Appel au calme : 99% des personnes décédées de la COVID 19 avaient une autre maladie, selon l’Italie

0
Le nouveau coronavirus prend le monde d’assaut, mais de bonnes nouvelles sont apparues récemment. Les estimations du taux de mortalité ont considérablement diminué, certaines études mettant l’accent sur un taux de mortalité de 1 %. Le Dr Anthony Fauci, directeur de longue date de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a écrit (dans le New England Journal of Medicine), que «le taux de mortalité peut être considérablement inférieur à 1%», si l’on suppose que «le nombre de cas asymptomatiques ou peu symptomatiques est plusieurs fois supérieur au nombre de cas déclarés».

 

Selon John P.A. Ioannidis est professeur de médecine, d’épidémiologie et de santé des populations, de science des données biomédicales et de statistiques à l’université de Stanford et co-directeur du Meta-Research Innovation Center de Stanford :

«Ce fiasco des preuves crée une énorme incertitude quant au risque de mourir du Covid-19. Les taux de mortalité signalés, comme le taux officiel de 3,4 % de l’Organisation mondiale de la santé, sont horribles – et n’ont aucun sens. Les patients qui ont été testés pour le SRAS-CoV-2 sont, de manière disproportionnée, ceux qui présentent des symptômes graves et de mauvais résultats. Comme la plupart des systèmes de santé ont une capacité de test limitée, le biais de sélection pourrait même s’aggraver dans un avenir proche.
La seule situation où une population entière et fermée a été testée est celle du navire de croisière Diamond Princess et de ses passagers de quarantaine. Le taux de létalité y était de 1,0 %, mais il s’agissait d’une population en grande partie âgée, dans laquelle le taux de mortalité dû au Covid-19 est beaucoup plus élevé.
En projetant le taux de mortalité du Diamond Princess sur la structure par âge de la population américaine, le taux de mortalité des personnes infectées par le Covid-19 serait de 0,125 %. Mais comme cette estimation est basée sur des données extrêmement maigres – il n’y a eu que sept décès parmi les 700 passagers et membres d’équipage infectés – le taux de mortalité réel pourrait s’étendre de cinq fois plus bas (0,025 %) à cinq fois plus élevé (0,625 %). Il est également possible que certains des passagers infectés meurent plus tard et que les touristes aient des fréquences de maladies chroniques différentes de celles de la population générale, ce qui constitue un facteur de risque de résultats plus défavorables en cas d’infection par le CoV-2 du SRAS. En ajoutant ces sources d’incertitude supplémentaires, les estimations raisonnables du taux de létalité dans la population générale des États-Unis varient de 0,05 % à 1 %.» (source)

 

Ce qui se passe actuellement peut être une hystérie inutile, du moins si vous comparez le virus à d’autres maladies et à des virus qui peuvent même avoir un taux de mortalité plus élevé. Ioannidis poursuit en affirmant que «verrouiller le monde avec des conséquences sociales et financières potentiellement énormes peut être totalement irrationnel. C’est comme si un éléphant était attaqué par un chat domestique. Frustré et essayant d’éviter le chat, l’éléphant saute accidentellement d’une falaise et meurt».

 

Le cas de l’Italie : 

L’Italie connaît l’une des pires manifestations de la pandémie. Ils ont signalé environ 800 décès samedi et 4 825 au total. Plus de décès ont été signalés en Italie que dans tout autre pays.

Selon une étude de l’autorité sanitaire nationale, plus de 99 % des décès dus aux coronavirus en Italie sont dus à des maladies antérieures. Plus de 75% souffraient d’hypertension artérielle, environ 35% de diabète et un tiers de maladies cardiaques. L’étude explique pourquoi leur taux de mortalité peut être beaucoup plus élevé que dans d’autres pays.

Actuellement, le virus a un taux de survie très élevé, et il semble que les plus vulnérables soient les personnes âgées et, encore une fois, celles qui souffrent de maladies sous-jacentes.

L’âge moyen des personnes qui sont mortes du virus en Italie est de 79,5 ans. Au 17 mars, 17 personnes de moins de 50 ans étaient décédées de la maladie. Toutes les victimes italiennes de moins de 40 ans étaient des hommes souffrant de graves problèmes de santé.

Mais là encore, qui sait, nous n’en sommes qu’au début.

