Protégez vos enfants : Débunkage de la nouvelle série sataniste de Netflix à destination des ados

3

Destinée aux adolescent(e)s, la série contient des messages inquiétants sur le satanisme, le féminisme, la sexualité et tout ce qui se trouve entre les deux. Voici un débunkage sur l’agenda de la série Netflix «Chilling Adventures of Sabrina».

 

Avec l’avènement de services de streaming tels que Netflix, le divertissement est de plus en plus consommé sous forme de séries multi-épisodes. D’une durée de plusieurs dizaines d’heures, ces séries ne se contentent pas de raconter une histoire, elles créent des univers immersifs dans lesquels le spectateur s’investit fortement. En effet, les séries modernes ne sont pas strictement narratives – ce sont des expériences de longue haleine qui font partie de la vie de ceux qui les regardent.

La première saison de Chilling Adventures of Sabrina, une série destinée aux adolescent(e)s, comprend dix épisodes d’une heure. Dans ces dix heures de contenu, beaucoup de vocabulaire sont prononcés, beaucoup de messages sont implicites, et beaucoup de symbolisme est gravé dans l’esprit des spectateurs.

Dans la bande-annonce, Sabrina célébrait son 16e anniversaire avec Satan lui-même.

 

Sorti juste avant Halloween – la fête la plus importante dans les cercles sataniques – la série transporte ses jeunes spectateurs dans une aventure occulte mêlée à toutes sortes de messages sociaux : On enseigne aux spectateurs les bases du satanisme, que la sorcellerie est le meilleur moyen de revenir au « patriarcat », et que le cannibalisme n’est pas si mal après tout. En bref, la série représente l’élite occulte qui tente de laver le cerveau des enfants avec son agenda.

 

Le Prémisse :

Même l’intro est pleine de symbolisme.

 

La série est basée sur la bande dessinée originale Sabrina, la sorcière adolescente. Cependant, il a été «remodelé» pour être plus sombre et plus branché… et pour s’adapter à l’agenda de l’élite. L’histoire se déroule dans le même univers que Riverdale – une autre série extrêmement populaire auprès des adolescents (et qui nécessite probablement son propre article). Les deux séries ont été développées par Roberto Aguirre-Sacasa, un écrivain également connu pour avoir créé Glee (pure horreur musicale) et pour une pièce intitulée Say You Love Satan, qui est décrite comme une «comédie romantique démoniaque gay».

«Chilling Adventures of Sabrina» pourrait aussi être décrite comme une «comédie romantique démoniaque», mais elle va beaucoup plus loin.

Dans le premier épisode, la prémisse est décrite comme suit :

«Dans la ville de Greendale, où l’on a toujours l’impression d’être à Halloween, vivait une fille à moitié sorcière, à moitié mortelle, qui, le jour de ses 16 ans, aurait à choisir entre deux mondes : le monde de la sorcière de sa famille et le monde humain de ses amis.»

Le prémisse principal est fait sur commande pour être accessible aux adolescents. Il s’agit d’une jeune fille de 16 ans qui va à l’école secondaire, aime son petit ami et sort avec ses amis. Mais c’est aussi une sorcière et les membres de sa famille sont de fiers satanistes. Tout au long de ses aventures infernales, beaucoup de choses troublantes se produisent et beaucoup de messages sont délivrés. Voici quelques-uns des thèmes exploités par la série.

 

Promouvoir le satanisme :

Dans chaque épisode de la série, les principaux «arguments de vente» du satanisme sont imbriqués dans l’intrigue et présentés d’une manière adaptée aux adolescents. Les deux tantes et la cousine de Sabrina sont des sorcières inébranlables qui crient «louange à Satan» chaque fois qu’il arrive quelque chose de bien. Cependant, ce ne sont pas des harpies à nez pointu sur balais, mais des femmes sympathiques et intelligentes qui se comportent comme des mères attentionnées pour Sabrina. En fait, toutes les sorcières de la série sont pleines d’esprit, charismatiques, belles, ouvertes d’esprit et tolérantes envers tous les styles de vie.

Les sorcières vivent longtemps et vieillissent lentement. Tous ces avantages pour avoir servi Satan.

 

Quand elle était une « bonne chrétienne », Mme Wardwell était une petite dame ennuyeuse et coincée. Après que la « concubine de Satan » eut pris possession de son corps, elle devint une sorcière spirituelle, sensuelle et puissante.

 

Comme indiqué ci-dessus, Sabrina est confrontée à un dilemme : Devrait-elle devenir une sorcière super-puissante avec toutes sortes de pouvoirs cool ? Ou devrait-elle rester une fille «nulle» ? C’est ainsi que la série présente le «dilemme». Comme Sabrina le dit elle-même : «Il y a tant de choses délicieuses dans le fait d’être une sorcière».

