Comment Bill Gates a créé Bharat Biotech – le fabricant indien de COVID-19 pour le vaccin COVID-19 «Swadeshi»

2
Contrairement à la croyance populaire, le fabricant indien «Swadeshi» du vaccin COVID-19 COVAXIN, Bharat Biotech, a été soutenu depuis sa création par Bill Gates et le lobby pharmaceutique international. Bharat Biotech est la première entreprise indienne à recevoir des subventions massives de la Fondation Bill & Melinda Gates pour un vaccin contre le rotavirus appelé Rotavac. Le vaccin a reçu le feu vert des autorités AVANT même que ses essais ne soient terminés et son efficacité est encore controversée à ce jour avec des affaires en instance devant la Cour suprême.

 

 

( Note ExoPortail : Cet article est la partie 2 sur l’infiltration et l’influence de Big Pharma en Inde, la première partie est ici : https://exoportail.com/comment-le-cartel-britannique-des-vaccins-gavi-dicte-la-strategie-de-linde-face-au-covid19/ )

Naissance de la Fondation Bill & Melinda Gates :

En 1996, Bill Gates a lu un article dans le New York Times qui a déclenché «sa passion pour la santé». Ce moment a été l’un des facteurs qui l’ont amené à co-fonder la Fondation Gates avec sa femme, Melinda

L’histoire portait sur une maladie dont il n’avait jamais entendu parler : le rotavirus.

Au cours des vingt années suivantes, Bill Gates a donc consacré des fonds considérables à une vaste collaboration internationale entre les scientifiques et les décideurs politiques du monde entier pour créer un vaccin contre le rotavirus.

Le vaccin de Bill Gates contre le rotavirus s’appelait Rotavac.

Le vaccin Rotavac a fait des vagues en tant qu’étude de cas pour des solutions de santé mondiales créées avec l’aide d’un réseau de puissances internationales. Il a été créé en Inde.

 

Naissance de «Swadeshi» Bharat Biotech :

La figure centrale de l’histoire de Rotavac est Duncan Steele, un virologue qui a passé la majeure partie de ses 35 ans de carrière à étudier les rotavirus. Il a travaillé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et dans une autre organisation à but non lucratif, PATH, basée à Seattle et financée par Bill Gates, qui a coordonné le développement de Rotavac. Il travaille maintenant au développement de vaccins à la Fondation Gates.

Duncan Steele, un chercheur de longue date sur le rotavirus qui a travaillé sur le Rotavac à travers des rôles à l’Organisation mondiale de la santé, PATH et la Fondation Gates.

 

Steele a collaboré avec des scientifiques du «All India Institute of Medical Sciences» (AIIMS) de New Delhi pour trouver un remède au rotavirus.

Ils ont trouvé une souche chez les enfants à l’AIIMS qui agissait comme un vaccin naturel.

À la fin des années 1990, dans le cadre du programme Indo-US Vaccine Action Program (VAP), un groupe de scientifiques des «National Institutes of Health» aux États-Unis a modifié cette souche de rotavirus afin qu’elle puisse servir de base à un vaccin.

Le seul problème était maintenant la fabrication à grande échelle du Rotavac. L’Inde était la cible principale du nouveau vaccin, mais aucun fabricant de vaccins ne pouvait faire le travail.

C’est pourquoi un financement massif a été versé par le réseau des puissances internationales pour créer une société indienne de vaccins «Swadeshi» – judicieusement nommée Bharat Biotech.

Le Dr Krishna Ella, un biologiste moléculaire sans expérience dans le développement de vaccins ou le traitement des virus, a fondé Bharat Biotech.

 

Le Dr Krishna Ella, un biologiste moléculaire sans expérience dans le développement de vaccins ou le traitement des virus, a été mis à contribution. Malgré son manque d’expertise dans le domaine ou peut-être à cause de cela, le lobby pharmaceutique pensait qu’il était la bonne personne pour ce travail.

Le siège de Bharat Biotech se trouvait dans une zone située à l’extérieur d’Hyderabad, connue sous le nom de Snake Valley. Aujourd’hui, cette région est connue sous le nom de Genome Valley et abrite les laboratoires et les bureaux de sociétés pharmaceutiques mondiales comme Merck, Roche, Johnson & Johnson et même Monsanto.

 

Rotavac – Le vaccin controversé :

Des années avant la fin de la phase 3 de l’essai, Bill Gates et le Dr Krishna Ella ont signé un contrat prévoyant de fixer le prix du Rotavac à un dollar par dose. Peut-être, parce que les résultats de ces essais n’ont jamais été rendus publics ou sont toujours controversés.

