Alliance secrète : La CIA et les services secrets indiens au Tibet

0
Après la guerre frontalière entre la Chine et l’Inde en 1962, une alliance secrète entre la CIA et les services de renseignement indiens au Tibet a mené une guérilla secrète contre la Chine dans l’Himalaya. La CIA a travaillé en étroite collaboration avec les services de renseignement indiens pour former et fournir des agents au Tibet et pour créer une unité de forces spéciales de réfugiés tibétains qui a finalement été appelée Force frontalière spéciale et a formé une unité aérienne et de renseignement commune comme le Centre de recherche aéronautique et le Centre spécial.

 

L’Agence centrale de renseignements a aidé les résistants tibétains dans leur lutte contre la République populaire de Chine (RPC) des années 1950 aux années 1970. Bien que l’Agence ait eu des contacts avec les Tibétains depuis la réoccupation du Tibet par les Chinois en 1950, elle n’a pas organisé d’opération majeure dans le pays jusqu’à ce que les membres de la tribu Khampa lancent des rébellions contre la RPC en 1955 et 1956.

Avec l’aide de Gyalo Thondup, un frère du Dalaï Lama qui était actif dans la politique de la communauté des réfugiés tibétains, la CIA a recruté et formé six réfugiés tibétains qui ont servi d’agents pour évaluer la force de la rébellion et pour préparer la création d’un réseau de résistance.

En 1958, les rapports de ces agents ont convaincu l’administration Eisenhower que les Tibétains avaient la capacité de mener une campagne soutenue contre la domination chinoise. La CIA a donc mené un programme de largage secret de fournitures aux insurgés tibétains et de formation d’agents tibétains pour organiser la résistance et les réseaux de renseignement à l’intérieur du pays.

Cet effort a cependant été lancé au moment même où l’Armée populaire de libération (APL) prenait des mesures de plus en plus efficaces pour réprimer les rebelles. Les agents de la radio tibétaine ont joué un rôle crucial en aidant le Dalaï Lama à fuir l’escalade des combats en informant les gouvernements américain et indien de la demande de sanctuaire du Lama en Inde. Cette importante victoire en matière de propagande n’a néanmoins pas empêché l’APL de détruire et de disperser les bandes de guérilla que la CIA a aidées.

Une photo du documentaire The Shadow Circus The CIA in Tibet, réalisé en 1998 par Tenzing Sonam et Ritu Sarin.

 

L’échec de la rébellion n’a cependant pas mis fin aux efforts américains pour utiliser le Tibet comme un front actif contre la RPC. Dans les années 1960, la CIA a continué à former des agents tibétains pour les opérations de renseignement et de sabotage au Tibet et elle a établi une base pour une unité de guérilla dans le lointain royaume népalais de Mustang.

Après la guerre frontalière entre la Chine et l’Inde en 1962, la CIA a travaillé en étroite collaboration avec les services de renseignements indiens pour former et fournir des agents au Tibet et pour créer une unité de forces spéciales de réfugiés tibétains qui a finalement été appelée Force frontalière spéciale. Les opérations tibétaines de la CIA se sont poursuivies jusqu’aux années 1970, lorsque les tensions dans les relations américano-indiennes, l’amélioration des liens diplomatiques américains avec la RPC et l’occupation de la base de Mustang par le gouvernement népalais ont mis fin au programme tibétain.

En plus de former des agents et des unités paramilitaires pour des opérations à l’intérieur du Tibet, la CIA a pris d’autres mesures pour aider la résistance tibétaine. Une filiale de la CIA, le Comité pour l’Asie libre, a financé un voyage que Thubten Norbu, un autre des frères du Dalaï Lama, a effectué aux États-Unis au début des années 1950 pour plaider en faveur du soutien américain à l’indépendance du Tibet.

Lorsque les Tibétains ont fait pression pour l’adoption d’une résolution des Nations Unies exprimant leur inquiétude quant aux politiques de la RPC au Tibet en 1959, la CIA a fourni des informations à des journalistes et des rédacteurs en chef sympathisants dans un effort pour renforcer le soutien du public à la résolution. La CIA a également aidé le gouvernement en exil du Dalaï Lama en faisant un don annuel de 180 000 dollars au fonds fiduciaire caritatif du Dalaï Lama jusqu’en 1967 et en subventionnant un programme de formation pour les fonctionnaires et agents tibétains à l’université de Cornell. Elle a également acheté des œuvres d’art tibétaines pour les exposer dans la Maison du Tibet du gouvernement en exil à New Delhi.

