Un rapport fait la lumière sur le plan secret de la famille Rockefeller sur les changements climatiques

3
Le climat change, et il change depuis très longtemps. En fait, le climat a toujours changé, et il y a une myriade de facteurs qui influencent le changement climatique comme l’activité solaire et encore bien d’autres choses. Si vous n’êtes pas instruit sur la science du climat, il est facile d’adopter le point de vue «apocalyptique» qui est souvent mis en avant par les médias traditionnels. Cependant, quand vous regardez ce que disent les climatologues, il semble que personne d’un côté ou de l’autre ne soit d’accord avec le récit de l’«hystérie climatique» des médias.

 

( Note ExoPortail : L’article sur compose essentiellement de deux parties. Les trois premiers quarts portent sur une démystification sourcée du «réchauffement climatique causé par le CO2 humain» et la deuxième partie porte sur le «rapport Rockefeller». )

Le principal argument de ceux qui attribuent à la perspective de l’hystérie est que les niveaux de CO2 sont les plus élevés qu’ils aient jamais atteints depuis que nous avons commencé à les enregistrer, soit environ 415 parties par million (ppm) à l’heure actuelle. Ce n’est pas comme si les climatologues n’étaient pas d’accord sur l’idée que le CO2 provoque un certain réchauffement de notre atmosphère, cela semble être un fait bien établi dans la littérature scientifique. Mais ce qui n’est jamais mentionné, c’est le fait que les niveaux de CO2 ont été considérablement plus élevés qu’ils ne le sont maintenant ; en fait, les niveaux de CO2 ont été exponentiels et la température terrestre a été beaucoup plus chaude que ce qu’elle est maintenant. L’idée que les émissions humaines de CO2 sont responsables des changements climatiques n’est pas scientifiquement valable, mais des initiatives politiques qui ne font rien pour notre environnement sont élaborées et mises en avant, mettant de grosses sommes d’argent dans les poches de gens très puissants.

«Nos plantes cultivées ont évolué il y a environ 400 millions d’années, lorsque le CO2 dans l’atmosphère était d’environ 5000 parties par million ! Nos arbres et arbustes à feuillage persistant ont évolué il y a environ 360 millions d’années, avec des niveaux de CO2 à environ 4 000 ppm. Quand nos arbres à feuilles caduques ont évolué il y a environ 160 millions d’années, le niveau de CO2 était d’environ 2 200 ppm, soit encore cinq fois le niveau actuel.» – Dennis T. Avery, économiste agricole et de l’environnement, chercheur principal au Center for Global Food Issues en Virginie et ancien analyste principal au département d’État des États-Unis (source)

Le CO2 causant une augmentation de la température est l’épine dorsale de l’argument du réchauffement climatique, mais le CO2 cause-t-il une élévation de la température, ou une augmentation de la température provoque-t-elle une hausse du C02 ?

«La question est de savoir comment le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) détermine qu’une augmentation du CO2 atmosphérique entraîne une augmentation de la température mondiale. La réponse est qu’ils ont supposé que c’était le cas et l’ont confirmé en augmentant les niveaux de CO2 dans leurs modèles climatiques informatiques et la température a augmenté. La science ne doit pas tenir compte du fait qu’ils ont écrit le code informatique qui disait à l’ordinateur d’augmenter la température avec une augmentation du CO2. La science doit se demander si cette séquence est confirmée par des preuves empiriques. Certains scientifiques l’ont fait et ont constaté que les données empiriques montraient que ce n’était pas vrai. Pourquoi n’est-ce pas au centre de tout le débat sur le réchauffement climatique anthropique ?» – Tim Ball, (source) ancien professeur au Département de géographie de l’Université de Winnipeg.