Pour devenir sorcière, Sabrina doit passer par un «baptême noir» et se donner à Satan. Cependant, Sabrina a quelques questions qui sont utilisées pour éduquer les spectateurs sur le satanisme. À un moment donné, Sabrina demande au Grand Prêtre de son assemblée :

«- Mais le Diable… il est l’incarnation du mal.»
«- Mauvaise réponse. Il est l’incarnation du libre arbitre. Le Bien et le Mal. Ces paroles sont importantes pour le faux Dieu, mais le Seigneur des Ténèbres est au-delà de ces préceptes.»

Oui, tout au long de la série, on parle de Dieu comme du faux Dieu – une figure paternelle impuissante et oppressive. Pour rendre le sombre baptême encore plus attrayant, le Grand Prêtre ajoute :

«En échange de leur service et de leur dévotion, les sorcières sont exemptées de l’enfer.»

 

Juste avant le baptême, le Grand Prêtre ajoute plus de Satanisme :

«Notre Seigneur des Ténèbres nous enseigne : Il n’y a pas d’autre loi que celle de faire ce que tu veux. Notre Seigneur des Ténèbres demande : « Aimerais-tu être heureuse, mon enfant ? Pour être libre ? Libre d’aimer et de haïr ? Etre ce que la nature voulait que tu sois, fidèle à ses lois et à toi seul ?
– Oui, mon père.
– Croyez-vous en Lucifer, l’archange, qui a préféré la perte du Ciel à la perte de son orgueil?
– Oui, mon père.»

Plus tard dans la série, les spectateurs apprennent l’interprétation satanique du Livre de la Genèse.

«Est-ce qu’Eve est morte quand elle a mangé le fruit, les enfants ? Non. Bien sûr que non. Le faux Dieu a menti à Eve parce qu’il voulait la garder nue et ignorante dans son jardin. Mais notre seigneur Satan, qui habitait un serpent, donna à Eve la connaissance et la libéra.»

Comme nous le verrons plus loin, Satan est souvent décrit comme une figure libératrice et valorisante pour les femmes.

A l’intérieur de l' »Ecole des arts invisibles », où les sorcières apprennent les invocations et la démonologie, une statue géante de Baphomet est assise avec une « lumière divine » brillante sur elle. Il s’agit d’une réplique exacte de la statue de Baphomet installée par le temple satanique du Michigan.

 

La série est également pleine de petits détails tordus. Par exemple, la chorale satanique de l’école chante une chanson qui commence par ces mots :

«Toujours est toujours éternel
Comme un est un est un
A l’intérieur de toi pour ton père
Tout est néant tout est néant tout est néant»

Le titre de la chanson est «I’ll Never Never Say Never to Always» et elle a été écrite par … Charles Manson. Oui, le chef de culte fou, tueur en série et esclave de MKULTRA, Charles Manson

La chanson est tirée de l’album de Charles Manson de 1970 « Lie : The Love and Terror Cult ». L’élite occulte aime Charles Manson.

 

Quand Sabrina apprend l’art sombre, elle se rebelle parfois contre son éducation satanique et essaie de rompre avec elle. Est-ce qu’elle réussit ? Bien sûr que non. En fait, Sabrina finit par signer le Livre de la Bête (donnant son âme à Satan), ce qui fait d’elle une sorcière super puissante. Et ces super-pouvoirs finissent par sauver toute la ville de Glendale. Merci, Satan…

Pour rendre le satanisme encore plus attrayant, la série l’assimile aussi au féminisme.

 

Le satanisme : Un allié du féminisme et des LGBTQ

Presque tous les hommes représentés dans la série sont des hommes en colère, arrogants, violents, homophobes et des brutes qui portent des jugements.

Quand ils n’intimident pas l’amie de Sabrina, ces sportifs appellent les filles « chiennes » et « prudes ».

 

L’une des premières scènes de la série montre les sportifs frappant l’amie de Sabrina, Susie, qui va peut-être devenir une transsexuelle. Pour empirer les choses, le directeur de l’école, décrit comme un misogyne, n’agit pas. Qui sauvera ces filles de la «masculinité toxique» ? Les sorcières, bien sûr (propulsées par Satan). Le message est clair : «Les hommes étant plus puissants physiquement que les femmes, la sorcellerie est le meilleur moyen de s’en venger».

