Un document de Wikileaks révèle une «base secrète des États-Unis sur la Lune»

0
Voici un rapport sur d’éventuelles guerres spatiales qui ont lieu dans le monde des documents classifiés. Le titre du document à lui seul expose non seulement la réalité de ces prétendues guerres, mais aussi la possibilité d’une «base lunaire secrète» appartenant aux États-Unis, qui était apparemment en activité jusqu’à sa destruction par «UR» en 1979. (Union soviétique)

 

 

Tout d’abord, l’idée de bases sur la Lune fait l’objet d’une discussion ouverte au sein du gouvernement depuis longtemps, bien que l’information ne soit pas facile à trouver, mais elle est certainement disponible. Un document du propre bureau d’édition du gouvernement en est un excellent exemple. Cela montre clairement que l’un des objectifs du gouvernement des États-Unis est de construire une base sur la Lune, et ce depuis 1966…

GPO-CRECB-1966-pt7-5-2

Une partie du document se lit comme suit, en référence aux présidents Kennedy et Johnson dans une déclaration de HON. George P. Miller :

«Je crois également que nous pouvons atteindre et que nous atteindrons l’objectif fixé par les présidents Kennedy et Johnson : un alunissage habité avant 1970. La confiance que j’ai en notre science et notre technologie, qui progressent rapidement, est telle que je peux imaginer bien d’autres réalisations spectaculaires à venir, même si je ne fixerai aucun calendrier pour leur réalisation. L’exploration de la surface lunaire, et éventuellement l’établissement d’une ou plusieurs bases permanentes.»

En outre, des documents datant de plusieurs décennies ont été déclassifiés pour discuter de ce sujet, ce qui montre à quel point ces intentions ont pu être sérieusement et largement mises à profit.

Jetez un coup d’œil à la capture d’écran ci-dessous, prise de la salle de lecture électronique de la CIA sous la forme d’un mémorandum adressé au directeur de la CIA concernant «Réflexions militaires (Top Secret)» du Général Korenevskiy.

Traduction : «A ce jour, l’intérêt pour la lune ne se limite pas à l’étude des questions et à la discussion sur les potentialités découvertes, des projets spécifiques sont en cours d’élaboration qui proposent la construction de diverses structures sous la surface de la lune à partir des soutes de missiles, et aussi l’utilisation des différentes versions des structures pneumatiques. Le U.S. Army Corps of Engineers, ainsi que l’U.S. Army Corps of Engineers. diverses sociétés américaines (« Martin », « Aerospace », etc.), mènent beaucoup de travaux dans ce sens.»

Le document ci-dessus décrit en détail l’importance de la militarisation de l’espace. Cela rappelle un autre document de Wikileaks, sous la forme d’un courriel envoyé au politicien John Podesta par le Dr Edgar Mitchell, astronaute d’Apollo 14 et Carol Rosin. Il se lit comme suit :

«Cher John, parce que la course à la guerre dans l’espace s’intensifie, j’ai pensé que vous devriez être conscient de plusieurs facteurs pendant que vous et moi planifions notre discussion Skype. Rappelez-vous, les ET non-violents de l’univers voisin nous aident à apporter l’énergie du point zéro sur Terre. Ils ne toléreront aucune forme de violence militaire sur Terre ou dans l’espace. Les informations suivantes en italique m’ont été communiquées par ma collègue Carol Rosin, qui a travaillé en étroite collaboration avec Wernher von Braun pendant plusieurs années avant sa mort. Carol et moi avons travaillé sur le Traité sur la prévention du déploiement d’armes dans l’espace extra-atmosphérique, ci-joint pour votre convenance.»

Avec toute cette documentation, il est également intéressant d’examiner les témoignages de témoins provenant de sources crédibles.

Dans les années 1950, le colonel Ross Dedrickson était chargé, entre autres, de tenir à jour l’inventaire des stocks d’armes nucléaires pour la CEA et d’accompagner les équipes de sécurité chargées de tester la sécurité des armes. Voici ce qu’il avait à dire au sujet de la militarisation de l’espace, qui est clairement décrite dans les multiples documents liés ci-dessus :

«J’ai aussi appris qu’il y avait eu des incidents impliquant des armes nucléaires, dont deux ou trois armes nucléaires envoyées dans l’espace qui ont été détruites par des extraterrestres… À la toute fin des années 70 et au début des années 80, nous avons tenté de mettre une arme nucléaire sur la Lune et de la faire exploser pour des mesures scientifiques et autres, ce que les extraterrestres ne pouvaient accepter. Ils ont détruit l’arme avant qu’elle n’atteigne la Lune.» (source)

Un autre document datant de 1965 concernant le fait que la CIA surveille les projets spatiaux soviétiques se lit comme suit :

Traduction : «ll. Les Soviétiques ont en outre déclaré leur intention d’établir une base de ravitaillement après l’alunissage habité, mais aucun détail important ou calendrier significatif n’a été révélé. Si les activités lunaires habités de l’Union soviétique font suite à de vastes opérations orbitales terrestres et à l’exploration de la Lune à l’aide d’instruments, il est probable qu’ils bénéficieront de certains avantages dans l’établissement d’une base lunaire. Une telle approche permettrait le développement simultané de la technologie du transport lunaire et du maintien de l’homme dans l’espace pendant de longues périodes. Il est possible qu’un atterrissage lunaire tardif soit suivi assez rapidement par l’établissement d’une base soviétique sur la lune.»

