George Soros : Un agent des Rothschild

0
Au cours de toute sa vie il a été le garçon de course dévoué de l’Establishment financier anglo-américain, et a conduit des opérations de saccage contre les nations des pays de l’Est, et contre la souveraineté des nations.

Son coup de Maître avec la Livre anglaise :

C’est ainsi qu’en Septembre 1992 il a détruit la Livre Sterling contre la Banque d’Angleterre attaquant aussi la Lire italienne et raflant au passage un profit de 1200 millions de dollars. Il s’en est vanté ensuite dans une interview télévisée. Il réussit à se financer à hauteur de 40000 millions de dollars en Allemagne. Et sait comment emprunter 1000 millions de dollars en ne payant que 5% d’intérêt.

Les liens de Soros avec l’oligarchie britannique, et notamment les Rothschild, sont forts. Ceux-ci voulaient miner la Bundesbank, alors qu’en même temps ils considéraient la livre sterling comme très surévaluée.

Soros a des lignes de crédit préférentielles avec des banques comme Citibank, liée à son fond Quantum, et a des accès privilégiés avec Eretz Yisroel de l’ex Ariel Sharon. Ceux-ci lui ont indiqué comment battre la Bundesbank et détruire la livre anglaise.

Soros et son fond «Open Society»

Une fois ses profits de 1,2 milliards de dollars gagnés sur la livre anglaise en 1992, il va mettre en œuvre les principes du libre marché de Von Hayek pour détruire des nations. Fondé en 1979 son fond «Open Society» s’y emploie. En 1994 par exemple, il a dépensé avec l’Open Society 300 millions de dollars, une somme considérable.

Soros travaille main dans la main avec des gens comme Paul Volcker, ancien président de la FED et président de la Trilatérale de David Rockefeller, Anno Ruding de Citibank qui était au FMI et Jeffrey Sachs professeur à Harvard.

Après avoir sévi en « réorganisant » l’économie polonaise, Soros l’a fait avec la Russie via le plan Shatalin, basé sur la « thérapie de choc » du FMI. Gorbachov refuse le plan Shatalin qui lui aurait permis de rester à la tête de l’URSS qui aurait été réformée au lieu d’être désintégrée.

Le réseau financier secret derrière George Soros :

Suite aux recherche de William Engdahl, on en sait plus sur ses liens avec les Rothschild, la City de Londres, et le Mossad israélien. La réalité derrière George Soros est autre chose que son image médiatique soigneusement cultivée. George Soros n’est que la face visible qui semble anodine d’un réseau vaste et très perfide d’intérêts financiers privés, contrôlés par les grandes familles aristocratiques et royales d’Europe.

( Note ExoPortail : Très bon article sur le City de Londres : La City de Londres alias la Couronne contrôle la finance et l’argent du monde )

Plutôt que d’utiliser les pouvoirs directs de l’Etat pour atteindre les objectifs géopolitiques cruciaux, une vaste exploitation réticulée secrète comprenant des intérêts financiers privés, liés à l’ancienne oligarchie aristocratique de l’Europe occidentale, a été développée. C’est fait à bien des égards sur le modèle des modèles britanniques de la Dutch East India Company du 17e siècle.

Selon des sources bien informées, le coeur de ce « Club des îles » est le centre financier de l’ancien Empire britannique, la City de Londres. George Soros est membre de ce qu’on appelait à l’époque médiévale Hofjuden, ou «Juifs de la Cour, » qui étaient et sont gérées par ce puissant réseau secret des vieilles familles aristocratiques.

Le Quantum Fund de Soros : 

Soros spécule sur les marchés financiers mondiaux par l’intermédiaire de sa société offshore secrète, Quantum Fund N.V., un fond d’investissement entièrement privé appelé «fonds de couverture». Les fonds de couverture ont été identifiés par les organismes internationaux de police comme ayant la plus forte croissance pour le blanchiment d’argent illégal aujourd’hui.

Le Quantum Fund de Soros est inscrit à Curaçao, dans les Antilles néerlandaises, le paradis fiscal des Caraïbes et donc il évite de payer des impôts, et lui permet de cacher le nom de ses investisseurs, ainsi que ce qu’il fait avec leur argent.

En déplaçant son siège légal à Curacao, Soros a pu éviter la supervision des Etats-Unis par le gouvernement de ses activités financières, que tout fonds d’investissement basé aux U.S. doit accepter pour fonctionner. Les Antilles néerlandaises, une possession du Royaume des Pays-Bas, ont été maintes fois citées par le Groupe de travail international sur le blanchiment de l’argent de l’OCDE comme l’un des centres les plus importants du monde pour le blanchiment des produits illicites de la cocaïne d’Amérique latine et des autres trafics de drogue.

