Ça chauffe en Syrie #5 : Revue de presse des derniers jours

0

Voici une revue de presse de ces 3 dernières semaines afin d’exposer une vue d’ensemble des gros événements récents entre le camp CIA / Israël et ce qu’il reste de leurs mercenaires ( environ 20 000 « hommes » et plus de 15 000 si on compte l’Irak) et le camp du gouvernement Syrien / Russes / Iranien et du Hezbollah :

 

(Note ExoPortail : Une loooongue revue de presse constituée uniquement des points les plus importants du conflit le plus crucial du moment et qui vous fera gagner quelques heures de recherches sur les points majeurs du conflit. On note principalement la continuité de l’avancé de l’armée Syriennela préparation par l’occident de False Flag chimique à Idleb et Alep, le semi-échec  de l’accord Russo-Turque pour Idleb et le sommet à Istanbul consacré à la crise syrienne entre la Russie, la France, l’Allemagne et la Turquie.)

 

28 septembre 2018 : Lavrov à l’ONU : «Il faut aider les Syriens sans appliquer la politique du deux poids deux mesures» :

Devant la 73e Assemblée générale des Nations unies, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a évoqué la situation en Syrie. Il a notamment appelé à se concentrer sur la reconstruction syrienne : «L’idée aujourd’hui est de rétablir les infrastructures et de reconstruire le pays afin de permettre le retour des millions de réfugiés qui ont fui la Syrie. C’est ce qui devrait être la priorité des efforts internationaux.» «Il faut aider les Syriens sans appliquer la politique du deux poids deux mesures», a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie russe est également revenu sur les frappes aériennes occidentales menées en Syrie le 14 avril dernier, justifiées selon lui par «un prétexte totalement absurde», dressant un parallèle avec les «faux prétextes qui ont permis de recourir à la force» en Yougoslavie, en 1999, en Irak, en 2003, ou encore en Libye, en 2011. Et de poursuivre : «Le conflit en Syrie dure depuis sept ans. On a essayé de renverser un régime légitime en s’appuyant sur des extrémistes ce qui a presque conduit à l’émergence d’un califat terroriste dans ce pays.» Il a ensuite loué les mesures prises dans le cadre du processus d’Astana, affirmant qu’elles avaient empêché «la réalisation d’un tel scénario destructeur».

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54267-lavrov-onu-il-faut-aider-syriens-sans-appliquer-politique-deux-poids-deux-mesures

 

29 septembre 2018 : Province d’Idleb : un premier groupe rebelle rejette l’accord conclu entre Poutine et Erdogan :

Première déconvenue concernant l’établissement d’une zone démilitarisée dans la dernière zone d’importance aux mains des djihadistes en Syrie. Jaish al-Ezza, une faction rebelle qui a été soutenue par les Etats-Unis, a fait savoir sur Twitter qu’elle refusait la solution trouvée entre la Turquie et la Russie pour éviter une offensive terrestre dans la province d’Idleb.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54288-accord-idleb-groupe-rebelle-rejette-accord-poutine-erdogan

 

29 septembre 2018 : Damas: les allégations d’attaques chimiques servent à justifier les agressions étrangères :

Les allégations d’attaques chimiques servent à justifier l’agression contre la Syrie, a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères.

«[L’Occident, ndlr] dispose d’accusations et de scénarios préparés à l’avance pour justifier ses agressions contre la Syrie», a déclaré Walid al-Mouallem, ministre syrien des Affaires étrangères, lors de la 73e session de l’Assemblée générale de l’Onu.

Il a estimé que l’organisation des Casques blancs était l’instrument principal des mises-en-scènes d’attaques chimiques et l’a qualifiée de terroriste, l’a disant fondée avec l’aide du financement du renseignement britannique.

