Les fraudes comptables massives du Pentagone sont exposées : 21 Billion de dollars

1
le 15 novembre, «Ernst & Young» et d’autres cabinets privés engagés pour vérifier le Pentagone ont annoncé qu’ils ne pouvaient pas terminer le travail. Le Congrès avait ordonné une vérification indépendante du ministère de la Défense, le plus grand centre de coûts discrédité du gouvernement – le Pentagone reçoit 54 cents sur chaque dollar de crédits fédéraux – après que le Pentagone ait échoué pendant des décennies à se vérifier. Les cabinets ont toutefois conclu que les dossiers financiers du Département de la défense (DoD) étaient truffés de tant de lacunes, d’irrégularités et d’erreurs dans la tenue des livres qu’une vérification fiable était tout simplement impossible.

 

( Note ExoPortail : Cette enquête sortie en novembre est très importante et expose pour la première fois les rouages de l’échec du pentagone à un audit. La plupart de ce vampirisme financier à pour destination différentes branches du programme spatial secret. Ces programmes existent et sont connus sous le nom de «Special Access Programs» (SAP). Ces programmes n’existent pas publiquement, mais ils existent effectivement. Un rapport du Sénat américain de 1997 les qualifiait de «si sensibles qu’ils sont exemptés des exigences de déclaration standard au Congrès» )

Le secrétaire adjoint à la Défense, Patrick Shanahan, a essayé de présenter les choses sous leur meilleur jour en disant aux journalistes : «Nous avons échoué à l’audit, mais nous ne nous attendions pas à le réussir». Shanahan a laissé entendre que le ministère de la Défense devrait s’attribuer le mérite d’avoir tenté une vérification en disant qu’il s’agissait d’une vérification portant sur une organisation de 2,7 billions de dollars, de sorte que le fait que nous ayons effectué la vérification est considérable. La vérité, cependant, est que le DoD a été forcé de se rendre à cet audit par la frustration bipartisane du Congrès, et le résultat, s’il s’agissait d’une grande société, aurait probablement été un crash boursier.

Comme le sénateur républicain Charles Grassley de l’Iowa, un critique fréquent des pratiques financières du DoD, l’a déclaré au Sénat en septembre 2017, l’incapacité de longue date du Pentagone à mener une vérification en bonne et due forme reflète «vingt-six années de lenteur» du ministère, qui a connu «de profondes réticences internes au sujet de la vérification comptable». En 1990, le Congrès a adopté la Loi sur le dirigeant principal des finances, qui obligeait tous les ministères et organismes du gouvernement fédéral à élaborer des systèmes comptables vérifiables et à se soumettre à des vérifications annuelles. Depuis, tous les ministères et organismes se sont conformés à la loi, sauf le Pentagone.

Une enquête du journal «the Nation» a révélé une explication à la lenteur du Pentagone : Pendant des décennies, les dirigeants et les comptables du Département de la défense ont perpétré une gigantesque fraude comptable inconstitutionnelle, falsifiant délibérément les comptes pour tromper le Congrès et faire augmenter les budgets du Département, quelle que soit la nécessité militaire. Le Département de la défense a littéralement inventé des chiffres dans ses rapports financiers annuels au Congrès – représentant des billions de dollars de transactions apparemment inexistantes – sachant que le Congrès se fierait à ces rapports trompeurs pour décider combien d’argent donner au Département de la défense l’année suivante, selon les dossiers gouvernementaux et les entrevues avec des fonctionnaires actuels et anciens du Département, des sources parlementaires et des experts indépendants.

«Si le ministère de la Défense était honnête, il irait au Congrès et dirait : Tous ces projets de budget que nous vous avons présentés ne sont que des foutaises», dit Jack Armstrong, qui a passé plus de cinq ans au bureau de l’inspecteur général du ministère de la Défense comme directeur du contrôle des vérifications avant sa retraite en 2011.

La fraude fonctionne comme ça. Lorsque le DoD soumet ses demandes de budget annuel au Congrès, il envoie les rapports financiers de l’année précédente, qui contiennent des chiffres fabriqués. Les chiffres fabriqués masquent le fait que le DoD ne dépense pas toujours tout l’argent alloué par le Congrès au cours d’une année donnée. Cependant, au lieu de restituer ces fonds non dépensés au Trésor américain, comme la loi l’exige, le Pentagone blanchit parfois ces fonds et les transfère à d’autres parties du budget du DoD.

