Comment le cartel britannique des vaccins GAVI dicte la stratégie de l’Inde face au Covid19

1
La GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunisation), dirigée par les Britanniques, a réussi à infiltrer la politique de l’Inde en matière de soins de santé et a ainsi acquis une position stratégique pour dicter la réponse de l’Inde au coronavirus. La GAVI est en grande partie dirigée par le gouvernement britannique et Bill Gates. Bien que le Royaume-Uni soit le principal bailleur de fonds de la GAVI, sa mise en œuvre suit ce que l’on appelle «la méthode Gates». Connue sous le nom de «cartel des vaccins», «cartel pharmaceutique» ou «Big Pharma» par ses détracteurs, ses vaccins ont été accusés d’être à l’origine d’au moins 38 millions de décès prématurés dans le monde.

 

Le Dr Harsh Vardhan rejoint la GAVI :

Récemment, le Dr Harsh Vardhan, ministre de la santé et du bien-être familial de l’Union indienne, a été nommé par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) comme membre du conseil d’administration de la GAVI.

Le Dr Harsh Vardhan représentera le Bureau régional du Sud-Est (SEARO) et le Bureau régional du Pacifique occidental (WPRO) au Conseil d’administration de GAVI. Le siège est actuellement occupé par M. MyintHtwe du Myanmar. Le Dr. Harsh Vardhan représentera l’Inde du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2023.

Le conseil d’administration de GAVI est responsable de la direction stratégique et de l’élaboration des politiques, supervise les opérations de l’Alliance pour les vaccins et surveille la mise en œuvre des programmes. Avec des membres issus de diverses organisations partenaires et des experts du secteur privé, le conseil d’administration offre un forum pour la prise de décision stratégique, l’innovation et la collaboration entre partenaires.

 

L’initiative de l’OMS contre la polio en Inde :

Le Dr Harsh Vardhan a lancé plusieurs des principales initiatives d’élimination de la polio en tant que ministre de la santé de Delhi en 1994. Nombre de ses initiatives ont été étendues à tout le pays et adoptées par d’autres pays. Le Dr Harsh Vardhan a reçu de l’Organisation mondiale de la santé, en 1998, la médaille du Directeur général pour l’éradication de la poliomyélite.

Cependant, le programme d’éradication de la polio de l’OMS ne s’est peut-être pas déroulé aussi bien que prévu, comme comme cela a été rapporté dans article intitulé «Bill Gates Agenda in India».

«Avec un financement de 450 millions de dollars pour éradiquer la polio, Bill Gates a pris le contrôle du groupe consultatif technique national indien sur l’immunisation (NTAGI) qui a rendu obligatoire l’administration de 50 doses de vaccins contre la polio (tableau 1) par le biais de programmes d’immunisation des enfants avant l’âge de cinq ans qui se chevauchent. Les médecins indiens attribuent à la campagne de Gates une épidémie dévastatrice de paralysie flasque aiguë non due à la polio (NPAFP) qui a paralysé 490 000 enfants au-delà des taux prévus entre 2000 et 2017.
En 2017, le gouvernement indien a mis fin au programme de vaccination de M. Gates et a demandé à ce dernier et à sa politique de vaccination de quitter l’Inde. Les taux de NPAFP ont chuté précipitamment. En 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a admis à contrecœur que l’explosion mondiale de la polio est principalement due à la souche vaccinale. Les épidémies les plus effrayantes au Congo, en Afghanistan et aux Philippines sont toutes liées aux vaccins. En fait, en 2018, 70 % des cas de polio dans le monde étaient liés à la souche vaccinale.»

 

Le projet de surveillance COVID-19 de l’OMS en Inde :

Aujourd’hui, le Dr Harsh Vardhan supervise le projet de surveillance COVID-19 de l’OMS en Inde, en partenariat avec le ministère de la Santé et du Bien-être familial.

Les données recueillies par la surveillance à grande échelle seront utilisées pour élaborer les futures stratégies indiennes de confinement en Inde. Par coïncidence, le projet national de surveillance de la santé publique de l’OMS est lancé le jour même où le président américain Donald Trump a annoncé la fin du financement de l’OMS, en ce qui concerne la liste interminable de bévues commises par l’OMS à plusieurs reprises.

