Une enquête du Sénat révèle que l’administration Obama a signé l’accord sur l’octroi de fonds des contribuables à un partenaire d’Al-Qaida

0
La commission des finances du Sénat américain a initialement lancé une enquête sur les relations entre l’organisation à but non lucratif World Vision et l’Islamic Relief Agency (ISRA) en février 2019, à la suite d’un article de la National Review en juillet 2018 qui affirmait que l’administration de Barack Obama avait approuvé une «subvention de 200 000 dollars de l’argent des contribuables à l’ISRA».

 

 

( Note ExoPortail : Comme beaucoup l’ont remarqué, cette enquête est très tiède car elle disculpe une intention et pointe plutôt vers une négligence, qui de surcroît ne vise qu’une micro partie du financement du terrorisme occidental. Néanmoins si cela permet de participer à exposer un début de vérité c’est déjà pas mal en espérant que ceci ne soit pas utilisé dans une ingénierie de polarisation par la Cabale )

 

Une enquête du Sénat américain a découvert que l’administration de Barack Obama avait approuvé en 2014 l’envoi de fonds gouvernementaux à une organisation qui avait été sanctionnée pour ses liens avec le terrorisme.

La transaction entre World Vision United States, une agence humanitaire à but non lucratif, et l’Islamic Relief Agency (ISRA) a été révélée le 22 décembre dans un rapport récemment publié par le président de la commission des finances du Sénat, Chuck Grassley (R-Iowa).

Une enquête sur les liens entre World Vision et l’ISRA a été lancée en février 2019.

L’enquête a révélé que World Vision ne savait pas que l’ISRA avait été sanctionnée par les États-Unis depuis 2004, après avoir acheminé une somme estimée à 5 millions de dollars à Maktab al-Khidamat, également connu sous le nom de Bureau de service afghan, l’organisation précurseur d’Al-Qaida, contrôlée par Oussama Bid Laden.

 

L’ignorance n’est pas une excuse :

Le rapport du Sénat a conclu que l’ignorance de l’agence humanitaire était due à «des pratiques de contrôle insuffisantes».

«World Vision travaille pour aider les personnes dans le besoin à travers le monde, et ce travail est admirable. Même si elle ne savait pas que l’ISRA figurait sur la liste des sanctions ou qu’elle était inscrite sur la liste en raison de son affiliation au terrorisme, elle aurait dû le savoir. L’ignorance ne peut pas suffire comme excuse. Les changements apportés par World Vision aux pratiques de contrôle sont un bon premier pas, et je me réjouis de la poursuite de ses progrès», a déclaré Chuck Grassley dans une déclaration.

L’enquête lancée en 2019 a été déclenchée après l’apparition d’un article dans National Review en juillet 2018. Sam Westrop, le directeur de l’Observatoire islamiste du Forum du Moyen-Orient, avait révélé que l’administration de Barack Obama avait approuvé une «subvention de 200 000 dollars de l’argent des contribuables à l’ISRA» même après avoir découvert qu’elle était une entité sanctionnée pour ses liens avec des organisations terroristes.

 

 

Les fonds des contribuables sont acheminés vers l’ISRA :

Le rapport actuel du Sénat indique que le 21 janvier 2014, World Vision a soumis une demande de subvention à l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) pour mener à bien son programme de redressement du Nil bleu, qui vise à fournir la sécurité alimentaire, des équipements sanitaires et des services de santé aux zones durement touchées par le conflit dans la région du Nil bleu au Soudan.

L’USAID a donc accordé à l’organisation humanitaire évangélique à but non lucratif une subvention de 723 405 dollars pour ce programme. Le mois suivant, l’ISRA a proposé de s’associer à World Vision pour fournir des services humanitaires à certains aspects du programme du Nil Bleu, indique le rapport, les organisations collaborant à une série de projets en 2013 et 2014.

Pendant tout ce temps, World Vision aurait ignoré que l’ISRA avait été sanctionné. Cette révélation est intervenue après que l’association à but non lucratif ait décidé de collaborer avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) sur un projet humanitaire au Soudan. Avant de prendre une décision, l’OIM s’est lancée dans une procédure d’examen de routine, pour apprendre ensuite les liens de World Vision avec l’ISRA et le statut de cette dernière.