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201809291038290813-damas-accusations-armes-chimiques-agression/

 

29 septembre 2018 : La Syrie appelle la France, les Etats-Unis et la Turquie à quitter immédiatement son territoire : 

Devant la 73e assemblée générale des Nations unies, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Mouallem  a vigoureusement fustigé la coalition internationale, menée par les Etats-Unis, «opérant sur le territoire syrien, sans la demande explicite du gouvernement syrien». Les qualifiant de «forces d’occupation», il a appelé les forces américaines, françaises et turques à «se retirer immédiatement et sans condition préalable» du territoire syrien.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54289-syrie-appelle-france-etats-unis-turquie-quitter-immediatement-syrie

 

30 septembre 2018 : Damas accuse les USA de «rétablir» les résidus de Daech sur la base d’Al-Tanf :

Sur la base d’Al-Tanf, en Syrie, les États-Unis procèdent à une reformation des restes de l’organisation terroriste Daech*, mais ces tentatives sont vaines, a déclaré le chef de la diplomatie de ce pays, Walid Al-Mouallem, dans un entretien à la chaîne russe RT.

«Notre pratique montre qu’ils rassemblent les résidus de Daech sur cette base et procèdent à leur rétablissement pour les envoyer par la suite combattre l’armée syrienne. Pourquoi? Car ils veulent que la crise syrienne perdure et ce dans l’intérêt de l’État hébreu», a-t-il indiqué.

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201809301038296790-syrie-damas-accusation-usa-soutien-daech/

 

1 octobre 2018 : En représailles à l’attentat du défilé d’Ahvaz, l’Iran attaque des cibles terroristes en Syrie :

L’Iran a annoncé avoir mené une attaque sur des cibles terroristes en Syrie, ce 1er octobre, en représailles à l’attentat meurtrier perpétré dans la ville iranienne d’Ahvaz le 22 septembre. Les Gardiens de la révolution ont publié sur leur site internet plusieurs photographies montrant des traînées de fumées ainsi que des points lumineux dans un ciel nocturne, au-dessus d’un relief montagneux désertique.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54303-represailles-attentat-defile-dahvaz-iran-ahvaz-iran-attaque-cubles-terroristes-syrie

 

2 octobre 2018 : l’accord russo-turc est un pas vers la libération d’Idleb, selon Damas :

Au cours d’une interview accordée à la chaîne libanaise Al-Mayadeen depuis New York diffusée ce 2 octobre, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a affirmé que l’accord russo-turc qui prévoit l’établissement d’une zone démilitarisée dans la province d’Idleb, le dernier bastion des rebelles et djihadistes, était un premier pas vers la «libération» de cette région frontalière de la Turquie.

L’accord entre Ankara et Moscou, conclu dans la ville russe de Sotchi le 17 septembre, a sauvé in extremis le dernier bastion insurgé de Syrie d’une offensive du régime de Damas et de son allié russe. Il prévoit, entre autres, la création d’une zone tampon de 15 à 20 kilomètres de large, en forme de fer à cheval, sous le contrôle de la Russie et de la Turquie, dans la province d’Idleb et des secteurs des régions voisines d’Alep, Hama et Lattaquié.

Source : https://francais.rt.com/international/54343-syrie-accord-russo-turc-est-un-pas-vers-la-liberation-idleb

 

3 octobre 2018 : La Russie livre à la Syrie des systèmes de défense anti-aérienne S-300 :

La Russie a livré dans la nuit du 2 au 3 octobre des systèmes de défense anti-aérienne S-300 à la Syrie, comme elle l’avait annoncé quelques jours après le crash d’un avion militaire russe Iliouchine-20 (Il-20) dans le pays, drame dont Moscou a attribué la responsabilité à Israël.

Une vidéo diffusée par le ministère russe de la Défense montre le déchargement du matériel depuis le plus gros avion de transport militaire au monde, un Antonov An-124 Ruslan. A l’ouverture des portes du cargo, qui se situent sous le nez de l’avion, un lanceur S-300 mais aussi des radars, des véhicules de contrôle ainsi que des missiles sol-air montés sur une unité de transport ont ainsi été débarqués.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54350-russie-livre-syrie-systemes-defense-anti-aerienne-s-300-video

 

3 octobre 2018 : Aide humanitaire en Syrie : Vladimir Poutine appelle l’Europe à «travailler ensemble» :

L’appel de Vladimir Poutine à ses homologues européens est lancé, concernant la situation humanitaire délicate en Syrie. En compagnie du chancelier autrichien Sebastian Kurz, lors d’une conférence de presse à Saint-Pétersbourg le 3 octobre, le président russe a notamment soutenu que «l’Europe devait s’impliquer dans le processus de retour des réfugiés en Syrie».

