«Enlèvement prémédité» d’Assange ? Le témoignage explosif d’une journaliste présenté à la cour

0
Pendant le procès sur l’extradition de Julian Assange, la défense de celui-ci a exposé le témoignage d’une journaliste américaine qui affirme que l’arrestation du fondateur de WikiLeaks a été coordonnée sur des ordres directs du président américain.

 

En ce début de troisième semaine du procès en cours sur l’extradition du fondateur de WikiLeaks vers les Etats-Unis, la défense du ressortissant australien a présenté à la cour le 21 septembre une déclaration de la journaliste américaine Cassandra Fairbanks qui, au-delà de son activisme au sein de médias de la droite américaine, est connue pour soutenir ouvertement Julian Assange et Chelsea Manning.

L’arrestation de Julian Assange à l’ambassade a été coordonnée sur « des ordres directs du président américain »

Le témoignage en question pointe, entre autres, le rôle présumé de Donald Trump dans le cadre de l’arrestation du fondateur de WikiLeaks, le 11 avril 2019, à l’ambassade de l’Equateur à Londres, par les autorités britanniques.

«L’arrestation de Julian Assange à l’ambassade a été coordonnée sur « des ordres directs du président américain »», a fait savoir la défense de Julian Assange, ainsi que le rapporte le journaliste de Sputnik Mohamed Elmaazi, qui suit l’audience en continu.

Une information ÉGALEMENT confirmée par le rédacteur en chef de Wikileaks Kristinn Hrafnsson, qui a lui aussi rapporté ce 21 septembre à Ruptly depuis Londres le témoignage selon lequel Trump aurait «directement ordonné [à l’ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne de l’époque] de négocier l’arrestation avec les Equatoriens».

La déclaration de Cassandra Fairbanks fait état d’enregistrements de conversations téléphoniques que la journaliste américaine a obtenus en 2018 avec Arthur Schwartz, un consultant allié de Donald Trump, et qu’elle avait déjà rendus publics en 2019. Fait notable, comme le relève Sputnik le 21 septembre, Arthur Schwartz, riche donateur du Parti républicain, travaille comme conseiller informel de Donald Trump et cultive des liens étroits avec le haut diplomate américain Richard Grenell, ex-ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne.

 

«Enlèvement prémédité d’un réfugié politique»
«Schwartz […] connaissait des détails très précis sur les futures poursuites contre Julian Assange [que] seuls ceux qui étaient alors très proches de la situation pouvaient connaître. Il m’a dit que ce serait dans le cadre de l’affaire « Manning » que [Julian Assange] serait accusé et […] qu’ils allaient s’en prendre à Chelsea Manning. Ces deux prédictions se sont réalisées quelques mois plus tard», explique en outre Cassandra Fairbanks, dont le témoignage est rapporté par Sputnik.

 

«Enlever un réfugié politique de l’ambassade équatorienne serait un acte de guerre», aurait tenté d’expliquer la journaliste américaine à son interlocuteur qui aurait alors répondu : «Pas si on nous laisse faire.»

Avec ce nouveau témoignage explosif, la défense de Julian Assange entend mettre à mal l’argumentation de la partie américaine, selon laquelle les accusations portées contre le fondateur de WikiLeaks sont motivées par des préoccupations de justice pénale et non politiques contre celui qui a révélé des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak.

Julian Assange est incarcéré dans une prison britannique de haute sécurité depuis le 11 avril 2019. Initialement condamné à 50 semaines de prison pour ne pas avoir respecté les conditions de sa liberté provisoire en 2012, dans le cadre d’une enquête suédoise concernant une affaire sexuelle aujourd’hui classée sans suite faute de preuves, Julian Assange n’a jamais été relâché, du fait d’une demande d’extradition de la part des Etats-Unis, où il encourt 175 années de prison, notamment pour faits d’espionnage.

 

Ajouts ExoPortail : Tout ceci expliquerait pourquoi Assange vient de refuser le chantage de sa grâce par Trump : 

Le Président américain a proposé de gracier Julian Assange si celui-ci révèle la source du piratage des courriels du Comité national démocrate avant la Présidentielle de 2016, écrit Reuters qui se réfère à l’avocat du fondateur de WikiLeaks.

Par la suite, WikiLeaks a confirmé dans un tweet que Julian Assange avait reçu cette offre en échange du pardon mais qu’il l’avait rejetée.

 

Mise à jour du 2 Octobre 2020 :

Alors que la quatrième semaine du procès sur l’extradition de Julian Assange touche à sa fin, un ancien employé de la société qui l’a espionné de 2015 à 2018 a évoqué un plan qui aurait été envisagé en 2017 contre le fondateur de WikiLeaks.

Selon un ancien employé d’UC Global, société de sécurité espagnole accusée d’avoir espionné Julian Assange pendant plusieurs années pour le compte des Etats-Unis, Washington aurait imaginé en 2017 la possibilité de kidnapper ainsi que d’empoisonner le fondateur de WikiLeaks, alors confiné dans la petite ambassade de l’Equateur à Londres.  L’anonymat a permis à un ancien employé de l’entreprise espagnole, rebaptisé «W2», que son témoignage soit exposé le 30 septembre devant la Cour centrale de la Couronne britannique, Old Bailey.

Après avoir mis en avant d’étroites relations entre David Morales, PDG d’UC Global, et plusieurs interlocuteurs américains, l’expert en informatique a en effet affirmé que le patron de son ancienne société et ses contacts américains avaient envisagé en 2017 d’en finir avec Julian Assange en «laissant une porte ouverte pour permettre à des personnes d’entrer de l’extérieur afin de kidnapper [Julian Assange], et même de l’empoisonner», comme le rapportent The Australian ou encore The Guardian.

Evoquant celui de la journaliste américaine Cassandra Fairbanks selon qui l’arrestation de Julian Assange aurait été coordonnée sur ordres directs du président américain, ce nouveau témoignage intervient également après une série de révélations explosives sur UC Global et ses activités d’espionnage qui ont ciblé le fondateur de WikiLeaks de 2015 à 2018 pour le compte des Etats-Unis. Micros cachés, retransmissions en direct, poubelles passées au crible ou encore prélèvement de données personnelles sur les personnes rendant visite au ressortissant australien à l’ambassade : les techniques utilisées par la société espagnole de sécurité, ont pour la plupart été exposées lors de son procès. Quant à celui sur l’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis, à l’heure où nous écrivons ces lignes, il en est à sa quatrième semaine.

Après les multiples témoignages qui continuent de se succéder, la justice britannique devrait dans quelques mois annoncer son verdict, censé déterminer si oui ou non, le Royaume-Uni entend livrer à Washington le ressortissant australien, enfermé depuis le mois d’avril 2019 dans la prison de Belmarsh, établissement de haute sécurité faisant partie des services pénitentiaires de Sa Majesté.

 

Source : https://francais.rt.com/international/78966-enlevement-premedite-julian-assange-temoignage-explosif-journaliste-cassandra-fairbanks-proceshttps://fr.sputniknews.com/international/202009181044449760-trump-propose-de-gracier-assange-a-une-condition/


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 626 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.