L’Iran et l’Irak se débarrassent du dollar américain pour leurs échanges commerciaux. La Russie et la Turquie comptent faire de même

1

Déplorant l’exclusion des systèmes bancaires iranien et irakien lors des transactions effectuées en dollars entre les deux pays, le chef de la Chambre de commerce irano-irakienne a annoncé renoncer à la devise américaine pour les échanges bilatéraux.

Selon Yahya Ale-Es’haq, ancien ministre iranien du Commerce et actuel président de la Chambre de commerce irano-irakienne, dont les propos ont été rapportés le 1er septembre par l’agence de presse iranienne Mehr News, Téhéran et Bagdad ont décidé d’abandonner la devise américaine pour leurs transactions financières bilatérales.

«Le dollar américain a été retiré de la liste des monnaies utilisées par l’Iran et l’Irak dans leurs transactions commerciales», a-t-il annoncé avant de préciser que les deux pays utiliseraient dorénavant à sa place «le rial iranien, l’euro et le dinar irakien».

Yahya Ale-Es’haq a notamment expliqué cette décision par le fait que, jusqu’alors, seule une petite partie des échanges commerciaux effectués entre les deux pays (qui correspondent à un volume minimum de huit milliards de dollars annuels) était réalisée via les institutions bancaires iraniennes et irakiennes.

Il a par ailleurs fait savoir que les entreprises des deux pays conserveraient le système d’échange existant leur permettant de troquer des marchandises contre des produits de base. Cette décision intervient un peu plus de trois mois après l’annonce par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l’accord sur le programme nucléaire iranien.

Le porte-parole du gouvernement irakien, selon des propos rapportés par le quotidien Tehran Times, avait de son côté annoncé début août que son pays cherchait activement «un nouveau mécanisme» afin de soutenir ses relations commerciales avec l’Iran.

Grâce à l’utilisation du dollar américain lors des transactions financières à l’international, les Etats-Unis peuvent engager des poursuites hors de leur territoire. La simple utilisation du dollar permet à Washington de poursuivre toute partie à une transaction libellée en dollars qui contreviendrait à la législation américaine. Les Etats-Unis ont par exemple utilisé cet argument pour attaquer en justice plusieurs entreprises françaises (dont Alstom, qui a finalement été rachetée par General Electric au terme de longues procédures judiciaires) sur certaines de leurs transactions réalisées en dollars, bien qu’effectuées en dehors des Etats-Unis.

 

La Turquie veut se passer du dollar dans ses échanges commerciaux avec la Russie :

Alors que ses relations avec les Etats-Unis sont au plus bas, le président turc a annoncé que son pays négociait avec la Russie pour s’affranchir du dollar dans leurs échanges. La devise qui serait utilisée le cas échéant n’a pas été mentionnée.

Nouvel épisode dans la crise qui prend de l’ampleur actuellement entre Ankara et Washington : la Turquie compte se passer du dollar pour ses échanges commerciaux avec la Russie. C’est ce qu’a annoncé le 2 septembre le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui considère que les Etats-Unis se comportent en «loup sauvage» et qu’il ne faut pas leur accorder confiance.

«Utiliser le dollar ne fait que nous nuire. Nous n’abandonnerons pas, nous serons victorieux»

A l’occasion d’un déplacement au Kirghizstan, le cher d’Etat turc qui, s’exprimait devant des hommes d’affaires, a en outre annoncé qu’Ankara était en négociations avec la Russie pour que les deux pays s’affranchissent du dollar dans leurs échanges commerciaux, en réaction aux sanctions économiques imposées par Washington. «Utiliser le dollar ne fait que nous nuire. Nous n’abandonnerons pas, nous serons victorieux», aurait-il notamment déclaré.

Parmi les échanges commerciaux prévus avec Moscou, Ankara envisage notamment d’acheter le système de défense anti-aérien russe S400. La Turquie étant membre de l’OTAN, ce projet ulcère Washington qui menace de bloquer en représailles la livraison d’avions de combat F-35 vendus à la Turquie.

Tensions entre les deux alliés de l’OTAN :

Les relations turco-américaines sont en pleine crise depuis le refus d’Ankara, le 31 juillet 2018, de lever l’assignation à résidence en Turquie d’Andrew Brunson, pasteur américain accusé par les autorités turques d’espionnage et d’activités terroristes et qualifié d’«otage» par le président américain Donald Trump. Les deux pays se sont ensuite mutuellement imposé des sanctions dont un gel des avoirs de ministres et augmenté leurs tarifs douaniers sur certains produits. Cette crise, qui inquiète les marchés, a entraîné une chute du cours de la livre turque, qui a perdu 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l’année.

Article construit par ExoPortail avec les sources suivantes : https://francais.rt.com/economie/53680-iran-irak-se-debarassent-dollar-americain-%C3%A9changes-commerciaux-bilateraux et https://francais.rt.com/international/53693-turquie-veut-se-passer-dollar-echanges-commerciaux-avec-russie


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 192 autres abonnés

1 Commentaire

  1. Bonjour,

    C’est un plan judicieux et courageux qu’ont décidé de suivre l’Iran et l’Irak, que de sortir de l’emprise de l’empire hégémonique nord américain, et pas seulement pour eux, mais pour l’ensemble de la communauté internationale.

    Après plus d’un siècle d’hégémonie Etats-unienne, l’ensemble des pays de ce monde devrait dire, maintenant ça suffit !

    Ensuite, soit l’on créée une monnaie mondiale et l’on affiche une parité unique où un FCFA = 1fr suisse = 1 € = 1 rouble russe = 1 yen, ou l’on crédite les comptes de chacun sur la base des parités de change de chaque monnaie et devises respectives.

    exemple 1 millions de Fr suisse est égal à un peu moins d’un million d’€uros, et aussi égal entre 580 et 610 millions de FCFA, donc ou chacun recevrait son du en fonction de la parité de sa monnaie ou de sa devise de cette nouvelle monnaie mondiale.

    La première proposition défavoriserait les pays tel la Suisse, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Europe, ainsi que quelques autres, mais renforcerait et mettrait sur un pied d’égalité des pays jusque-là dépréciés tout en étant spoliés de leurs richesse et souvent humilié et mis à genoux, comme les pays africains dans une large partie, les pays sud américains de l’autres, ainsi que nombre de pays asiatiques, pourtant cela rétablirait un semblant de justice à un niveau mondial jamais atteint jusque-là.

    Bien à vous.

    Thierry Poget

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.