permis à la CIA d’infiltrer et d’espionner des groupes et des individus qu’elle considérait comme se comportant d’une manière «illégale et subversive».

Les organisations ciblées par la CIA comprenaient des organisations d’étudiants socialistes, le Black Panther Party et le Ramparts Magazine, la publication qui a été la première à exposer la relation de Gloria Steinem avec l’ICA.

Le 4 avril 1969, Steinem publie dans le New York Magazine sa pièce «Après le pouvoir des Noirs, la libération des femmes», qui fait «autorité». L’objectif principal de l’article était d’encourager les femmes à se détacher du mouvement des droits civiques et à «commencer à se concentrer sur leurs propres problèmes».

Avec un leadership des droits civiques affaibli par des assassinats ciblés et des hommes en âge de combattre envoyés sur un théâtre de combat étranger, ses écrits ont contribué à perpétuer ces problèmes en provoquant un conflit entre les sexes au sein du mouvement des droits civiques.

«Après le pouvoir des Noirs, la libération des femmes» s’opposait totalement aux philosophies prédominantes antérieures qui soutenaient les modèles de société, que Steinem attaquait comme «patriarcales». Des dirigeants comme le Dr King ont prêché que la pierre angulaire de l’édification d’une communauté noire américaine forte était le noyau familial.

En 1966, King prononce un discours dans lequel il affirme que la «survie même des Noirs d’Amérique est liée à leur capacité de créer et d’entretenir des familles solides».

«Toute la société, dit King, repose sur ce fondement de stabilité, de compréhension et de paix sociale.»

Avec des personnages comme King à l’écart en 1969, il était clairement possible de s’attaquer à ce qu’il considérait comme une pierre angulaire de la société noire en Amérique – des familles saines et harmonieuses.

L’étincelle qui a été allumée par l’article de Steinem inoculerait au mouvement des droits civiques une nouvelle souche de féminisme qui se propagerait comme un agent pathogène.

 

3 ) Exposition de l’opération CHAOS et dissimulation :

Les années qui ont suivi 1969 ont été marquées par la turbulence et l’augmentation des querelles entre agences. Bien que le FBI ait fourni à la CIA des renseignements pour les opérations CHAOS, il a refusé de fournir tout contexte ou analyse en raison de la perception que cela violerait sa charte.

Il est possible que cette tension ait contribué à l’éclatement du scandale du Watergate de 1972, où un agent actif de la CIA a été arrêté alors qu’il était sur écoute au siège du DNC et où un haut fonctionnaire du FBI a fourni au Washington Post des informations dénonçant le scandale.

Avec l’examen public croissant des programmes nationaux clandestins, l’Opération CHAOS a été officiellement interrompue en 1973. En 1974, le journaliste Seymour Hersh a exposé l’émission dans un article d’investigation publié dans le New York Times.

La révélation a suscité suffisamment d’indignation publique pour la création de comités à la Chambre et au Sénat ainsi que de la Commission Rockefeller, dirigée par le vice-président Nelson A. Rockefeller.

Ces enquêtes ont été marquées par les tentatives des fonctionnaires de l’administration Ford d’empêcher les comités du Congrès d’accéder à l’information et aux entretiens avec les fonctionnaires et de se concentrer sur la Commission Rockefeller, plus facilement contrôlée.

L’objectif de la Commission n’était pas de révéler les actes répréhensibles commis par les services de renseignement américains, mais d’atténuer les dommages causés par les fuites. Des révélations célèbres telles que la révélation du projet MKULTRA étaient en fait «sûres» parce que les responsables de la CIA considéraient ces programmes comme des échecs.

Il est déjà de notoriété publique que certaines informations, y compris la divulgation de l’implication de la CIA dans des complots d’assassinat, ont été retirées du rapport final de la Commission.

