Un important investisseur de Big Pharma condamné à plus de 5 ans de prison pour avoir soudoyé des médecins afin qu’ils prescrivent trop d’opioïdes mortels

0

Des millions d’Américains qui ont vécu la crise financière se souviennent probablement que pas un seul cadre d’une grande banque d’investissement n’a été emprisonné à la suite de la crise, malgré le fait qu’il dirigeait des organisations apparemment vouées à perpétuer une fraude criminelle envers presque toutes les contreparties et tous les clients.

 

Mais lorsque les Américains se pencheront sur la crise des opioïdes, ils se souviendront qu’au moins un cadre d’un grand fabricant et distributeur d’opioïdes a été condamné à une peine assez lourde – cinq ans et demi (66 mois) de prison fédérale – pour un système de pots-de-vin illégal qui consistait en fait à soudoyer des médecins pour qu’ils prescrivent des doses potentiellement mortelles de fentanyl. C’est exact : Sous la marque Subsys, Insys a vendu un analgésique fabriqué à partir du même opioïde synthétique ultra-puissant responsable de dizaines de milliers de décès en Amérique.

Selon le Financial Times, qui, en partenariat avec PBS’s Frontline, produit un documentaire sur la crise des opioïdes, John Kapoor, le fondateur d’Insys, a été condamné à une peine de prison jeudi après avoir été poursuivi en vertu de la loi RICO – une loi adoptée il y a plusieurs décennies pour aider le Département de la justice à poursuivre la mafia.

Kapoor rejoint sept autres cadres d’Insys qui ont déjà été condamnés à des peines de prison pour leur rôle dans les manigances illégales de la société, qui comprenait l’utilisation de tactiques de vente «impitoyables» pour encourager les médecins à prescrire davantage de leur médicament. Plusieurs médecins qui ont pris de l’argent à la société en échange de pots-de-vin déguisés en honoraires de conférenciers sont également poursuivis, ou ont déjà été condamnés à des peines de prison.

Plus tôt dans la journée de jeudi, Alec Burlakoff, l’ancien directeur des ventes d’Insys et l’un des principaux témoins coopérants du gouvernement, a accepté une peine de 26 mois de prison. Les peines de prison ont été prononcées malgré une longue tradition qui permet aux grandes entreprises pharmaceutiques de se défiler avec des amendes qui équivalent souvent à une tape sur les doigts.

Subsys a été approuvé par la FDA pour cibler ce qu’on appelle la « douleur de rupture », que connaissent de nombreux patients atteints d’un cancer avancé. Mais la plupart des médecins ciblés par Insys n’étaient pas des oncologues. La société les a encouragés à prescrire le médicament «hors étiquette» – c’est-à-dire sans son objectif approuvé – pour traiter la douleur chronique normale.

Kapoor est un entrepreneur en série qui a immigré d’Inde aux États-Unis au début de la vingtaine. Le fentanyl en spray qui était le principal produit de l’entreprise a été approuvé en 2012.

John Kapoor

Dans le cadre du système de ristourne de l’entreprise, les médecins qui prescrivaient de grandes quantités de ce médicament pouvaient gagner jusqu’à 125 000 dollars par an en frais de prise de parole.

La société dépendait de ses associés aux ventes que M. Kapoor a décrit comme «PHD» – «pauvre, affamé et désespéré» ou «pauvre, affamé et débile». L’un des représentants des ventes qui s’est retrouvé mêlé à l’accusation était un ancien strip-teaseur, un détail de l’enquête qui a été largement couvert par la presse.

L’insistance de Kapoor pour que la société suive méticuleusement le retour sur investissement de son système de pots-de-vin illégal est ce qui l’a finalement mené à sa perte. Les procureurs ont réussi à mettre la main sur un tableur calculant le retour sur investissement pour chaque dollar dépensé en «honoraires» de médecin. M. Kapoor a insisté sur le fait que, pour chaque dollar reçu par un médecin, il devait rapporter au moins deux dollars de ventes à Insys.

L’équipe juridique de Kapoor a insisté sur le fait que leur client était injustement présenté comme une «caricature d’un chef de la mafia» par l’accusation. Mais la «culture impitoyable» du cabinet a été illustrée par une vidéo de vente mettant en scène une «bouteille de Subsys» qui encourage les médecins à augmenter la dose pour leurs patients – les incitant ainsi à faire une overdose accidentelle et à tuer leurs propres patients.

Burlakoff, qui a joué la bouteille de Subsys dans la vidéo, a déclaré à la presse que la vidéo était une grande partie des preuves à charge contre lui. Il regrette maintenant d’y avoir participé, même s’il trouvait cela «cool» à l’époque.

Fred Wyshak, le procureur qui s’est occupé de l’affaire Insys, s’est fait connaître en poursuivant la mafia et en participant à la condamnation de Whitey Bulger, l’ancien patron de la criminalité de Boston, assassiné l’année dernière alors qu’il purgeait une peine à vie.

 

Sourcehttps://www.zerohedge.com/economics/pharma-founder-gets-55-years-bribing-doctors-prescribe-deadly-opioidshttps://www.ft.com/insys et https://www.pbs.org/newshour/health/former-insys-therapeutics-chairman-sentenced-for-role-in-opioid-scheme

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 037 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.