Soros a également pris grand soin pour qu’aucun des 99 investisseurs individuels qui forment ses différents fonds, ne soit un ressortissant américain. Selon la loi sur les valeurs mobilières des Etats-Unis, un fonds de couverture est limité à un maximum de 99 investisseurs de personnes très riches, soi-disant « investisseurs avertis ».

En structurant sa société d’investissement en tant que fonds de couverture hors des États-Unis, Soros évite l’examen du public. Soros lui n’est même pas officiellement actionnaire du Quantum Fund. Au lieu de cela, pour des raisons juridiques, il sert officiellement de «conseiller en placements» pour Quantum Fund N.V. via sa société, Soros Fund Management, domiciliée au 888 Seventh Avenue, New York City.

Si une demande est formulée auprès de Soros pour révéler les détails de Quantum Fund, il peut prétendre qu’il est « simplement son conseiller en placement. »

Selon les enquêteurs compétents américains et européens, Soros fait partie d’un cercle qui comprend Marc Rich de Zoug, en Suisse et Tel Aviv, Shaul Eisenberg, et « Dirty Rafi » Eytan, à la fois lié à l’aspect financier du Mossad israélien, et à la famille de Lord Jacob Rothschild.

Naturellement, Soros et les intérêts des Rothschild préfèrent garder leur connexion cachée loin de la vue du public, de manière à masquer les puissants amis de Soros dans la City de Londres, le Foreign Office britanniqueIsraël et l’établissement financier américain.

Le mythe a donc été créé que Soros serait un investisseur financier « génial » et solitaire qui, grâce à ses talents personnels dans la détection des changements dans les marchés, est devenu l’un des spéculateurs les plus prospères de la planète.

Selon ceux qui le connaissent et qui ont fait des affaires avec lui, Soros ne fait jamais un mouvement majeur d’investissement, que ce soit contre la livre ou le franc ou l’or sans des informations d’initiés de haut niveau. Au conseil d’administration de Quantum Fund N.V. de Soros se trouve Richard Katz.

Soros est lié aux Rothschild : 

Katz est un homme des Rothschild qui est également membre du conseil de la banque d’affaires de Londres N.M. Rothschild & Sons, et le chef de Rothschild Italia S.p.A. de Milan. Un autre lien de la famille Rothschild à Quantum Fund de Soros est le membre du conseil Quantum Nils O. Taube. Taube est le partenaire du groupe d’investissement de Londres, St. James Place Capital, dont le principal partenaire est Lord Rothschild.

Le chroniqueur du London Times, Sire William Rees-Mogg, est également membre du conseil de St. James Place au Capital de Rothschild. Un autre membre du conseil d’administration de Quantum Fund de Soros est le chef de l’une des banques privées suisses les plus controversés, Edgar de Picciotto, qui a été appelé « l’un des banquiers les plus habiles à Genève »

De Picciotto est un ami de longue date et associé d’affaires de Edmund Safra, un autre banquier d’origine libanaise qui contrôle la Banque République de New York.

La Republic Bank, aujourd’hui Safra, a été identifiée dans les enquêtes américaines sur le crime organisé russe comme la banque impliquée dans le transfert de milliards de la Réserve fédérale des Etats-Unis de New York à Moscou, vers des banques organisées qui contrôlent la criminalité, au nom du crime organisé russe. En outre, Safra est sous enquête par des Etats-Unis et les autorités suisses pour le blanchiment de l’argent de la drogue turque et colombienne.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, la famille du financier légendaire Rothschild, au cœur de l’appareil financier du « Club des îles » a fait de grands efforts pour tromper, et se créer pour lui-même une aura publique d’insignifiance, alors que derrière lui se trouve l’une des plus puissante organisations troubles des financiers monde. La famille a dépensé des sommes importantes pour cultiver une image publique comme une famille de riches, et rien de plus.

Les Rothschild ont été impliqué dans la création d’Israël : 

Entre autres choses, ils ont voulu être connus, dès 1948, comme s’étant consacrés à la cause du nouvel Etat d’Israël, en jouant sur l’indignation du monde entier suite à l’holocauste nazi contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet, depuis que le secrétaire des Affaires étrangères britannique Arthur Balfour écrivit sa fameuse lettre Novembre 1917 à Lord Rothschild exprimant le soutien du gouvernement britannique officielle pour l’établissement en Palestine d’un foyer national pour les Juifs, les Rothschild ont été intimement impliqués dans la création d’Israël.

