Opération Gladio : L’alliance entre le Vatican, la CIA et la mafia

0
Le matin de l’été du 2 août 1980, une explosion massive a dévasté la salle d’attente principale de la gare ferroviaire de Bologne. Quatre-vingt-cinq personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées. Bien qu’on ait d’abord blâmé les célèbres guérillas urbaines italiennes, les «Brigades rouges», il est vite apparu que l’attaque venait en fait de l’intérieur même de «l’État profond» du gouvernement italien.

 

Ce n’est que dix ans plus tard que le premier ministre italien, Giulio Andreotti, interrogé par une commission d’enquête spéciale, a révélé l’existence de caches d’armes cachées dans tout le pays et qui étaient à la disposition d’une organisation qui a ensuite été identifiée comme «Gladio».

Les membres de ce groupe comprenaient non seulement des centaines de personnalités d’extrême droite des secteurs du renseignement, de l’armée, du gouvernement, des médias, de l’Église et des entreprises, mais aussi un assortiment hétéroclite de fascistes, de psychopathes et de criminels du monde souterrain de la Deuxième Guerre mondiale. Et malgré les tentatives d’Andreotti de présenter le groupe comme des «patriotes», il est apparu évident à la plupart des autres membres de la politique italienne qu’il s’agissait plutôt de gens assez malfaisants. Des recherches menées par des personnes comme Daniele Ganser, Claudio Celani, Jurgen Roth et Henrik Kruger ont permis d’établir des liens avec des groupes similaires disséminés dans toute l’Europe, qui sont tous des organisations terroristes d’État profondes et qui, en définitive, sont tous soumis aux structures de commandement les plus hautes de la CIA et de l’OTAN.

Le surnom de «Gladio» (d’après l’épée à deux tranchants utilisée dans la Rome classique) a finalement été élargi pour inclure une foule déconcertante de structures terroristes d’État profondes connexes, notamment : la «Loge P2» en Italie, «P26» en Suisse,«Sveaborg» en Suède, «Counter-Guerrilla» en Turquie et «Sheepskin» en Grèce. Cette liste européenne (à peu près définitive) s’est ensuite révélée avoir des liens non seulement avec pratiquement toutes les organisations terroristes d’État secrètes parrainées par les États-Unis dans le monde entier (y compris l’opération Condor en Amérique latine), mais aussi avec de nombreux cartels mondiaux de la drogue qui fournissent la richesse secrète nécessaire pour financer toute cette mécanique corrompue.

C’est à ces détails que nous donnons maintenant un aperçu de l’œuvre remarquable du journaliste Paul L. Williams, intitulée  » Opération Gladio « , en 2015, qui a été réalisée dans le cadre de l’opération Gladio, qui s’est déroulée à la fin de l’été. Et c’est à ces détails que nous donnons maintenant un aperçu de l’œuvre remarquable du journaliste Paul L. Williams, intitulée «Opération Gladio : L’alliance contre nature entre le Vatican, la CIA et la mafia». Bien qu’il existe d’autres livres sur le sujet qui méritent une mention honorable (y compris le tome précurseur de Daniele Ganser, «NATO’s Secret Armies», et le récent et élégant ouvrage de Richard Cottrell, «Gladio» : La dague de l’OTAN au cœur de l’Europe»), c’est à Williams que je pense que nous devons une gratitude particulière pour avoir fourni un portrait plus ou moins totalement intégrable des mécanismes mondiaux de l’opération Gladio.

 

Avant d’entreprendre notre sombre, quoique fascinant, voyage, il convient d’abord de noter que si «Gladio» a été officiellement reconnu et condamné par le Parlement européen (en novembre 1990 ; Washington et l’OTAN ayant toujours refusé par la suite de «commenter» la question), et que ses multiples organes et factions ont été dissous, il est peu probable que ce dernier ait jamais été pleinement appliqué. ( Note ExoPortail : Dissous pour être reforgé dans un meilleur anonymat ? )

Le contexte historique de «Gladio» est donc la quintessence même de la compréhension des faux drapeaux de l’époque moderne.

