Les origines occultes de la Saint-Valentin : Les Lupercales

2

Note ExoPortailChaque 14 Février nous voyons une profusion de déclarations enflammées entre les hommes et les femmes à travers tous types de présents et de belles intentions. Tout cela est fait au nom de la Saint-Valentin ! Même si cette mise en scène romanesque reste joyeuse d’où vient cette tradition vieille de plusieurs siècles ? 

Alors que certains croient que  la Saint Valentin est célébrée dans le milieu de février pour commémorer l’anniversaire de la mort du Saint, qui a eu lieu vers l’an 270, d’autres prétendent que l’Église chrétienne peut avoir décidé de placer la fête de la Saint-Valentin dans le milieu du mois de février en vue de « christianiser » la célébration païenne des Lupercales.


 

Les Lupercales sont des fêtes célébrées chaque année du 13 au 15 février par les luperques, des prêtres de la Rome antique en fin d’année du calendrier romain. Les luperques sont réunis au sein d’un collège qui rassemble les fils descendants des plus anciennes familles qui ont fondé la ville de Rome. Cette série de fêtes célébraient le souvenir de l’allaitement de Romulus et Remus par une louve et rendait aussi hommage à Faunus Lupercus, une divinité de la fertilité et défenseur des troupeaux contre les loups et ayant un aspect mi-homme mi-bouc.

Romulus et Remus allaités par une louve (Lupa Capitolina – Musée du Capitole, Rome – œuvre étrusque du Ve siècle av. E.E.).

Les Lupercales sont des fêtes célébrées chaque année du 13 au 15 février par les luperques, des prêtres de la Rome antique en fin d’année du calendrier romain. Les luperques sont réunis au sein d’un collège qui rassemble les fils descendants des plus anciennes familles qui ont fondé la ville de Rome. Cette série de fêtes célébraient le souvenir de l’allaitement de Romulus et Remus par une louve et rendait aussi hommage à Faunus Lupercus, une divinité de la fertilité et défenseur des troupeaux contre les loups et ayant un aspect mi-homme mi-bouc. Les 12 prêtres luperques sacrifiaient un bouc à leur dieu dans la grotte de Lupercal au pied du Mont Palatin là où la louve aurait allaité Romulus et Remus avant qu’ils ne soient recueillis par un couple de berger dont la femme, une prostituée, était surnommée « Lupa » (la louve en latin). Cette « Lupa » s’appelait Acca Larentia et son commerce de prostitution la rendit prospère et légua à sa mort sa fortune à Romulus.

Faunus Lupercus.
Pan s’accouplant avec une chèvre, IIe siècle av. E.E. (Musée archéologique national de Naples).

 Avant que Rome n’existe, les Grecs célébraient déjà la fête des loups, «Lukéia», dont découlera les Lupercales. Le dieu grec Pan était également représenté sous une forme mi-humaine mi-bouc. Il était le protecteur des bergers et des troupeaux. Pan serait un des rares noms divins que l’on peut attribuer à une période commune indo-européenne. Le dieu Pan est très réputé pour sa puissance sexuelle et il est dit qu’il apprit la masturbation chez son père Hermès et transmis cette habitude aux bergers. Pan partage avec les satyres des attributs communs et ces derniers ont un aspect rustre et jeune, caractéristiques typiques de la brutalité érotique de la jeunesse.

Un rituel était officié par un prêtre sacrificateur au cours duquel ce dernier tailladait le front de deux jeunes hommes pour que le sang versé soit mélangé à du lait. Ensuite, ces jeunes hommes couraient quasi nus dans toute la ville de Rome en fouettant les femmes au passage, qui voulaient avoir un enfant, à l’aide des lanières de peau de bouc pour les rendre fécondes. Le bouc était réputé être l’animal qui symbolise la luxure par excellence, tous les plaisirs sexuels.

La flagellation des femmes.

La flagellation des femmes.

Au cours de ces Lupercales, les noms des jeunes femmes étaient tirés au sort par des hommes et la suite des évènements n’était qu’immoralité sexuelle. C’était en somme une période de dépravation sexuelle généralisée.

Deux jeunes hommes en train de flageller des femmes. À droite, une statue de Faunus Lupercus (Museo del Prado, Madrid).
Claude le Cruel.

