Ça chauffe en Syrie #7 : Revue de presse des derniers jours

0

Voici une revue de presse de ces 4 dernières semaines afin d’exposer une vue d’ensemble des gros événements récents entre le camp CIA / Israël et ce qu’il reste de leurs mercenaires ( environ 20 000 « hommes » et plus de 15 000 si on compte l’Irak) et le camp du gouvernement Syrien / Russes / Iranien et du Hezbollah :

 

(Not ExoPortail : Une loooongue revue de presse constituée uniquement des points les plus importants du conflit le plus crucial du moment et qui vous fera gagner quelques heures de recherches sur les points majeurs du conflit. On note principalement la continuité de l’avancé de l’armée Syrienne, l’annonce surprise du retrait des troupes américaines de Syrie par la maison blanche, la panique des gouvernements occidentaux qui en a suivie et la restitution de la ville de Minbej par les Kurdes au gouvernement Syrien  )

 

30 Novembre 2018 : Damas à l’Onu: Israël veut faire durer le conflit en Syrie et «soutenir les terroristes» :

Israël soutient les groupes terroristes et cherche à faire perdurer le conflit en Syrie, a déclaré le ministère syrien des Affaires étrangères qui a adressé une lettre au Secrétaire général des Nations unies et une autre au président du Conseil de sécurité après les frappes de la coalition dirigée par les États-Unis contre le village d’al-Chaafa vendredi matin, qui a fait plus de 30 morts civils, ainsi qu’après l’attaque aérienne de l’armée israélienne jeudi.

Lire la suite : https://fr.sputniknews.com/international/201811301039127180-syrie-lettres-onu-attaques-israel/

3 Décembre 2018 : Tirs de «précision» ? Les USA visent un chef de Daesh, Damas affirme que son armée a été frappée :

La coalition menée par les Etats-Unis en Syrie a-t-elle frappé l’armée syrienne ou des cadres de Daesh ? Damas et Washington n’ont en tout cas pas la même version des opérations qui se sont déroulées le 2 décembre.

«Les forces aériennes de la coalition ont mené des frappes de précision contre un haut responsable de Daesh, Abou al-Umarayn, et plusieurs autres membres de Daesh le 2 décembre», a déclaré Brett McGurk, représentant américain auprès de la coalition arabo-occidentale en Syrie, dans un communiqué cité par l’AFP. Abou al-Umarayn est considéré comme l’un des hommes ayant exécuté, en novembre 2014, le militaire américain Peter Kassig.

L’agence de presse syrienne Sana, de son côté, affirme que la coalition menée par Washington a procédé au tir de «plusieurs missiles» contre des positions de l’armée régulière syrienne dans l’est de la région d’Homs. Selon cette même source, les frappes n’auraient causé que des dommages matériels.

Lire la suite : https://francais.rt.com/international/56226-tirs-precision-usa-visent-chef-daesh-damas-affirme-armee-frappee

 

5 Décembre 2018 : Défense russe: le pétrole fuit les régions syriennes contrôlées par la coalition US :

Des convois de camions transportant du pétrole des régions syriennes contrôlées par la coalition internationale sont régulièrement observés aux frontières irakienne et turque, a fait savoir mercredi le chef d’état-major interarmées russe, Valeri Guerassimov.

«Des outils de reconnaissance russes enregistrent régulièrement des convois de véhicules transportant du pétrole en provenance des régions dans l’est de la Syrie contrôlées par la coalition à destination de la Turquie et de l’Irak», a indiqué l’officier lors d’une conférence de presse pour les attachés militaires étrangers.

Selon lui, les revenus cumulés grâce à la vente de ces ressources servent notamment à financer les activités de Daech sur la rive est de l’Euphrate.

Lire la suite : https://fr.sputniknews.com/international/201812051039182087-syrie-russie-petrole-irak-turquie/

 

7 Décembre 2018 : L’ambassadeur syrien au Liban appelle les réfugiés syriens à rentrer dans leur pays : 

Selon L’Orient – Le Jour, l’ambassadeur syrien au Liban, Ali Abdel Karim Ali, a invité les Syrien réfugiés à l’étranger à rentrer dans leur pays. Malgré les frappes d’octobre dernier qui ont fait 62 morts civils et de nombreux blessés à Deir-ez-Zor, le diplomate a estimé que «la Syrie [était] plus sûre que certains pays hôtes», lors d’une réunion au siège de l’ambassade syrienne avec le comité central du Courant patriotique libre pour le retour des réfugiés. Le Liban accueille actuellement plus d’un million de Syriens en exil.