Le Dr Harsh Vardhan supervise également la carte de santé numérique obligatoire en Inde, sur le modèle du concept de Bill Gates. Dans le cadre du programme «One Nation One Health Card», les antécédents médicaux d’une personne, y compris tous les traitements et tests qu’elle a subis, seront enregistrés numériquement sur cette carte.

 

Sommet mondial sur les vaccins 2020 :

Le 4 juin 2020, le gouvernement britannique a organisé le Sommet mondial sur les vaccins 2020, afin de réunir 7,4 milliards de dollars US (environ 6 milliards de livres sterling) pour financer son projet de vaccin mondial.

Le Sommet mondial des vaccins 2020 a été organisé pour placer la Grande-Bretagne au centre de l’Initiative mondiale de lutte contre les coronavirus, avec un financement de 7,4 milliards d’euros (environ 6,64 milliards de livres sterling) pour les vaccins, les tests et les traitements destinés à lutter contre les coronavirus.

Au cours du sommet, le Premier ministre indien s’est engagé à verser 15 millions de dollars américains à l’alliance mondiale pour les vaccins (GAVI) au cours des cinq prochaines années pour le projet mondial de vaccin contre le coronavirus dirigé par la Grande-Bretagne.

Selon la GAVI, l’Inde est le seul pays qui est passé du statut de bénéficiaire à celui de donateur. Le pays est aussi maintenant son plus grand fabricant, avec plus de 60 % des vaccins de la GAVI.

 

GAVI – le cartel britannique des vaccins :

Le Royaume-Uni a financé la GAVI depuis sa création en 2000 et est son plus grand donateur, avec une promesse de 1,65 milliard de livres sterling pour les cinq prochaines années.

Cependant, la GAVI a été critiquée pour avoir donné aux donateurs privés plus de pouvoir unilatéral pour décider des objectifs de santé mondiale, pour avoir donné la priorité à de nouveaux vaccins coûteux tout en consacrant moins d’argent et d’efforts à l’extension de la couverture des anciens vaccins bon marché, pour avoir porté préjudice aux systèmes de santé locaux, pour avoir dépensé trop de subventions aux grandes entreprises pharmaceutiques rentables sans réduire le prix de certains vaccins, et pour ses conflits d’intérêts liés à la présence de fabricants de vaccins dans son conseil de gouvernance.

 

L’agenda de Bill Gates en Inde :

La Fondation Bill et Melinda Gates (FBMG) a beaucoup dépensé pour la GAVI, contribuant à hauteur de 750 millions de dollars rien que pour son lancement et un énorme 1,56 milliard de dollars depuis 2016. Mais on sait peu de choses sur la façon dont son argent et ses amis consultants exercent une influence considérable dans le domaine de la santé publique et de la gouvernance internationale et sur la façon dont Bill Gates a infiltré la santé mondiale.

Robert F. Kennedy Jr, le neveu de l’ancien président américain John F. Kennedy, a exposé dans un long article le programme de Bill Gates en Inde et son «obsession des vaccins».

«En plus d’utiliser sa philanthropie pour contrôler l’OMS, l’UNICEF, GAVI et PATH, Gates finance une société pharmaceutique privée qui fabrique des vaccins, et fait en outre don de 50 millions de dollars à 12 sociétés pharmaceutiques pour accélérer le développement d’un vaccin contre les coronavirus.
Lors de ses récentes apparitions dans les médias (Bill Gates), Gates semble confiant que la crise du Covid-19 lui donnera maintenant l’occasion d’imposer ses programmes dictatoriaux de vaccination aux enfants américains (et indiens)».

Cependant, ces vaccins prescrits par la GAVI ont été au centre de nombreuses controverses en raison de leurs graves effets et même de leurs effets mortels. De multiples accidents liés aux vaccins ont été enregistrés en Inde, l’un des pays éligibles pour les allocations de Gavi.

 

GAVI accusée de 38 millions de décès prématurés dans le monde :

En 2013, lorsque le médicament pentavalent a été introduit dans un projet pilote, 13 décès ont été signalés au Kerala, au Tamil Nadu et à l’Haryana, tous indiquant que le pentavalent en était la cause. Le département de la santé de l’État du Maharashtra a cessé d’utiliser un lot de vaccin pentavalent après que le Central Drug Laboratory ait constaté qu’il était de qualité inférieure.