Cependant, en 494 apr. E.E. le Pape Gélase Ier (originaire d’Afrique du Nord, voir travaux de Runoko Rashidi) mis fin à cette fête et la substitua par la Saint Valentin, patron des fiancés et des amoureux, et décréta que le 14 février soit le jour consacrée à cette fête au nouveau visage. Le nom de Valentin est pris à Valentin de Terni, un moine du 3e siècle martyrisé sous l’empereur romain Claude II (Marcus Aurelius Claudius Gothicus), surnommé « Claude le Cruel« . Valentin de Terni fut, par ordre de Claude le Cruel, roué de coups par les légionnaires et décapité le 14 février 269.

 LE SYMBOLISME DU BOUC :

On a vu que le bouc était relié à des rituels de fertilité. Aussi, les Lupercales étaient des fêtes de purification et c’est le sacrifice d’un bouc qui laisse dans la culture européenne l’expression populaire « bouc émissaire » pour expier les impuretés. Dans la culture judéo-chrétienne, le bouc est devenu la représentation de l’Antéchrist et est assimilé à Satan tout en symbolisant également la luxure. Dans les pratiques occultes européennes, on retrouve le personnage de Baphomet qui est une représentation mi-homme mi-bouc. La représentation visuelle que l’on connaît de ce Baphomet a été réalisée par Éliphas Lévi, un ecclésiastique français du 19e siècle et grande figure de l’occultisme.

En plus d’attribuer aux boucs l’attribut de la fécondité, ils sont réputés transmettre cette aptitude aux hommes et c’est cela qui explique la pratique d’accouplement d’un bouc et d’une femme. En effet, pendant l’occupation grecque de l’Égypte antique, en y introduisant leurs coutumes dont l’accouplement d’un bouc et d’une femme, on comprend mieux ce passage d’Hérodote lorsqu’il dit: « Il arriva, pendant que j’étais en Égypte, une chose étonnante dans le nome mendésien: un bouc eut publiquement ce commerce avec une femme, et cette aventure fut connue de tout le monde. » (dans son ouvrage « Enquête »). Mendès était située dans la région du delta du Nil.

Baphomet.
Pan, Aphrodite et Éros. Caractéristique du bouc sollicitant une relation sexuelle avec une femme, Ier siècle av. E.E. (Musée archéologique national, Athènes).

Grâce à une abondante littérature esclavagiste et coloniale, la spiritualité africaine a été dénigrée sous toutes ses coutures au point qu’un bon nombre d’Africains lui tournent le dos pour cause de sorcellerie, de fétichisme, de paganisme, ou autre vocabulaire ordurier du genre. Que pourrait-on dire donc de la sorcellerie de cette Saint-Valentin en plein christianisme et qui maquille des traditions indo-européennes représentées par ce bouc viril? Sous couvert de la recherche du Salut de notre âme, nombreux sont plongés dans des traditions eurasiatiques dont ils ignorent totalement les tenants et les aboutissants.

Note ExoPortail : Si nous nous intéressons de plus près aux origines de la Saint-Valentin, nous découvrons des pratiques païennes et occultes qui ne glorifient en rien le Divin. Ce fut dans l’Antiquité le moyen de servir des idoles qui encourageaient la sorcellerie, l’impudicité et la fornication avec toutes sortes de débauches. Bien entendu dans notre époque on ignore ses origines mystiques et on n’en voit que le moyen pour les couples de déclarer leurs vœux dans un esprit romanesque, et les commerçants en trouvent aussi leur avantage.

Source :  http://uhem-mesut.com/medu/fr0012.php

Rajouts : Exoportail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Merci.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 192 autres abonnés

2 Commentaires

  1. et surtout, comme d’hab, les femmes en faisaient les frais à être flagellées , torturées et violées!! la guerre aux femmes, au féminin!! c’est pas nouveau puisque cela perdure, d’une façon ou d’une autre!!

    • Non puisque les femmes en question avaient données leur accord c’était un rituel de fertilité et de prestige sociale ,il est sot de voir le monde antique avec nos yeux de petits occidentaux moderne ,porter un jugement de valeur de cette façon ,les hommes qui désiraient entrer dans la prêtrise de Cybèle se castrer de même pour les minoens ,les femmes ne sont pas les seuls victimes c’est particulièrement naïf de la croire .Quesque les romaine auraient penser de nos idéaux ,du féminismes surement de bien mélioratif , Ô tempora ,Ô Mores .

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.