Il n’est donc pas surprenant, de constater qu’aujourd’hui Soros et Rothschild ont des liens avec les renseignements israélien, britanniques et américains. Mais derrière leur façade publique comme une famille donnant de l’argent pour des projets utiles telles que la plantation d’arbres dans les déserts d’Israël,N.M. Rothschild de Londres est au centre de diverses opérations de renseignement.

N.M. Rothschild est considéré par les initiés de la City de Londres pour être l’un des éléments les plus influents de cette partie de l’establishment britannique Intelligence liée à l’aile du Parti conservateur. Rothschild & Sons ont donné d’énormes sommes pour la gestion de Thatcher pour la privatisation des milliards de dollars de fonds de l’industrie de l’Etat britannique dans les années 1980, et pour le gouvernement de John Major.

De plus, Rothschild est au cœur même du commerce de l’or du monde, étant la banque chez qui, deux fois par jour, le London Gold Fix est décidé par un groupe de cinq banques les plus influentes du commerce de l’or. L’or constitue une part importante de l’économie issue des transactions de drogue à l’échelle mondiale.

Mais N.M. Rothschild & Sons est également impliqué dans certaines des opérations les plus sales : médicaments, armes ect. Parce qu’il est bien relié aux plus hauts niveaux des services secrets de l’establishment britannique, Rothschild a réussi à échapper aux poursuites pour sa complicité dans l’un des réseaux de renseignements secrets des plus sordides, celui de la BCCI (Bank of Commerce et du Crédit International).

( Note ExoPortail : Même si récemment elle a été impliqué dans un scandale financier : La Rothschild Bank prise dans un scandale de blanchiment d’argent par l’autorité de régulation suisse )

Rothschild était au cœur du vaste réseau international de banques de blanchiment d’argent utilisées au cours des années 1970 et 1980, par la Grande-Bretagne et son MI-6 et le réseau du lieutenant-colonel Oliver North et du vice-président George Bush, pour financer des projets tels que le Nicaragua Contras.

Mais, ce qui n’a jamais été identifié dans une seule enquête de presse occidentale majeure, c’était que le groupe Rothschild, lié à George Soros, était au cœur de la BCCI.

Selon ces rapports, parmi les investisseurs silencieux de Soros il y a – comme mentionné plus haut – Marc Rich, basée à Zug, en Suisse, et le marchand d’armes israélien Shaul Eisenberg, qui a été identifié en tant que membre depuis plusieurs décennies du renseignement israélien Mossad, et qui fonctionne comme un marchand d’armes les plus importants dans toute l’Asie et le Proche-Orient.

Bon tout ça est vraiment vomitif. Soros et les Rothschild, la City de Londres, le Mossad et Israël. Que du beau monde !

( Bonus )

Le rôle de Soros dans la censure des médias sociaux révélé dans un document fuité :

La censure des médias sociaux est ici et il est devenu clair que les grandes entreprises de technologie travaillent ensemble pour fermer et réduire au silence les membres de la presse libre pour des raisons politiques. Bien sûr, cela a tout à voir avec le fait que Donald Trump soit en fonction, et que vous le souteniez ou non, ce qui sera perdu dans l’effort pour le destituer affectera finalement tout le monde.

La censure n’est pas la manière américaine, et bien que les gens pensent aujourd’hui que l’autre côté est complètement faux et ne devrait pas être autorisé à s’exprimer, il faut un type spécial d’influence pour atteindre le niveau d’interdiction des médias sociaux et des plates-formes que nous avons vu ces dernières semaines.

Il s’avère, selon un document fuité de 49 pages, que cette influence spéciale n’est peut-être rien d’autre que George Soros lui-même, le plus riche agitateur politique libéral du monde. Soros est connu depuis longtemps pour exercer une influence, par le biais de son immense richesse personnelle, au niveau de la base de nombreuses luttes politiques à travers le monde.

«En janvier 2017, le fondateur de Media Matters, David Brock, a présenté un mémo confidentiel de 49 pages pour vaincre Trump en travaillant avec les principales plateformes de médias sociaux pour éliminer la “propagande de droite et les fausses nouvelles” lors d’une retraite en Floride avec une centaine de donateurs, a rapporté le Washington Free Beacon à l’époque.
Le document obtenu par The Free Beacon indique que Media Matters et d’autres groupes financés par Soros ont “accès aux données brutes de Facebook, Twitter et d’autres sites de médias sociaux” afin qu’ils puissent “surveiller et analyser systématiquement ces données non filtrées». [Source]

Le mémo confidentiel complet, qui se lit comme un manifeste politique subversif, a été écrit par l’activiste politique libéral et auteur américain, David Brock, également fondateur de Media Matters for America.