Au Vietnam, depuis que le vaccin a été utilisé pour la première fois en 2007, au moins 63 enfants sont morts après avoir été vaccinés. Le ministère de la santé vietnamien a suspendu le vaccin en mai 2013 après la mort de neuf enfants.

En 2011, le ministère de la santé de l’Union indienne a mené une enquête sur 54 décès de nourrissons dans le Tamil Nadu, concluant que «des effets indésirables après la vaccination ont été observés après l’administration du pentavalent».

Toutefois, ce chiffre de décès liés aux vaccins est beaucoup plus élevé et, selon Madhav Nalpat, le directeur du département de géopolitique et de relations internationales de l’université de Manipal, les médicaments essentiels produits par les grandes entreprises pharmaceutiques ont entraîné jusqu’à 38 millions de décès prématurés : https://exoportail.com/linde-finance-le-cartel-des-vaccins-accuse-de-38-millions-de-deces-prematures-dans-le-monde/

La BMGF finance des ONG internationales telles que GAVI et PATH, qui suivent sa politique consistant à favoriser les marques produites par des sociétés américaines et européennes telles qu’Ely Lilly, Pfizer, GSK, Merck, Novartis et d’autres sociétés de ce type connues pour le prix élevé de plusieurs des médicaments qu’elles commercialisent.
Bien qu’il soit difficile d’obtenir des chiffres exacts, un expert de la santé a affirmé que «les prix intolérablement élevés des médicaments essentiels produits par les grandes entreprises pharmaceutiques ont entraîné jusqu’à 38 millions de décès prématurés dans les pays sous-développés au cours de la dernière décennie», et que ce chiffre aurait été «bien plus élevé si les groupes de la société civile en Europe n’avaient pas réussi à s’opposer à l’entrée de substituts moins chers en provenance de l’Inde pour plusieurs médicaments à prix exorbitants pour les maladies mortelles produits par les conglomérats pharmaceutiques dans le monde développé».

 

GAVI associé au mouvement eugénique britannique :

GAVI est également associée au mouvement eugénique britannique ainsi qu’à d’autres institutions liées à l’eugénisme comme le Wellcome Trust et d’autres fabricants du vaccin COVID-19 comme AstraZeneca et l’université d’Oxford : https://exoportail.com/les-developpeurs-de-vaccins-covid-19-oxford-astrazeneca-lies-au-mouvement-eugenique-britannique/

Andrew Pollard, directeur de l’Oxford Vaccine Group, est lié à la Fondation Gates. Son employeur, l’université d’Oxford, a reçu de la fondation 11 millions de dollars pour la recherche sur le développement de vaccins au cours des trois dernières années et 208 millions de dollars de subventions au cours de la dernière décennie.

En 2016, la Fondation Gates a donné 36 millions de dollars à une équipe de chercheurs dirigée par Pollard pour le développement de vaccins. En outre, le laboratoire privé de Pollard est financé par la Fondation Gates.

Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que l’Alliance mondiale pour l’initiative vaccinale (GAVI), un partenariat public-privé fondé et actuellement financé par la Fondation Bill & Melinda Gates, prévoie de distribuer le vaccin COVID-19 d’Oxford-AstraZeneca aux pays à faible revenu, principalement africains et asiatiques, une fois qu’il aura été approuvé.

Les développeurs du vaccin COVID-19 partagent une relation étroite avec la société eugénique la plus tristement célèbre d’Europe, la British Eugenics Society. La société eugénique a été rebaptisée Galton Institute en 1989, un nom qui rend hommage à Sir Francis Galton, le soi-disant père de l’eugénisme, un domaine qu’il a souvent décrit comme la «science de l’amélioration de la race».

Cette nouvelle «définition plus large de l’eugénisme», selon Galton, «couvrirait les méthodes de régulation des effectifs de population ainsi que l’amélioration de la qualité du génome par l’insémination artificielle sélective par donneur, la thérapie génique ou la manipulation génique des cellules germinales». En développant cette nouvelle définition, Galton est neutre quant à savoir «si certaines méthodes devraient être rendues obligatoires par l’Etat, ou laissées entièrement au choix personnel de l’individu».