 

William Happer, physicien américain et professeur émérite de physique Cyrus Fogg Brackett à l’Université de Princeton, est l’un de ce qui semble être des milliers d’universitaires à ne pas être écoutés par les principaux médias qui ont la même vision :

«Dans chaque étude minutieuse, la température augmente d’abord, puis le CO2 augmente, et lorsque la température diminue d’abord, le CO2 diminue ensuite. La température provoque des changements de CO2 au moins depuis un million d’années, cela ne fait aucun doute.» (source)
«Doubler les émissions de CO2, c’est perturber le climat de 2%. Il en va de même pour les changements mineurs dans les nuages et d’autres caractéristiques, et de tels changements sont courants. Dans ce système multifactoriel complexe, quelle est la probabilité que le climat (qui, en soi, se compose de nombreuses variables et pas seulement d’une anomalie de température moyenne globale) soit contrôlé par cette perturbation de 2% en une seule variable ? Croire ça, c’est presque croire en la magie. Au lieu de cela, on vous dit que c’est croire en la « science ». Une telle affirmation devrait être un indice que quelque chose ne va pas. Après tout, la science est un mode d’enquête plutôt qu’une structure de croyance. L’accumulation de déclarations fausses et/ou trompeuses est souvent appelée « preuve accablante » de la catastrophe à venir. Sans ces affirmations, on peut légitimement se demander s’il existe des preuves.» Lindzen (source)

 

Une autre citation soulignant ce point :

Les citations ci-dessus proviennent de Richard Lindzen, un physicien de phénomènes atmosphériques qui a publié plus de 200 articles et livres scientifiques. Il a été titulaire de la bourse Alfred P. Sloan de météorologie au «Massachusetts Institute of Technology», et il est l’auteur principal du chapitre 7, «Physical Climate Processes and Feedbacks», du troisième rapport d’évaluation sur les changements climatiques du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (l’organisation qui fait avancer le programme sur le changement climatique).

À plusieurs reprises, M. Lindzen et bien d’autres se sont exprimés très ouvertement sur les conclusions de ce document qui sont produites par des politiciens et non par des scientifiques. Il y aura plus de détails à ce sujet plus tard dans l’article.

Selon Mme Leslie Woodcock, professeure émérite à la «School of Chemical Engineering and Analytical Science» de l’Université de Manchester (Royaume-Uni), est une ancienne scientifique de la NASA :

«Le terme « changement climatique » n’a pas de sens. Le climat de la Terre a changé depuis des temps immémoriaux, c’est-à-dire depuis que la Terre s’est formée il y a 1 000 millions d’années. La théorie du « changement climatique dû à l’homme » est une hypothèse non fondée concernant notre climat [qui dit qu’il] a été affecté négativement par la combustion de ressources fossiles au cours des 100 dernières années, entraînant une augmentation très légère mais catastrophique de la température moyenne à la surface du globe, avec des conséquences environnementales catastrophiques. En fait, l’eau est un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant et il y en a 20 fois plus dans notre atmosphère (environ un pour cent de l’atmosphère) alors que le CO2 n’est que de 0,04 pour cent. Il n’existe aucune preuve scientifique reproductible de l’augmentation significative du CO2 au cours des 100 dernières années. Les preuves anecdotiques ne signifient rien en science, elles ne sont pas significatives…» (source)

Dans les documents du GIEC, nous pouvons voir à quel point le lien entre le changement climatique et les émissions de CO2 est flou, notamment dans leurs conclusions intitulées «Climate Change 2001 : The Scientific Basis». Voici une de leurs recommandations :

«Explorer plus à fond le caractère probable des états climatiques futurs en développant de multiples ensembles de calculs de modèles. Le système climatique est un système chaotique non linéaire couplé, ce qui rend impossible la prévision à long terme des futurs états climatiques. L’accent doit plutôt être mis sur la prédiction de la distribution de probabilité des futurs états possibles du système par la génération d’ensembles de solutions modèles.»

Si nous revenons au deuxième rapport d’évaluation du GIEC des Nations Unies de 1995, nous pouvons voir à quel point l’ordre du jour a éclipsé et atténué la science actuelle. Les scientifiques ont inclus ces trois déclarations dans le projet :

  • «Aucune des études citées ci-dessus n’a démontré clairement que nous pouvons attribuer les changements (climatiques) observés à la cause spécifique de l’augmentation des gaz à effet de serre.»
  • «Aucune étude à ce jour n’a attribué positivement tout ou partie (des changements climatiques observés) à des causes anthropiques (c’est-à-dire d’origine humaine).»
  • «Toute allégation de détection positive d’un changement climatique significatif restera probablement controversée jusqu’à ce que les incertitudes sur la variabilité naturelle du système climatique soient réduites.»