L’origine générale de ce réseau en labyrinthique se trouve dans ce que l’on a appelé les «armées de l’arrière-garde» mises en place à la fin de la seconde guerre mondiale par les puissances alliées (principalement les Etats-Unis) pour agir comme forces de résistance si jamais les Soviétiques décident d’envahir l’Europe. Rapidement, cependant, la raison d’être de ces «armées» s’est transformée en une mission pour contrer, non pas une invasion extérieure, mais une «subversion interne». Cela finirait par saper non seulement le socialisme européen d’après-guerre, mais aussi la démocratie italienne, grecque – et plus tard mondiale – elle-même.

Mais on va trop vite.

L’auteur principal des «armées de l’arrière-garde», nous informe Williams, était le général Reinhard Gehlen, chef du renseignement militaire allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. Ayant prévu très tôt que le Reich était condamné à la défaite, Gehlen avait «concocté l’idée de former des escadrons de guérilla clandestins composés de jeunes hitlériens et de fanatiques fascistes purs et durs», prétendument pour repousser l’inévitable invasion soviétique. Ces unités de guérilla qu’il appelait «loups-garous».

Ne manquant pas une occasion fasciste quand ils l’ont vue, l’Office of Strategic Services des États-Unis (l’OSS et le précurseur de la CIA), sous la direction de William «Wild Bill» Donovan, a rapidement engagé Gehlen et le général SS Karl Wolff (en 1945) pour former l’Organisation Gehlen (qui sera ensuite transformée en Service fédéral de renseignement allemand actuel, le BND) et a reçu son financement initial des ressources américaines.

L’homme de la situation aux États-Unis était Allen Dulles, le premier président (en 1927) du maintenant très connu «Council on Foreign Relations» (CFR), et plus tard le premier chef de la CIA. Dûment incorporés dans le giron américain, les « loups-garous » furent, étant donné que leur ingérence initiale s’est déroulée en Italie, rebaptisés «gladiateurs».

L’opération Gladio était née.

En 1947, la CIA (qui, cette année-là, avait remplacé l’OSS) a dû faire face à sa première tâche redoutable, à savoir empêcher le Parti communiste italien (PCI) de former le prochain gouvernement. Des élections étaient prévues pour 1948 non seulement en Italie même, mais aussi en Sicile. Mais Gladio était prêt et en attente. Les «gladiateurs» s’étaient entraînés dans un camp spécial installé en Sardaigne sous le commandement local de l’ancien chef fasciste italien de la Seconde Guerre mondiale, le Prince Junio Valerio Borghese.

En outre, des centaines de mafieux américains ont commencé à arriver sur les côtes italiennes pour prêter main-forte au «problème» communiste. L’arrivée des «made men» est le résultat des efforts de Donovan à partir de 1943 pour travailler avec les mafieux américains Charles «Lucky» Luciano et Vito Genovese afin de trouver de nouveaux fonds (de drogue) pour les opérations officieuses de l’OSS, et pour rétablir la mafia de Sicile dans l’île avant l’opération Husky (invasion des Alliés en Sicile). Ces forces se déchaînent sur l’électorat italien et, jusqu’en 1948, en moyenne cinq personnes par semaine sont assassinées par les unités terroristes soutenues par la CIA. Les résultats étaient sinistrement prévisibles. Alléluia, le PCI a été battu et les chrétiens-démocrates sont revenus au pouvoir.

Pourtant, la menace subsistait. La moitié de l’électorat italien était composée de sympathisants communistes et, de plus, la politique de gauche s’est répandue dans une grande partie du reste de l’Europe malade. Il aurait fallu en faire plus. Le problème, cependant, c’était l’argent. Il n’y en avait tout simplement pas assez. Ainsi, le financement initial de 200 millions de dollars pour «Gladio» (qui provenait des fondations Rockefeller et Mellon) a été rapidement épuisé. Et bien que la Loi sur la sécurité nationale de 1947 ait fourni l’échappatoire qui permettait les opérations secrètes de la CIA, elle n’avait pas permis leur financement manifeste par le Congrès. C’est là que le bât blesse. Heureusement, Paul Helliwell savait comment regler le problème.

Paul Helliwell était un membre à l’intérieur de l’OSS d’origine (avec des descendants clés des familles Morgan, Mellon, Vanderbilt, Carnegie, DuPont et Ryan). C’est lui qui, après avoir fait du commerce de drogue contre armes en pilotant des trafics d’opium avec le Kuomintang (KMT, l’armée nationale chinoise luttant contre Mao Zedung), a eu la brillante inspiration de faire la même chose, aux Etats-Unis mêmes endroits.