Après avoir utilisé le sexe pour attirer les sportifs dans une grotte, Sabrina et ses amis sorcières utilisent la sorcellerie pour les tourmenter et les humilier. Les sorcières ont même jeté un sort pour rendre les garçons impuissants pour une durée indéterminée.

 

Le père de Harvey (le petit ami de Sabrina) est un abruti violent et colérique. Dans cette scène, il est sur le point de frapper son propre fils au visage. Heureusement, une sorcière l’empêche de recevoir son coup de poing avec un sort. Encore une fois, merci Satan…

 

De nombreux autres actes de sorcellerie de la série sont précédés de moments #metoo.

Mme Wardwell a dû sacrifier une vierge pour déclencher un puissant sort. Alors elle se transforme en jeune fille et sort avec un sportif qui n’arrête pas de la forcer.

 

Mme Wardwell se retourne ensuite vers son aîné et lui tranche la gorge dans une affaire rituelle. Le message ? Il méritait d’être sacrifié parce qu’il était indécent.

 

Le directeur de l’école de Sabrina est une figure oppressante et misogyne. De plus, il est constamment excité et continue de s’en prendre à Mme Wardwell dans une situation semblable à celle d’un animal. Elle finit par le tuer et le manger. Littéralement… Comme nous le verrons plus loin, la série est très marquée par le cannibalisme.

 

Le dernier moment crucial de la saison, lorsque Sabrina signe le Livre de la Bête et remet son âme à Satan, est présenté comme un acte de pouvoir féministe. Mme Wardwell le dit à Sabrina :

«Je sais que tu as peur, Sabrina. Parce qu’on apprend aux femmes à craindre le pouvoir. Détenez votre pouvoir. Ne l’accepte pas du Seigneur des Ténèbres. Prends-le. Manipule-le. Sauvez vos amis».

La relation entre la sorcellerie et le féminisme implique aussi ses amies non sorcières.

 

WICCA le club d’école :

Pour protéger Susie des brutes à l’école, Sabrina crée un club pour «les femmes qui protègent les femmes» et pour combattre la «culture de la masculinité puritaine». Le nom du club est WICCA qui signifie «Women’s Intersectional Cultural and Creative Association».

Le mot «intersectional» n’est pas aléatoire.

L’intersectionnalité est un concept souvent utilisé dans les théories critiques pour décrire les façons dont les institutions oppressives (racisme, sexisme, homophobie, transphobie, xénophobie etc. Le concept est d’abord venu de la juriste Kimberlé Crenshaw en 1989 et est largement utilisé dans les théories critiques, en particulier la théorie féministe, lorsque l’on parle d’oppression systématique.

L’acronyme WICCA a également une signification : C’est une forme de sorcellerie païenne moderne. Une fois de plus, le féminisme et la sorcellerie sont mélangés et présentés comme un tout cohérent pour «émanciper» les femmes. Sabrina compare même le club de l’école à un groupe de sorcières où «les sœurs se défendent mutuellement».

Quand Rosalind demande si le club doit « renverser le patriarcat blanc », Sabrina répond « exactement ». L’ensemble du dialogue semble artificiel et contre nature pour inclure autant de concepts de justice sociale et de mots à la mode que possible.

 

Une fois formés, les membres de la WICCA découvrent que certains livres ont été bannis de la bibliothèque par la commission scolaire. Ils se donnent pour mission de faire en sorte que ces livres ne soient pas interdits. Citant le «fascisme», ils affirment que «personne ne devrait décider de ce que nous pouvons et ne pouvons pas lire». Les livres en question : The Bluest Eye et Lolita.

WICCA organise une lecture secrète du livre « The Bluest Eye ». Le club est soutenu par Mme Wardwell qui se trouve être un démon.

 

Encore une fois, la série fait référence à des œuvres et à des enjeux bien réels. The Bluest Eye est un véritable roman de 1970 écrit par l’auteur afro-américain Toni Morrison. Au fil des ans, le livre a été interdit par plusieurs commissions scolaires parce qu’il contient des scènes graphiques de «viol, maltraitance, inceste et autres sévices infligés aux enfants». Une scène particulière décrit, avec des détails choquants, les mauvais traitements infligés à une fille par son père et a été jugée inappropriée pour être lue par des enfants dans plusieurs États. Par exemple, en 2016, une école du Michigan a interdit The Bluest Eye parce qu’il était jugé «pornographique» et contenait «des références négatives contre la foi chrétienne».

WICCA s’oppose également à l’interdiction de Lolita, un roman sur un homme d’âge moyen qui devient obsédé par une fille de 12 ans avec qui il s’engage sexuellement après être devenu son beau-père.