Le «Résumé» et la conclusion du rapport du GIEC ont été rédigés par des politiciens et non par des scientifiques. Les règles obligent les  » scientifiques  » à modifier leurs rapports pour qu’ils correspondent au «résumé» final des politiciens. Ces trois déclarations des «scientifiques» ci-dessus ont été remplacées par la suivante :

  • «La prépondérance des preuves suggère une influence humaine perceptible sur le climat mondial.»

 

La proportion de 97% :

Les médias grand public et les gens qui soutiennent l’idée que les humains réchauffent la planète citent souvent le fait que «97 pour cent des scientifiques sont d’accord avec eux». Tout d’abord, ce n’est pas vrai, et encore une fois, nous ne savons pas si les humains réchauffent la planète.

«Cette affirmation fait suite à celle de 1988 sur la couverture de « Newsweek », selon laquelle tous les scientifiques s’entendent pour dire qu’il s’agit là d’un problème de santé publique. Dans les deux cas, l’allégation vise à convaincre le non-expert qu’il n’a pas besoin de comprendre la science. Le simple fait d’être d’accord avec les 97% indiquera que l’on est un partisan de la science et que l’on est supérieur à quiconque nie le désastre. Cela répond en fait à un besoin psychologique pour de nombreuses personnes. La demande est présentée par un certain nombre de personnes et il y a plusieurs façons de la présenter. Bast et Spencer ont fait une démystification approfondie dans le « Wall Street Journal ». L’une des astuces consiste à sonder les scientifiques pour savoir s’ils sont d’accord pour dire que les niveaux de CO2 dans l’atmosphère ont augmenté, que la Terre se réchauffe (ne serait-ce que légèrement) et que les activités humaines ont joué un rôle quelconque. Il s’agit en effet d’un point sur lequel nous sommes presque tous d’accord, mais qui n’a pas d’implications évidentes en termes de danger. Néanmoins, cela est présenté comme un argument en faveur du catastrophisme. D’autres astuces consistent à examiner un grand nombre de résumés où seuls quelques-uns traitent réellement du danger. Si parmi ces quelques personnes, 97% appuient le catastrophisme, les 97% sont présentés comme faisant partie de l’ensemble beaucoup plus important des résumés. L’un de mes préférés est le récent article paru dans le « Christian Science Monitor » (un journal autrefois respecté et influent) : Pour mémoire, sur les quelque 70 000 articles sur le réchauffement climatique publiés en 2013 et 2014, quatre auteurs ont rejeté l’idée que les humains sont les principaux moteurs du changement climatique. Je ne pense pas qu’il faille un expert pour reconnaître que cette affirmation est un fantasme bizarre pour de nombreuses raisons évidentes.» – Richard Lindzen, de son article « Straight Talk About Climate Change », où il va plus en détail.

 

Le rapport Rockefeller :

Dans les années 1980, le «Rockefeller Brothers Fund» est devenu la seule autorité de l’agenda du réchauffement climatique. Le «Rockefeller Brothers Fund» se targue d’être l’un des premiers grands activistes mondiaux en citant son militantisme en faveur de la création, en 1988, du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (le fameux GIEC cité plus haut) des Nations Unies et de la Convention-cadre sur les changements climatiques en 1992.

«L’élite mondiale a toujours bénéficié d’une manière ou d’une autre des crises, nous l’avons vu à maintes reprises avec la guerre. Ce qui est important, cependant, c’est de reconnaître le rôle de la famille Rockefeller – qui a historiquement été l’architecte du « Big Oil » – dans le soutien au débat sur le changement climatique ainsi que le financement des scientifiques, des environnementalistes et des ONG engagés dans l’activisme populaire contre le « Big Oil » et l’industrie des combustibles fossiles. Le débat sur le climat mondial est d’une importance cruciale. Mais qui contrôle ce débat ? Il y a une relation contradictoire évidente : Alors que « Big Oil » est la cible de l’activisme en faveur du réchauffement climatique, « Big Oil » à travers la famille Rockefeller et Rockefeller Brothers Trusts finance généreusement le mouvement mondial de protestation pour la lutte du changement climatique. Demandez-vous pourquoi ?» – Michel Chossudovsky, économiste canadien et professeur émérite d’économie à l’Université d’Ottawa

 

Rockefeller-Way-Report-Final

Vous pouvez accéder au rapport complet ici si le PDF s’affiche mal. Il a été publié par l’«Energy & Environmental Legal Institute».