«La Syrie a besoin que ses habitants rentrent, après les grandes victoires remportées contre le terrorisme sur la majorité de son territoire», a lancé le diplomate, avant d’ajouter : «Les Syriens savent que les soins médicaux, l’enseignement et tous les besoins de première nécessité leur seront assurés chez eux, plus qu’ils ne le sont dans les pays où ils se trouvent actuellement.»

Si l’Etat islamique a en effet été éliminé de la quasi totalité du territoire, des incidents et frappes surviennent dans quelques zones du Kurdistan syrien, et les tensions règnent toujours à Idleb, dans le Nord-ouest du pays. Dans une de ses provinces, malgré la zone tampon de démilitarisation, les forces syriennes ont encore eu recours à des frappes contre les rebelles en octobre 2018. En outre, de nombreuses villes très affectées par les bombardements, et pas encore totalement déminées, comme Raqqa, restent dans l’incertitude quant au financement de leur reconstruction.

En lire plus : https://francais.rt.com/france/56371-ambassadeur-syrien-liban-appelle-refugies-syriens-rentrer-pays

 

11 Décembre 2018 : Moscou dénonce les «crimes de l’aviation américaine en Syrie» et des pressions sur l’OIAC :

Réagissant aux déclarations du département d’État américain concernant une attaque chimique présumée à Alep, le 24 novembre dernier, le ministère russe de la Défense a estimé, le 7 décembre, que Washington «exerç[ait] des pressions flagrantes sur l’OIAC en vue d’empêcher une enquête objective», accusant ainsi les Etats-Unis de vouloir «détourner l’attention de la communauté internationale des crimes commis par l’aviation américaine dans l’est de la Syrie, où les avions américains pilonnent des villages près de Hajin depuis plus d’un mois, faisant des dizaines de morts civil».

En outre, Moscou a expliqué posséder «des preuves incontestables» de l’emploi d’armes chimiques à Alep par des groupes terroristes contre les civils.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/56592-moscou-denonce-crimes-aviation-americaine-syrie-pressions-oiac

 

14 Décembre 2018 : La Russie et la Syrie affirment leur intention de se passer du dollar pour leurs futurs échanges :

Les sanctions, les menaces et les guerres américaines ont un revers : les pays visés s’efforcent de ne plus dépendre du dollar. D’après l’agence Tass, la Russie et la Syrie, cette dernière se trouvant en relatif état de ruines après plus de sept ans de guerre et d’ingérence occidentale, sont convenus de n’utiliser que leurs monnaies nationales dans leurs échanges commerciaux.

Une trentaine d’accords d’investissements, notamment dans le domaine de l’énergie, ont également été conclus. «Accords mutuels, transport, logistique, pour ma part toutes ces problématiques ont été résolues», a annoncé ce 14 décembre Vladimir Padalko, vice-président de la Chambre russe de commerce et d’industrie.

Le responsable s’exprimait à l’occasion de la réunion annuelle, à Damas, de la commission russo-syrienne pour la coopération économique, scientifique et technique. En clair : les deux pays s’affranchiront du dollar pour commercer.

En lire plus : https://francais.rt.com/economie/56831-russie-syrie-affirment-leur-intention-passer-dollar-futurs-echanges

 

17 Décembre 2018 : Syrie: des centaines d’anciens radicaux rejoignent les rangs de l’Armée gouvernementale : 

La province syrienne de Deraa, connue pour être le berceau du conflit qui secoue la Syrie depuis plus de 7 ans, a accueilli une fête solennelle: en présence de responsables syriens et de militaires russes, plus de 350 anciens radicaux ou déserteurs ont prêté serment et rejoint les rangs des troupes gouvernementales.