Pourquoi se battent-ils spécifiquement pour les livres impliquant des adultes avec des mineurs et pourquoi se battent-ils pour eux ? Peut-être parce que toute la série (et l’élite occulte qui l’a créée) y tient beaucoup.

 

Sexualisation des mineurs :

Au moment de son sombre baptême, Sabrina a techniquement encore 15 ans. Malgré ce fait, la série implique clairement que son baptême implique qu’elle copule avec Satan.

Avant son sombre baptême, Sabrina porte une robe de mariée blanche.

 

Les robes de mariée blanches représentent la pureté de la mariée et la virginité de Sabrina était considérée comme extrêmement importante avant le baptême. Quand elle confirme qu’elle était encore «intacte» avant son sombre baptême, sa tante lui répond : «Loué soit Satan !». Sabrina demande alors : «Pourquoi est-ce qu’il décide de ce qu’il va faire de mon corps ?» Il y a beaucoup d’insinuations.

En entrant dans le lieu du sombre baptême, la robe de Sabrina devient noire comme par magie. Une fois de plus, le symbole de la robe blanche qui devient noire apparaît dans les médias de masse.

 

Ensuite, Sabrina est déshabillée par ses tantes et s’agenouille devant le Grand Prêtre – le représentant de Satan sur terre.

 

Sa signature du Livre de la Bête est décrite comme le « moment de consommation » entre Satan et Sabrina. Quand les jeunes mariés partent en lune de miel. Ensuite, les choses deviennent encore plus flagrantes.

Une fois qu’elle entre à l’école des arts invisibles, Sabrina découvre que ses camarades sont dans des orgies de sorcières débridées où tout s’y déroule.

Dans cette scène, Sabrina (qui vient d’avoir 16 ans) est invitée à se joindre à une orgie de sorcières, qui inclut également sa cousine « pansexuelle » et son petit ami.

 

La série normalise également une autre obsession de l’élite occulte : le Cannibalisme.

 

Normaliser le cannibalisme :

Dans le premier épisode, les tantes de Sabrina (qui dirigent une morgue) reçoivent le corps d’un garçon qui a été poignardé à mort. En regardant le cadavre, tante Zelda soupire :
«Dommage qu’ils voulaient un cercueil ouvert, on n’a pas eu de cochon depuis longtemps

L’expression «cochon» est utilisée par les psychopathes pour décrire la chair humaine comme nourriture. Par conséquent, Zelda voulait manger un jeune garçon qui a récemment été assassiné. C’est un excellent divertissement pour nos jeunes, n’est-ce pas ?

Dans un épisode ultérieur, Zelda rêve de recevoir Satan pour dîner. Elle lui prépare son plat préféré : un Enfant rôti.

Zelda aperçoit un enfant particulièrement dodu et tendre.

 

Elle fait rôtir l’enfant. On voit la tête du gamin. Ces gens sont malades.

 

Dans l’épisode de Thanksgiving, nous apprenons que l’assemblée de Sabrina célèbre une fête différente : «Fête des Fêtes». Ce jour-là, une sorcière «chanceuse» se fait sacrifier rituellement et est mangée par le reste de son assemblée.

Yes, Sabrina. We are seriously talking about cannibalism.

 

Tout au long de l’épisode, Sabrina s’oppose à cette « pratique barbare » et tente de l’arrêter. Et elle réussit : L’amie de Sabrina ne se fait pas manger. Cependant, la nuit de la Fête des Fêtes, les sorcières se mettent en colère et exigent du sang. Une sorcière particulièrement zélée se tranche alors la gorge et offre son corps au groupe.

Comme un troupeau d’hyènes, l’assemblée coupe la sorcière et la mange crue.

 

Dans le même épisode, Mme Wardwell dit qu’elle «commande» habituellement à Thanksgiving.

Lorsque le livreur arrive chez Mme Wardwell, elle lui demande de placer la pizza à l’intérieur. Puis elle le tue et le mange.

 

Profanation du christianisme :

Les rituels et symboles sataniques sont principalement basés sur l’inversion, la corruption et la perversion du christianisme. «Chilling Adventures of Sabrina» profane complètement le christianisme de bien des façons – des références subtiles au blasphème flagrant.

Les rituels du groupe (y compris la Fête des Fêtes) ont lieu dans une église sur laquelle ont été peints un pentagramme inversé et les mots « Ce chemin vers l’enfer ». A l’intérieur, les têtes des différentes figures religieuses ont été coupées.

 

Dans un premier épisode, quand Sabrina pose des questions sur Satan au Grand Prêtre, sa tante l’interrompt et dit :

«Pardonne à son père, elle ne sait pas ce qu’elle dit».