Il a également ajouté qu’il était «nécessaire de dépolitiser ce travail». Ainsi, il a déclaré que l’approche humanitaire à Idleb «devrait viser à aider les gens», qu’ils vivent dans des territoires contrôlés par le gouvernement syrien ou par l’opposition. Le chef d’Etat a en outre argumenté : «Nous ne devrions pas vraiment nous soucier de l’endroit où ces gens vivent, il faut les aider. Ils ne devraient pas souffrir.»

«Est-ce que les gens doivent souffrir du fait qu’ils vivent dans un territoire particulier contrôlé par l’une ou l’autre des forces politiques ?», a-t-il questionné devant les journalistes. Vladimir Poutine a ainsi assuré vouloir travailler «ensemble» avec l’Europe. «Il faut travailler pour apporter une aide humanitaire sur les besoins élémentaires, comme la restauration des infrastructures ou la remise en état de l’électricité, pour permettre aux biens alimentaires de revenir [dans le pays] et qu’ils soient accessibles à la population», a-t-il précisé. Vladimir Poutine a défendu qu’il s’agissait là de conditions pour que les réfugiés puissent revenir en Syrie.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54368-aide-humanitaire-syrie-vladimir-poutine-appelle-europe-a-travailler-ensemble

 

10 octobre : la démilitarisation de la région d’Idleb a commencé, annoncent la Russie et la Turquie :

L’accord russo-turc sur la démilitarisation d’une zone dans le gouvernorat d’Idleb, dans le nord de la Syrie, semble en passe de se réaliser. «Plus d’un millier de combattants et environ 100 [armes lourdes] ont été retirés de la zone démilitarisée […] conformément à l’accord entre la Russie et la Turquie», a annoncé ce 10 octobre la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, citée par Tass.

Cet accord russo-turc prévoyait le retrait avant ce 10 octobre par les rebelles et les djihadistes des armes lourdes des secteurs qui feront partie de la future zone démilitarisée décidée le 17 septembre dernier à Sotchi (Russie). Celle-ci, de 15 à 20 km de large, est destinée à séparer les territoires insurgés de ceux sur lesquels le gouvernement de Damas a rétabli son contrôle.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54521-syrie-demilitarisation-region-idleb-a-commence-annoncent-russie-turquie

 

10 octobre 2018 : Daesh aurait mis la main sur des bonbonnes de chlore en Syrie, selon Moscou :

Le 10 octobre, le général de l’armée russe Vladimir Savtchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, a rapporté que la veille, un groupe affilié à Daesh avait mené une attaque contre les islamistes du Front al-Nosra, liés à al-Qaïda (désormais rebaptisé Hayat Tahrir al-Cham), dans la localité d’Al-Lataminah, dans l’ouest du pays. Lors de cet assaut, les djihadistes se seraient emparé de deux bonbonnes de chlore. Quatre combattants d’al-Nosra et deux membres du groupe controversé Casques blancs ont été tués dans l’attaque, selon les informations du centre russe.

Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a en outre accusé les pays occidentaux d’avoir, par leurs «actions irresponsables» permis à des «substances chimiques [de se retrouver] dans les mains des terroristes de l’Etat islamique, dont les actions sont impossibles à prédire».

Par le passé, la Russie a accusé à plusieurs reprises les groupes armés rebelles de préparer des mises en scène d’attaques chimiques afin d’en imputer la responsabilité à Damas, le tout avec la complicité, selon Moscou, de gouvernements occidentaux.

