Les célébrités et l’art de la distraction

2

Lorsque vous feuilletez votre journal quotidien ou regardez les nouvelles du soir, il y a de fortes chances que vous ayez remarqué une augmentation constante des actualités, de la mode et des commérages sur les vedettes.

Cela dure depuis des siècles. En latin, ça s’appelle «panem et circenses». Traduit, cela signifie «du pain et des jeux», une phrase rendue célèbre par le poète romain Juvénal vers l’an 100. En termes romains, cette expression fait référence à la création de l’approbation publique par la classe dirigeante, non par des moyens altruistes ou progressistes, mais par l’utilisation de distractions et de divertissements merveilleux.

Il s’agit d’un modèle qui a fait ses preuves pour maintenir les regards des citoyens hors de la politique et l’économie mais sur les distractions du jour.

Les médias grand public sont devenus incroyablement doués pour rendre compte de l’insignifiance et de l’inutilité, tout en ignorant complètement les vraies nouvelles.

La célébrité est maintenant une marchandise, ce qui signifie qu’elle a une certaine valeur en tant que moyen d’échange. Dans ce cas, ce qui est échangé est votre point d’attention ou temps de cerveau disponible. En masse, c’est un produit assez bon marché.

Il y a différentes niveaux de célébrité du 21ème siècle. Le nouveau niveau de célébrité est composée de politiciens, d’anciens présidents et de membres de la famille royale, qui sont tous plongés en permanence dans l’actualité parce qu’ils sont des « hybrides » uniques – mi-homme politique, mi- célébrité. Les Obama, les Clinton, les Windsors et les Sarkozys sont tous des « hybrides » .

En dessous de l’échelon supérieur de la classe dirigeante, vous trouverez la célébrité de la «variété de potager». Choisis ton poison ! Gwenyth Paltrow a rompu avec Chris Martin, Kim Kardashian est enceinte de l’enfant de Kanye, Kourtney Kardashian fait la fête dans les Hamptons, Miley Cyrus fait un strip-tease aux Grammys, Rihanna Repérée portant des bottes Timberland, Hunter Parish confectionne des brownies et David Beckham est de nouveau ciré les jambes. Si vous n’aimez pas les « A-listers », vous pouvez passer votre temps à suivre les enfants de stars du rock (rockeurs), les enfants de gens riches, ou descendre sur le marché et profiter du flux régulier de quasi-celebrities de Reality TV, ou de jeunes femmes qui ont couché avec un joueur de football.

Ce que le public ne réalise pas, c’est que les visages de ces gens n’apparaissent pas dans les journaux, les magazines et les sites Web d’information parce qu’ils ont un talent exceptionnel ou parce qu’ils ont quelque chose d’important à offrir à la société. Ils apparaissent constamment parce que leur visage est en fait utilisé pour vendre quelque chose d’autre, comme un film, une nouvelle émission de télévision ou un produit de détail. Leurs apparitions sont des segments médiatiques soigneusement gérés, généralement organisés (contre rémunération) par des sociétés de relations publiques, des directeurs de spectacles et des agents.

Le plus triste dans ce manège de relations publiques, c’est que de nombreux médias grand public en dépendent pour une part importante de leurs revenus – et qu’ils peuvent donc se sentir obligés de jouer le jeu des célébrités simplement pour survivre.

Les plus grandes victimes dans ce jeu sont le public, qui, à part les nouvelles importantes qui sont évincées par les célébrités et les athlètes professionnels, croit qu’ils obtiennent quelque chose d’authentique, alors qu’en fait ce n’est rien du tout.

Le 23 janvier 2014 a été un jour intéressant dans l’actualité mondiale – ou du moins c’était censé l’être. Justin Bieber, la pop star de la presse du monde entier, a été arrêté pour conduite en état d’ivresse et pour courses de dragster, nous a-t-on dit. En plus de la couverture grand public de la grande sortie de Bieber, TMZ, le principal groupe de commérages d’Hollywood, a commencé à tweeter intensément l’arrestation, couplée au hashtag Twitter #FreeBieber. On ne peut que se demander si l’événement a été entièrement mis en scène ou non. CNN s’est également jointe à la fête en diffusant une émission spéciale d’une heure sur le jeune homme de 19 ans, «live at ten».