C’est donc à sa suggestion que Donovan a choisi de forger le lien profond (et qui existe encore aujourd’hui) entre les services de renseignement du pays et le crime organisé. Entrent en scène des personnages tels que Luciano ‘Lucky’ Luciano, Vito Genovese, Meyer Lansky et les clans criminels Trafficante et Gambino. Rapidement, les rues de New York d’abord, puis de nombreuses métropoles américaines ont été inondées d’héroïne. Ces débuts fulgurants mèneront bientôt à la tristement célèbre «French Connection», puis au «Triangle d’or» (où la CIA, avec son propre «Air America», transporta de la drogue hors d’Asie du Sud-Est pendant la guerre du Vietnam) et, plus tard, aux cartels des Balkans, du Mexique et de la Colombie.

Mais il y avait encore un soucis. À savoir : comment payer la mafia sans que personne ne s’en aperçoive ; en effet, comment cacher, blanchir et cacher toutes ces dérives financières aux yeux indiscrets des autorités ?

 

La connexion avec le Vatican :

L’article 2 du Traité du Latran de 1929 était clair et sans équivoque. L’article, qui a servi à réglementer les affaires entre le Saint-Siège et l’État italien, interdit expressément toute ingérence de ce dernier dans les affaires de l’État italien. Il est évidemment difficilement concevable que les rédacteurs du Traité n’aient jamais prévu ce que cette immunité pouvait signifier dans la pratique. Mais ils n’avaient probablement pas compté sur la formation diabolique de l’Institut des Œuvres de Religion (IOR), ou plus familièrement, de la Banque du Vatican.

Fondée par le pape Pie XII et Bernardino Nogara en 1942, la Banque allait rapidement devenir le principal dépositaire de la mafia sicilienne et de l’OSS/CIA dans l’après-guerre, où tous les fonds et documents relatifs au trafic de drogue et à «Gladio» seraient conservés et blanchis. Déjà en 1945, le pape avait tenu des audiences privées avec Donovan pour discuter de la mise en œuvre de «Gladio» et où, comme le rapporte Williams, Donovan fut fait chevalier en tant que croisé anticommuniste avec la Grand Croix de l’Ordre de Sylvester. Auparavant, Pie XII s’était révélé un allié loyal en travaillant avec Dulles et l’OSS pour établir les filières utilisées pour aider d’éminents Nazis à fuir l’Europe. Maintenant, de nouveaux horizons se dessinent. Le premier devoir à accomplir, bien sûr, était de détruire la menace communiste en ce qui concerne les élections de 1948. A cette fin, le pape autorisa ses propres escadrons terroristes (sous la direction de Monseigneur Bicchierai) à aider les «gladiateurs» et les «hommes de main» à intimider l’électorat italien. Tâche accomplie.

La deuxième tâche à accomplir, cependant, était à plus long terme. Le communisme, le socialisme devaient maintenant être éradiqués à la source. Pour cela, il faudrait de l’argent. Beaucoup d’argent. De l’argent intraçable. L’argent de la drogue. Dans les mois qui ont précédé les élections de 1948, la CIA a déposé quelque 65 millions de dollars à la Banque du Vatican. La source de ces fonds provenait de l’héroïne produite par le géant pharmaceutique italien Schiaparelli, puis transportée par la mafia sicilienne à Cuba où elle a été coupée puis distribuée à la Nouvelle Orléans, Miami et New York par la famille Santo Trafficante. Aussi lucratif que soit ce commerce, il n’était pas suffisant pour répondre aux besoins de la CIA et de «Gladio». Il en faudrait davantage. Plus de réseaux de drogue et plus de banques. «Gladio» était sur le point de devenir mondial.

Au départ, une nouvelle alliance a été forgée avec la mafia corse. Contrairement à la mafia sicilienne, les Corses avaient une grande expérience dans le traitement de l’héroïne, une compétence qu’ils avaient acquise au fil des années en travaillant avec des techniciens laotiens, cambodgiens et vietnamiens en Indochine française. Une route de ravitaillement est alors apparue, allant de la Birmanie à Beyrouth en passant par la Turquie et de là à Marseille. Hélas, il y a eu un léger contretemps lorsque les ouvriers portuaires de Marseille, sympathisants de l’armée rebelle de Ho Chi Minh, ont refusé de charger et décharger les bateaux en Indochine. Ne vous inquiétez pas. Un peu de terreur administré par les jeunes Corse (et financé par la CIA), et ce fut un problème résolu. En 1951, Marseille est devenue le centre de l’industrie occidentale de l’héroïne. Voilà, la «French Connection».