Le personnel de l’ancien combattant du Pentagone affirme que cette pratique viole l’article I Section 9 de la Constitution des États-Unis, qui stipule que :

«Aucune somme d’argent ne sera tirée du Trésor, mais en conséquence des crédits votés par la loi ; et un état et un compte régulier des recettes et des dépenses de toutes les deniers publics seront publiés de temps à autre.»

Parmi les tactiques de blanchiment utilisées par le Pentagone : Ce qu’on appelle l’« argent d’un an» – fonds que le Congrès a l’intention de dépenser au cours d’un seul exercice financier – se transforme en un fonds commun d’une valeur de cinq ans. Cette manœuvre exploite le fait que la loi fédérale n’exige pas la restitution de «l’argent non dépensé sur cinq ans».

Les faux numéros sont appelés à l’intérieur du Pentagone «plugs», comme dans boucher un trou, ont dit les fonctionnaires actuels et anciens. «Nippering», une référence à un outil au nez tranchant utilisé pour couper des morceaux de fil de fer ou de métal, est l’argot du Pentagone pour faire passer l’argent de son but autorisé par le Congrès à un autre but. Un vétéran du budget du Pentagone a réclamé l’anonymat pour conserver son emploi de lobbyiste au Pentagone, affirmant que l’on peut répéter de tels morsures plusieurs fois jusqu’à ce que les fonds deviennent pratiquement intraçables.

Le montant des fiches peut être stupéfiante. Au cours de l’exercice 2015, par exemple, le Congrès a alloué 122 milliards de dollars à l’armée américaine. Pourtant, les dossiers financiers du ministère de la Défense pour le budget de l’Armée de terre de 2015 comprenaient un montant énorme de 6,5 billions de dollars (oui, billions de dollars). La plupart de ces fiches «n’avaient pas de documentation à l’appui», pour reprendre les termes insipides de l’organisme de surveillance interne du ministère, le Bureau de l’inspecteur général. En d’autres termes, il n’y avait pas d’entrées ou de reçus au registre pour justifier comment ces 6,5 billions de dollars auraient été dépensés. En effet, selon le bureau de l’inspecteur général, plus de 16 000 dossiers qui pourraient révéler la source ou la destination d’une partie de ces 6,5 billions de dollars ont été «effacés».

De cette façon, le DoD propulse les dépenses militaires américaines à la hausse année après année, même lorsque le pays ne mène pas de grandes guerres, dit Franklin « Chuck » Spinney, un ancien dénonciateur du Pentagone. Les révélations de Spinney au Congrès et dans les médias au sujet des dépenses exagérées du Pentagone ont contribué à susciter l’indignation du public dans les années 1980. «Ils inventent les chiffres et demandent simplement plus d’argent chaque année», a dit M. Spinney au journal «The Nation». Les fonds que le Pentagone a amassés au fil des ans grâce à ses fausses manœuvres comptables «pourraient facilement s’élever à 100 milliards de dollars», a estimé Spinney.

En effet, le Congrès a alloué un montant record – 716 milliards de dollars – au DoD au cours de l’exercice 2019. Il s’agit d’une hausse de 24 milliards de dollars par rapport aux 692 milliards de dollars de l’exercice 2018, soit 6 milliards de dollars de plus que les 686 milliards de dollars de l’exercice 2017. C’est cette largesse qui pousse les dépenses militaires américaines à un niveau supérieur à celui des dix pays suivants qui dépensent le plus, a ajouté M. Spinney. Pendant ce temps, ce qui se rapproche le plus d’une guerre à grande échelle, c’est l’Afghanistan, où environ 15 000 soldats américains sont déployés, soit 2,8 % de plus qu’au Vietnam au plus fort de cette guerre.

Les pratiques comptables du ministère de la Défense semblent être un effort délibéré pour éviter la reddition de comptes, dit M. Armstrong.

«Une grande partie des fonds – pas tous, mais une partie importante – sont utilisés pour forcer le gouvernement à faire concorder les rentrées de fonds avec les rapports budgétaires généraux, alors ce qui se trouve dans les rapports budgétaires est essentiellement laissé à l’imagination des gens», dit Armstrong, ajoutant : «Le DoD a-t-il mal utilisé les fonds affectés à une fin particulière ? Qui peut le dire ?»