 

Ajouts : Pas de lois en Inde pour protéger les victimes des effets secondaires du vaccin COVID-19 :

Selon les experts juridiques, il n’existe actuellement aucune loi en Inde qui protégerait les victimes des effets secondaires du vaccin COVID-19. Il n’existe pas de loi pour l’indemnisation des victimes du vaccin en Inde. De plus, les gouvernements ont signé des accords secrets avec les fabricants de vaccins contre les coronavirus, en vertu desquels les sociétés pharmaceutiques ne peuvent être tenues pour légalement responsables en cas de réaction indésirable au vaccin ou, dans le pire des cas, si un patient meurt à cause du vaccin. En revanche, le gouvernement américain a versé plus de 57 millions de dollars d’indemnisation pour les blessures et les décès liés au vaccin jusqu’en mars 2020 seulement.

Les experts médicaux et les virologistes ont exprimé leur inquiétude concernant AstraZeneca, qui travaille en collaboration avec l’université d’Oxford pour développer un vaccin COVID-19, en demandant une exemption de responsabilité et une indemnisation pour les effets secondaires de leur vaccin pendant quatre ans, en disant que cela ne s’était jamais produit auparavant et que cela pourrait créer un précédent incorrect pour le développement futur de médicaments et de vaccins.

C’est la première fois qu’une «clause d’indemnisation» est introduite pour obtenir une exemption de responsabilité pour un vaccin, ce qui est discutable et va à l’encontre de l’éthique médicale. Une pratique, si elle est autorisée, aura beaucoup plus de ramifications.

Lorsqu’il a été contacté, le Dr Wiqar Shaikh, spécialiste en chef des allergies et de l’asthme, a déclaré à la mi-journée

«AstraZeneca a demandé à être indemnisée pour les effets secondaires et la mortalité de son nouveau vaccin COVID-9, qui n’a pas encore été lancé, en affirmant que le vaccin est dans l’intérêt national de toute la nation.
Aux États-Unis, il existe déjà une loi qui exclut les actions en responsabilité contre les sociétés pharmaceutiques pour divers produits, ce qui pourrait aider à contrôler une catastrophe de santé publique. Cette loi s’appelle «Public Readiness and Emergency Preparedness (PREP) Act 2005».
Cette loi s’appelle «Public Readiness and Emergency Preparedness (PREP) Act 2005». Elle a été adoptée lorsque la Cour suprême des États-Unis s’est prononcée en faveur de la protection des fabricants de vaccins contre les procès intentés par les États. La cour a pris cette décision, considérant que le gouvernement fédéral protège les fabricants de vaccins contre les poursuites en responsabilité du fait des produits, qui demandent des dommages et intérêts pour les blessures ou les décès attribués à un vaccin.
La seule exception à la protection de la responsabilité du PREP Act, pour l’industrie pharmaceutique, est lorsqu’une victime peut prouver qu’un fabricant a commis une faute intentionnelle. Cependant, l’Union européenne ne dispose pas d’une telle loi et c’est donc un point de dissension entre l’Union européenne et les entreprises pharmaceutiques.
De même, de tels textes n’existent pas en Inde».

Le Dr Ketan Vagholkar, professeur de chirurgie au Collège médical D Y Patil, a déclaré à la mi-journée,

«L’homologation d’un vaccin en évolution, est inédite. Le fait est que le vaccin COVID-19 est toujours en cours d’essai et n’est pas encore complètement développé. Par conséquent, l’efficacité protectrice, les effets secondaires/complications à court et à long terme sur le sujet humain restent à définir.
Cette mesure impulsive, indique qu’il y a une pression croissante de la part des gouvernements des nations développées pour permettre ce concept d’indemnisation. Il semble que ce soit une sorte de mesure de contrôle des dommages pour couvrir les erreurs commises au cours des quatre derniers mois pour contrôler la pandémie de COVID. Si on l’autorise, pour indemniser le vaccin, le monde entier suivra le même principe, ce qui pourrait créer un précédent erroné pour tout développement futur de médicament ou de vaccin ».
Il semble qu’il y ait une grande course folle, parmi les géants pharmaceutiques, pour développer un tel vaccin, sans base scientifique solide, pour des bénéfices financiers énormes. Les patients seront les victimes impuissantes de ce concept d’indemnisation».

L’avocat Stuti Galiya a déclaré à la mi-journée qu’il n’y a «aucune loi spécifique concernant l’indemnisation des vaccins, en Inde».