La véritable tragédie de l’événement de relations publiques de Bieber a été ce qui s’est passé d’autre dans le monde pendant que Bieber faisait la une des journaux : Les manifestations ukrainiennes ont pris une tournure violente à Kiev (prélude à une impasse géopolitique majeure entre les Etats-Unis et la Russie), des pourparlers de paix cruciaux devaient commencer en Suisse, les forces israéliennes ont assiégé Ramallah, et quatre ont été tuées et 50 ont été blessées alors qu’une voiture piégée se frayait un chemin jusqu’au siège gouvernemental au Caire.

CNN n’en a jamais assez de l’histoire de Bieber, en l’associant à une publicité Toyota pleine page sur CNN.com avec un message sincère exhortant les parents à « apprendre aux adolescents à conduire pendant leurs premières années sur la route ».

Dans deux ans, Bieber se mariera, dans trois ans, Bieber divorcera, dans quatre ans, Bieber sera en désintoxication, et dans cinq ans – « Bieber sort enfin ». La machine à publicité continue à tourner, tandis que le public subit le «traitement des champignons».

Avec les célébrités viennent les produits d’entreprise. La présentatrice d’Oscar Ellen DeGeneres a dominé les médias du monde entier après la cérémonie de remise des prix en raison de son  » égoïsme de célébrité  » rempli des meilleurs films d’Hollywood. Il a battu tous les records sur Twitter et est resté sur la grande majorité des médias à forte audience pendant près d’une semaine. Ce qui a été vendu au public comme un moment Kodak authentique, un moment où les célébrités semblaient être «tout comme nous», était en fait un coup de sponsoring d’entreprise planifié. Inconnue d’un public naïf, DeGeneres vient d’utiliser un Samsung Galaxy Note 3, qu’elle avait remis à Bradley Cooper pour le selfie du groupe, qui n’était qu’une publicité prolongée pour Samsung. En effet, Samsung a dépensé des millions de dollars pour commanditer les Oscars au cours des cinq dernières années.

Autrefois de rares apparitions en public ont en fait augmenté le pouvoir d’attraction d’une star, et ont préservé leur valeur médiatique intrinsèque d’une «sur-exposition». Malheureusement, l’ère d’Internet a bouleversé cette équation.

Si une célébrité n’est pas à la mode sur Twitter ou Facebook, ses actions chutent et tout le monde y perd – la célébrité, son directeur, son publiciste et son agent – tous perdants. La pompe Internet doit donc rester en marche 365 jours par an, en indiquant l’heure à laquelle ils ont quitté le gymnase, en promenant le chien, ce qu’ils ont mangé au déjeuner, qui ils ont rencontré pour le déjeuner et de quelle boîte de nuit ils sont sortis à 3 heures du matin. Se déconnecter n’est pas une option car le signal ne peut jamais s’éteindre – des légions de fans et de fans payants résident 24h/24 et 7j/7 sur les réseaux sociaux, les blogs, les forums, dans un effort collectif pour diffuser un tapis roulant de ragots sans fin, qu’il soit ennuyeux ou salace.

Les gestionnaires de réseaux sociaux croient vraiment qu’ils offrent « une expérience plus profonde » pour les fans de s’engager avec des célébrités.

Dans un article du 19 février 2012 publié dans Forbes, cet engagement plus profond est expliqué comme suit :

«Nous recherchons des célébrités qui reconnaîtront leur dépendance envers nous et leur engagement avec nous. Nous voulons des célébrités qui admettront qu’elles sont comme nous et… nous montreront aussi qu’elles sont différentes, plus audacieuses, plus franches, plus drôles mais pas éloignées

VRAIMENT ? Comme Ellen DeGeneres, ses amies et leurs 1 million de dollars «l’une d’entre nous» aux Oscars ?!

Ce n’est un secret pour personne que les publications en ligne et les réseaux sociaux génèrent des tonnes de données de nos jours, et les dirigeants célèbres ont déjà investi d’énormes sommes d’argent afin de surveiller et d’analyser le nombre de visites que chaque article ou image de célébrité reçoit. La direction de la publicité prend ensuite ces données et les présente aux sociétés commanditaires afin de prouver combien de points de vue uniques, ou de millions d’impressions médiatiques, leurs clients célèbres attirent – prouvant ainsi leur valeur en tant que produit médiatique authentique.