Entre-temps, Wild Bill Donovan avait «démissionné» de la CIA pour former la «World Commerce Corporation» (WCC) dont la fonction principale était de faciliter les transactions d’armes contre de la drogue avec le KMT. Paul Helliwell a prêté main forte à la direction de Sea Supply, une société écran de la CIA qui s’occupe de l’expédition d’héroïne depuis Bangkok. En 1958, l’ensemble de l’opération a connu un tel succès qu’une deuxième voie d’approvisionnement a été mise en place en passant par Saigon. Ici, l’aide de Ngo Dinh Diem, le despote américain installé du Sud Vietnam, s’est avérée inestimable.

Pourtant, il y avait un nuage potentiel à l’horizon, c’est-à-dire que la nouvelle de toutes ces manigances allait forcément s’échapper. Que faire ? Le premier réflexe, naturellement, a été d’imputer la responsabilité du problème croissant de l’héroïne en Occident aux Chinois communistes de Mao Zedung. Echec. La deuxième réponse, plus réfléchie, a été d’organiser une campagne continue pour détourner l’attention de la CIA et lui redorer son image. Et à cette fin, en 1953, la CIA a mis sur pied l’«Opération Mockingbird». Dans le cadre de la campagne «Mockingbird», l’Agence a recruté des centaines de journalistes américains pour diffuser de fausses histoires et de la propagande sur les activités «amicales» de la société. En fin de compte, ce tissu dépravé d’anti-journalisme a mobilisé des réseaux d’information entiers, dont ABC, NBC, Newsweek, Associated Press, et The Saturday Evening Post. Maintenant, les hommes et les femmes de Langley pouvaient se détendre. Désormais, les yeux des Américains (et du monde entier) étaient scrupuleusement captés à travers la lentille rose du «Mockingbird». (oiseau moqueur)

Mais revenons au Vatican. L’IOR, pilier bancaire solide de la communauté «Gladio» qu’elle était, pouvait difficilement faire tout le travail lui-même. Après tout, en 1980, l’industrie mondiale de l’héroïne disposerait de 400 milliards de dollars par an. En cours de route, un réseau financier étendu et orchestré serait nécessaire pour compléter la «banque de Dieu». Comme pour tout bon orchestre, il est utile d’avoir un maestro d’un génie exquis pour diriger le spectacle. Et voici donc Michele Sindona. La biographie de Sindona commence, assez humblement, avec son diplôme en droit fiscal de l’Université de Messine en 1942, après quoi, dans une succession rapide, il devient un conseiller financier important de la mafia sicilienne, un agent de la CIA, et, ensuite, un proche financier du Saint Siège. Vers la fin des années 1950, Sindona était devenu la cheville ouvrière d’un lien entre la mafia, la CIA et le Vatican qui allait finalement, comme le dit froidement Williams, «entraîner la chute des gouvernements, le massacre massif et la dévastation financière».

Bien qu’il soit préférable de laisser à l’auteur le soin d’élaborer en détail ce système financier d’une complexité déconcertante, il vaut la peine d’en savourer brièvement quelques points saillants. Tout d’abord, Sindona a acheté «Fasco AG», une société holding de la principauté du Liechtenstein, qui lui a permis d’acquérir sa première banque – la «Banca Privata Finanziaria» (BPF). La BPF est ensuite devenue, par l’intermédiaire d’une banque intermédiaire basée à Chicago, «Continental Illinois», le principal intermédiaire pour transférer l’argent de la drogue de l’IOR aux fins de «Gladio». En fait, c’est ce pipeline bancaire en particulier qui a fourni le sale profit qui a alimenté le coup d’État de 1967 en Grèce.