«Le gouvernement des États-Unis recueille des billions de dollars chaque année pour financer des fonctions essentielles, y compris les efforts en matière de sécurité nationale au ministère de la Défense», a déclaré le sénateur Grassley au journal « The Nation ». «Lorsque des bureaucrates non élus font un mauvais usage, gèrent mal et affectent mal l’argent des contribuables, non seulement ils enlèvent des ressources à des fonctions gouvernementales essentielles, mais ils affaiblissent la confiance des citoyens envers leur gouvernement

Cette fraude comptable du Pentagone est déjà vu pour Spinney. Dans les années 1980, lui et une poignée d’autres collègues réformistes ont montré comment le DoD avait utilisé une astuce comptable similaire pour gonfler les dépenses du Pentagone et accumuler de l’argent pour des programmes «hors de la comptabilité». «Le Département de la défense surestime régulièrement les taux d’inflation des systèmes d’armes», se souvient Spinney. «Lorsque l’inflation réelle s’est avérée inférieure aux estimations, ils n’ont pas restitué les fonds excédentaires au Trésor, comme l’exige la loi, mais les ont glissés dans un compte de surplus fusionné», a-t-il dit.

«Ainsi, le Pentagone a pu constituer une caisse noire de près de 50 milliards de dollars» (environ 120 milliards de dollars aujourd’hui), a ajouté M. Spinney. Il pense que des astuces similaires sont utilisées aujourd’hui pour financer des programmes secrets, y compris peut-être l’activité des forces spéciales américaines au Niger. Ce programme semble avoir été entrepris sans que le Congrès en connaisse la véritable nature, ce qui n’a été mis au jour que lorsqu’une unité des forces spéciales y a été prise en embuscade l’année dernière, causant la mort de quatre soldats américains.

«En raison de ces « Plugs », il n’existe aucun moyen vérifiable de suivre le financement et les dépenses du Pentagone», explique Asif Khan du Government Accountability Office, le chien de garde du Congrès pour la bureaucratie fédérale. «Il est crucial, dans le cadre de l’audit, d’avoir un dossier financier fiable pour les années précédentes afin de pouvoir vérifier les comptes de l’année en cours», note Khan, chef de l’unité de gestion des actifs liés à la sécurité nationale au GAO. Les « Plugs » et autres irrégularités aident à expliquer pourquoi le Pentagone est depuis longtemps en tête de la liste des agences «à haut risque» du GAO, sujettes à des fraudes, gaspillages et abus significatifs, ajoute-t-il.

Avant de publier cet article, le journal «the Nation» a soumis des questions écrites détaillées et demandé des entretiens avec des hauts fonctionnaires du Département de la défense. Seul le personnel des affaires publiques prendrait la parole. Dans une réponse par courriel, Christopher Sherwood, du bureau des affaires publiques du ministère de la Défense, a nié toute irrégularité comptable. Tout transfert de fonds entre un compte budgétaire et un autre «nécessite une action de reprogrammation» par le Congrès, a écrit Sherwood, ajoutant que de tels transferts s’élevant à plus de 1 pour cent du budget officiel du DoD nécessiteraient l’approbation par «les quatre comités du Congrès de défense».

L’ampleur et le fonctionnement de la fraude comptable du Pentagone ont commencé à être mis au jour l’an dernier par une équipe de recherche acharnée dirigée par Mark Skidmore, professeur d’économie spécialisé dans les finances des administrations locales et d’État à la Michigan State University. Skidmore et deux étudiants diplômés ont passé des mois à examiner les examens des états financiers du ministère de la Défense effectués par le Bureau de l’inspecteur général du ministère. En fouillant dans le rapport de l’OIG sur l’état financier de l’armée pour 2015, les chercheurs ont trouvé des informations particulières. L’annexe C, page 27, indique que le Congrès a alloué 122 milliards de dollars à l’armée américaine cette année-là. Mais l’annexe semble également indiquer que l’armée avait reçu un dépôt en espèces du Trésor américain de 794,8 milliards de dollars. Cette somme était plus de six fois supérieure à ce que le Congrès avait alloué – en fait, elle était supérieure au budget total du Pentagone pour l’année. La même annexe indiquait que l’Armée de terre avait des comptes créditeurs (jargon comptable pour les factures dues) totalisant 929,3 milliards de dollars.

«Je me demandais comment il était possible d’obtenir ce genre d’ajustements à partir d’un budget de 122 milliards de dollars», a rappelé M. Skidmore. «J’ai pensé, au début, C’est absurde !» Et pourtant, tout ce que le[Bureau de l’inspecteur général] semblait faire, c’était de dire : «Voici ces fiches». «Ensuite, plus rien. Même si ce genre de chose devrait être un signal d’alarme. Nous avons donc décidé d’y regarder de plus près.»