«La plupart des pays dans le monde ont un programme spécifique d’indemnisation des vaccins, pour fournir une compensation aux victimes en cas de blessure, de préjudice ou de décès causé par l’utilisation d’un vaccin particulier.
Il existe en Inde diverses lois traitant de la question de la vaccination, telles que la loi sur les maladies épidémiques de 1897, la loi sur les médicaments et les cosmétiques de 1940, la loi sur la vaccination de 1880, etc. Toutefois, en Inde, il n’existe pas de loi spécifique relative à l’indemnisation pour les vaccins. Par conséquent, la seule option pour une partie lésée est d’intenter une action en justice en vertu de ces lois générales.
Les tribunaux ont, dans diverses affaires, insisté sur le fait que, dans tout programme de vaccination, la possibilité d’effets secondaires ne peut être totalement exclue. Toutefois, en vertu de la Constitution, il incombe au gouvernement de se préparer à faire face à une telle éventualité ou à des réclamations liées à la responsabilité.
En cas d’échec de la part du gouvernement, une action pourrait être intentée contre le gouvernement (lorsqu’un tel programme de vaccination est administré par l’État). En cas de négligence médicale dans le traitement, une action pourrait également être intentée contre le prestataire de soins de santé concerné en vertu des lois sur la protection des consommateurs».

 

Caricature de la propagande indienne en plusieurs exemples :

1 ) L’autorité de réglementation des médicaments en Inde déclare les injections de Covid «sûres à 110 %» :

L’Inde essaye de dissiper les rumeurs selon lesquelles deux vaccins contre les coronavirus récemment approuvés peuvent provoquer des troubles de l’érection, mais l’autorité de réglementation des médicaments du pays a peut-être exagéré en insistant sur le fait que les piqûres sont sûres à plus de 100 %.

Fin décembre, l’Inde a officiellement donné le feu vert à Covishield, un médicament développé par le Serum Institute de Pune à partir du vaccin AstraZeneca/Oxford, ainsi qu’à Covaxin, créé par le laboratoire pharmaceutique indien Bharat Biotech. Le vaccin AstraZeneca a été approuvé en urgence alors que le Covishield a montré une efficacité d’au moins 62 %, une valeur considérablement inférieure à celle des médicaments concurrents. La Covaxin a également suscité des inquiétudes. Le député indien Shashi Tharoor a affirmé que le vaccin n’avait pas été correctement testé et a suggéré que son approbation était prématurée.

Pour aggraver les choses, le chef du parti Samajwadi (socialiste) indien, Ashutosh Sinha, a déclaré aux médias locaux qu’il était préoccupé par le fait que les vaccins «pourraient contenir quelque chose qui pourrait causer du tort». Il a avancé la théorie selon laquelle le vaccin pourrait être utilisé pour «tuer/réduire la population» ou provoquer une «impuissance».

Le haut responsable de la santé a déclaré que «les piqûres sont «sûres à 110 %».

certains ont contesté cette statistique très peu scientifique.

«Je serais sceptique à l’égard de tout régulateur qui prétend qu’il est sûr à 110/10». Pourquoi ? Exagération. Comment pouvez-vous avoir 110 sur 100. Les organismes scientifiques devraient utiliser un langage scientifique et non politique», a fait remarquer le journaliste et animateur de talk-show pakistanais Farrukh K. Pitafi.

2 ) Les personnes qui n’ont pas «foi» dans le vaccin indien Covid sont «mentalement handicapées», déclare le ministre :

 

Dans un discours plutôt indélicat, Pradhan a déclaré que les vaccins contre les coronavirus développés en Inde sont «une réalisation spéciale» des entreprises pharmaceutiques du pays, et que ceux qui s’inquiètent de l’efficacité de ces médicaments n’ont «aucune confiance dans les scientifiques et le pouvoir de l’Inde» et sont «mentalement handicapés».

 

Source : https://greatgameindia.com/british-gavi-india/https://greatgameindia.com/law-india-vaccine-side-effects/https://www.rt.com/news/511415-india-vaccine-110-percent-safe-impotency/ et https://www.rt.com/news/511481-india-covid-vaccine-mentally-challenged/

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 509 autres abonnés

1 Commentaire

  1. revoFsociety a bien expliqué le gavi, tous les réseaux , c’est vaccins/réseaux pédocriminles, avec une certaine nicole junkermann ,gates and co

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.