Ces nouvelles recrues ont confié à Sputnik être résolues à libérer la Syrie des terroristes qui y agissent encore et ont appelé d’autres membres de groupes terroristes à suivre leur exemple.

Pour rappel, il y a à peu près un mois, l’armée syrienne a libéré le sud de la Syrie et a signé une trêve avec plusieurs groupes armés  qui ont cessé les combats, déposé leurs armes lourdes et ont rejoint le nord du pays, ou ont accepté de revenir à la vie civile.

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201812171039342750-syrie-radicaux-rejoignent-armee/

19 Décembre 2018 : La Maison blanche annonce son retrait de Syrie et d’Afghanistan. Signe visible de la débâcle de l’état profond ? :

La Maison-Blanche a ordonné jeudi 20 décembre le retrait de toutes les troupes déployées en Syrie, et le Pentagone a déclaré qu’il avait déjà commencé le processus de retour des militaires américains chez eux. Tout le personnel du département d’État sera également évacué de Syrie dans les 24 heures et les forces armées seront retirées dans un délai de 60 à 100 jours.

Cette annonce est donc assez probablement le fruit d’un cap supérieur dans l’affaiblissement de la Cabale aux états-unis car elle a été suivie de la démission du secrétaire à la Défense américain James Mattis ainsi qu’une grande inquiétude parmi les alliés de la déstabilisation de la Syrie et des Kurdes.

En lire plus (Article important ) : https://exoportail.com/la-maison-blanche-annonce-sont-retrait-de-syrie-et-dafghanistan-signe-visible-de-la-debacle-de-letat-profond/

20 Décembre 2018 : Après l’annonce du retrait américain, la France déclare qu’elle restera engagée en Syrie :

La France «reste» militairement engagée en Syrie, selon le ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, après l’annonce du retrait des troupes américaines stationnées dans le pays.

«Pour le moment bien sûr, nous restons en Syrie», a ainsi déclaré le ministre sur la chaîne d’information en continu CNEWS, interrogée sur le retrait américain annoncé la veille par le président Donald Trump, à la surprise générale. Quelque 2 000 soldats américains seraient actuellement déployés dans le nord de la Syrie.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/57072-apres-annonce-retrait-americain-france-declare-restera-engagee-syrie

 

21 Décembre 2018 : Député syrien: «Le plan US visant à diviser la Syrie… a échoué» :

Suite à la décision de Donald Trump de retirer ses troupes de Syrie, Sputnik a parlé avec un député syrien, un général égyptien et un politicien libyen. Ammar al-Asad, député au parlement syrien, a déclaré que «la décision de retirer les troupes américaines était le résultat de la défaite des forces placées sous leur contrôle.»

«Le plan américain visant à diviser la Syrie par des conflits religieux et ethnographiques a échoué. De plus, dans le monde, les voix condamnant la présence illégale des Américains en Syrie deviennent de plus en plus fortes. La présence des forces de Washington dans notre pays empêchait un règlement politique et l’avancée de l’armée syrienne. Les Américains ont aidé les terroristes de Daech. Le retrait des troupes est une véritable victoire pour le gouvernement syrien et ses alliés: la Russie et l’Iran.»

«Désormais, les Forces démocratiques syriennes (FDS, ndlr) commenceront à coopérer avec l’armée gouvernementale syrienne, car Washington ne les soutiendra plus. Les FDS cherchent des alliés pour contrer l’agression turque. Personne ne veut répéter l’histoire d’Afrine lorsque 800.000 personnes ont quitté leur domicile», a déclaré le député syrien.

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201812211039389064-syrie-retrait-depute-syrien/

 

26 Décembre 2018 : Présence militaire en Syrie : la Turquie enjoint à la France de ne pas «protéger» les Kurdes des YPG :

La Turquie ne souhaite pas que la France reste militairement engagée en Syrie si elle compte continuer à soutenir les Unités de protection du peuple (YPG), une organisation para-militaire kurde qui participe à la lutte contre les djihadistes de Daesh.

«Nous n’avons pas d’information sur l’envoi de nouveaux soldats [français en Syrie] mais ils maintiennent leur présence actuelle, s’ils restent pour contribuer à l’avenir de la Syrie, alors merci. Mais s’ils restent pour protéger les YPG, cela ne sera bénéfique pour personne», a ainsi fait savoir le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, lors d’une rencontre avec des journalistes turcs le 25 décembre.

