Un rapport d’enquête gouvernemental accuse 300 prêtres de diriger un réseau prédocriminel en Pennsylvanie

3

Comme le révèle un rapport du grand jury, des centaines de prêtres catholiques de l’État de Pennsylvanie ont abusé sexuellement de jeunes enfants, une partie se concentre spécifiquement sur Pittsburgh, où près de 100 prêtres sont accusés de diriger un réseau pédophile où ils s’entraident en s’attaquant à des enfants sans défense et sans surveillance.

( Vidéo en Anglais )

Le rapport publiée mardi 14 août affirme qu’au moins 99 prêtres du diocèse de Pittsburgh étaient impliqués dans le réseau de pédophilie – neuf d’entre eux n’ont pas été nommés – et ils ont reçu de l’aide de fonctionnaires locaux qui ont refusé d’explorer les enquêtes sur les abus parce qu’ils ont été considérés cela comme de la «mauvaise publicité» pour l’Église catholique.

Les prêtres sont accusés d’avoir travaillé ensemble dans un réseau de prédateurs qui a duré des années et dans lequel ils ont «fabriqué de la pornographie enfantine, partagé des renseignements sur les victimes et donné de grosses croix d’or à certains garçons pour les marquer comme étant déjà «prêt», pour abus », selon un rapport de Penn Live.

Les accusations existent depuis des décennies, et l’un des premiers rapports remonte à 1964, lorsqu’un enfant a tenté de signaler les mauvais traitements horribles qu’il a subis aux mains d’un prêtre dans son église, et l’ancien procureur du comté de Beaver, Robert Masters, a mis fin à l’enquête et a insisté sur le fait que l’église devait s’en occuper de l’intérieur.

L’église s’en est occupée en envoyant simplement le pédophile accusé, le père Ernest Paone, dans un diocèse différent où il a poursuivi sa carrière et a par la suite obtenu un accès direct aux jeunes garçons. Les accusations de 1964 n’étaient pas non plus la première fois que Paone avait été appelé, et le rapport de Penn Live affirmait que «les responsables de l’église avaient une connaissance approfondie de la conduite sexuelle de Paone avec les enfants dès 1962 et des questions sur sa « santé émotionnelle et physique » dès les années 1950, lorsqu’il était au séminaire».

Malheureusement, l’histoire de Paone n’est pas unique, et l’Église catholique a une habitude troublante de détourner les yeux et de réassigner aveuglément des prêtres pédophiles qui avaient été accusés d’abus sexuels sur des enfants et de choisir de continuer à leur donner accès à des enfants vulnérables.

Le dernier rapport du grand jury se penche sur six des huit diocèses catholiques de l’État de Pennsylvanie et accuse plus de 300 prêtres de se livrer à des abus sexuels sur des enfants. Ce chiffre ne couvre même pas les centaines d’autres prêtres et responsables d’église qui ont aidé à dissimuler les abus, au nom de la «protection» de l’image de l’Église catholique.

Le cardinal Donald Wuerl, archevêque de Washington et ancien évêque de Pittsburgh (Pennsylvanie), fait partie des responsables de l’Eglise catholiques locale accusés d’avoir aidé des « prêtres prédateurs »

Le rapport énumère plus de 1 000 victimes, ce qui est une estimation basse, car il y a probablement des milliers de victimes dont les appels à l’aide n’ont jamais été entendus ou ont été ignorés de manière flagrante par les personnes au pouvoir. Comme l’a noté le New York Times, les abus horribles commis par les prêtres ont été démontrés sous un certain nombre de manifestations qui ont affecté à la fois les jeunes garçons et les jeunes filles :

«Le rapport, qui couvrait six des huit diocèses catholiques de l’État et a trouvé plus de 1 000 victimes identifiables, est l’examen le plus vaste jamais réalisé par un organisme gouvernemental aux États-Unis sur les abus pédosexuels dans l’Église catholique. Le rapport indique qu’il y a probablement des milliers d’autres victimes dont les dossiers ont été perdus ou qui avaient trop peur de se manifester. Il répertorie des cas horribles d’abus : un prêtre qui a violé une jeune fille à l’hôpital après s’être fait enlever les amygdales ; une victime ligotée et fouettée avec des lanières de cuir par un prêtre ; et un autre prêtre qui a été autorisé à rester dans le ministère après avoir fécondé une jeune fille et pris des dispositions pour qu’elle se fasse avorter».

