Documentaire Arte : Le jeûne, une nouvelle thérapie ?

1

Le jeûne, une nouvelle thérapie ? Et s’il existait une alternative au «tout médicament» ? En Russie, en Allemagne et aux États-Unis, médecins et chercheurs étudient les effets étonnants du jeûne sur les patients. Une enquête aussi rigoureuse que troublante.

 

Dans les pays occidentaux, les cas de diabète, d’hypertension, d’obésité, de cancers se multiplient et la consommation de médicaments explose. Et s’il existait une autre voie thérapeutique ? Depuis un demi-siècle, en Russie, en Allemagne et aux États-Unis, des médecins et des biologistes explorent une autre piste : le jeûne. Réputé pour sa source d’eau chaude, le sanatorium de Goriachinsk, dans la plaine sibérienne, est aussi connu pour son centre de jeûne, créé en 1995. Atteints d’asthme, de diabète, de rhumatisme, d’allergie…, les patients, très encadrés, n’ingurgitent rien à part de l’eau durant douze jours en moyenne, mais la cure se prolonge parfois trois semaines. Après la douloureuse crise d’acidose des débuts, ils se sentent plus en forme et les deux tiers voient leurs symptômes disparaître après une ou plusieurs cures. Remboursé, ce traitement s’appuie sur quarante ans d’études scientifiques, malheureusement non traduites, qui ont démarré sous l’ère soviétique. Bien qu’elles soient inconnues hors de Russie, des médecins et chercheurs occidentaux creusent aussi ce sillon, même si, aux pays du médicament roi, ils bénéficient de peu de subventions.

Le documentaire nous emmène aussi en Allemagne, à la clinique Buchinger, sur les rives du lac de Constance, où l’on soigne par le jeûne des maladies chroniques, et aux États-Unis, où Valter D. Longo, professeur de biogérontologie à l’université de Californie, étudie les effets du jeûne sur des souris atteintes de cancer – il a mis en évidence le fait que, chez elles, le jeûne décuple les effets de la chimiothérapie. À l’aide d’infographies très claires, le film explique les bouleversements complexes qui s’opèrent dans un organisme à la diète. Grosso modo, il réapprend à vivre de ses réserves, un réflexe atavique qui le purge et le rend plus fort. Aussi efficace que troublante, la démonstration de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (Mâles en péril) incite à réévaluer notre approche de la maladie et du soin. À l’instar des malades de Goriachinsk plus confiants après avoir surmonté l’épreuve du jeûne, on se découvre un corps plus résistant qu’on ne le croyait, une nouvelle plutôt réconfortante.


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 037 autres abonnés

Partager l'article :

1 Commentaire

  1. Commentaire en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Témoignage :

    Depuis février 2001 je ne consomme plus d’animaux, ni de café, ni plus d’alcool depuis février 2009.

    Puis j’ai tenté plusieurs non pas régimes, mais tests alimentaire, car je ne souhaitais pas grossir et m’empâter. Pourtant j’ai grimpé, grimpé, pour 190 cm de taille, jusqu’à 107 kg..! Et j’ai commencé à avoir mal aux genoux, ne plus pouvoir marcher en montagne, être toujours essouflé.

    J’ai supprimé les laitages, le fromages, le pain de farine de blé, les chips, le pop corn car le maïs est ce qu’il y a de plus néfaste comme céréale, puis j’ai continué, j’ai supprimé les sodas, les glaces, les bonbons sucrés, etc… Puis j’ai supprimé le plus de pâtes de farine de blé possible, puis appris à ne pas mélanger léguminées et fruits lorsque ceux-ci sont mélangés non cuit, comme dans la salade, J’ai commencé a ne manger que du pain d’épeautre, de boire du lait d’épeautre et d’avoine. Puis j’ai fait toute la pratique du sungazing pour développer la glande pinéale en buvant de l’eau plate solarisée, mais rien n’y faisait, avec tous ces efforts, je n’ai réussi à perdre que 10kg, rien de plus et me voilà bloqué à 96 kg..!

    Je mangeais des noix, du chocolat noir minimum 72%, des fruits, je fais toujours mon beurre clarifié au curcuma, et consomme toujours miel et oeufs, mais je n’arrêtais pas d’en consommer en grignotage toute la journèe.

    Puis le 18 septembre 2018 j’ai regardé une video sur youtube sur le fasting, soit le jeûne intermittent. J’ai débuté le jour même en ne mangeant qu’entre 14:00 et 22:00, le reste du temps, je ne bois que de l’eau plate ou du thé vert à la menthe, les deux sans sucre naturellement.

    Par contre les heures ou je consomme, je mange un tas de cochonnerie, chocolat au lait, crème vanille, pain de mie, crème à tartiner au chocolat, fromage, laitage, et là miracle..!

    Huit mois plus tard, j’avais perdu 10 kg, m’établisant à 86 kg..!

    Tout ragaillardis, je me suis piquè au jeu, oui car pour moi qui grignottait toute la journée chocolat noir et noix, là je ne mangeais plus rien et je n’avais plus aucune fringale..!

    Je ne vivais pas cela comme une corvéè, mais comme un jeu. Puis j’ai décidé le jour mēme, le 15 mai 2019, vivant au Sénégal, soit à mi-ramadan alors que je ne suis pas musulman, de ne consommer plus qu’entre 19:30 et 22:00, sous les regards incrédules des pratiquants musulmans vivant autour de moi..!

    Après deux mois seulement j’avais encore perdu 10kg supplémentaire, soit 76 kg..!

    Aujourd’hui je ne sais pas, notre pèse personnes à rendu l’âme, l’important et que je me sens léger, je me sens bien, dans ma tête et dans mon corps, même si celui-ci n’est en fait qu’illusion et illusoire.

    Alors oui, je ne peux que conseiller le fasting, quant à cet article je l’avoue je ne l’ai pas encore lu, mais apparemment il va dans le même sens.

    Selon la médecine, ou la diététique, je ne sais pas… Mon poids maximal pour ma taille, ne devrais pas dépasser 95kg, alors que lâ tous mes pentalons, y compris ceux que depuis des dizaines d’années je ne pouvais ne porter qu’en rêve, aujourd’hui tout me va, la plupart avec l’obligation d’une ceinture.

    Bien à vous et courage, la solution au surpoids existe, j’en suis le témoin vivant

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.