 

15 octobre 2018 : «Nous n’abandonnerons pas le choix du djihad» : le groupe Tahrir al-Cham refuse d’évacuer Idleb :

Un deadline a expiré ce 14 octobre pour la mise en œuvre de l’accord russo-turc conclu le 17 septembre à Sotchi portant sur la création d’une zone démilitarisée à Idleb, au nord-ouest de la Syrie. Cet accord vise à permettre le retrait des éléments radicaux présents dans la zone, a pris fin ce 14 octobre. Toutefois, la majorité des groupes djihadistes ne semble pas avoir déposé les armes. Ce 15 octobre, le groupe Tahrir al-Cham (HTS), qui contrôle une grande partie de la région est resté dans la zone qu’ils devaient évacuer et où il compte poursuivre le combat. Ils avaient annoncé leurs intentions la veille, quelques heures avant la limite prévue pour leur retrait : «Nous n’abandonnerons pas le choix du djihad et du combat pour parvenir aux objectifs de notre révolution bénie, en premier lieu faire tomber le régime criminel», a écrit dans un communiqué HTS, faisant référence au gouvernement syrien.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54597-nous-abandonnerons-pas-choix-djihad-groupe-tahrir-al-cham-refuse-evacuer-idleb

 

12 octobre 2018 : Lavrov accuse les USA d’essayer de créer un quasi-État en Syrie :

Avec le concours de leurs alliés en Syrie, les États-Unis cherchent à créer un État illégitime sur les territoires syriens situés à l’est de l’Euphrate, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview accordée aux médias RT France, Le Figaro et Paris Match dont des extraits ont été publiés par le ministère russe des Affaires étrangères.

«Je ne crois pas qu’Idlib soit la seule région posant des problèmes en Syrie. Il y a de vastes territoires à l’est de l’Euphrate où se produisent des choses absolument inacceptables. Les États-Unis essaient d’utiliser ces territoires avec l’aide de leurs alliés syriens, avant tout des Kurdes, pour y créer une structure quasi-étatique», a indiqué M.Lavrov.

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201810121038482087-russie-lavrov-usa-syrie-accusation-tentative-etat/

 

13 octobre 2018 : La coalition américaine aurait de nouveau bombardé la Syrie au phosphore blanc : 

La coalition antiterroriste internationale a largué des bombes au phosphore blanc sur la ville de Hadjin, dans la province syrienne de Deir ez-Zor, rapporte samedi l’agence SANA citant des sources sur le terrain.

L’attaque a visé plusieurs quartiers de la ville qui se trouve à 110 kilomètres au sud-est du chef-lieu provincial.

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201810131038488640-syrie-bombes-phosphore-coalition/

 

17 octobre 2018 : Assad explique «l’hystérie occidentale» autour d’Idlib :

Le Président syrien Bachar el-Assad a expliqué l’emballement politique autour de la province d’Idlib par la peur de l’Occident de voir ses projets ruinés.

«L’hystérie occidentale qui précède la bataille d’Idlib s’explique par le fait que c’est quelque chose de fatal pour eux parce que la victoire des Syriens dans ce conflit fera échouer leurs projets», a-t-il indiqué, cité par l’agence syrienne Sana.

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201810071038406505-assad-bataille-idlib-syrie/

 

19 octobre : Désescalade en Syrie : Erdogan, Macron, Merkel et Poutine réunis à Istanbul le 27 octobre : 

L’Allemagne et la France se joindront à la Russie et à la Turquie pour un sommet consacré à la Syrie le 27 octobre 2018. La présidence turque a annoncé ce 19 octobre que les dirigeants turc Recep Tayyip Erdogan, russe Vladimir Poutine, français Emmanuel Macron et allemande Angela Merkel se rendraient à Istanbul pour évoquer le processus politique de sortie du conflit, sous l’égide de l’ONU.

La situation à Idleb, dans le nord-est de la Syrie, devrait également être au cœur des discussions. «Lors de cette rencontre, il sera surtout question de la situation à Idleb et de la mise en œuvre de l’accord russo-turc de Sotchi du 17 septembre dernier. Au-delà de ça, il sera question de la poursuite du processus politique, sous l’égide de l’ONU, en particulier du début des travaux d’une commission sur la Constitution», a précisé Martina Fietz, porte-parole du gouvernement allemand.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54744-desescalade-syrie-erdogan-macron-merkel-poutine-reunis-istanbul

 

20 octobre 2018 : 62 civils tués dans des frappes de la coalition menée par Washington, selon l’agence SANA : 

Le 20 octobre, Sana, l’agence de presse d’Etat syrienne, a rapporté que la coalition militaire dirigée par les Etats-Unis avait mené des frappes aériennes dans les villages d’Al-Susah et d’Al-Bubadran, près de Deir ez-Zor en Syrie, faisant plus de 62 morts civils et de nombreux blessés. L’agence affirme que ces bombardements ont eu lieu «dans les dernières 24 heures».