Le Tibet est devenu un terrain d’essai vital pour les agents de la CIA et leurs espions. Une grande partie de l’équipement utilisé par l’Agence dans les années suivantes, en particulier les avions et le matériel de communication, a été «testé au combat dans les conditions les plus extrêmes imaginables». Le personnel de la CIA a également appris des techniques pour le largage aérien de matériel et pour l’établissement de réseaux de communication qui ont été utilisés dans les opérations suivantes.

De plus, ils ont appris à travailler en étroite collaboration avec d’autres agences gouvernementales, en particulier les forces armées et le service forestier américain, pour obtenir les pilotes, les instructeurs de parachutisme et les avions nécessaires à la mise en œuvre du programme.

Des résistants à la frontière tibétaine pendant les premières années du programme de la CIA au Tibet. Collection Lhamo Tsering

 

Enfin, de nombreux officiers ayant participé au programme tibétain ont ensuite assumé des postes à responsabilités plus importantes en dirigeant les activités de la CIA dans d’autres parties du monde, en particulier au Vietnam et au Laos.

John Kenneth Knaus, qui a formé des agents tibétains et qui a ensuite dirigé la «Tibet Task Force» au début des années 60, a ensuite occupé des postes de haut niveau à Langley. Roger McCarthy, le chef de la «Tibet Task Force» au plus fort de ses activités de 1959 à 1961, a ensuite dirigé les opérations au Vietnam et au Laos. Deux membres de la CIA qui ont formé des agents tibétains au Colorado, Thomas Fosmire et Anthony Poshpenny (Tony Poe), ont également servi en Indochine pendant plusieurs années.

Le programme tibétain de la CIA a joué un rôle important dans le resserrement des liens entre les États-Unis et l’Inde, en particulier entre la CIA et ses homologues indiens. Malgré de graves différends sur des questions telles que le neutralisme de l’Inde pendant la guerre froide et l’alliance des États-Unis avec le Pakistan, les craintes communes concernant la politique chinoise au Tibet «ont conduit Washington et New Delhi à devenir des partenaires secrets au cours de plusieurs administrations américaines».

Le Dalaï Lama (devant, au centre à droite, en noir, portant des lunettes) pose avec son escorte de guérilla armée alors qu’il fuit le Tibet après avoir été l’instigateur d’un « soulèvement » militairement infructueux des moines contre le renversement par le gouvernement révolutionnaire chinois de son régime théocratique féodal.

 

La CIA a collaboré avec les services de renseignement indiens pour former et équiper les agents tibétains et les troupes des forces spéciales et pour former des unités aériennes et de renseignement communes telles que le Centre de recherche aéronautique et le Centre spécial. Cette collaboration s’est poursuivie jusque dans les années 1970 et certains des programmes qu’elle a parrainés, en particulier les opérations de la Force frontalière spéciale sous commandement indien, se poursuivent encore aujourd’hui.

Le rôle de la CIA dans l’assistance au Dalaï Lama dans sa fuite du Tibet et dans la mise en place d’un gouvernement tibétain en exil ainsi que de forces paramilitaires «a été un stimulant important pour le moral de la communauté des réfugiés». Cette assistance a «aidé à porter la communauté de la diaspora et ses dirigeants à travers les années les plus sombres de l’exil, alors que leur cause aurait pu être oubliée autrement».

Cet argument est susceptible de susciter le plus fort désaccord de la part de beaucoup. S’il est vrai que les Américains ont apporté une aide précieuse au Dalaï Lama au cours des premières années de son exil, leur participation à la révolte contre la RPC a beaucoup contribué à créer les tensions qui ont déterminé sa décision de fuir le Tibet.

De plus, comme l’écrit Tsering Shakya dans Le Dragon au pays des neiges, les opérations tibétaines de la CIA ont convaincu les dirigeants de la RPC qu’ils faisaient face à «une menace directe pour la sécurité de la Chine» et cette conviction «peut expliquer la férocité de la répression chinoise de la révolte tibétaine».