C’est par l’intermédiaire de ses contacts à Chicago que Sindona rencontra pour la première fois Monseigneur Paul Marcinkus, populairement connu sous le nom de «Gorille». Le Gorille mesurait six pieds quatre, «un combattant de rue doué… et un amoureux du bourbon, des cigares fins et des jeunes femmes». Sous le patronage de Sindona, Marcinkus s’élèvera bientôt pour devenir à la fois le garde du corps personnel du pape Paul VI et le chef de l’IOR. Un troisième mousquetaire en la personne de Roberto Calvi (l’assistant – et plus tard directeur à plein temps – du célèbre Banco Ambrosiano de Milan) est venu compléter les trois amigos du Vatican. Ensemble, ils se tailleront une place de choix dans l’univers bancaire mondial à travers les «anni di Piombo» (les «années de plomb» de «Gladio» en Italie de 1969 à 1987). Le drame est illustré, par excellence, par la mort sombre de Calvi. Qui d’entre nous, est assez vieux pour s’en souvenir, ne peut oublier le spectacle macabre (juin 1982) du corps de Calvi suspendu au pont Blackfriars, les pieds dans la Tamise et les poches remplies de cinq briques de maçonnerie. Sindona a également été assassiné plus tard (1986) au moyen d’une tasse de café contenant du cyanure alors qu’il était en prison et sous «garde à vue».

Calvi a joué un rôle clé dans la création d’une série de huit sociétés fictives (six au Panama, deux en Europe) par l’intermédiaire desquelles des barons de la drogue comme Pablo Escobar en Amérique du Sud étaient encouragés à déposer leur butin mal acquis. (La CIA a mis la main à la pâte en aidant à transporter la cocaïne Escobar dans une flotte d’avions opérant à partir de l’aéroport de Scranton en Pennsylvanie). Les fonds ont ensuite été transférés par l’intermédiaire de «Banco Ambrosiano» à l’IOR, qui a perçu des frais de traitement de 15 à 20%. De là, les fonds ont été distribués à un grand nombre de banques européennes créées par Sindona pour être utilisées par les «unités Gladio» réparties sur tout le continent. En plus des flux de trésorerie provenant des cartels, des fonds ont été transférés de «Banco Ambrosiano» vers les huit sociétés fictives – là encore pour être utilisés par la CIA pour financer ses opérations secrètes.

Cela met en évidence un mode opératoire général de l’ensemble du «système bancaire» de «Gladio», c’est-à-dire que le système, loin d’être conçu pour réaliser un profit, était expressément conçu pour «perdre» en apparence de l’argent, c’est-à-dire pour le détourner vers des opérations secrètes. Cela explique la faillite régulière et spectaculaire d’un grand nombre de banques liées à la CIA, notamment : «Franklin National Bank» (rachetée par Sindona), «Castle Bank & Trust», «Mercantile Bank & Trust» (toutes deux créées par l’omniprésent Paul Helliwell), «Nugan Hand Bank» (en Australie, et dont les fonds ont été détournés pour saper le Premier ministre Gough Whitlam pendant la guerre du Vietnam) et la fameuse «Bank of Credit and Commerce International» (basée à Karachi pour aider, essentiellement, le commerce de l’héroïne dans le Sud-Est asiatique). En effet, c’est précisément l’effondrement de la «Banco Ambrosiano» elle-même qui a mené Calvi et Sindona à leurs fins prématurées.

Enfin, il convient de noter ici que ces institutions ont été liées dans une étreinte criminelle avec plusieurs des plus prestigieuses firmes financières en Amérique, dont «Citibank», la «Bank of New York» et la «Bank of Boston». La base de l’iceberg, en bref, s’étendait très loin. Mais alors, qu’est-ce que tout cet argent a bien pu faire ?

 

La Terreur :

Après l’échec de la démocratie italienne en 1948, les «armées secrètes» de Gladio sont entrées dans une période que l’on pourrait qualifier comme une période d’incubation de grossesse. C’est donc au cours des années 1950 qu’ont été créés les différents circuits d’approvisionnement en drogue et les réseaux financiers, ainsi que certaines des principales organisations politiques. La plus importante de ces dernières était probablement la «Propaganda Due», aussi connue sous le nom de «Loge P2».

Créé en 1877 comme une loge franc-maçonnerie pour la noblesse piémontaise, il a été interdit par Mussolini en 1924 pour être ressuscité après la guerre avec l’approbation d’Allen Dulles, lui-même un trente-troisième degré franc-maçon. La loge, d’abord dominée par des espions, des militaires et des mafieux, comprendra bientôt des gens de la politique italienne, des entreprises, des banques et des médias suprêmes. En effet, l’organisation finira par s’étendre dans toute l’Europe ainsi qu’en Amérique du Nord et du Sud et comptera parmi ses membres des personnalités telles que Henry Kissinger et le général Alexander Haig.