Deux jours auparavant, le 18 octobre, une source militaire syrienne avait confié à Sputnik que la coalition avait frappé une zone résidentielle à Al-Susah. Citant des sources locales, la télévision d’Etat syrienne avait fait état «de morts et de blessés parmi les civils», sans donner le nombre exact de victimes.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54756-syrie-60-civils-tues-dans-frappes-coalition-etats-unis-deir-ez-zor-medias-publics

 

25 octobre 2018 : un avion américain contrôlait les drones qui ont attaqué Hmeimim, selon Moscou :

Le Kremlin a fait part de son inquiétude après la publication d’un rapport du ministère de la Défense russe, selon lequel les drones qui ont attaqué la base russe de Hmeimim en Syrie début janvier étaient contrôlés par un avion de surveillance américain. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a précisé que l’armée avait analysé toutes les données disponibles et en avait conclu que l’attaque avait été dirigée depuis un P-8 Poseidon américain. «C’est sans aucun doute un rapport très inquiétant», a confié Dmitri Peskov.

Le Kremlin a fait cette déclaration alors que le général Alexandre Fomine, vice-ministre de la Défense, évoquait cette attaque lors du forum Xiangshan, une conférence sur la défense et la sécurité qui se tient du 24 au 26 octobre à Pékin. Selon le général, cité par l’agence Tass, treize véhicules aériens sans pilote (UAV) se sont approchés de la base de Hmeimim au moment où le Poseidon patrouillait au-dessus de la Méditerranée. Lorsque la Russie a activé ses contre-mesures électroniques, les drones ont poursuivi leur mission en mode manuel.

Selon Alexander Fomine, les drones n’étaient à ce moment-là pas pilotés «par un paysan», mais bien par «un P-8 Poseidon standard et bien équipé». Le responsable russe a expliqué que les 13 drones se sont dans un premier temps éloignés, ont reçu de nouveaux ordres, puis de l’aide par satellite pour «trouver les soi-disant faiblesses [des défenses russes] à travers lesquelles ils ont commencé à attaquer». Ils ont finalement été abattus par des missiles sol-air de la défense russe.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54894-syrie-avion-surveillance-americain-controlait-drones-attaque-hmeimim-moscou

 

28 octobre 2018 : La France, la Russie, l’Allemagne et la Turquie esquissent ensemble une sortie de crise en Syrie : 

Malgré les désaccords, les dirigeants russe, français, allemand et turc ont adopté le 27 octobre à Istanbul une déclaration commune fixant des étapes à réaliser, pour permettre à la Syrie de retrouver rapidement la paix.

Les points majeurs développés sont : Le Soutien à «un processus politique inclusif, dirigé par et contrôlé par les Syriens» / Un Appel à préserver l’accord russo-turc sur Idleb et à poursuivre de la lutte contre le terrorisme et Renforcer l’aide humanitaire et permettre le retour des réfugiés

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54956-france-russie-allemagne-turquie-esquissent-ensemble-sortie-crise-syrie

 

28 octobre 2018 : l’armée turque bombarde une milice kurde soutenue par Washington :

L’artillerie turque a pilonné ce 28 octobre des positions des Unités de protection du peuple (YPG) situées sur la rive est de l’Euphrate, à l’ouest de Kobané, dans le nord de la Syrie, selon l’agence de presse publique turque Anadolu. Ce bombardement a eu lieu alors que Recep Tayyip Erdogan avait plusieurs fois menacé ces derniers jours de lancer une offensive à l’est de l’Euphrate, après deux opérations à l’ouest du fleuve. Le 26 octobre, le président turc avait même lancé un «dernier avertissement» aux YPG.

D’après Anadolu, les bombardements turcs ont visé des abris et des tranchées des YPG sur une colline dans le village de Zur Maghar, situé sur la rive orientale de l’Euphrate en face de la ville de Jarablous. L’agence affirme que l’artillerie turque répliquait ainsi à des tirs provenant de cette zone.