«Ce n’est un secret pour personne que la France soutient les YPG. Macron a rencontré leurs représentants», a poursuivi le ministre turc. Les YPG – qui dominent la coalition arabo-kurde alliée aux Occidentaux en Syrie – sont considérés comme des terroristes par Ankara en raison de leurs liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), opposé à la politique turque envers le peuple kurde.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/57254-presence-militaire-syrie-turquie-enjoint-france-pas-proteger-kurdes-ypg

 

27 Décembre 2018 : Les Emirats arabes unis vont rouvrir leur ambassade en Syrie :

Le ministère des Affaires étrangères émirati a confirmé le 27 décembre la réouverture prochaine de l’ambassade des Emirats arabes unis en Syrie. Selon l’agence de presse Reuters, qui cite une agence d’Etat, les chargés d’affaires ont repris leurs fonctions le jour même.

La diplomatie émiratie a fait savoir que la réouverture de son ambassade visait à normaliser les relations entre les deux pays, tendues depuis la fermeture de la mission diplomatique en 2012. A l’époque, l’ambassade avait subi une attaque dont la responsabilité avait été attribuée par Abou Dhabi au gouvernement syrien, chargé d’assurer la sécurité du bâtiment et du personnel diplomatique.

Cette première décision du genre d’un pays arabe du Golfe est un signe fort que le conflit est désormais dans une phase terminale. En août 2017, le président syrien Bachar el-Assad avait en effet exclu que des pays n’ayant pas totalement rompu leurs liens avec les rebelles armés puissent rouvrir leur ambassade.

Qui plus est, cette décision pourrait véritablement marquer le début de la reconstruction du pays. D’après une source «informée dans les milieux diplomatiques arabes» citée par Lorient le jour, la Russie aurait demandé aux pays arabes, mais aussi à la France de faire un geste envers Damas, en l’échange de quoi ces derniers auraient un rôle à jouer dans les différents processus de reconstruction du pays.

D’après cette même source, Paris serait intéressé de voir ses entreprises revenir en Syrie mais aurait confié ne pas pouvoir le faire avant les Arabes. «C’est pourquoi elle a demandé aux Emiratis d’aller en Syrie pour lui ouvrir la route», affirme cette source à Lorient Le jour.

Source : https://francais.rt.com/international/57275-emirats-arabes-unis-vont-rouvrir-ambassade-syrie

 

28 Décembre 2018 : L’armée syrienne entre dans Minbej après un appel des Kurdes qui redoutent une offensive turque :

Le 28 décembre, le gouvernement syrien a annoncé avoir fait son entrée à Minbej, ville clé du nord du pays, où les Kurdes, soutenus par les Etats-Unis, faisaient jusqu’à présent face aux Turcs.

«Considérant le devoir de l’armée et en réponse à un appel de la population de Minbej, l’état-major syrien a annoncé que l’armée était entrée dans la ville», a déclaré à la télévision un porte-parole de l’armée, précisant que le drapeau syrien avait été hissé dans la ville. Il a ajouté que l’armée était déterminée à «écraser le terrorisme et vaincre tous les envahisseurs», et à assurer la protection de la population.

Un développement qui est une conséquence immédiate de l’annonce du retrait américain de Syrie, et qui fait suite à l’appel lancé ce même 28 décembre par les Unités de protection du peuple (YPG). Ces derniers avaient «invité» le gouvernement syrien à revenir dans les régions d’où leur troupes se sont retirées, particulièrement aux abords de Minbej.

La milice, dont se compose majoritairement la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), redoute en effet une «invasion turque», et s’est donc résolue à appeler à l’aide l’armée syrienne. Ankara n’avait pas fait mystère de ses intentions après le retrait américain, laissant entendre qu’une «opération anti-terroriste» qui viserait les YPG était en préparation autour de la ville.

