Des preuves scientifiques prouvent que les moines bouddhistes peuvent transformer leur corps physique en lumière pure

5
Saviez-vous qu’au Tibet et en Inde seulement, il existe plus de 160 000 cas documentés de personnes qui, après de nombreuses années de préparation spirituelle, parviennent à transformer leur corps physique en un corps de pure lumière/énergie ?

 

Pour atteindre un «corps arc-en-ciel», une personne doit être capable de libérer son corps dans la lumière en n’ayant que des pensées aimantes, entre autres choses bien sûr. On pense que tous les cinq ans en moyenne, un moine bouddhiste avancé entre dans cet état éclairé. Ce processus est extrêmement puissant et on dit que des semaines avant de pouvoir réaliser cette transformation, certains moines bouddhistes peuvent graver leur main ou leur pied sur un mur. Selon les rapports, il faut environ 7 jours pour qu’un corps finisse par rétrécir, se dissoudre dans la lumière et se transcender.

Dans le soufisme – ou Taṣawwuf qui est souvent défini comme «mysticisme islamique», «la dimension intérieure de l’Islam», ou «le phénomène du mysticisme au sein de l’Islam» – il est appelé «le corps le plus sacré» et «le corps supra céleste».

Les taoïstes l’appellent «le corps de diamant», et ceux qui l’ont atteint sont appelés «les immortels» et «les marcheurs des nuages».

Les écoles de yoga et les enseignements tantriques l’appellent «le corps divin», tandis que dans le Kriya yoga, il est appelé «le corps de la béatitude».

Dans le Vedanta, «le corps supraconducteur», alors que les anciens Égyptiens l’appelaient «le corps ou l’être lumineux» (akh) ou le karast.

Dans la liturgie mithraïque, il était appelé «le corps parfait». Dans le Corpus hermétique, il est appelé «le corps immortel», tandis que dans la tradition alchimique, la Tablette d’émeraude l’appelle «le corps d’or».

Cependant, ce phénomène étonnant n’est pas exclusif aux temps anciens.

Il existe même des témoignages récents sur des moines tibétains qui ont atteint cet état après un profond processus de purification.

Par exemple, le prêtre catholique ordonné Francis Tiso a documenté le cas de Khenpo Achö, un moine Gelugpa du Kham, au Tibet, qui est mort en 1998 et comment il a réussi à transformer son corps en un corps de lumière.

David Steindl-Rast, un moine bénédictin, a proposé en 2002 une enquête scientifique avec l’Institut des Sciences Noétiques pour étudier le soi-disant corps de lumière, ou corps arc-en-ciel, en disant que :

«Si nous pouvons établir comme un fait anthropologique que ce qui est décrit dans la résurrection de Jésus n’est pas seulement arrivé à d’autres mais se produit aujourd’hui, cela mettrait notre vision du potentiel humain dans une lumière complètement différente».

Finalement, David Steindl-Rast a contacté le père Francis Tiso, connu pour ses fréquents voyages au Tibet, et lui a demandé de se pencher sur cet incroyable phénomène.

Le père Tiso a déclaré avoir vu un arc-en-ciel apparaître au-dessus de la maison de Khenpo Achö quelques jours avant sa mort en septembre 1998, et que des dizaines d’arcs-en-ciel sont apparus par la suite.

Le corps de Khenpo Achö a commencé à se transformer peu après son dernier souffle. Sa peau est devenue blanche et brillante, et son apparence a commencé à changer. Khenpo Achö a finalement été enveloppé dans une robe jaune que tous les moines Géloug portent. Au fil des jours, le corps de Khenpo Achö commença à se dérober. Après sept jours, il ne restait plus de corps.

L’événement a été bien enregistré par la presse locale qui a donné des comptes-rendus précis de ce qui s’était passé et «Le corps arc-en-ciel» a été publié dans une revue de l’Institut des sciences poétiques 59 (mars-mai 2002).

