Twitter a rejeté les demandes de retrait de la pornographie enfantine de la plateforme parce qu’elle ne «violait pas sa politique»

0
Un nouveau procès a accusé Twitter de fermer les yeux sur la pornographie enfantine sur sa plateforme, affirmant qu’il a ignoré les demandes répétées d’une victime mineure du trafic sexuel pour retirer des images explicites obtenues par chantage.

 

La plainte, déposée mercredi par l’adolescent victime et sa mère dans le district nord de Californie, soutient que Twitter a refusé de retirer les vidéos sexuellement graphiques au motif qu’elles ne violaient pas sa politique, leur permettant ainsi d’accumuler plus de 150 000 vues.

Le plaignant dans cette affaire – identifié seulement comme «John Doe» dans les dossiers du tribunal – dit qu’il n’avait que 13 ans lorsqu’il a été manipulé pour partager des images de lui nu avec un utilisateur de Snapchat qu’il croyait être un camarade de classe de 16 ans. Après qu’il l’ait fait, «la correspondance s’est transformée en chantage», affirme le procès, ajoutant que les auteurs ont menacé de partager les photos avec les «parents, l’entraîneur, le pasteur et d’autres membres de la communauté» de la victime s’il n’envoyait pas de matériel supplémentaire. Il s’est conformé aux exigences des trafiquants, en envoyant des vidéos sexuellement explicites de lui-même, dont certaines comprenaient un autre mineur.

En 2019, une «vidéo de compilation» contenant les images extorquées à John Doe a fait surface sur Twitter par le biais d’au moins deux comptes, pour finalement parvenir à la victime en janvier 2020 après avoir «appris par ses camarades de classe que [les] vidéos de lui et d’un autre mineur étaient sur Twitter et que de nombreux élèves de l’école les avaient regardées».

«En raison de la diffusion de ces vidéos, il a été victime de taquineries, de harcèlement, de brimades vicieuses et est devenu suicidaire.»

Immédiatement, la victime – qui avait alors 16 ans – a informé ses parents de la situation, incitant sa mère, nommée «Jane Doe» dans le procès, à aborder la question avec les responsables de l’école, la police locale et directement sur Twitter. Cela faisait suite à au moins une plainte précédente d’un utilisateur de Twitter inquiet fin 2019, qui avait signalé l’un des comptes qui partageait des images de la victime. L’entreprise n’a pris aucune mesure et les vidéos sont restées en ligne.

Le 21 janvier, le plaignant a déposé sa propre plainte auprès de Twitter, déclarant à la plateforme «Ces vidéos ont été prises de harcèlement et de menaces. Elles se répandent maintenant dans les écoles et nous devons les retirer car nous sommes tous les deux mineurs et nous avons un rapport de police pour la situation». À la demande de Twitter, il a fourni une photo de son permis de conduire pour confirmer son identité.

Un jour plus tard, Jane Doe a également déposé deux autres plaintes auprès de l’entreprise, auxquelles Twitter a répondu par des messages automatiques identiques promettant de revoir le contenu en question.

Après une semaine entière sans réponse de l’entreprise, malgré les tentatives répétées de la mère de la victime au-delà de ses plaintes initiales, Twitter a finalement répondu le 28 janvier, déclarant qu’il ne trouvait aucun problème avec les vidéos sexuellement explicites et qu’il ne ferait rien pour les faire supprimer.

«Merci de nous avoir contactés. Nous avons examiné le contenu, et n’avons pas trouvé de violation de nos politiques, donc aucune action ne sera prise pour le moment», a déclaré Twitter, tout en insistant sans une pointe d’ironie sur le fait que «votre sécurité est la chose la plus importante».

La victime a répondu le même jour, indignée par l’inaction de la plateforme, en demandant «Comment ça, vous ne voyez pas de problème ?»

«Nous sommes tous deux mineurs en ce moment et l’étions au moment où ces vidéos ont été prises. Nous avions tous les deux 13 ans. Nous avons été appâtés, harcelés et menacés de prendre ces vidéos qui sont maintenant publiées sans notre permission. Nous n’avons pas du tout autorisé ces vidéos et elles doivent être retirées.»

Bien que la société ait ignoré l’appel final de John Doe, en quelques jours, sa famille «a pu entrer en contact avec un agent du ministère américain de la sécurité intérieure» grâce à un contact mutuel, selon le procès.

«L’agent fédéral a également pris contact avec Twitter et, à la demande du gouvernement fédéral américain, le [contenu explicite] a finalement été retiré de Twitter le 30 janvier 2020 ou aux alentours de cette date», poursuit la poursuite, ajoutant que les comptes incriminés ont également été interdits.

Twitter a été critiqué par le passé pour sa gestion de la pornographie enfantine, le Centre canadien de protection de l’enfance ayant conclu l’année dernière dans une étude que la plateforme rendait «extrêmement difficile» le signalement de ce type de contenu, obligeant les utilisateurs à trouver un formulaire distinct de sa «fonction de signalement facilement accessible» qui se trouve sur chaque tweet.

En mars 2019, Twitter prétend appliquer une «politique de tolérance zéro en matière d’exploitation sexuelle des enfants», et dans ses communications avec John Doe et sa mère, il a déclaré qu’il transmettait tous les rapports de ce type de matériel au «National Center Missing and Exploited Children». Cependant, malgré les efforts énergiques de la victime pour faire retirer des images de lui-même de la plateforme, la société ne l’a fait qu’après avoir été contactée par le gouvernement fédéral américain, n’ayant pas transmis le cas de John Doe au Centre jusqu’à ce moment.

La position apparemment laxiste de la société sur la pornographie enfantine contraste fortement avec son contrôle rigoureux des contenus politiques qu’elle juge «haineux» ou pour diffuser de la «désinformation», en purgeant régulièrement des milliers de messages et d’utilisateurs pour violation de la politique technique.

 

Source : https://www.rt.com/usa/513284-twitter-child-pornography-lawsuit/https://fr.scribd.com/document/491614044/Doe-v-Twitter

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 239 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.