 

Traitement possible ? :

Un groupe de médecins, de prestataires de soins et de scientifiques s’est réuni en ligne le 17 mars 2020 pour discuter de l’utilisation de la vitamine C à forte dose par voie intraveineuse (VCI) dans le traitement des cas modérés à sévères de patients atteints de Covid-19. Le Dr Enqian Mao était présent, il est le chef du service de médecine d’urgence de l’hôpital Ruijin, un grand hôpital de Shanghai, affilié à la faculté de médecine de l’université Joatong. Le Dr Mao est également membre de l’équipe d’experts senior du Centre de santé publique de Shanghai, où tous les patients atteints de Covid-19 ont été traités.

Le Dr Richard Cheng a informé tout le monde, via sa chaîne YouTube, des cas de traitement à la vitamine C en dehors de la Chine. Nous avons couvert ses mises à jour car il est en rapport direct avec ce traitement et n’est pas un simple scientifique de salon pour le moment. Nous pensons qu’il s’agit d’un détail très important car il voit et entend les résultats de première main, et pas seulement en théorie.

Le Dr Cheng a joué un rôle primordial dans l’apport de fortes doses de vitamine C dans le cadre de mesures potentielles de traitement et de prévention. Malheureusement, en Occident, cette option est encore refusée par une grande partie des médias grand public et les gouvernements n’en parlent pas. Au lieu de cela, c’est la peur et le chaos qui, selon nous, ne servent à personne pour rester en bonne santé ou aller mieux. Je crois que c’est un aspect important de ce voyage sur lequel réfléchir car il nous dit où se trouvent les loyautés lorsqu’il s’agit du gouvernement et de l’industrie pharmaceutique. Il illustre également le pouvoir de la peur et de la culture de la séparation par opposition à l’unité.

Le mois dernier, la Bibliothèque nationale de médecine des États-Unis a publié sur son site web les informations relatives à ses essais cliniques. Le titre de l’un de ces essais est «vitamine C pour le traitement de la pneumonie sévère infectée par le CoV 2019». Le parrain est ZhiYong Peng, et le responsable est l’hôpital Zhongnan de l’université de Wuhan (ZNWU). Il y en a actuellement trois en cours.

Vous pouvez accéder aux mises à jour du Dr Cheng via sa chaîne YouTube. Sur son canal, il donne des instructions sur le dosage pour ceux qui veulent utiliser de la vitamine C afin d’aider à repousser le virus.

Pour tous ceux qui recherchent une vitamine C de haute qualité, nous utilisons et recommandons la vitamine C liposomale par voie orale.

( Note ExoPortail : Nous avons également appris le 5 Mars qu’après des essaies cliniques le gouvernement de Shanghai recommande désormais officiellement l’utilisation de perfusions à hautes doses de vitamine C pour le traitement du Covid-19 ce qui confirme le bien-fondé de cet article. L’Association médicale de Shanghai rapporte la guérison de 4 patients atteints de pneumonie à coronavirus sévère grâce à ce traitement : http://www.orthomolecular.org/resources/omns/v16n16.shtml )

 

Conclusion : 

Il y a encore beaucoup d’inconnues ici, il y a beaucoup de controverse sur le nombre de décès qui peuvent être réellement attribués à l’épidémie. Les tests ne sont pas très fiables et souffrent de nombreux préjugés. Selon le Dr Wolfgang Wodarg, qui avait présidé la commission de la santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui a convoqué un débat d’urgence sur l’influence de l’industrie pharmaceutique dans la déclaration de la pandémie de grippe H1N1 par l’OMS en 2009, «les tests ne mesurent pas actuellement l’incidence des maladies à coronavirus, mais l’activité des spécialistes qui les recherchent» ( W.Wodarg «Sans les tests PCR, il n’y aurait pas de raisons d’avoir des alarmes spéciales», 1.3.20, wodarg.com.).

En fin de compte, la peur ne sert à personne. Peut-être cela peut-il être un signal d’alarme pour ceux qui ne prennent pas vraiment soin de leur santé, et les encourager à commencer à changer de mode de vie. Vous ne pouvez pas contrôler ce qui se passe en dehors de vous en ce moment, alors contrôlez ce qui se passe en vous. C’est la meilleure façon de créer et de manifester le changement à l’extérieur, mais là encore, tout commence à l’intérieur.

 

Source : https://www.collective-evolution.com/2020/03/22/99-of-those-whove-died-from-covid-19-had-other-illness-italy-says/https://www.epicentro.iss.it/coronavirus/bollettino/Report-COVID-2019_17_marzo-v2.pdfhttps://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMe2002387?query=recirc_curatedRelated_article et https://www.statnews.com/2020/03/17/a-fiasco-in-the-making-as-the-coronavirus-pandemic-takes-hold-we-are-making-decisions-without-reliable-data/

Traduction et ajouts : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 2 359 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.