Licio Gelli était un habitué de la Loge P2. Le pedigree de ce dernier était impressionnant : un ancien volontaire du 735th Black Shirts Battalion, un ancien membre de la division d’élite SS du maréchal Goering et, par la suite, un ami du US Counter Intelligence Corps of the Fifth Army. Travaillant avec William Colby, l’agent de l’OSS en France, et Allen Dulles, le directeur de l’OSS, Gelli est rapidement entré au Vatican où il a aidé à mettre en place les voies de fuite nazies vers l’Argentine. Ses liens avec l’Argentine se révéleront plus tard déterminants pour faciliter l’opération Condor (le programme d’assassinats de masse soutenu par les États-Unis dans les années 1970 et 1980 en Amérique du Sud). De plus, en 1972, Gelli allait devenir le «Vénérable Maître» suprême de la Loge P2, sous la direction duquel la loge atteindrait sa pleine et horrible floraison. Enfin, il convient de mentionner à ce stade que c’est à la suite d’une descente de police dans la villa de Gelli en 1981 que la structure pleine et tentaculaire de Gladio a été mise au jour. Mais on s’écarte du sujet.

L’une des premières actions de fond de Gladio a été le coup d’État turc de 1960. Ici, le Premier ministre sortant, Adnan Menderes, a commis l’erreur fatale de croire qu’il était réellement en charge et d’entamer ensuite une visite à Moscou pour obtenir une aide économique. L’«armée de l’arrière-garde» en Turquie, connue sous le nom de «Counter-Guerilla», en alliance avec l’armée turque, l’a rapidement désabusé de toute illusion de ce genre en l’arrêtant et en l’exécutant. Tout au long des années 1970, «Counter-Guerilla» et sa branche jeunesse, les «Loups Gris», ont organisé «des attaques terroristes continues… qui ont entraîné la mort de plus de cinq mille étudiants, enseignants, dirigeants syndicaux, libraires et politiciens».

La contre-guérilla figurera également dans le coup d’État turc de 1980 lorsque son commandant, le général Kenan Evren, renversera le gouvernement modéré de Bulent Ecevit. Selon Williams, le président américain Jimmy Carter a téléphoné au chef de la station de la CIA à Ankara, Paul Henze, a dit avec joie : «Vos gars l’ont fait !» Ce qu’ils avaient fait, bien sûr, c’était mettre en place une tyrannie dans laquelle des milliers d’autres seraient torturés pendant leur incarcération. Les jeunes Gladio turcs se sont également lâchés dans les années 1980 contre le PKK – le Parti des travailleurs du Kurdistan. Tout cela s’inscrivait dans la vision fondamentale de Zbigniew Brzezinski (le conseiller de Carter pour la sécurité nationale) de l’importance du contrôle de l’Asie centrale, dont la Turquie était à la fois un portail vital et, par conséquent, un allié essentiel de l’OTAN.

Hélas, Gladio s’avérera quelque peu décevant en France où, après avoir soutenu une série de tentatives d’assassinat contre le regrettable président trop indépendant Charles de Gaulle, il se retrouve à la botte du président de Gaulle. En fait, c’est l’OTAN même – à l’époque, dont le siège se trouvait à Paris – qui a été expulsée sans ménagement de la France (en 1966, où elle s’est installée à Bruxelles, dans une demeure confortable et corrompue comme on le sait). Mais, bien sûr, de Gaulle avait une longueur d’avance et ne comprenait que trop bien qui était vraiment derrière le chaos et le meurtre.

La Grèce, malheureusement, ne s’en est pas aussi bien tirée. En 1967, la «Hellenic Raiding Force», une franchise de Gladio et jouant pour un scénario de l’OTAN intitulé «Operation Prometheus», a renversé le gouvernement de gauche de George Papandreou. La dictature militaire qui s’ensuivit dura jusqu’en 1974, mais cela ne marqua guère la fin des tribulations de la Grèce. De 1980 jusqu’au tournant du millénaire, la nation souffrira d’un règne de terreur et d’assassinats politiques attribués nominalement au «17 novembre», groupe révolutionnaire marxiste présumé, mais qui, en fait était une autre faction du Gladio-Grec appelée «Sheepskin».