Curieusement, le corps arc-en-ciel de Khenpo Achö a également été mentionné par Matthew T. Kapstein dans The Presence of Light : Divine Radiance and Religious Experience (University of Chicago Press, 2004).

Tulku Pema Rigtsal, un moine népalais, raconte la transfiguration d’Achö :

«Récemment, le 29 août 1998, au Dôme Khamngak à Azi Rong au Tibet, Khenpo Achö, âgé de quatre-vingts ans, a atteint la dissolution physique. Un jour à midi, allongé dans son lit, sans avoir souffert d’une maladie récente, dans la posture d’un lion endormi et en récitant le mantra à six syllabes, il a atteint le Bouddha dans la matrice de base primordiale de la pureté alpha, son cœur de réalité de lumière claire perfectionnée au-delà de l’intellect. Alors que son corps se dissolvait dans la lumière, que ses rides disparaissaient, il ressemblait à un enfant de huit ans avec un beau teint. Au bout d’une semaine, lorsque les gens apprirent sa mort, ils exécutèrent secrètement sa puja de mort afin de tromper les autorités, et à ce moment-là, des arcs-en-ciel apparurent à l’intérieur et à l’extérieur, et un arôme agréable envahit l’endroit. Son corps a progressivement diminué en taille, et à la fin, il a atteint Bouddha ; même ses ongles et ses cheveux n’ont pas été laissés derrière lui. C’était comme un oiseau qui s’envolait d’un rocher – les gens du voisinage n’ont aucune idée de l’endroit où il aurait pu aller».

 

 

Le maître bouddhiste S.E. Dzogchen Khenpo Choga Rinpoché parle du passage de son maître dans un corps de lumière :

«… mon précieux maître Dzogchen Lama Karma Rinpoché est décédé le 11 novembre 2013. Hier, j’ai reçu des nouvelles extraordinaires de mes amis du Dharma dans la région sacrée du Dzogchen au Tibet, selon lesquelles le corps sacré de mon aimable maître Lama Karma a manifestement et dramatiquement rétréci. Le corps du Lama Karma mesurait environ 175 cm, mais deux semaines après sa mort, son corps assis a maintenant rétréci à environ 20 cm, ce qui signifie que son corps, y compris son squelette, a rétréci de près de 80 %. Selon le tantra de Dzogchen, ce genre d’exhibition miraculeuse montre qu’il a atteint le petit corps arc-en-ciel, ce qui est un signe qu’il a atteint l’accomplissement suprême de Bouddha dans cette même vie. Veuillez vous réjouir profondément de sa pratique dévouée et de sa réalisation du Dzogchen. Ce faisant, vous accumulez un mérite incommensurable. Si son corps continue à rétrécir et disparaît totalement, alors ce miracle sera classé comme Corps de Lumière ou Corps sans atome. Je décrirai ces divers résultats miraculeux de la pratique de Dzogchen plus loin dans ce message».

 

Source : https://www.ancient-code.com/scientific-evidence-proves-buddhists-monks-can-transform-their-physical-bodies-into-pure-light/

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 577 autres abonnés

5 Commentaires

  1. Bonjour,

    Le corps d’arc-en-ciel s’obtient par la pratique de Thögyal, qui n’est proposée que par certains Maitres, lorsque l’on a effectué le cursus.

    J’ai obtenu cet enseignement en septembre 2016, mais actuellement je n’ai pas les conditions qui sont réunies afin que je puisse poursuivre cette pratique.

    Plus extraordinaire que le corps d’arc-en-ciel, le corps grand transfert, s’obtient par la même pratique, pour autant que l’on en ai les capacités karmiques.

    Dans bouddhisme seul deux Maitres ont obtenus le corps grand transfert, Padmasambava et Vimalamitra.

    Certainement comme je l’ai souvent écrit depuis de nombreuses années, sans doute un troisième homme Jésus Christ, a obtenu le corps grand transfert.