Les YPG font partie d’une coalition arabo-kurde, les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenue par les Etats-Unis pour combattre le groupe Etat islamique (EI). Pour autant, Ankara considère les YPG comme le bras armé en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984. Si le PKK est classé comme «terroriste» par les alliés occidentaux de la Turquie, ce n’est pas le cas des YPG.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/54959-syrie-armee-turque-bombarde-milice-kurde-soutenue-washington

 

30 octobre 2018 : Défense russe: les Casques blancs organisent une provocation aux armes chimiques à Alep : 

Des membres de l’organisation Casques blancs ont entamé le tournage d’une vidéo dans le cadre d’une nouvelle provocation aux armes chimiques, a annoncé lundi Vladimir Savtchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Les Casques blancs sont en train de mener un séance de tournage avec la participation de civils inconnus des habitants», a indiqué M.Savtchenko cité par le ministère russe de la Défense.

Selon lui, plusieurs dizaines de membres des Casques blancs sont arrivés lundi dans le gouvernorat d’Alep pour y réaliser cette provocation.

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201810291038698305-casques-blancs-provocation-armes-chimiques-alep/  ainsi que deux autres articles en lien avec cette information : https://fr.sputniknews.com/international/201810291038700048-syrie-daech-gaz-sarin-chlore-radicaux/ et https://fr.sputniknews.com/international/201810301038708515-moscou-radicaux-provocations-armes-chimiques/

 

31 octobre 2018 : Daech reprend des territoires syriens libérés, Moscou évoque le rôle des USA :

En raison de l’incapacité des États-Unis et des Forces démocratiques syriennes (FDS) à lutter efficacement contre les terroristes au-delà de l’Euphrate, le groupe terroriste Daech occupe des territoires syriens ayant été précédemment libérés, a déclaré le porte-parole de la Défense russe Igor Konachenkov.

«En profitant de l’incapacité des États-Unis et des détachements des FDS à lutter efficacement contre les terroristes au-delà de l’Euphrate, Daech* occupe à nouveau des territoires précédemment libérés», a indiqué le porte-parole de la Défense russe.

Auparavant, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit avait annoncé que malgré les déclarations de Washington au sujet de la victoire sur les terroristes de Daech, ces derniers s’étaient emparés de 20 km de territoire près de l’Euphrate.

En lire plus : https://fr.sputniknews.com/international/201810311038719987-daech-syrie-euphrate-territoires/

 

1 novembre 2018 : «Bachar el-Assad devra finalement être évincé du pouvoir», selon le secrétaire américain à la défense, James Mattis :

Le président syrien Bachar el-Assad devra finalement être «évincé du pouvoir» car il a perdu sa crédibilité, a déclaré le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, le 30 octobre à Washington lors d’une discussion à l’Institut américain pour la paix.
Selon lui, cette éviction est nécessaire pour une raison évidente : «Je ne pense pas que des élections organisées sous l’égide du régime syrien auront une quelconque crédibilité auprès du peuple syrien ou de la communauté internationale».

La Russie a pour sa part répété à plusieurs reprises que seul le peuple syrien devait décider du sort du dirigeant syrien en exercice.

En lire plus : https://francais.rt.com/international/55057-bachar-el-assad-devra-finalement-evince-pouvoir-james-mattis

 

2 novembre 2018 : Un journal révèle que l’Allemagne a versé discrètement près de 50 millions d’euros à des «rebelles» à Idleb :

C’est une information de nature à faire planer de sérieux doutes quant aux démarches allemandes dans les différents processus mis en place afin de trouver une sortie de crise politique en Syrie : ce 1er novembre, le quotidien Tagesspiegel révèle que le gouvernement allemand finance, à hauteur de plusieurs millions d’euros, les «rebelles» encore présents à Idleb et engagés dans un conflit contre l’armée syrienne. Bruxelles aurait fait de même. Particularité de ces financements : Berlin ne communique pas la liste précise des destinataires.

En lire plus : https://exoportail.com/un-journal-revele-que-lallemagne-a-verse-discretement-pres-de-50-millions-deuros-a-des-rebelles-a-idleb/

Revue de presse d’ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 742 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.