Pour s’assurer que l’année fiscale 2015 n’était pas une anomalie, Skidmore et ses étudiants diplômés ont élargi leur enquête en examinant les rapports de l’OIG sur les dossiers financiers du Pentagone remontant à 1998. Ils ont constaté à maintes reprises que les sommes d’argent qui, selon eux, ont été versées au ministère de la Défense et en ont été retirées étaient gigantesques, dépassant souvent celles que le Congrès avait affectées : 1,7 billion de dollars en 1998, 2,3 billions en 1999, 1,1 billion en 2000, 1,1 billion en 2007, 875 milliards en 2010 et 1,7 billion en 2012, plus les centaines de milliards pour les autres exercices.

Au total, au moins 21 billions de dollars de transactions financières du Pentagone entre 1998 et 2015 n’ont pas pu être retracés, documentés ou expliqués, a conclu Skidmore. Pour illustrer l’immensité de cette somme, 21 billions de dollars, c’est environ cinq fois plus que ce que dépense l’ensemble du gouvernement fédéral en une année. Il est supérieur au produit national brut américain, le plus important du monde, estimé à 18,8 billions de dollars. Et ces 21 billions de dollars ne comprennent que les fiches qui ont été divulguées dans les rapports du Bureau de l’Inspecteur général, qui n’examine pas toutes les dépenses du Pentagone.

Pour être clair, Skidmore, dans un rapport rédigé en collaboration avec Catherine Austin Fitts, une ancienne secrétaire adjointe du ministère du Logement et du Développement urbain qui s’est plainte de prises similaires dans les états financiers du HUD, ne prétend pas que tous ces 21 billions de dollars étaient des fonds secrets ou mal utilisés. En effet, les fiches se trouvent à la fois du côté positif et du côté négatif du registre, ce qui risque d’entraîner une compensation mutuelle. Mais la comptabilité du Pentagone est si obtuse, ont ajouté Skidmore et Fitts, qu’il est impossible de retracer les sources et les destinations réelles des 21 000 milliards de dollars. La disparition de milliers de documents ajoute à l’incertitude. En conséquence, personne ne peut savoir avec certitude quelle part de ces 21 billions de dollars a été dépensée, ou ne l’a pas été, de façon légitime.

Cela peut même s’appliquer aux hauts dirigeants du Pentagone. Donald Rumsfeld, le fameux secrétaire à la défense de la microgestion sous l’administration Bush/Cheney, en est un bon exemple. Le 10 septembre 2001, Rumsfeld a convoqué une conférence de presse dramatique au Pentagone pour faire une annonce surprenante. Se référant à l’énorme budget militaire qui était sa responsabilité officielle, il a dit :

«D’après certaines estimations, nous ne pouvons pas suivre 2,3 billions de dollars en transactions.»

Cette nouvelle choquante qu’un montant plus de cinq fois plus élevé que le budget du Pentagone pour l’exercice 2001, estimé à 313 milliards de dollars, a été perdu ou même tout simplement «introuvable» était – du moins pour un cycle de nouvelles de 24 heures – une grande nouvelle nationale, tout comme le commentaire du secrétaire Rumsfeld que l’adversaire des États-Unis n’était ni la Chine ni la Russie, mais plutôt «plus près de chez nous : C’est la bureaucratie du Pentagone.» L’avertissement de Rumsfeld selon lequel la recherche de ces transactions manquantes «pourrait être… une question de vie ou de mort» était tout aussi stupéfiant. Aucun dirigeant du Pentagone n’avait jamais dit une telle chose auparavant, et personne ne l’a fait depuis lors. Mais l’exposé de Rumsfeld est terminé rapidement lorsque, le lendemain matin du 11 septembre, quatre avions à réaction commerciaux détournés ont foncé à toute vitesse dans les deux tours du World Trade Center, le Pentagone, et un champ en Pennsylvanie. Depuis, il n’y a eu aucun suivi et aucun effort n’a été fait pour retrouver l’argent manquant.

Se souvenant de ses décennies au Pentagone, Spinney a souligné que la comptabilité glissante et les états financiers frauduleux qui en résultent ne sont pas le fait de paresseux comptables du DoD. «Vous ne pouvez pas considérer ça comme une aberration», a-t-il dit. «C’est le business comme d’habitude. Le but est de paralyser le Congrès.»