De nombreuses opérations tibétaines de la CIA ont tout simplement été des échecs inefficaces et coûteux malgré l’ingéniosité et la bravoure des agents tibétains et américains. L’aide à la révolte à la fin des années 1950 n’a pas empêché la défaite finale de la rébellion et la politique chinoise sévère qui a suivi. Pratiquement tous les agents qui ont infiltré le Tibet dans le but de créer une résistance ou des réseaux de renseignement ont été tués, capturés ou forcés de fuir le pays.

La force de guérilla basée à Mustang a remporté un succès impressionnant au début en capturant une cache de documents chinois classifiés en 1961, mais n’a pas fait grand-chose dans les années qui ont suivi en raison des mesures efficaces de contrôle des frontières chinoises et des luttes intestines entre les dirigeants de la force. L’unité, comme l’a dit l’un de ses officiers, «a continué à exister pour le bien de l’existence».

Les dirigeants tibétains ont constamment souffert de différences de personnalités, de politiques et de loyautés régionales. Malgré un ressentiment généralisé contre leur régime, les Chinois ont mis en place des mesures de sécurité rigoureuses qui ont découragé le soutien local aux agents tibétains de la CIA. Enfin, ni les États-Unis ni les gouvernements d’Asie du Sud qui soutenaient ou toléraient les activités de l’Agence n’étaient disposés à approuver une campagne qui risquait de déboucher sur un conflit ouvert avec la RPC.

 

Ajouts ExoPortail montrant que les liens entre le Tibet et l’état profond US sont toujours forts, pouvant déboucher à une nouvelle déstabilisation future: 

 

Le représentant Scott Perry (Républician, Californie) a déposé le 19 mai 2020 une proposition de loi (H.R.6948) « afin d’autoriser le président à reconnaître la région autonome du Tibet de la République populaire de Chine en tant qu’État séparé et indépendant et à d’autres fins »

Bien que le texte de cette proposition n’ait pas encore été distribué du fait de l’épidémie de Covid-19, on sait qu’elle vise à obtenir la possibilité pour le 11ème Panchen Lama reconnu par l’actuel 14ème Dalai Lama de participer à la désignation du prochain 15ème Dalai Lama.

L’actuel 14ème Dalai Lama, Tenzin Gyatso, a été élevé dans l’idéologie du Kuomintang par un officier nazi de la SS récupéré par les réseaux stay-behind de l’Otan, Heinrich Harrer.

( Note ExoPortail : Digression qui a son importance : Le Dalaï Lama a été payé 1 million de dollars pour soutenir la secte d’esclavage sexuel «NXIVM» : https://exoportail.com/le-dalai-lama-a-ete-paye-1-million-de-dollars-pour-soutenir-la-secte-desclavage-sexuel-nxivm/ )

En 1995, un différent opposa les autorités religieuses bouddhistes tibétaines aux autorités politiques chinoises à propos de la désignation du 11ème Panchen Lama. Les premières choisirent un enfant de 6 ans, Gedhun Choekyi Nyima (photo). Les secondes, arguant d’une tradition instaurée au XVIIIème siècle par la dynastie Qing, procédèrent à une désignation concurrente, celle d’un autre enfant du même âge, Gyancain Norbu. Puis Beijing plaça le premier au secret et lui donna une éducation communiste.

Les Dalai Lama et les Panchen Lama ne sont valides que s’ils se reconnaissent mutuellement.

 

Notes :

  • Tsering Shakya, The Dragon in the Land of Snows: A Modern History of Tibet Since 1947 (London: Pimlico, 1999)

  • John Prados, Presidents’ Secret Wars: CIA and Pentagon Covert Operations Since World War II (New York: William Morrow, 1986)
  • John Kenneth Knaus, Orphans of the Cold War: America and the Struggle for Tibetan Survival (New York: Public Affairs, 1999)
  • Roger McCarthy, Tears of the Lotus: Accounts of Tibetan Resistance to the Chinese Invasion, 1950-1961 (Jefferson, N.C.: McFarland, 1997)
  • A. Tom Grunfeld, The Making of Modern Tibet, revised edition (Armonk, N.Y., 1996)
  • Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist State (Berkeley and London: University of California Press, 1989)
  • The Snow Lion and the Dragon: China, Tibet, and the Dalai Lama (Berkeley and London: University of California Press, 1997)

Source : https://greatgameindia.com/secret-alliance-cia-indian-intelligence-in-tibet/https://www.voltairenet.org/article210015.html et https://www.congress.gov/bill/116th-congress/house-bill/6948?s=1&r=9

Traduction et ajouts : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 046 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.