 

Un exemple d’autres facteurs influençant le climat – une ère glaciaire à venir ? :

L’idée que l’activité solaire n’affecte pas le climat de la Terre est extrêmement suspecte et n’a pas beaucoup de sens lorsqu’on examine la littérature, mais elle semble avoir été balayée par le milieu universitaire traditionnel et à peine étudiée. Un bel exemple est l‘article de «IFL Science», par exemple, qui a publié une déclaration affirmant que «le soleil n’a tout simplement pas un effet aussi important sur notre climat que l’activité humaine». C’est une déclaration très ridicule et irresponsable. Il est également important que les lecteurs reconnaissent qu’il n’y a même pas de cours pour appuyer une telle affirmation erronée.

Ne croyez pas ce qui est écrit, faites des recherches sur ce qui est écrit. Ce qui est pire, c’est le facteur du ridicule, la façon dont les publications grand public s’attaquent à tout récit qui présente une explication du changement climatique qui n’est pas d’origine humaine. Quelque chose ne va pas du tout avec cette situation.

 

Selon la Royal Astronomical Society (RAS) :

«Un nouveau modèle du cycle solaire du Soleil produit des prévisions extrêmement précises des irrégularités dans les 11 ans de pulsations cardiaques du Soleil, ce qui est sans précédent. Le modèle s’appuie sur des effets de dynamo dans deux couches du Soleil, l’une près de la surface et l’autre en profondeur dans sa zone de convection. Les prévisions du modèle suggèrent que l’activité solaire diminuera de 60 % au cours des années 2030 par rapport aux conditions observées pour la dernière fois pendant la « mini-ère glaciaire » qui a commencé en 1645.»

 

Il y a quelques années, la National Astronomy Meeting au Pays de Galles a eu lieu, où Valentina Zharkova, professeur de mathématiques à l’Université de Northumbria (Royaume-Uni), a présenté un modèle qui permet de prédire à quoi ressembleront les cycles solaires beaucoup plus précisément que ce qui était possible auparavant. Elle affirme que le modèle peut prédire leur influence avec une précision de 97% et qu’il montre que la Terre se dirige vers une « mini ère glaciaire » dans une quinzaine d’années.

Zharkova et son équipe ont mis au point le modèle à l’aide d’une méthode appelée « analyse en composantes principales » des observations du champ magnétique, de l’Observatoire solaire Wilcox en Californie. Dans la perspective des prochains cycles solaires, son modèle prévoit que, de 2030 à 2040, il y aura lieu de réduire considérablement l’activité solaire, ce qui, encore une fois, mènera à une mini-ère glaciaire selon Zharkova.

Encore une fois, ce ne sont là que quelques exemples des multiples scientifiques qui soulignent ces faits.

 

Y a-t-il un agenda en jeu ici ?

Certaines des réponses se trouve dans l’agenda derrière la taxe carbone et le système d’échange de quotas d’émission de carbone. Ce qui ressort clairement c’est que les conclusions des scientifiques ne sont pas vraiment communiquées au grand public. Tous les efforts visent à faire croire que l’activité humaine par la combustion de combustibles fossiles est la cause principale du réchauffement de la planète, et que la science sous-jacente est solide et bien établie, même si elle ne l’est pas.

On peut résumer les raisons principales de cet «agenda Rockefeller» :

  • Des profits d’argent au bénéfice des multinationales par la taxe carbone et le système d’échange de quotas d’émission de carbone.
  • Une culpabilisation de la «population de base» la rendant manipulable.
  • Un détournement de l’esprit écologique populaire vers des solutions inefficaces évitant des vraies mesures écologiques contres les cargos, la déforestations et la divulgation des brevets technologiques occultés à l’humanité.