Intitulé Democracy Matters: Strategic Plan for Action, et composé au début de 2017, il présente le plan démocratique pour s’opposer à tout prix à la présidence de Trump en menant une guerre médiatique quotidienne, et nous ressentons les résultats de cette stratégie depuis que Trump a pris le pouvoir, et après presque deux ans en tant que président, le paysage médiatique est dans un chaos total, et la population est plus divisée qu’elle ne l’a été depuis la guerre civile américaine.

En ce qui concerne Soros, il est un financier connu de Media Matters, qu’il soutient depuis 2010 dans un effort manifeste pour contrer les organisations de presse comme Fox News. Soros a développé la réputation d’être le leader mondial des banques.

«Media Matters est l’un des rares groupes qui tentent de tenir Fox News responsable des informations fausses et trompeuses qu’ils diffusent si souvent. Je soutiens Media Matters dans un effort visant à faire connaître plus largement le défi que Fox News pose au discours civil et éclairé dans notre démocratie.» ~ George Soros

L’effort de censure des médias sociaux a commencé sérieusement avec l’élection de Trump qui a vu le déploiement du terme «fake news», et la note de Brock décrit clairement comment ce plan était destiné à amener la censure que nous voyons aujourd’hui.

D’après le mémo de Brock :

De plus, le mémo discute de la façon dont les grandes entreprises technologiques comme Google, Facebook et Twitter (qui censurent ouvertement les comptes d’utilisateurs aujourd’hui) seront recrutées et appelées à s’associer à l’agenda Soros et Brock afin de manipuler le paysage politique.

La collusion entre Media Matters et les plateformes de médias sociaux est assez profonde, comme l’a noté WND :

Le document affirme que Media Matters et les groupes d’extrême gauche ont «accès aux données brutes de Facebook, Twitter et d’autres sites de médias sociaux» afin qu’ils puissent «surveiller et analyser systématiquement ces données non filtrées».

«Plus tôt nous pouvons identifier une fake news, plus tôt nous pouvons l’annuler efficacement», affirme la note de service. «Avec cette nouvelle technologie à portée de main, les chercheurs qui surveillent les nouvelles en temps réel pourront identifier l’origine d’un mensonge avec une précision mathématique, créant ainsi un système d’alerte précoce pour les fake news et la désinformation.»

 

Comment Soros a organisé les flots de réfugiés :

Soros finance en partie l’Aquarius. Il tire les ficelles des ONG subversives qui affrètent l’Aquarius. Il paye les médias qui parlent de « drame humanitaire » de « minimum de décence pour ces vies humaines », de « respect des droits des personnes à bord ».

  • Carmelo Zuccaro, le procureur en chef de Catane, en Sicile, a témoigné devant une commission du Parlement italien en mars 2017 qu’une enquête officielle sur le financement d’une flotte de bateaux de réfugiés modernes en Méditerranée par des ONG privées a été lancée.

Zuccaro a annoncé que son bureau enquête sur ce qu’il a appelé les montants « anormalement élevés » de fonds qui permettent à des modestes associations de louer des navires. Les autorités italiennes ont jusqu’à présent mis au jour au moins dix ONG privées impliquées, dont plusieurs sont financées par une des sociétés du spéculateur George Soros, l’Open Society Foundations.

