Les USA veulent tuer dans l’œuf le petro, la crypto-monnaie vénézuélienne

0

Le président des Etats-Unis a signé un décret interdisant les transactions dans «toute monnaie numérique» émise par le gouvernement vénézuélien. Cette mesure vise la crypto-monnaie lancée récemment sous le nom de «petro».  

«L’ordre exécutif [décret] interdit, à partir de sa date d’entrée en vigueur, toute transaction, ou opération de financement, par tout citoyen américain ou toute personne depuis le territoire des Etats-Unis, dans toute monnaie numérique émise par ou pour le compte du gouvernement vénézuélien depuis le 9 janvier 2018», lit-on dans le document rendu public par la Maison Blanche.

Citées par Reuters, des sources à la Maison Blanche ont dépeint le petro comme une «arnaque» utilisée selon eux par Nicolas Maduro pour «saper la démocratie dans les pays de l’Opep». D’autres voix présentées comme celles de responsables du gouvernement des Etats-Unis, rapportées par la même agence, soulignent aussi qu’«investir dans le petro doit être considéré comme un soutien direct à la dictature et à ses efforts visant à détruire l’ordre démocratique au Venezuela».

Dès le lancement du petro, adossé aux réserves de pétrole du Venezuela – les plus importantes au monde – Donald Trump avait déclaré qu’il n’était pas fiable. Pourtant, depuis sa mise en vente, le 20 février, le petro a déjà atteint une capitalisation (somme de tous les petros souscrits) de 5 milliards de dollars.

Le président Nicolas Maduro avait alors déclaré que la nouvelle crypto-monnaie avait été créée pour renforcer la «souveraineté monétaire» du Venezuela, réaliser des transactions financières et lutter contre le blocus financier imposé par l’administration américaine. Selon des données publiées par Carlos Vargas, surintendant de la crypto-monnaie d’Etat, 83 000 personnes ont déjà souscrit au petro depuis 127 pays.

Le Venezuela prépare une nouvelle crypto-monnaie adossée sur l’or :

Nicolas Maduro a par ailleurs annoncé le mois dernier que le Venezuela préparait aussi le lancement du Petro gold, une crypro-monnaie adossée sur l’or et d’autres métaux précieux. Le Venezuela considère les sanctions économiques décrétées par les Etats-Unis comme contraires au droit international. Dans un communiqué le gouvernement déclare :

«Ces sanctions unilatérales […] constituent une nouvelle agression impérialiste dont le but est d’intensifier les attaques contre notre peuple. »

En plus de l’embargo sur le petro, le Trésor américain a déjà prononcé des sanctions contre plusieurs personnalités vénézuéliennes pour «corruption et mauvaise gouvernance».

Ajouts :

Venezuela : Coup d’Etat avorté contre Maduro :

Des organismes d’Etat ont réussi à démanteler un coup d’Etat en marche auquel participaient des militaires dirigés par l’opposition vénézuélienne subordonnée à des pouvoirs de l’empire nord-américain.

« Ces jours-ci, le Gouvernement a fait avorter un coup d’Etat auquel participaient des militaires manipulés par l’opposition, » a déclaré le journaliste José Vicente Rangel tout en dénonçant le réseau subversif dirigé par la Maison Blanche.

Pendant l’émission José Vicente Hoy, il a assuré que puisqu’il y a plus d’informations, la défense de l’ordre constitutionnel sera mieux garantie et que le Venezuela possède un peu clair face à la menace existante.

Il a affirmé que ceux qui ont été arrêtés donnent des informations essentielles qui révèlent les liens avec des Gouvernements à l’étranger et la participation de personnalités de l’opposition à ce plan de déstabilisation.

D’autre part, il a expliqué que les autorités gouvernementales ont détecté une forte augmentation de l’activité de l’Agence Centrale de Renseignement (CIA) et de l’Administration pour le Contrôle des Drogues (DEA) des Etats-Unis dans le pays.

Rangel a alerté sur la fait que la CIA et la DEA ont contacté membres des familles de militaires vénézuéliens soi-disant pour collecter des informations qui sembleraient devoir faciliter des actions subversives.

Dans un autre ordre d’idée, à propos des élections présidentielles prévues pour le 20 mars, il a signalé que la décision d’Henri Falcon de rompre avec la Table de l’Unité Démocratique (MUD) a été précédée par de violents affrontements internes.

Il a ajouté que l’ex-gouverneur de l’état de Lara a été soumis à de fortes pressions par des secteurs de la droite et des agents du Gouvernement nord-américain pour qu’il retire sa candidature.

Enfin, il a assuré que pour les partis politiques comme Primero Justicia, Volonté Populaire et Un Nouveau Temps, Falcón est « une épine dans le pied. »

Article construit par ExoPortail avec les deux sources suivantes :http://bolivarinfos.over-blog.com/2018/03/venezuela-coup-d-etat-avorte-contre-maduro.html et https://francais.rt.com/economie/48963-trump-veut-tuer-petro-venezuela


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Merci.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 2 620 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.