Le vaccin Rotavac n’a montré qu’une efficacité de 56% lors de l’essai clinique de phase III et pourtant les autorités lui ont donné le feu vert. Jacob Puliyel, chef du département de pédiatrie de l’hôpital St. Stephen’s, Tis Hazari, Delhi, a fait part de ses graves inquiétudes concernant la controverse sur le Rotavac :

«Connaissez-vous un autre vaccin avec une efficacité de 50% qui est utilisé pour les programmes de santé publique ? C’est à pile ou face si le vaccin vous conviendra. Si 100 % [de la] population est vaccinée, cela réduira de 50 % [des] décès dus au rotavirus. Quels sont les chiffres nécessaires pour traiter [pour éviter un décès] ?»
«Je pense que le fait que ce [vaccin] ait été annoncé avant l’examen par les pairs, [signifie] qu’il ne sera jamais correctement examiné. C’est l’histoire qui doit sortir».

 

En fait, l’annonce du gouvernement est arrivée avant même que l’étude ne soit officiellement terminée. Selon le registre des essais cliniques, la date d’achèvement de l’étude est estimée à avril 2014, la date d’achèvement primaire étant prévue pour décembre 2013, soit dans deux mois.

Un LIP déposé à la Cour suprême par S Srinivasan de LOCOST, une société basée à Vadodara qui produit des médicaments à bas prix pour les pauvres, a demandé la publication des données séparées de l’essai Rotavac. Le LIP a déclaré :

«La dissimulation de ces données vitales est une grave injustice pour les milliers de nourrissons qui ont participé à cette étude, pour les chercheurs qui ont mené les essais à grand peine, et pour la communauté médicale/scientifique qui dépend de ces données pour son travail».

Cette affaire est toujours en cours. En attendant, le vaccin continue d’être utilisé sans que les receveurs soient informés des risques – une violation évidente de l’éthique fondamentale.

Le manque de transparence des données dans l’affaire du vaccin contre le rotavirus se résume à la volonté de faire des bénéfices sur les vaccins. La déformation des résultats de la recherche, la sélection des données et la dissimulation des effets indésirables dans les essais cliniques sont devenues plus courantes et constituent des pratiques presque incontestables à cette fin.

 

Les bailleurs de fonds internationaux de Bharat Biotech :

Bharat Biotech est devenue la première entreprise indienne à recevoir deux subventions de la Fondation Bill & Melinda Gates dans le cadre du Programme pour une technologie appropriée dans la santé (PATH) pour développer de nouveaux vaccins contre le paludisme et le rotavirus.

La Fondation Gates, encore une jeune philanthropie, s’est engagée à financer le développement du Rotavac et a finalement investi près de 65 millions de dollars dans le projet.

En 2015, la Fondation Bill et Melinda Gates a de nouveau versé une énorme subvention de 18 500 000 dollars à Bharat Biotech «pour soutenir la construction d’une usine de fabrication admissible à la présélection de l’Organisation mondiale de la santé, garantissant ainsi la disponibilité et l’accès à un vaccin liquide de deuxième génération contre le rotavirus pour l’Inde et les pays admissibles à la subvention Gavi».

En 2012, Bharat Biotech a reçu un «Strategic Translation Award» de 4 millions d’USD du British Wellcome Trust pour le développement clinique d’un nouveau vaccin conjugué vital contre la salmonelle non typhoïde invasive (iNTS).

Les recherches de Bharat Biotech pour le vaccin contre la fièvre typhoïde appelé Typbar TCV ont été soutenues par la Fondation Bill et Melinda Gates, la Clinton Health Access Initiative, le Wellcome Trust et d’autres donateurs.

 

Swadeshi contre le vaccin COVID-19 de Videshi :

Il y a un argument ridicule délibérément avancé par des intérêts particuliers qui opposent le «vaccin Swadeshi» au «vaccin Videshi». Le fait est que ces deux vaccins et leurs fabricants sont financés par le même lobby pharmaceutique. La seule raison pour laquelle ils sont présentés comme «Made in India» est que l’Inde est leur principale cible.

La GAVI, dirigée par les Britanniques, a réussi à infiltrer le processus décisionnel de l’Inde en matière de soins de santé et a ainsi acquis une position stratégique pour dicter la réponse de l’Inde au coronavirus : https://exoportail.com/comment-le-cartel-britannique-des-vaccins-gavi-dicte-la-strategie-de-linde-face-au-covid19/

La GAVI est largement financée par le gouvernement britannique et Bill Gates. Bien que le Royaume-Uni soit le principal bailleur de fonds de la GAVI, sa mise en œuvre suit ce que l’on appelle «l’approche Gates». Connue sous le nom de «cartel des vaccins» ou «cartel pharmaceutique» par ses détracteurs, ses vaccins ont été accusés d’être à l’origine d’au moins 38 millions de décès prématurés dans le monde : https://exoportail.com/linde-finance-le-cartel-des-vaccins-accuse-de-38-millions-de-deces-prematures-dans-le-monde/

Selon les experts juridiques, il n’existe actuellement aucune loi en Inde qui protégerait les victimes des effets secondaires du vaccin COVID-19. Il n’existe pas de loi pour l’indemnisation des victimes des vaccins en Inde.

