L’Équateur retire l’asile à Julian Assange, la police britannique l’arrête dans l’ambassade

4
Réfugié depuis 2012 à l’ambassade d’Équateur à Londres, le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, a été arrêté le 11 avril, a annoncé la police britannique. Selon Wikileaks, l’ambassadeur équatorien a «invité» la police pour arrêter Assange.

 

Julian Assange a été placé en garde à vue dans un commissariat londonien et sera «présenté au tribunal de Westminster dès que possible».

Auparavant, WikiLeaks avait annoncé sur son compte Twitter que Julian Assange pourrait être expulsé de l’ambassade équatorienne à Londres «dans quelques heures ou jours». Le ministère équatorien des Affaires étrangères avait qualifié cette information de «rumeur».

 

Scotland Yard s’explique :

«Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd’hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de la police métropolitain (MPS) à l’ambassade d’Équateur», a annoncé Scotland Yard (quartier général du Metropolitan Police Service de Londres), expliquant que l’arrestation avait été menée en vertu d’un mandat de juin 2012 délivré par le tribunal londonien de Westminster Magistrates, pour non présentation devant la justice.

Scotland Yard a également précisé que Julian Assange avait été arrêté à la demande des autorités américaines, conformément à une ordonnance d’extradition.

 

Arrestation à cause de l’ambassadeur équatorien :

Wikileaks a réagi en accusant le pays d’Amérique du Sud d’avoir mis fin «de manière illégale» à l’asile de son fondateur en «violation de la loi internationale».

La police britannique dit également avoir été invitée par Quito à pénétrer dans les locaux de l’ambassade d’Équateur à Londres, ce pays ayant mis fin au statut d’asile diplomatique dont bénéficiait le lanceur d’alerte.

 

Edward Snowden réagit à l’arrestation de Julian Assange :

Edward Snowden, un lanceur d’alerte américain et ancien employé de la CIA, a parlé de «journée noire pour la liberté de la presse» à propos de l’arrestation de Julian Assange par les autorités britanniques.

«Les images montrant l’ambassadeur d’Équateur inviter la police secrète britannique dans l’ambassade pour faire sortir un journaliste primé — que vous appréciez ce fait ou pas — vont entrer dans les livres d’Histoire. Les opposants d’Assange peuvent applaudir, mais c’est une journée noire pour la liberté de la presse».

Il a rappelé dans un autre tweet que «les Nations Unies avaient officiellement déclaré que sa détention était arbitraire, en violation des droits de l’homme». «Ils ont à plusieurs reprises publié des déclarations selon lesquelles il était invité à se déplacer librement, y compris très récemment».


Snowden a tenu à souligner, en se référant à une journaliste présente sur place, qu’il s’agissait bel et bien de la police secrète britannique.

 

Possible extradition vers les États-Unis :

Comme l’a indiqué l’avocat de Julian Assange, son client pourrait être extradé vers les États-Unis. Selon la mère de Julian Assange, il est possible que celui-ci comparaisse devant le Tribunal dans un délai de 24 heures. Il serait passible d’une peine maximale de 12 mois de prison.

Selon le Président Moreno, Assange ne sera pas extradé vers un pays où il risque la peine de mort.

 

Réouverture de l’enquête pour viol demandée :

L’avocate de la femme qui accuse Julian Assange de viol en Suède en 2010 a indiqué jeudi qu’elle allait demander au parquet la réouverture de l’enquête après l’arrestation du fondateur de WikiLeaks à Londres.

«Nous allons tout faire pour que les procureurs rouvrent l’enquête suédoise et qu’Assange soit remis à la Suède et traduit en justice pour viol», a déclaré Elisabeth Massi Fritz à l’AFP.

«Tant que le crime ne sera pas prescrit, mon client garde l’espoir que justice sera faite», a-t-elle ajouté.

 

Réaction de la Russie :

La Russie a accusé les autorités britanniques d’«étrangler la liberté» après l’arrestation par la police à Londres du fondateur de Wikileaks Julian Assange, réfugié depuis sept ans dans l’ambassade d’Equateur.

«La main de la démocratie étrangle la liberté», a réagi sur Facebook la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

 

De longues années de privations :

Julian Assange était réfugié depuis juin 2012 dans l’ambassade équatorienne à Londres, pour échapper à d’éventuelles poursuites des Etats-Unis. En 2010, il avait révélé de nombreux documents militaires et diplomatiques secrets américains obtenus par des lanceurs d’alerte.

Le 15 novembre 2018, WikiLeaks avait annoncé que Julian Assange avait été inculpé aux Etats-Unis. «Le département américain de la Justice révèle « accidentellement » l’existence de chefs d’accusation secrets (ou de projets de tels chefs d’accusation) contre le directeur de WikiLeaks Julian Assange, dans ce qui semble être une erreur de copier-coller dans une autre affaire également instruite dans le district est de la Virginie», avait annoncé l’organisation sur Twitter.

Si les poursuites en Suède contre Julian Assange pour viol et agression sexuelle ont été abandonnées en mai 2017, la justice britannique refuse de lever le mandat d’arrêt émis à son encontre, au motif qu’il n’a pas respecté en 2012 les conditions de sa liberté sous caution.

L’Australien de 47 ans redoute d’être extradé et jugé aux Etats-Unis pour la publication de documents secrets par WikiLeaks en 2010.

Source : https://francais.rt.com/international/60877-equateur-retire-asile-julian-assange-police-britannique-arrete-ambassade et https://fr.sputniknews.com/international/201904111040695021-snowden-assange-arrestation-liberte-presse-atteinte-londres/


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 899 autres abonnés

Partager l'article :

4 Commentaires

  1. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est méconnaissable le JA…

    Bon, avant de se rencontrer au zonzon, je t’ai mis en lien dans cette publication du jour, majeur pour mon tout petit blog ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/04/11/preuves-supplementaires-pour-refuser-tous-compteurs-communicants-la-5g-les-smart-cities/

    Voici, pour preuve, les lettres envoyés par GRDF/ENGIE pour GAZPAR VIA OKSERVICE ;
    https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/04/lettre-de-grdf-installation-gazpar-par-ok-service.pdf
    https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/04/lettre-okservice-pour-installation-gazpar-pour-grdf.pdf

    Lookez bien le logo de la Sté OKSERVICE !
    Vous pouvez apporter tout complément d’info sous l’article !
    A+ Jo

  2. Alors là, je prends ça comme signe désespéré de la cabale, ils ne savent plus quoi faire alors ils arrêtent les lanceurs d’alerte!

Répondre à Felix Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.