 

Gardez à l’esprit que c’était il y a plus de 50 ans.

Voici une citation intéressante de Carl Sagan :

«Il n’est pas exclu que des artefacts de ces visites existent encore, ni même qu’une sorte de base soit maintenue (peut-être automatiquement) dans le système solaire pour assurer la continuité des expéditions successives. En raison des intempéries et de la possibilité de détection et d’interférence des habitants de la Terre, il serait préférable de ne pas ériger une telle base à la surface de la Terre. La Lune semble être une alternative raisonnable. La prochaine reconnaissance photographique à haute résolution de la Lune à partir de véhicules spatiaux – en particulier de la face arrière – pourrait tenir compte de ces possibilités.» (source)

Le livre de George Leonard de 1976, Somebody Else is on the Moon, et le livre de Fred Steckling de 1981, We Discovered Alien Bases on The Moon, viennent également à l’esprit quand on discute de ce sujet.

Les membres de la «Society For Planetary SETI Research» (SPSR) ont récemment publié un article dans le J«ournal of Space Exploration» au sujet de certaines caractéristiques de l’autre côté de la Lune qui apparaissent dans le cratère Paracelsus C. Intitulé «Image Analysis of Unus Structures on the Far Side of the Moon in the Crater Paracelsus C» il affirme que ces caractéristiques pourraient être d’origine artificielle.

L’étude soulève un grand point lorsqu’il s’agit de l’hypothèse extraterrestre :

«Un établissement scientifique résolument conservateur rejette souvent les anomalies fondées uniquement sur le sujet, c’est-à-dire qu’il ne peut y avoir d’artefacts extraterrestres sur la Lune parce qu’il n’y en a pas sur la Lune (ou sur d’autres planètes). Un tel point de vue est un exemple de raisonnement circulaire, fondé sur la croyance que les extraterrestres n’existent pas, ou s’ils existent, qu’ils n’auraient pas pu se rendre dans notre système solaire.»

La vérité, c’est qu’«il y a de nombreuses preuves que nous sommes contactés, que les civilisations nous visitent depuis très longtemps.» – Brian O’Leary, ancien astronaute de la NASA et professeur de physique à Princeton (source)

En ce qui concerne la Lune, les bases artificielles ne sont peut-être pas les seules.

En ce qui concerne nos propres bases, Karl Wolfe, qui était technicien en photographie électronique de précision à la base aérienne de Langley, est devenu célèbre lorsqu’il a témoigné au «National Press Club» à Washington, D.C. dans le cadre du projet de divulgation du Dr Steven Greer (source).

Comment sont financés ces projets ? :

Un économiste de l’Université de l’État du Michigan a fait équipe avec de nombreux chercheurs, dont Catherine Austin Fitts, ancienne secrétaire adjointe au logement et au développement urbain. Ils ont trouvé des billions de dollars manquants dans le budget du département de la Défense et allant vers des programmes budgétaires noirs : https://exoportail.com/les-fraudes-comptables-massives-du-pentagone-sont-exposees-21-billion-de-dollars/ et le complément en anglais

Il s’agit du Programme d’accès spécial (SAP). Nous avons des SAP non reconnus et des SAP auxquels nous avons renoncé. Ces programmes n’existent pas publiquement, mais ils existent effectivement. Ils sont mieux connus sous le nom de «programmes noirs». Un rapport du Sénat américain de 1997 les a décrites comme étant «si sensibles qu’elles sont exemptées des exigences standard en matière de rapports au Congrès». (source)

Il faut mentionner ces choses parce que, vous pouvez être sur que ces projet sont financés par des billions de dollars dans le cadre de ces programmes au budget occulte. Et c’est l’argent de nos impôts qui est à l’oeuvre.

Conclusion :

Notre monde n’est pas comme il a été présenté. Beaucoup de sujets qui sont considérés comme une «conspiration» ne sont clairement pas une conspiration. Des choses étranges se produisent sur la lune et les ovnis, par exemple, en sont un exemple parmi tant d’autres.

C’est bien d’explorer ces choses, mais il est essentiel que nous examinions les bonnes sources et de les présenter au public.

Source : https://www.collective-evolution.com/2019/04/15/wikileaks-document-exposes-a-secret-us-base-on-the-moon/ et https://wikileaks.org/plusd/cables/P790011-1247_e.html

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 854 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.