Naviguer dans le paysage des médias alternatifs est en soi un travail à plein temps, et aussi enthousiaste et motivé que vous puissiez être dans la recherche et la découverte de la vérité, soyez conscient du fait qu’il y a des flagorneurs célèbres qui sont encore plus déterminés à découvrir quelle marque de lunettes de soleil Beyoncé porte. Si vous trouvez cette pensée troublante à un niveau profond, alors c’est un bon signe que vous vous souciez profondément de votre voisin.

Hollywood est le pays de l’illusion, et cette fausse réalité est maintenant amplifiée par tous les canaux médiatiques, non seulement par le biais de la télévision et des magazines, mais aussi dans vos navigateurs Web et dans votre main sur votre téléphone intelligent – tous les jours, tous les jours. Certains sont complètement épris de la culture des célébrités, et malheureusement pour la société, certains pensent que les nouvelles des célébrités sont plus importantes que les vraies nouvelles. Pour ces personnes, montrez-leur des nouvelles réelles et leur réaction naturelle d’auto-défense naturelle est de les rejeter ou de revenir à une forme de déni que les psychologues appellent communément la dissonance cognitive.

Si vous voyez cette condition présente chez votre voisin obsédé par les célébrités, il vous incombe, en tant que soldat éclairé et éveillé de la vérité, d’essayer de l’aider à s’engager dans les questions importantes et d’expliquer comment ces questions nous touchent tous, et surtout, que nous sommes tous ensemble dans cette lutte !

Source :  https://www.newdawnmagazine.com/articles/celebrities-the-art-of-distraction

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 742 autres abonnés

2 Commentaires

  1. Merci pour cet article sur les célébrités et leur rôle
    Je pense que cela va encore plus loin, les célébrités sont les pions qui portent les changements de nos sociétés et les mises à jour négatives de nos comportements
    Combien de gens ont pris de la drogue pour singer leur idole, ont arboré des simboles occultes voir sataniques sans le savoir ou consciemment.
    Regardez comme le langage des jeunes a changé en quelques années, ils utilisent le jargon des banlieues colporté par le rap et dégradant le verbe.
    Je vais dans un restaurant ou ils passent des clips, c’est tellement vulgaire et bas que je dois demander à couper la télé, pour mes enfants. En montrant des stars qui dansent comme des prostituées on influence la conduite et les moeurs sexuelles des gens et surtout des femmes.
    Les nouveaux produits sont cooptés par des célébrités qui sont imitées par la masse, on est loin de la distraction.
    Quand Beckam fait son footing avec un pentacle, ou que Johny hurle je suis le fils de luci… vous êtes mes serviteurs je vous maudit en ma demeure… et que le public réagit avec des hurlements de joie, on est dans le consentement voir la conversion
    Le fait que les réseaux sociaux optimisent leur suivi accentue ce phénomène
    D’ou l’urgence de la déconnexion médiatique

  2. Bonjour,

    J’ai lu la moitié de l’article jusque-là et j’ai calé, overdose de débilité (pas l’article mais ce qu’il place en avant).

    Pour ma part je ne lisais et pas plus aujourd’hui, ce que peut faire tel ou tel soi-disante personne importante vivant actuellement sur cette planète.

    Mon jardinier qui cultive le maraîchage sur mon terrain est à mes yeux bien plus important que la reine d’Angleterre, c’est vous dire les autres…

    Autrement la plupart de mes lectures étaient des écrits spirituels sur le bouddhisme et maintenant que l’intuition m’a permis d’écrire « Le livre de l’Eveil », j’essaie de le proposer à qui voudra bien l’éditer et une bonne partie de mon temps est consacré à des pratiques spirituelles et à regarder des vidéos sur youtube et l’un ou l’autre de mes DVD, où je vais me promener dans la brousse où au bord de l’océan où je fais d’autres pratiques presque quotidiennement.

    Puis je lis presque chaque jour les articles étant proposés sur les sites alternatif comme exoportail.com, sur lesquels je commente les articles que souvent je mets en partage sur Facebook, mais à part ça pour ma part je suis dans le plus vif désintérêt de tout ce qui a attrait aux sports, aux starlettes, aux vedettes de tous acabits que l’on tente de nous imposer aux forceps.

    Bien à vous.

    Thierry Poget

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.