Pouvons-nous changer nos gènes et notre ADN avec nos pensées ?

0
Pour la première fois, les chercheurs ont pu construire un réseau de gènes qui peut être contrôlé par la pensée. Martin Fussenegger, professeur à l’ETH Zurich, a dirigé le projet de recherche qui montre le puissant potentiel de la pensée. Bien que nous ne puissions pas encore répondre avec certitude à la question de savoir si nous pourrions contrôler nos gènes et notre ADN par la pensée, la découverte semble aller dans ce sens.

 

Cela pourrait faire tourner la tête de certains esprits scientifiques, car on a toujours pensé que nous sommes en quelque sorte victimes de nos gènes et que nous n’avons aucun contrôle conscient sur le fonctionnement de notre corps. Mais l’épigénétique commence à brosser un tableau différent au fil du temps. Le domaine de l’épigénétique fait référence à la science qui étudie comment le développement, le fonctionnement et l’évolution des systèmes biologiques sont influencés par des forces opérant en dehors de la séquence d’ADN, y compris les influences intracellulaires, environnementales et énergétiques.

Selon le Dr Bruce Lipton, biologiste cellulaire, la nouvelle biologie vous fait sortir de votre statut de victime pour vous permettre de maîtriser votre propre santé. Il fait référence à l’utilisation de la pensée et des émotions pour modifier les gènes.

«Nous devons trouver une nouvelle façon de comprendre la biologie. Cette « nouvelle » compréhension est en fait déjà à la pointe de la science depuis 10 ans maintenant. Il faut au moins 10 ou 15 ans pour que la science prenne un fait dès ses débuts et le fasse connaître au public afin que les gens puissent le comprendre. Cela signifie que tout ce qui figure dans les manuels actuels a au moins 10 ou 15 ans. Ce que vous allez entendre, c’est ce que seront les futurs manuels». – Dr. Bruce Lipton

 

Exploiter les ondes cérébrales humaines :

Marc Folcher et d’autres chercheurs du groupe dirigé par Martin Fussenegger, professeur de biotechnologie et de bio-ingénierie au département des biosystèmes (D-BSSE) de Bâle, ont pu exploiter les ondes cérébrales et convertir des gènes en protéines (expression des gènes) grâce à une nouvelle méthode de régulation des gènes.

«Pour la première fois, nous avons pu exploiter les ondes cérébrales humaines, les transférer sans fil à un réseau de gènes et réguler l’expression d’un gène en fonction du type de pensée. Pouvoir contrôler l’expression des gènes par la pensée est un rêve que nous poursuivons depuis plus de dix ans», Martin Fussenegger

Le système a été présenté dans la revue Nature Communications. Le système enregistre les ondes cérébrales et les transmet sans fil à un implant qui utilise une lampe LED produisant une lumière proche de l’infrarouge. La chambre de culture contenant les cellules génétiquement modifiées est éclairée, ce qui leur indique de commencer à produire les protéines souhaitées.

Comme l’a déclaré l’ETH Zurich :

«Pour réguler la quantité de protéines libérées, les sujets ont été classés selon trois états d’esprit : le bio-feedback, la méditation et la concentration. Les sujets qui ont joué à Minecraft sur l’ordinateur, c’est-à-dire qui étaient concentrés, ont induit des valeurs moyennes de SEAP dans le sang des souris. Lorsqu’ils étaient complètement détendus (méditation), les chercheurs ont enregistré des valeurs SEAP très élevées chez les animaux testés. Pour le bio-feedback, les sujets de test ont observé la lumière LED de l’implant dans le corps de la souris et ont pu consciemment allumer ou éteindre la lumière LED grâce au feedback visuel. Cela s’est traduit par des quantités variables de SEAP dans la circulation sanguine des souris».

 

Les pensées contrôlent une LED proche infrarouge, qui lance la production d’une molécule dans une chambre de réaction. Crédit : Martin Fussenegger et al, ETH Zurich

 

La source d’inspiration de ce nouveau réseau de gènes est venue d’un jeu appelé Mindflex, où les joueurs portaient un casque spécial et, grâce à un capteur situé sur leur front, utilisaient la pensée pour influencer une petite balle à travers un parcours d’obstacles. L’électroencéphalogramme (EEG) enregistré était transféré de l’esprit de la personne au jeu par le système de mesure.

L’idée que nos pensées et nos ondes cérébrales puissent avoir autant de puissance semble être quelque chose que l’on trouve dans un roman ou un film de fiction futuriste. Mais la réalité d’une telle idée a été évoquée pendant des siècles et de nombreux grands esprits ont cru que tout dans notre monde est connecté et pourrait donc avoir un impact sur les autres. Albert Einstein, Leonardo Da Vinci et Nikola Tesla sont connus pour avoir discuté de ces idées.