Lire la suite : https://francais.rt.com/international/57296-syrie-apres-appel-kurdes-armee-fait-entree-mibej-nord-pays

29 Décembre 2018 : Syrie : Russie et Turquie vont se «coordonner» après le retrait américain :

«Nous sommes tombés d’accord sur le fait que les représentants militaires russes et turcs sur le terrain vont continuer de coordonner leurs actions dans ce nouveau contexte avec pour but d’éradiquer la menace terroriste en Syrie», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à l’issue de discussions avec une délégation turque à Moscou, le 29 décembre.

«Nous avons discuté de la manière dont nous allons coordonner notre travail en commun dans le contexte [du départ des Américains]», a confirmé son homologue turc Mevlüt Cavusoglu.

Sergueï Lavrov s’est dit «optimiste» après ces discussions, qui ont notamment impliqué Mevlüt Cavusoglu, les ministres de la Défense des deux pays, Hulusi Akar et Sergueï Choïgou, et des responsables du renseignement. Ces pourparlers interviennent après l’annonce, faite la semaine dernière par le président Donald Trump, du retrait des militaires américains de Syrie.

Lire la suite : https://francais.rt.com/international/57350-syrie-russie-turquie-accord-pour-coordoner-retrait-americain

 

30 Décembre 2018 : Syrie: pour une agence turque la France incapable de protéger les Kurdes en cas de retrait américain :

Selon un rapport de l’agence gouvernementale turque Anadolu, au moins quatre des bases françaises situées dans le nord de la Syrie, sur lesquelles se trouvent des soldats américains, se trouveraient mises en difficulté par le retrait des forces américaines annoncé par Donald Trump le 19 décembre.

Les cinq autres seraient également plus vulnérables, puisque la France ne peut «assurer leur mobilité continue qu’en s’appuyant sur» les troupes américaines ou les «Unités de protection du peuple» (YPG), kurdes. «Dans les circonstances actuelles, la France ne semble pas être en mesure de fournir un soutien similaire à l’YPG / PKK en comblant l’écart qui résultera du retrait des États-Unis de la Syrie», explique le texte.

Des neuf bases françaises supposées citées par ce texte, seules cinq étaient connues jusqu’alors des journalistes, ce qui pourrait être le signe d’un renforcement des effectifs sur place depuis mars.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/57414-agence-turque-estime-que-france-peut-pas-assurer-protection-kurdes-syrie

 

31 Décembre 2018 : 30 chefs de guerre de Daech auraient été abattus dans un raid de l’aviation irakienne :

Un bâtiment abritant 30 chefs de guerre de Daech* dans la localité syrienne d’Al Soussa a été anéanti par l’aviation irakienne, a annoncé le commandement des Forces aériennes irakiennes.

«Aujourd’hui, des F-16 irakiens ont porté une frappe aérienne puissante et douloureuse sur la région d’Al Soussa sur le territoire syrien. Une cible a été entièrement détruite: un bâtiment à étages utilisé comme abri et lieu de réunion par les terroristes», a indiqué le commandement dans un communiqué que Sputnik s’est procuré.

Selon le communiqué, le raid a été mené au moment où «30 chefs de guerre de Daech* se réunissaient».

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201812311039497687-raid-aviation-irak-terroristes-daech/

1er Janvier 2019 : Retrait américain de Syrie : Pompeo rassure Israël sur le soutien des Etats-Unis :

( Note ExoPortail : La Cabale essaie de rassurer un de ses « satellites » )

La décision de Donald Trump de retirer les troupes américaines de Syrie «ne change absolument rien» en termes de soutien à Israël, selon le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, qui a réitéré ce 1er janvier 2019 l’«engagement» de Washington «pour la stabilité au Moyen-Orient».

Mike Pompeo a tenu à rassurer le Premier ministre israélien en personne lors d’une rencontre précédant l’investiture du nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, à laquelle devaient assister les deux hommes. «La décision que le président a prise au sujet de la Syrie ne change absolument rien au fait que cette administration travaille aux côtés d’Israël», a affirmé le secrétaire d’Etat devant des journalistes dans un hôtel de Brasilia.