Après avoir reçu la confirmation de l’équipe de conformité de l’Office of Foreign Assets Control (OFAC), l’OIM a rejeté l’offre de collaboration de World Vision, indique le rapport.

Le département juridique de l’organisation à but non lucratif a été informé du statut de l’ISRA en septembre 2014, tous les paiements à l’organisation étant mis en attente pendant une enquête.

World Vision a également écrit à l’OFAC le 19 novembre 2014, demandant une licence temporaire pour résilier le contrat existant avec l’organisation si la confirmation du statut de l’ISRA était reçue.

La réponse, tout en confirmant que l’ISRA a été sanctionnée, a rejeté la demande de licence temporaire, déclarant qu’elle serait «incompatible avec la politique de l’OFAC».

World Vision a ensuite présenté une autre demande de licence pour traiter avec l’ISRA, car elle aurait craint des conséquences juridiques et une expulsion potentielle pour ne pas avoir donné suite au contrat.

Le 4 mai 2015, le Département d’État de l’administration Barack Obama a recommandé à l’OFAC d’accorder à World Vision la demande de licence temporaire pour effectuer des transactions.

L’OFAC a accordé l’autorisation de verser 125 000 dollars à l’ISRA le jour suivant, en accompagnant le déménagement d’une «lettre d’avertissement». La lettre avertissait l’association à but non lucratif que son partenariat avec l’ISRA «semblait avoir violé» les règlements sur les sanctions contre le terrorisme mondial.

Aucune preuve n’a été trouvée que World Vision ait intentionnellement cherché à esquiver les sanctions américaines en s’associant à l’ISRA, affirment les conclusions du rapport du Sénat américain du 22 décembre.

«Nous n’avons également trouvé aucune preuve que World Vision savait que l’ISRA était une entité sanctionnée avant de recevoir la notification du Trésor. Cependant, sur la base des preuves présentées, nous concluons que World Vision a eu accès aux informations publiques appropriées et aurait dû savoir comment, mais n’a pas réussi à contrôler correctement l’ISRA en tant que bénéficiaire de subventions, ce qui a entraîné le transfert de l’argent des contribuables américains vers une organisation ayant un long passé de soutien aux organisations terroristes [sic] et aux terroristes, y compris Oussama Ben Laden».

Le rapport déplore le système de l’organisation humanitaire qui consiste à contrôler les bénéficiaires potentiels de subventions comme étant «à la limite de la négligence».

L’organisation à but non lucratif a été jugée comme ayant «ignoré les procédures d’enquête de niveau élémentaire».

«World Vision a le devoir de s’assurer que les fonds acquis auprès du gouvernement américain ou donnés par les Américains ne finissent pas par soutenir des activités terroristes», indique le rapport, tout en ajoutant qu’un système de filtrage plus «solide» et fiable serait nécessaire pour rétablir la confiance du public dans le fait que «les contributions faites à World Vision ne financent pas des organisations illicites». En réponse au rapport, l’association à but non lucratif a publié une déclaration soulignant qu’elle «prend au sérieux les obligations de conformité et partage l’objectif de bonne intendance du sénateur Grassley et du personnel de la commission».

Elle a ajouté :

Nous apprécions le fait que le rapport du personnel de la commission au président «n’a trouvé aucune preuve que World Vision savait que l’ISRA était une entité sanctionnée avant de recevoir la notification du Trésor… Le terrorisme va à l’encontre de tout ce que World Vision représente en tant qu’organisation et nous condamnons fermement tout acte de terrorisme ou de soutien à de telles activités».

 

Source : https://sputniknews.com/us/202012311081616991-senate-probe-finds-obama-admin-signed-off-on-grant-of-taxpayer-funds-to-al-qaeda-affiliate/ et https://www.finance.senate.gov/imo/media/doc/Oversight,%2012-23-20,%20Memo%20on%20World%20Vision%20Investigation.pdf

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 218 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.