  • Le site internet de l’Initiative internationale pour les migrations, financé par Soros, explique ouvertement qu’elle a une « approche de corridor stratégique, facilitant une action coordonnée dans les pays d’origine, de transit et de destination ».
  • En septembre 2016, Soros a annoncé qu’il donnait 500 millions de dollars à la cause des réfugiés européens et américains. Il a refusé de dire où et comment l’argent serait utilisé. Une partie de cette somme a financé la flotte de navires d’ONG qui amènent des dizaines de milliers de réfugiés libyens.
  • En août 2016, DCLeaks, un site Web américain similaire à Wikileaks, a publié 2 576 fichiers principalement liés à l’Open Society Foundations de George Soros. Une note du 10 mai 2016 affirme que la crise des réfugiés en Europe doit être acceptée comme une « nouvelle norme » et que la crise signifie de « nouvelles opportunités » pour les fondations Soros d’influencer les politiques d’immigration à l’échelle mondiale.
  • En 2015, un journaliste de Sky News a découvert un « Migrant Handbooks » un manuel pour migrants, sur l’île grecque de Lesbos. Il a été révélé par la suite que les manuels, rédigés en arabe, avaient été remis aux réfugiés avant de traverser la Méditerranée par un groupe appelé Welcome to the EU. « Bienvenue dans l’UE ». Bienvenue dans l’UE est financé par l’Open Society Foundations.
  • Et cerise sur le gâteau, Soros n’a pas seulement soutenu des ONG qui prônent la réinstallation des migrants du tiers monde en Europe, il est en fait l’architecte du « Plan Merkel » sur l’ouverture des frontières de l’Europe aux migrants. Le plan Merkel a été créé par l’Initiative européenne pour la stabilité, dont le président, Gerald Knaus, est un des cadres dirigeants de l’Open Society Foundations de Soros. Le plan, auquel Merkel a adhéré, proposait que l’Allemagne accorde l’asile à 500 000 réfugiés syriens. Il stipulait également que l’Allemagne, avec d’autres nations européennes, devrait accepter d’aider la Turquie, un pays qui est musulman à 98%, à voyager sans visa à l’intérieur de l’UE à partir de 2016.

Pourquoi Soros veut-il que les migrants viennent en Europe ?

Pourquoi Soros se donne-t-il tant de mal pour inonder l’Europe de hordes d’immigrés du tiers-monde ?

Il existe deux types de raisons : idéologiques, et financières.

  • Nous ne pouvons pas en être sûrs, mais il est récemment apparu que Soros a pris une grande série de « positions baissières dérivées » contre les actions américaines. Apparemment, il pense que causer le chaos en Europe propagera la contagion aux Etats-Unis, envoyant ainsi les marchés américains en spirale descendante. L’élection du président Trump a détruit cet objectif – Soros soutenait Clinton – et il ne cesse de l’attaquer.

Pour Soros, la destruction de l’Europe par l’inondation de millions de musulmans non assimilés est un plan direct pour provoquer le chaos économique et social sur le continent.

  • Sur le plan idéologique, il donnait une explication claire, lors d’un forum de la Democracy Alliance organisé pendant 3 jours en novembre 2017 (source en bas de l’article) à Carlsbad en Californie.

Soros y a présenté son programme pour introduire la «gouvernance mondiale» et affaiblir les «limites des frontières artificielles».

«Nous devons tirer les leçons des événements des élections américaines de l’année dernière afin de prévenir les erreurs de cette ampleur à l’avenir. Nous devons nous assurer que tous les dirigeants du monde répondent à un nouvel ordre mondial plus élevé, et remédier à l’injustice dans notre processus démocratique.

Alors que l’Union européenne commence à s’effondrer, le moment est venu de créer une nouvelle union mondiale où toutes les nations seront unies par des politiques internationales, indépendamment des frontières humaines et de leurs limites.

Avec nos Nations unies sous une gouvernance mondiale unique, l’économie mondiale sera libre de prospérer avec une banque mondiale contrôlée centralement et une monnaie unique.»

  • Interviewé par RT en novembre 2017, le sénateur Républicain de Virigine George Black a accusé Soros de mener une campagne pour permettre à des centaines de milliers de migrants d’inonder, et d’effondrer, l’“Europe chrétienne” dans une tentative de détruire intentionnellement l’UE. Selon Black, Soros prévoit de forcer l’Union européenne à s’effondrer, ouvrant ainsi la voie à un gouvernement mondial unique pour inaugurer la politique du Nouvel Ordre Mondial qui servira l’élite, et dont Soros sera le dirigeant.
  • Tout ceci est confirmé par cet extrait de son livre La crise du capitalisme mondial* :

« La souveraineté des États doit être subordonnée au droit international et aux institutions internationales. »

Soros ne veut pas d’un « état global ». Ce qu’il veut, c’est un organisme mondial avec un poids politique total, soutenant des « sociétés ouvertes »

Article construit par ExoPortail avec les sources suivantes : http://algarath-phoenix.com/2018/08/15/george-soros-agent-des-rothschild/https://www.anguillesousroche.com/censure/le-role-de-soros-dans-la-censure-des-medias-sociaux-revele-dans-un-document-fuite/ et https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2018/08/15/pourquoi-soros-veut-que-laquarius-accoste-en-france-et-pas-en-algerie-ou-en-tunisie/


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 112 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.