Cela illustre un point initialement mis en évidence par les recherches de Ganser, à savoir que pratiquement tous les groupes prétendument «révolutionnaires de gauche» qui auraient opéré en Europe pendant les années d’après-guerre étaient, en réalité, soit une «armée secrète» de Gladio, soit avaient été complètement infiltrés par les services secrets publics, qui les ont ensuite dirigés vers des fins terroristes sur le modèle de Gladio.

C’est le cas des «Brigades rouges» en Italie et du «gang Baader-Meinhof» en Allemagne (le «gang» a été commodément et froidement exterminé la «nuit des longs couteaux», le 18 octobre 1977, alors qu’il était détenu à la prison de Stammheim). En passant, il parle aussi de l’association antérieure universellement attestée de nombreux «terroristes» d’aujourd’hui et de leurs agents de police et de renseignement, qui ont fait l’objet d’une reconnaissance universelle.

En Espagne, au début des années 70, Stefano delle Chiaie et ses collègues italiens de Gladio ont apporté leur expertise en matière de conseil à la police secrète du général Francisco Franco, qui a commis plus de mille actes de violence et une cinquantaine de meurtres. Après la mort de Franco en 1975, delle Chiaie s’installe au Chili pour donner un coup de main paternel à Augusto Pinochet, soutenu par la CIA, pour la mise sur pied de ses escadrons de la mort. Plus tard, l’unité espagnole Gladio trouvera un emploi rémunéré en traquant et assassinant les dirigeants du mouvement séparatiste basque.

Pour ce qui est de l’Italie, nous avons déjà mentionné les «années de plomb», mais pour ne citer que quelques faits saillants. La «stratégie de tension» déclenchée en Italie en 1969 – la même année que le «Condor» a été déclenché en Amérique latine – était une réponse à la popularité renouvelée du communisme dans tout le pays et qui, elle-même, était en partie une réponse à la montée du sentiment révolutionnaire dans le monde en raison de l’antipathie envers la guerre américaine au Vietnam. L’antidote, naturellement, à cet état lamentable des choses progressistes était une «saine dose de terreur». Selon Williams, «Henry Kissinger, conseiller à la sécurité nationale de Nixon, a donné des ordres à Licio Gelli par l’intermédiaire de son adjoint, le général Alexander Haig, pour la mise en œuvre d’attaques terroristes et de tentatives de coup d’État.» Les attentats terroristes ont commencé le 12 décembre 1969 lorsqu’une bombe a explosé dans le hall bondé d’une banque de la Piazza Fontana de Milan, où 17 personnes ont été tuées et 88 blessées. Au cours des années suivantes (de 1969 à 1987), plus de «14 000 actes de violence à motivation politique» ont suivi. La plus tristement célèbre d’entre elles a été, bien sûr, l’attentat à la bombe de Bologne en août 1980 et qui a conduit à l’exposition initiale de Gladio en Italie.

Parmi les nombreuses tentatives de coups d’État et les machinations politiques de haut niveau qui en ont découlé en Italie (1963, 1970, 1976) et en Sicile (plus ou moins continuellement à l’écoute tout au long de la décennie), l’enlèvement du Premier ministre Aldo Moro le 16 mars 1978 – et le meurtre un mois plus tard environ – fut probablement le plus spectaculaire. Moro avait osé inclure des communistes dans son nouveau gouvernement de coalition. D’abord imputée aux suspects habituels, à savoir les Brigades rouges, la suite de l’enquête (d’abord par le journaliste Carminev’Mino’ Pecorelli qui a payé de sa vie) a conduit aux vrais suspects habituels dont l’agent de la CIA Mario Moretti (finalement condamné pour le meurtre) et ensuite à Gelli, puis au ministre italien Francesco Cossiga et ensuite à Zbigniew Brzezinski.