    Leurs différences, le corps d’arc-en-ciel s’obtient à la mort du pratiquant ou le corps se dissout entièrement en lumière, mis à part les ongles et les cheveux, alors qu’en obtenant le corps grand transfert, le pratiquant peut sous certaines conditions, demeurer quasiment immortel et apparaître dans un corps physique de chaire, soit demeurer invisible à notre perception, soit apparaître sous la forme d’un corps de lumière, de plus il peut voyager à la vitesse de la pensée dans n’importe quel lieu ou univers sous la forme d’un corps éthérique.

    Cela fait de nombreuses années que j’exprime mon intuition que le Christ, s’est présenté à Marie-Madeleine trois jours après sa mise au tombeau, dans son corps de lumière.

    Extrait de l’écrit «Nouvelle voie pour l’éveil», éditions Spinelle :

    L’OUROBOROS SECRET

    Un des sens cachés profonds que l’intuition m’avait déjà révélé et transmis, est écrit dans ces lignes « Nouvelle voie pour l’Eveil », qu’elle se trouvait être, l’interface, le média, le pont à partir duquel la conscience maintenant éveillée, se reliait à l’environnement illusoirement matériel.

    Maintenant, existe t’il un lien reliant les visions théistes de l’éveil, à celle non théiste comme l’est le bouddhisme ? Ce matin 11 novembre 2018, l’intuition m’a transmis et fait découvrir ce lien. Ne dit-on pas de l’intuition qu’elle est féminine ?

    Elle l’est et pour cause. Cela renvoi au féminin sacré, au temps où l’image de la divinité n’était pas masculine mais féminine, l’intuition en ce temps était féminine et l’éveil l’était également, mais pourquoi ?

    Le bouddhisme affirme que l’origine de tout est la base incréée et non née, d’où tout se déploie sans jamais la quitter. La référence théiste du féminin sacré et du culte de la déesse, se relie à la fécondité et à l’image directe de la matrice à partir de laquelle se développe l’union du spermatozoïde à l’ovule en fétus, pour obtenir finalement par la naissance dans notre plan physique, d’un être masculin ou féminin, qui à sa maturation s’accouplera à nouveau pour perpétuer le cycle éternel de la vie.

    Mais cette union physique perpétuant le cycle éternel de la vie, n’est que l’ombre de l’union sacrée d’hiérogamie, où les deux partenaires pratiques tumo en couple, ou la réalisation de cette pratique permet l’embrasement de leurs corps en arc-en-ciel et leur dissolution physique en lumière, tout comme ces représentations tantriques de couples en union sexuels, symbolisant en fait l’unification d’énergies en mouvements.

    Dans le bouddhisme non théiste la transmission de tumo en couple n’est presque jamais abordée et encore moins transmise, partant que selon les dires de certains Maitres, est que le plus certain par cette pratique, n’est pas l’obtention du corps d’arc-en-ciel, mais la naissance neuf mois plus tard d’un enfant, ce qui de toutes évidences mettrait dans l’embarras un moine ou une nonne confirmée, autant qu’ un couple de yogi et yogini.

    C’est pour cette raison que l’enseignement bouddhiste transmis pour l’obtention du corps d’arc-en-ciel est Thögyal, qui est une pratique solitaire demandant assiduité et persévérance, et qui pour certains très rares, est une réalisation extraordinaire nommée, corps grand transfert.

    Lorsque pour les hommes leur compréhension de l’incréé était un concept hors de leur portée intellectuelle, et avant qu’elle ne soit remplacée par les religions monothéistes patriarcales dépossédant les femmes de tout leur pouvoir, c’était le culte de la déesse du féminin sacré, qui était le lien naturel permettant l’éveil.

    • Pourrais – je te parler ThierryPogetmonfacebookc’est Pierre Dufour avec une fleur de
      vie ou Peter Wukong avec le légendaire HommeSinge mythologique.

Répondre à proutd'argent Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.