C’est certainement ce qui s’est produit. Comme l’a dit au journal «The Nation» un membre du personnel du Congrès ayant une longue expérience des enquêtes sur les budgets du Pentagone, s’exprimant sur le fond en raison de la nécessité de continuer à travailler avec les responsables du DoD, «Nous ne savons pas comment l’argent du Pentagone est dépensé. Nous connaissons le montant total des crédits alloués pour chaque année, mais nous ne savons pas combien de ces fonds sont dépensés pour les programmes prévus, quels sont les coûts réels, si les paiements sont versés dans les comptes appropriés. Si ce genre de choses se produisait dans le secteur privé, des gens seraient licenciés et poursuivis

Les fonctionnaires du ministère de la Défense insistent depuis longtemps sur le fait que leurs pratiques comptables et financières sont adéquates. Par exemple, le Bureau de l’Inspecteur général a tenté d’expliquer l’énormité absurde des prises dans les états financiers du Département de la défense comme étant une pratique comptable courante et largement acceptée dans le secteur privé.

Lorsque cette journaliste a demandé à Bridget Serchak, alors porte-parole de presse du bureau de l’inspecteur général, ce qu’elle pensait des 6,5 billions de dollars de prises de l’armée pour l’exercice 2015, elle a répondu : «Des ajustements sont apportés aux données des états financiers du Fonds général de l’armée… pour diverses raisons telles que la correction des erreurs, la reclassification des montants et le rapprochement des soldes entre systèmes… ». Par exemple, un ajustement net non justifié de 99,8 milliards de dollars a été apporté au solde de 0,2 milliard de dollars déclaré pour les comptes débiteurs.

Il y a un peu de vérité dans l’explication de Serchak, mais seulement un petit peu.

En tant qu’expert en budgétisation gouvernementale, Skidmore a confirmé qu’il est de pratique courante d’insérer des ajustements dans les rapports budgétaires pour obtenir l’accord des deux côtés d’un grand livre. De tels ajustements peuvent être effectués dans les cas où les reçus ont été perdus – par exemple en cas d’incendie – ou lorsque les fonds ont été classés à tort comme appartenant à une division au sein d’une entreprise plutôt qu’à une autre.

«Mais ce genre d’ajustement devrait être l’exception, et non la règle, et ne devrait représenter qu’un faible pourcentage du budget global», a dit M. Skidmore.

Pour sa part, le bureau de l’inspecteur général a imputé les faux numéros trouvés dans de nombreux états financiers du Département de la défense au Defense Finance and Accounting Service (DFAS), une vaste opération comptable du Département de la défense basée à Indianapolis, en Indiana. En examen après examen, le bureau de l’inspecteur général a accusé le DFAS d’avoir inventé des chiffres «non étayés» à insérer dans les états financiers du DoD, d’avoir inventé des écritures au grand livre pour appuyer ces chiffres inventés, et parfois même de «supprimer» des relevés de transactions qui pourraient documenter ces entrées. Néanmoins, l’inspecteur général n’a jamais préconisé de mesures punitives à l’encontre des fonctionnaires du DFAS – un échec qui suggère que les hauts fonctionnaires du Département de la défense approuvent tacitement les tromperies.

M. Skidmore a demandé à plusieurs reprises des explications sur ces pratiques comptables, dit-il, mais la réponse du Pentagone a été de l’obstruction et de la dissimulation. Même le bureau de l’inspecteur général, dont les rapports accessibles au public critiquent ces pratiques depuis des années, refuse de répondre aux questions du professeur. Ce bureau a plutôt commencé à supprimer les rapports archivés de son site Web. (Skidmore et ses étudiants diplômés, anticipant cette possibilité, avaient déjà téléchargé les documents, qui ont finalement été rendus accessibles au public sous différentes URL.)

Les enquêtes nationales se sont heurtées à une résistance similaire. C’est un bon exemple: Un rapport récent du DoD OIG sur un état financier de l’US Navy pour l’exercice 2017. Bien que les rapports d’audit de l’OIG des années précédentes aient toujours été disponibles en ligne sans restriction ni censure, ce rapport particulier est soudainement apparu sous une forme fortement expurgée – pas seulement les chiffres qu’il contenait, mais même son titre ! Seul le laisser-aller bureaucratique a permis de constater que le rapport concernait les finances de la marine : Les censeurs ont omis certaines références à la Marine dans le corps du rapport, comme le montrent les passages reproduits ici.