L’intrigue de haut niveau ne s’est toutefois pas arrêtée à l’assassinat d’un premier ministre. Au moins deux papes sentirent aussi la fin tranchante de l’épée Gladio. En août 1978, le pape Paul VI meurt. Son successeur, le timide et préternaturel Jean-Paul Ier, a rapidement choqué ses supérieurs en lançant, après avoir examiné les comptes de l’IOR, un «appel à la réforme». Dès le lendemain, le pontife, par ailleurs très soucieux de sa santé – en fonction depuis à peine un mois – était mort. Non seulement morts, mais expirés avec les yeux globuleux et l’horrible grimace de l’empoisonnement aigu. Son autopsie a été définitivement contrecarrée par un embaumement illégal et hâtif, et ses papiers personnels ont disparu sans laisser de trace. L’archevêque Marcinkus, qui avait été temporairement démis de ses fonctions, a été reconduit dans ses fonctions tandis que Calvi et Sindona, également sous surveillance à l’époque, poussaient un soupir (temporaire) de soulagement.

Ayant été (presque) démasqué une fois, les superviseurs de Gladio s’assurèrent d’organiser le suivi de la succession papale. C’est ainsi que le cardinal Karol Wojtyla s’est glissé dans l’avant-scène historique en tant que Pape Jean-Paul II. Maintenant, au début, John Paul a travaillé sans interruption avec la CIA et Gladio. Ensemble, ils ont supervisé la destruction de la théologie de la libération en Amérique latine, l’affaiblissement continu de la démocratie italienne et la distribution de fonds noirs pour la Pologne. Ah, mais les meilleurs plans s’égarent souvent. Au printemps 1981, non seulement les événements échappaient à tout contrôle pour Gladio lui-même, mais aussi pour Banco Ambrosiano et, par extension, l’IOR. Le Pape, inexplicablement, a refusé d’agir. S’est ajouté à cet échec un triplé inexplicable de turpitude morale qui a vu le Saint-Père entrer soudainement dans un chant de trahison chantant les bienfaits du rapprochement avec les Soviétiques, la reconnaissance de l’Organisation de libération de la Palestine et, egads, le désarmement nucléaire. L’ordre d’en haut a été donné: «Tuez le Pape».

Mais mieux vaut mettre ça sur le dos des Soviétiques. C’est ainsi qu’a été publiée la «thèse bulgare» dans laquelle un employé d’une modeste compagnie aérienne bulgare (Sergei Antonov) a été mis en place en tant que bouc émissaire. En vérité, les acteurs clés de l’intrigue papale venaient directement du casting central de Gladio. Le rôle principal dans ce drame revient au général Giuseppe Santovito, chef du renseignement militaire italien (SISMI) et commandant des unités italiennes de Gladio. Son co-vedette, Theodore Shackley, était l’infâme cerveau de la CIA qui avait déjà été le producteur exécutif d’épopées telles que l’Opération Phoenix (impliquant le meurtre de quelque 40 000 non-combattants au Vietnam), l’Opération Condor, la création de la Nugan Hand Bank et, avec delle Chiaie, le meurtre de Salvador Allende. Le BND (les services de sécurité nationale) de l’Allemagne de l’Ouest a obtenu un crédit important en hébergeant et finançant les deux assassins réels, Mehmet Agca et Abdullah Cath (tous deux de Turkish Gladio). Et, bien sûr, le Mighty Wurlitzer, c’est-à-dire l’Opération Mockingbird, a occupé une place prépondérante dans l’après-guerre en jouant des mélodies sans fin dans la «thèse bulgare».

La pièce de théâtre s’est terminée de façon quelque peu contrastée lorsque le Pape (le 13 mai 1981) n’a été que grièvement blessé. Cependant, dans un dénouement fascinant, le jour de Noël 1983, le Pape a choisi de pardonner publiquement Agca. La télévision publique italienne a été autorisée à enregistrer le moment où Jean Paul a demandé à son assassin de qui il avait reçu ses ordres. Se penchant en avant pour entendre la réponse d’Agca, le Pape parut momentanément figé, puis se serra les mains contre son visage. Bien que le Souverain Pontife l’ait gardé secret, il n’y avait pas besoin de deviner la réponse.

Les aventures d’Agca et de Cath sont légendaires. En effet, Cath figure dans des événements bien au-delà de la chronologie de Gladio proprement dite, assez pour suggérer que Gladio ne s’est jamais vraiment éteint du tout. Mais, comme on dit, c’est une toute autre histoire.

 

Source : https://www.zerohedge.com/news/2019-04-06/operation-gladio-unholy-alliance-between-vatican-cia-mafia et basé sur le livre https://www.amazon.com/Operation-Gladio-Alliance-between-Vatican/dp/1616149744

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 854 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.