La participation de Nelson Rockefeller, dont la famille a participé aux appels du gouvernement en faveur du contrôle de la population et a financé des programmes d’eugénisme affiliés aux nazis qui maintenaient des dossiers sur des millions d’Américains en vue de leur élimination génétique était particulièrement inappropriée et montrait l’intérêt généralisé des intérêts spéciaux à s’intégrer dans la Commission Rockefeller pour leurs propres fins privées.

 

4 ) Commission post-Rockefeller :

Le ciblage des communautés noires s’est poursuivi longtemps après les années 1960. Lorsque la divulgation de l’expérimentation américaine sur les populations américaines a commencé dans les années 1970, des tragédies telles que la syphilis de Tuskegee ont montré que les Noirs américains étaient spécifiquement ciblés par divers programmes d’armes biologiques menés par divers organismes gouvernementaux.

Une grande partie de l’information entourant ces programmes demeure classifiée, «détruite» ou autrement tenue à l’écart de la sphère publique. Il est impossible de connaître toute l’ampleur de ces programmes qui ont utilisé des citoyens américains comme cobayes pour des expériences de guerre biologique et des méthodes de contrôle des populations.

Les journalistes qui ont dénoncé d’autres attaques de la CIA contre des communautés noires américaines ont été accusés de discréditation et de diffamation. La série Dark Alliance de Gary Webb, publiée par The Mercury News, alléguait l’implication de la CIA dans le trafic de crack de cocaïne qui était largement répandu dans les communautés noires et qui a entraîné des condamnations disproportionnées des Noirs américains.

Les taux d’incarcération élevés qui ont résulté de ces politiques ont contribué à la fragmentation de l’unité familiale noire américaine. Webb a été attaqué par presque tous les grands médias pour ses révélations et a finalement été retrouvé mort avec deux balles dans la tête.

L’effet combiné des attaques juridiques, biologiques et sociologiques sur la communauté noire l’a empêchée de réaliser la vision de Martin Luther King Jr. d’une société noire américaine fondée sur des unités familiales stables.

En 1960, les deux tiers des enfants noirs vivaient avec deux parents – aujourd’hui, ce nombre a été réduit à un tiers. Plus de 73 % des enfants noirs naissent hors mariage selon les données publiées par le «Center for Disease Control» en 2012 (une augmentation spectaculaire par rapport aux 11 % de 1938).

Ces statistiques s’inscrivent dans le cadre d’une baisse globale des taux de fécondité et de natalité qui s’est poursuivie sans interruption jusqu’à ce jour. Cette tendance est alarmante, étant donné que les spécialistes des sciences sociales observent depuis les années 1960 que l’éclatement de l’unité familiale n’est pas dû à des facteurs économiques.

Les obstacles créés par la communauté du renseignement et les nouvelles théories sociales ont dégradé la capacité des familles noires de conserver leur structure cohésive, exposant les générations aux luttes de la monoparentalité et de la pauvreté continue.

Malgré ces facteurs qui perturbent la structure familiale et rendent la vie des femmes noires plus difficile, Gloria Steinem a déclaré au Huffington Post que, pas plus tard qu’en 2015, elle attribuait aux femmes noires le mérite d’avoir «lancé le mouvement féministe» qu’elle a contribué à promouvoir et à diffuser dans les années 1960 et 1970.

Elle est demeurée active dans divers mouvements de justice sociale. En janvier 2017, elle a pris la parole lors des manifestations de la «Marche des femmes» à Washington DC.

Il semble que l’Opération CHAOS se soit prolongée au-delà de 1973 dans l’esprit sinon dans le nom. Certains membres de l’administration Reagan finirent par tenter de permettre à la CIA de reprendre ses opérations nationales dans les années 1980.

La proposition a fait l’objet de vives critiques dans le New York Times. En 2015, des rapports ont commencé à faire leur apparition, faisant état d’allégations selon lesquelles un militant traversant la frontière canadienne aurait été «choisi au hasard» pour une recherche dans le cadre d’un programme appelé «Opération Chaos».

Source : http://humansarefree.com/2018/10/how-cia-undermined-civil-rights.html

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 742 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.