Note ExoPortail : Il y avait 5 135 inventions qui faisaient l’objet d’une ordonnance de confidentialité à la fin de l’exercice 2010, a déclaré le Bureau américain des brevets et des marques de commerce à Secrecy News la semaine dernière. C’est une augmentation de 1% par rapport à l’année précédente, et le total le plus élevé depuis plus d’une décennie. Ces inventions ont été occultées en vertu de la Loi de 1951 sur le secret des inventions, les demandes de brevet pour de nouvelles inventions peuvent faire l’objet d’ordonnances de confidentialité restreignant leur publication si les organismes gouvernementaux estiment que leur divulgation serait «préjudiciable à la sécurité nationale». La liste actuelle des domaines technologiques utilisés pour examiner les demandes de brevet en vue d’une éventuelle restriction en vertu de la «Invention Secrecy Act» n’est pas accessible au public et a été refusée en vertu de la «Freedom of Information Act». Information qui vient directement de la «Fédération des scientifiques américains»: https://fas.org/sgp/othergov/invention/stats.html et https://fas.org/sgp/othergov/invention/pscrl.pdf )

Conclusion : 

Beaucoup de choses dans notre monde, y compris la science, sont devenues extrêmement corrompues. Nous le constatons avec la science médicale et l’influence des grandes sociétés pharmaceutiques, et nous le constatons avec les organismes fédéraux de réglementation de la santé comme les CDC et la FDA qui sont compromis par les lobbies et la science du climat n’est pas différente.

Notre Terre a besoin d’aide, elle a besoin d’être nettoyée et la déforestation doit cesser alors que nous connaissons l’extinction massive de certaines espèces. Rien de tout cela n’a quoi que ce soit à voir avec la production humaine de CO2.

 

Source : https://www.collective-evolution.com/2019/08/06/report-sheds-light-on-the-rockefeller-familys-covert-climate-change-plan/ et https://eelegal.org/wp-content/uploads/2016/12/Rockefeller-Way-Report-Final.pdf

Traduction et Ajouts : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 864 autres abonnés

Partager l'article :

3 Commentaires

  1. Commentaire en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Le changement climatique est le moyen actuel que les gouvernants et certaines élites obscures a choisi pour nous museler et nous retirer certains droits, comme celui de nous déplacer de manière autonome avec nos véhicules privés, ou dans un avenir proche, nous interdire de nous déplacer d’un continent à un autre par des voyages en avions.

    Dans le même temps, le programme de l’ONU tente de limiter, voir de nous supprimer tous nos droits à exprimer notre liberté d’expression, par des lois invasives autoritaires, comme la soi-disant incitation à la haine, ou les expressions dites racistes, tout en imposant par déplacements illégaux, mais signifiés comme tel, de millions de gens qui viennent déstabiliser des pays entiers, comme c’est de part le monde actuellement le cas, et l’imposition de cultures et de croyances exogènes à ces populations.

    Pour museler définitivement l’humanité, qui a refusé d’entrer dans la 3ème guerre mondiale, l’on nous impose maintenant la 5G et de manière insidieuse afin de nous tuer ou pour le moins de déstabiliser nos systèmes cognitif et nerveux, avec aussi l’emploi de technologies à énergies dirigées comme le système génocidaire HAARP, qui est également une technologie de destruction du climat, ou de terraformation.

    Il est donc grand temps pour nous de nous positionner et de contre réagir en refusant de nous soumettre à toutes cet désinformations n’ayant que le but de détruire l’humanité, et que celle-ci entre en guerre, des peuples entiers contre d’autres, ou en déstabilisant certains pays dans des confrontations civiles armées, de guerres civiles larvées.

    Et au final pour le profit de qui ? De ceux « élites » démoniaques et sadiques, qui croient à tord pouvoir échapper éternellement à ce qu’elles mettent en action, ce qu’elles pourront désagréablement se rendre compte, lorsque leur prochaine vie, se passera probablement à l’intérieur d’un grand chaudron en pleine ébullition d’un magma de lave en feu, preuve que le climat est détérioré, surtout chez-eux ..!

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite un agréable été.

  2. bonjour,
    Une partie du plan concerne la fonte des pôles, qui apportera aux élites des richesses encore insoupçonnées. Ils utilisent HAARP pour accélérer le réchauffement, tout en faisant culpabiliser les humains. Le plan parfait. Comme le montre cet excellent article, le CO2 est le coupable idéal pour les masses lobotomisées pas les médias. Des problèmes bien plus grave demandent des moyens en urgences (disparition du sable, de l’eau, des animaux, des insectes, des arbres….)
    bonne journée

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.