Une demande au Bureau de l’Inspecteur général pour que le document ne soit pas censuré a été acceptée : «C’était la décision de la Marine de le censurer, et nous ne pouvons rien y faire.» À la demande du journal «the Nation», le bureau du sénateur Grassley a également demandé à l’OIG de ne pas censurer le rapport. Là encore, le Bureau de l’Inspecteur général a refusé. Une demande du journal «the nation» en vertu de la «Freedom Of Information Act» pour obtenir le document non censuré est en attente d’une réponse.

Khan du GAO n’a pas été surpris par l’échec de l’audit indépendant du Pentagone de cette année. Le succès, souligne-t-il, aurait exigé «un effort de bonne foi de la part des responsables du ministère de la défense, mais jusqu’à présent, cela n’a pas été possible». À la suite des vérifications partielles effectuées en 2016, l’Armée de terre, la Force aérienne et les Marines ont reçu plus de 1 000 constatations de vérificateurs au sujet des éléments à corriger. Les vérifications partielles du budget de 2017 se sont à peu près répétées. Jusqu’à présent, presque rien n’a été réparé.

Laissons les choses se calmer un moment : En l’état actuel des choses, personne ne sait avec certitude comment le plus important poste du budget fédéral américain est réellement dépensé. De plus, le Congrès dans son ensemble s’est montré peu intéressé à enquêter sur ce scandale épique. On n’a même jamais posé de questions sur ces énormes bouchons absurdes lors des auditions de la commission des forces armées et du budget.

Une partie intéressée a pris des mesures, mais c’est une mesure qui risque de perpétuer la fraude. Le Conseil consultatif fédéral sur les normes comptables, normalement obscur, établit les normes comptables pour tous les organismes fédéraux. Plus tôt cette année, le conseil a proposé une nouvelle ligne directrice selon laquelle les organismes qui exploitent des programmes classifiés devraient être autorisés à falsifier les chiffres dans les états financiers et à modifier la comptabilité des fonds pour dissimuler les activités classifiées de l’organisme. (Aucun organisme gouvernemental n’administre autant de programmes classifiés que le ministère de la Défense, qui comprend l’Agence de sécurité nationale.) La nouvelle note d’orientation est entrée en vigueur le 4 octobre, juste à temps pour les états financiers de fin d’exercice de cette année.

Conclusion :

Voilà donc la situation : Nous avons un budget du Pentagone qu’un ancien superviseur de la vérification interne du ministère de la Défense, Jack Armstrong, qualifie carrément de «poubelles». Nous avons un Congrès incapable d’évaluer le budget proposé par le Pentagone pour chaque nouvel exercice financier parce qu’il ne peut pas savoir combien d’argent a été réellement dépensé au cours des années précédentes. Et nous avons un ministère de la Défense qui ne fait que des paroles en l’air pour régler tout cela. Pourquoi le ferait-il ? Depuis des décennies, le statu quo génère des budgets du ministère de la Défense de plus en plus élevés, sans parler des profits plus importants pour Boeing, Lockheed et d’autres entrepreneurs militaires.

Les perdants dans cette situation sont tous les autres. La fraude comptable du Pentagone détourne des milliards de dollars qui pourraient être consacrés à d’autres besoins nationaux: soins de santé, éducation, création d’emplois, mesures climatiques, modernisation des infrastructures, et plus encore. En effet, la fraude comptable du Pentagone équivaut à un vol à grande échelle, non seulement des contribuables américains, mais aussi du bien-être et de l’avenir de la nation.

Comme l’a dit le président Dwight D. Eisenhower, qui a pris sa retraite de l’armée en tant que général cinq étoiles après avoir mené les forces alliées à la victoire lors de la Seconde Guerre mondiale, dans un discours prononcé en 1953 :

«Chaque fusil fabriqué, chaque navire de guerre lancé, chaque roquette tirée signifie, au sens final, un vol pour ceux qui ont faim et ne sont pas nourris, ceux qui ont froid et ne sont pas habillés».

Que dirait Eisenhower aujourd’hui d’un Pentagone qui induit délibérément en erreur les représentants du peuple au Congrès afin d’obtenir plus d’argent pour lui-même alors que la faim, le besoin, la dégradation du climat et d’autres maux affligent la nation ?

 

Source : https://www.thenation.com/article/pentagon-audit-budget-fraud/

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 711 autres abonnés

1 Commentaire

  1. Salut, je sais que ça n’a rien à voir mais je suis tombé par hasard sur ça aujourd’hui:
    MACRON VA VENDRE LA FRANCE LE 10 DECEMBRE
    h ttps://www.youtube.com/watch?v=gxE8bojWpoY&t=7s
    Si quelqu’un a plus d’info… ça serait à creuser

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.