L’Agence européenne de sécurité des aliments a officiellement déclaré la première espèce de vers de farine comme «sûr à la consommation»

3

L’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a officiellement déclaré que la première espèce de ce type – un ver de farine jaune, pour être précis – peut être consommée en toute sécurité.

 

Cette évolution signifie que les personnes qui achètent des pâtes, des hamburgers et même des biscuits dans un magasin quelque part en Europe pourraient bientôt découvrir que leur nourriture est faite de vers de farine, complètement séchés et réduits en poudre, tandis que les personnes plus aventureuses pourraient acheter un sachet d’insectes entiers séchés en guise de collation.

De telles possibilités sont sur le point de s’ouvrir suite à la décision de l’organisme européen de surveillance de la sécurité alimentaire. Le panel de l’EFSA a conclu que les vers de farine jaunes séchés sont «sûrs dans le cadre des utilisations proposées» et que leur consommation n’est «pas désavantageuse sur le plan nutritionnel», a déclaré l’agence dans ce qu’elle a appelé «la première évaluation complète d’un produit alimentaire dérivé d’un insecte proposé».

Bien qu’on les appelle des «vers», les vers de farine sont en fait une forme larvaire d’un ténébrion appelé Tenebrio Molitor, ou le carabinier. Le «nouvel aliment», tel qu’il est désigné dans le document d’avis de l’EFSA, est réputé avoir une «teneur élevée en protéines». Toutefois, il pourrait ne pas être un en-cas approprié pour tout le monde, l’agence avertissant que les personnes souffrant d’allergies aux crustacés et aux acariens pourraient subir des réactions indésirables.

Cette décision marque un nouveau pas de l’UE vers la réalisation de menus à base d’insectes dans l’ensemble de l’Union. En 2018, l’Union a actualisé sa législation afin de faciliter l’entrée sur le marché européen de toutes sortes d’entreprises «innovantes» en obtenant l’approbation du régulateur européen.

Toute entreprise qui satisfait aux conditions et aux exigences d’étiquetage fixées par l’Autorité européenne de sécurité des aliments peut désormais vendre un produit autorisé. Et il semble qu’il n’y ait pas eu de pénurie de personnes prêtes à remplir les rayons des magasins européens avec toutes sortes de produits comestibles plutôt inhabituels.

Selon les médias en décembre, l’EFSA a reçu plus de demandes de «denrées alimentaires innovantes» après 2018, date d’entrée en vigueur de la législation, qu’au cours des 14 années précédentes. L’agence a reçu 156 demandes depuis janvier 2018, contre 90 seulement entre 2003 et 2017. La liste comprend des produits peu orthodoxes allant des algues, de la poudre de champignons et de certaines «baies miracles» d’Afrique de l’Ouest, à diverses espèces d’insectes.

Certains experts cités par l’EFSA considèrent que l’évolution vers des aliments à base d’insectes est une mesure positive pour l’humanité, tant sur le plan financier qu’environnemental.

«Il y a des avantages environnementaux et économiques évidents si vous remplacez les sources traditionnelles de protéines animales par celles qui nécessitent moins d’aliments, produisent moins de déchets et entraînent moins d’émissions de gaz à effet de serre», a déclaré Mario Mazzocchi, statisticien économique et professeur à l’université de Bologne.
( Note ExoPortail : Donc pour le réchauffement climatique il faut qu’on bouffe des vers ?! Bon courage avec ce genre d’argument… )
«La baisse des coûts et des prix pourrait améliorer la sécurité alimentaire et la nouvelle demande ouvrira également des opportunités économiques, mais celles-ci pourraient aussi affecter les secteurs existants», a ajouté l’économiste.
«La question de savoir si les Européens ordinaires sont d’accord est une autre question, et les insectes pourraient bien s’avérer ne pas être du goût de tout le monde. Il existe des raisons cognitives découlant de nos expériences sociales et culturelles, le «facteur beurk», qui font que l’idée de manger des insectes répugne à de nombreux Européens», a déclaré Giovanni Sogari, chercheur dans le domaine social et de la consommation à l’université de Parme, tout en espérant qu’«avec un peu de temps et d’exposition, ces attitudes pourront changer».

Les Nations unies ont déclaré il y a quelque temps que les insectes, qui sont des en-cas très populaires dans d’autres parties du monde comme l’Asie, l’Amérique du Sud et l’Afrique, étaient une option saine. Un rapport publié en 2013 par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture a déclaré que ce serait un bon moyen de lutter contre la pénurie alimentaire.

 

Source : https://www.rt.com/news/512452-eu-regulator-worms-safe-eat/ et https://www.efsa.europa.eu/en/news/edible-insects-science-novel-food-evaluations

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 208 autres abonnés

3 Commentaires

  1. Depuis des milliers d’années que l’entomophagie existe et que la larve de ténébrion est consommée par de nombreux peuple, les  » dieux sachants  » qui décident à quelle sauce on va être mangé se réveillent. MDR
    Pour ma part, je trouve ce type de nourriture excellente et très facile a élever.

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.