Alors que l’Église catholique a depuis lors tenté de prétendre que les cas étaient des incidents isolés, le rapport de Penn Live a révélé que jusqu’à 100 prêtres de Pittsburgh travaillaient ensemble et s’entraidaient pour s’attaquer à de jeunes enfants précise. Le rapport de 1 400 pages précise que les abus pédophiles ont eu lieu dans tous les diocèses de l’État de Pennsylvanie, à l’exception de deux. Les premières accusations de pédophilie se sont produites dans les années 1970 lorsqu’un garçon a prétendu avoir été présenté à un groupe de prêtres qui lui ont dit d’enlever ses vêtements pour qu’ils puissent prendre des photos de lui et les ajouter à leur collection.

En plus de fabriquer de la pornographie enfantine, les prêtres ont également été accusés d’utiliser des signaux pour montrer les uns aux autres quels garçons avaient déjà été victimes d’abus sexuels et seraient des cibles faciles. Le rapport affirme qu’ils l’ont fait en offrant aux victimes des colliers de croix en or spéciaux.

Les détails de la violence sont horribles, mais aussi inconfortables que cela met mal à l’aise de nombreux membres du public lorsqu’ils entendent parler de la violence endémique qui sévit depuis des décennies, c’était encore pire pour les victimes sans défense qui se faisaient dépouiller de leur innocence et qui étaient ridiculisées par leurs aînés s’ils tentaient d’obtenir de l’aide. Ce dernier rapport du grand jury est un semblant d’espoir qu’un petit pourcentage des victimes puisse enfin recevoir une certaine forme de justice.

Source : https://thefreethoughtproject.com/report-finds-100-priests-in-one-city-ran-horrific-pedophile-ring-as-govt-looked-the-other-way/

Traduction et Ajouts : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 669 autres abonnés

Partager l'article :

3 Commentaires

  1. Que ce soit, dans le silence des églises, comme dans celui des cathédrales, aucun prêtre ne pourra être inquiété, jamais ; Puisque tout a été prévu afin que l’homme d’église quoiqu’il fasse ne soit jamais jugé par la justice des hommes. Au nom de la lettre Crimen Sollicitationis ; Et ils le savent bien, tous, dès le départ qu’au nom de leur Dieu, tout leur est permis ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/03/31/le-silence-des-eglises-se-fait-au-n-o-m-de-crimen-sollicitationnis/

    Ce qui est le plus choquant, encore, c’est la déclaration du Pape : Le pape se dit «du côté des victimes» des plus de 300 «prêtres prédateurs» (Source 20 Minutes du 14/08/18).

    Surtout si on a pris connaissance du Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret » Le Crime du Génocide dans les Pensionnats pour Indiens de 1840 à 1996 au Canada, et vous savez que vous pouvez le lire en français ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/06/meurtrepardecretversionpdfdu30052017.pdf Grâce à la traduction substantielle faite par R71 qui me l’a transmise pour en réaliser un PDF et pour nous permettre de « libérée la parole »….

    Sachant que sur le modèle canadien, les mêmes recherches ont été entreprises concernant les Pensionnats pour Indiens de 1820 à 1980 aux USA ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/18/meurtre-par-decret-dans-les-pensionnats-pour-indiens-usa-de-1820-a-1980/

    Donc vous pensez bien si le pape était du côté des victimes ; ça se saurait, non ?
    JBL

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.