Le fait que ce sujet soit abordé en priorité lors de cette rencontre entre Mike Pompeo et Benjamin Netanyahou montre à quel point le retrait des troupes américaines est source d’inquiétude auprès des alliés des Etats-Unis.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/57469-retrait-americain-syrie-pompeo-rassure-israel-soutien-etats-unis

 

2 Janvier 2019 : L’armée syrienne annonce le retrait de quelque 400 combattants kurdes de Manbij :

«Des informations indiquent que près de 400 combattants kurdes ont quitté Manbij [dans le Nord de la Syrie] jusqu’à maintenant», a déclaré l’armée gouvernementale syrienne ce 2 janvier, quelques jours après son déploiement dans le secteur à l’appel des forces kurdes menacées par une intervention militaire d’Ankara.

Par le passé, la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), avait assuré avoir retiré ses hommes de Manbij, mais le voisin turc n’a eu de cesse d’affirmer que ce retrait n’avait pas eu lieu.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/57485-gouvernement-syrien-annonce-retrait-400-combattants-kurdes-minbej

 

8 Janvier 2019 : Syrie : après le retrait kurde, la police militaire russe patrouille dans les environs de Manbij :

La police militaire russe a commencé à patrouiller ce 8 janvier dans les environs de la ville de Manbij, dans le gouvernorat d’Alep en Syrie. Une vidéo publiée par le ministère russe de la Défense montre les habitants de la région en train d’accueillir une colonne de véhicules blindés de type Tigr. On peut en outre y voir des policiers militaires, en tenue de combat, recevoir les instructions relatives à leurs missions.

«Aujourd’hui, des patrouilles russes ont commencé à patrouiller à Manbij et ses environs. La tâche consiste à assurer la sécurité dans la zone et à contrôler les positions et les agissements des groupes armés», a déclaré à la presse le porte-parole de la police militaire russe, Yousoup Mamatov.

Ce déploiement, en soutien à l’armée syrienne, est une conséquence de la décision de Washington de procéder à un retrait progressif de ses forces armées dans le pays. A la suite de cela, le 28 décembre, les Unités de protection du peuple (YPG), principale milice kurde de Syrie, avaient «invité» le gouvernement syrien à revenir dans les régions d’où les troupes des Etats-Unis se sont retirées, et en particulier aux abords de Manbij.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/57677-syrie-apres-retrait-kurde-police-militaire-russe-patrouille-environs-manjib

 

11 Janvier 2019 : Syrie: la coalition dirigée par Washington affirme que son retrait militaire a commencé :

La coalition militaire dirigée par les Etats-Unis a annoncé ce 11 janvier que le retrait de ses troupes avait commencé en Syrie.

La coalition «a commencé le processus de retrait […] de Syrie», a fait savoir à l’AFP le colonel Sean Ryan. «Par souci de sécurité opérationnelle, nous ne discuterons pas des échéances, des lieux ou des mouvements de troupes», a souligné ce porte-parole.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/57751-syrie-coalition-dirigee-par-washington-affirme-retrait-militaire-commence

 

13 Janvier 2019 : Pourquoi la récente visite de John Bolton à Ankara n’a pas été un succès?: 

Le résultat de la visite à Ankara du conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche n’a rien d’inattendu en soi, car John Bolton n’y est pas venu pour négocier, mais pour imposer à la Turquie des conditions notoirement inacceptables pour elle, a déclaré à Sputnik Uluc Özülker, ancien ambassadeur turc à Paris et à Tripoli.
Selon l’interlocuteur de l’agence, en Syrie, les États-Unis s’appliquent à promouvoir leur politique anti-iranienne, tout en assurant la protection des forces kurdes syriennes opérant dans la région.

Les médias relatent que le Président turc a exprimé son très vif mécontentement à l’occasion de la visite à Ankara de John Bolton, jugeant «inacceptable» que les États-Unis réclament des garanties sur la sécurité des milices kurdes syriennes YPG. En amont, lors de sa visite en Israël, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche a notamment déclaré que les soldats américains ne quitteraient la Syrie que si la Turquie promettait de ne pas attaquer les combattants kurdes en Syrie. Selon Recep Tayyip Erdogan, cette nouvelle condition est «une très grave erreur».

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201901131039621529-visite-bolton-turquie-insucces-kurdes-conditions-usa-syrie-ypg/

 

Revue de Presse d’ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 2 019 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.