De plus, les gouvernements ont signé des accords secrets avec les fabricants de vaccins contre les coronavirus, en vertu desquels les sociétés pharmaceutiques ne peuvent être tenues pour légalement responsables en cas de réaction indésirable au vaccin ou, dans le pire des cas, si un patient meurt à cause du vaccin.

En revanche, le gouvernement américain a versé plus de 57 millions de dollars d’indemnisation pour les blessures et les décès dus au vaccin jusqu’en mars 2020 seulement.

 

Vérité du cartel pharmaceutique :

Le lobby pharmaceutique derrière ces vaccins COVID-19 est directement lié au Mouvement Eugénique Britannique. Le Wellcome Trust, la GAVI et le Galton Institute ont des liens directs de longue date avec le mouvement eugénique britannique : https://exoportail.com/les-developpeurs-de-vaccins-covid-19-oxford-astrazeneca-lies-au-mouvement-eugenique-britannique/

Cette dernière organisation, nommée d’après le «père de l’eugénisme» Francis Galton, est la nouvelle société eugénique britannique, un groupe connu pour sa promotion de la pseudo-science raciste et ses efforts pour «améliorer le capital racial» en réduisant la population de ceux qui sont considérés comme inférieurs depuis plus d’un siècle.

La nouvelle «définition plus large de l’eugénisme», selon Galton, «couvrirait les méthodes de régulation du nombre de personnes ainsi que l’amélioration de la qualité du génome par l’insémination artificielle sélective par donneur, la thérapie génique ou la manipulation génique des cellules germinales».

Ces vaccins sont créés pour le monde en développement, en particulier l’Inde – les mêmes domaines que le lobby pharmaceutique a appelé à la réduction de la croissance démographique.

Le contrôle de la population est une politique britannique visant à réduire la population des anciennes colonies comme l’Inde par le biais de divers projets de stérilisation et d’autres politiques mises en œuvre par l’intermédiaire des Nations unies et popularisées par Hollywood pour maintenir efficacement les nations sur l’orbite anglo-américaine.

 

Source : https://greatgameindia.com/bill-gates-bharat-biotech/

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 601 autres abonnés

2 Commentaires

  1. « en réduisant la population de ceux qui sont considérés comme inférieurs depuis plus d’un siècle »

    Considérés comme inférieurs par qui et selon quels critères?

    Comment des psychopathes sans coeur et incapables d’empathie de la clique à Bill Gates pourraient-ils décider qui est inférieur, qui est supérieur. S’ils se désignent eux-mêmes comme supérieur, ils se placent ipso-facto en conflit d’intérêt. Pas très «supérieur» comme stratégie. On ne peut pas à la fois juger la course et participer à la course.

    Ces gens-là, ces adeptes de la pensée unique et du manichéisme, se croient supérieurs, mais en fait ils n’ont pas compris grand chose dans la vie. Tout d’abord que le principal défi auquel l’humanité doit faire face, c’est pas les microbes. C’est les humains. En fait, certains humains.

    Depuis des années, ils veulent prendre le contrôle de ce qui n’a pas besoin d’être contrôlé. Pour y arriver, ils réduisent la complexité aux variables sur lesquelles ils peuvent exercer un contrôle. Tous les autres problèmes de santé sont balayés du revers de la main et toutes les énergies sont concentrées sur le virus et le vaccin qui va régler le cas du virus. En contrôlant le contenu des médias mainstream ainsi que des médias sociaux, ils détournent l’attention générale vers leur message et censurent tout ce qui pourrait les contredire.

    Qu’ils réussissent ou non à atteindre leur but, il n’en demeure pas moins que c’est pas intelligent de détruire la beauté du monde afin de le contrôler. Le but de la vie ce n’est pas d’être le plus fort. Les personnes intelligentes apprécient le cadeau de la vie et sont contentes de participer à ce grand miracle sans se faire chier l’une l’autre.

    Merci de votre attention

    Bonsoir

  2. Étrange!

    Quand j’ai cliqué soumettre, la date à l’écran de mon ordi, c’était : 2021-02-02-20h02
    et quand le message s’est affiché à l’écran sur le site d’Exoportail, la date était devenue : 2021-02-03-02h03.

    Autrement dit, je venais d’écrire dans le futur!?

    Ici, c’est encore le 2 février et vous vous êtes déjà le 3 février.

    Je suppose que vous allez dire que je vis dans le passé.

    Que non! Je vis dans le moment présent pas à peu près…

    Et je suis certain que vous aussi, même si vous êtes déjà le trois du mois,
    vous vivez dans le présent, pas dans le futur.

    En fait, j’pense que c’est le calendrier qui est cassé.

    Seul le présent existe!

    Bye!

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.