 

Autres exemples :

Un article publié en 2002 dans la revue Prevention & Treatment de l’American Psychological Association, par le professeur de psychologie Irving Kirsch de l’université du Connecticut, intitulé «The Emperor’s New Drugs», a fait des découvertes encore plus choquantes. Il a découvert que 80 % de l’effet des antidépresseurs, tel que mesuré dans les essais cliniques, pouvait être attribué à l’effet placebo. Ce professeur a même dû déposer une demande en vertu de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act, FOIA) pour obtenir des informations sur les essais cliniques des principaux antidépresseurs.

Une étude de la «Baylor School of Medicine», publiée en 2002 dans le New England Journal of Medicine, s’est penchée sur la chirurgie des patients souffrant de douleurs sévères et débilitantes aux genoux. De nombreux chirurgiens savent qu’il n’y a pas d’effet placebo dans la chirurgie, ou du moins c’est ce que la plupart d’entre eux croient. Les patients ont été divisés en trois groupes. Les chirurgiens ont rasé le cartilage endommagé du genou d’un groupe. Pour le deuxième groupe, ils ont rincé l’articulation du genou, en enlevant tout le matériel que l’on pense être à l’origine de l’inflammation. Ces deux procédés sont les opérations standard que subissent les personnes souffrant d’arthrite sévère du genou. Le troisième groupe a subi une «fausse» opération, les patients n’ont reçu que des sédatifs et ont été trompés en prétendant qu’ils avaient réellement subi l’opération du genou. Pour les patients qui n’ont pas vraiment été opérés, les médecins ont fait les incisions et ont aspergé le genou d’eau salée, comme ils le feraient pour une opération normale. Ils ont ensuite recousu les incisions comme s’il s’agissait d’une vraie opération et le processus était terminé. Les trois groupes ont suivi le même processus de rééducation et les résultats ont été étonnants. Le groupe placebo s’est amélioré tout autant que les deux autres groupes qui ont été opérés.

Mes compétences de chirurgien n’ont eu aucun effet bénéfique sur ces patients. Le seul avantage de la chirurgie pour l’arthrose était l’effet placebo – Dr Moseley (chirurgien participant à l’étude)

 

Travailler au-delà du déni de la nouvelle science :

Avec toute nouvelle grande découverte ou idée de grande envergure, il y aura ceux qui s’en tiendront strictement à la sphère de pensée actuelle et qui parleront aux rêveurs et aux grands penseurs de notre monde qui tentent de repousser les limites. Les idées de conscience ayant un impact sur notre réalité d’une certaine manière ont été qualifiées de «woo-woo» ou de vœu pieux par beaucoup, même si la recherche en suggère la possibilité. Pourquoi ne pas explorer la fascinante possibilité que cela puisse être possible au lieu de la mettre de côté ?

Peut-être sommes-nous à un moment important de notre histoire en ce qui concerne la science de la conscience. Année après année, de plus en plus de grands scientifiques rejoignent le champ d’étude et produisent des travaux fascinants. Les preuves continuent de s’accumuler, mais le scepticisme et la haine envers ce domaine ne cessent de croître. Peut-être parce que cela remet en question la culture rigide et étroite d’une grande partie de la communauté scientifique ? Ou peut-être qu’il n’y a tout simplement pas encore assez de recherche pour que la vision du monde des gens change ?

Quoi qu’il en soit, il est clair que l’une des choses les plus importantes que nous puissions faire à ce stade du jeu est de rester ouverts et de ne pas laisser nos croyances interrompre la recherche de la vérité. La prise de conscience est un aspect important de notre vie en ce moment, et apprendre à explorer véritablement l’information est essentiel. Une étape fondamentale pour y parvenir est de prendre du recul par rapport à la consommation d’informations et de se reconnecter avec soi-même.

«Une conclusion fondamentale de la nouvelle physique reconnaît également que l’observateur crée la réalité. En tant qu’observateurs, nous sommes personnellement impliqués dans la création de notre propre réalité. Les physiciens sont obligés d’admettre que l’univers est une construction « mentale ». Le physicien pionnier Sir James Jeans a écrit : « Le flux de connaissances se dirige vers une réalité non mécanique ; l’univers commence à ressembler davantage à une grande pensée qu’à une grande machine. L’esprit ne semble plus être un intrus accidentel dans le domaine de la matière, nous devrions plutôt le saluer comme le créateur et le gouverneur du domaine de la matière. Il faut s’en remettre et accepter la conclusion inattaquable. L’univers est immatériel-mental et spirituel». – R.C. Henry, professeur de physique et d’astronomie à l’université Johns Hopkins, « The Mental Universe » ; Nature 436:29,2005)

De nos jours, ce n’est pas seulement la connaissance d’informations et de faits qui va créer le changement, c’est aussi notre façon de communiquer et de réévaluer les histoires, les idées et les croyances sous-jacentes qui forment notre monde. Nous devons mettre ces choses en pratique si nous voulons vraiment changer.

 

Source : https://www.collective-evolution.com/2020/11/14/can-we-change-our-genes-dna-with-our-thoughts/ et https://www.nature.com/articles/ncomms6392

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 606 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.