Cette phrase est une déformation de Jésus qui dit : «Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font» lorsqu’il est crucifié.

Dans un autre épisode, tante Zelda demande au Grand Prêtre un «accompagnement spirituel» et une confession satanique. Alors, les choses deviennent… inappropriées pour les enfants.

La confession se transforme en BDSM. Le Grand Prêtre ajoute ensuite : « Ensemble, nous souffrirons dans une extatique extase ».

 

La confession est un rite dans l’Église catholique. La série en fait un phénomène BDSM. En outre, Jésus a été flagellé avant de porter la croix.

Plus tard, Sabrina essaie de faire des choses comme Jésus. Quand Tommy, le frère de son petit ami, meurt dans les mines, Sabrina décide qu’elle doit le ressusciter – un peu comme Jésus a fait ressusciter Lazare d’entre les morts. Cependant, la méthode de Sabrina implique le plus sombre des arts : La Nécromancie.

Sabrina exécute un sort de nécromancie en utilisant le Livre des Morts, qui exige aussi un sacrifice de sang. Sabrina tranche la gorge d’une sorcière.

 

Après le rituel, Tommy est ressuscité et rentre chez lui. Cependant, quelque chose ne va pas du tout : Tommy est revenu comme un zombie sans âme qui risque de tuer toute sa famille. En fin de compte, le petit ami de Sabrina doit tirer dans la tête de son propre frère. Bref, toute cette épreuve était une version corrompue de la résurrection de Jésus.

Sabrina veut aussi ressusciter la sorcière qui a été sacrifiée. Pour ce faire, elle l’enterre dans une terre magique appelée «La fosse de Cain».

La fosse de Caïn est identifiée par une croix inversée.

 

Bien que ce bout de dialogue puisse passer au-dessus de la tête de la plupart des téléspectateurs, il a une signification spirituelle profonde.

Voici un bref résumé de l’histoire de Caïn et Abel.

Dans le livre biblique de la Genèse, Caïn et Abel sont les deux premiers fils d’Adam et Eve. Caïn, le premier-né, était fermier et son frère Abel était berger. Les frères ont fait des sacrifices à Dieu, chacun de ses propres produits, mais Dieu a favorisé le sacrifice d’Abel au lieu de celui de Caïn. Caïn assassina alors Abel, sur quoi Dieu punit Caïn à une vie d’errance. Caïn s’établit alors dans le pays de Nod, où il construisit une ville et engendra la lignée des descendants, à commencer par Hénok.

L’histoire biblique ajoute aussi que «la terre fut maudite dès que le sang d’Abel toucha le sol». C’est dans cette terre maudite que la famille de Sabrina ressuscite les sorcières mortes. Les cercles occultes se perçoivent comme des descendants de Caïn qui ont bâti une ville et une lignée par leurs propres moyens, sans l’aide de Dieu.

 

En conclusion : 

Selon sa tante, la fosse magique est faite de «terre récoltée dans le jardin de Caïn et trempée du sang d’Abel».

Compte tenu de la nature grave et inquiétante des sujets abordés ci-dessus, il est difficile de croire que cet article traitait d’un spectacle destiné aux adolescents (et probablement aussi regardé par de nombreux préadolescents et enfants). À bien des égards, Chilling Adventures of Sabrina est une série typique pour les adolescents, faite sur mesure pour leur être familière. Cependant, en plus de ce récit de base centré sur les adolescents, la série ajoute une épaisse couche de messages corrompus destinés à vendre des idées très spécifiques.

Tous les sujets abordés ci-dessus (la promotion du satanisme, la sorcellerie comme alliée du féminisme et des LGBTQ, la sexualisation des mineurs, la glorification du cannibalisme et la profanation du christianisme) ont été, depuis des années, poussés par les médias de plusieurs façons. «Chilling Adventures of Sabrina» est une autre tentative de Netflix pour former et modeler la jeunesse afin qu’elle adopte des idées, valeurs et attitudes spécifiques.

Bref, Aventures Chillantes de Sabrina est un parfait cliché de la culture populaire en 2018 : La propagande sociale mélangée au satanisme explicite.

Source : https://vigilantcitizen.com/moviesandtv/the-sick-twisted-messages-in-chilling-adventures-of-sabrina/

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 855 autres abonnés

Partager l'article :

3 Commentaires

  1. Merci pour cet article incroyable, c’est incroyable ce qu’ils osent faire.
    Avant j’étais très negatif et je trouvais toute cette culture hyper fun. Ils ont failli m’avoir
    … On se laisse facilement engrener quand on est jeune

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.