Le premier ministre australien met les citoyens en garde : tous seront probablement soumis à la vaccination obligatoire contre le covid-19

4
Pour ceux qui craignent que tous les protocoles de distanciation sociale et de confinement mis en place par l’État, qui ont atteint leur apogée au début de l’été – de l’arrestation des surfeurs sur des plages désertes à l’interdiction de faire du jogging, en passant par l’arrestation par la police des mères qui laissent leurs enfants jouer sur des terrains de jeux publics achetés par les contribuables – ne disparaissent trop facilement et trop rapidement au profit d’un régime de vaccination obligatoire dès lors que l’on se précipite dehors malgré la sécurité ou les divers effets secondaires potentiels à long terme «inconnus»… eh bien, c’est ce qui se passe :

 

«Les Australiens risquent de devoir se soumettre à une vaccination obligatoire contre les coronavirus si le Premier ministre Scott Morrison réalise son souhait.
Le pays a fait un pas de plus vers l’accès à un vaccin, le gouvernement fédéral ayant obtenu un accord international pour produire localement un vaccin de pointe si les essais réussissent.
Si cela se produit, M. Morrison s’attend à ce que les Australiens doivent se soumettre à une vaccination obligatoire.»

Et il ne fait aucun doute que d’autres nations développées finiront par suivre le mouvement, étant donné que, comme nous l’avons expliqué, nous en sommes déjà au point où les collèges, les écoles et les bureaux exigent dans de nombreux cas, comme condition de retour sur le campus ou dans l’espace de travail, un test COVID-19, ou dans certains cas, les individus sont soumis à des tests hebdomadaires. Selon la tendance, ces exigences actuelles en matière de tests passeront sans problème aux exigences de vaccination, comme cela se produira probablement en Australie.

 

«Je m’attendrais à ce qu’il soit aussi obligatoire que possible», a déclaré le Premier ministre Morrison à la station de radio 3AW de Melbourne, comme l’a rapporté la société nationale de radiodiffusion australienne mercredi.
«Il y a toujours des exemptions pour tout vaccin pour des raisons médicales, mais cela devrait être la seule base», a-t-il ajouté, essayant déjà clairement de combattre les cas d’opposants au vaccin et d’autres arguments fondés sur la liberté individuelle ou la religion.
«Nous parlons d’une pandémie qui a détruit l’économie mondiale et a coûté la vie à des centaines de milliers de personnes dans le monde entier, et à plus de 430 Australiens ici», a ajouté le dirigeant australien.

 

Il a en outre confirmé que le gouvernement australien avait conclu un accord avec la société pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca pour acheter un vaccin prometteur contre le coronavirus, actuellement en cours de développement avec l’université d’Oxford.

M. Morrison a décrit que le gouvernement fédéral prévoit de le fabriquer dès qu’il aura terminé les essais cliniques, et que le médicament sera gratuit pour tous les Australiens.

Mais comme le soulignent les militants qui pourraient avoir des préoccupations légitimes sur le fait que le gouvernement fédéral exige qu’une substance sans antécédents médicaux établis soit injectée dans le corps de chaque individu comme condition préalable à la participation à la société (comme à l’école ou à l’entrée dans les bâtiments publics), cela aura effectivement un «coût» en termes de liberté de conscience et de droit de l’individu à gérer les risques et les compromis pour lui-même.

Comme le dit l’ABC australien, le gouvernement s’appuiera sur son précédent «sans piqûre, pas de distractions» déjà en vigueur et d’obligation pour les enfants de fréquenter tous les établissements, de la garderie à l’école, jusqu’à la possibilité pour un ménage d’obtenir une prestation fiscale familiale dans la plupart des provinces.

M. Morrison a souligné que les militants anti-vaccination n’auront pas de raison de s’opposer à cette mesure :

«Au cours d’une conférence de presse matinale, M. Morrison a déclaré à plusieurs reprises qu’il s’attendait à un retour de bâton de la part des militants anti-vaccination.
Mais il a répété qu’il était le ministre qui avait introduit une règle « sans piqûre, pas de distractions », et que sa position sur les vaccinations était claire et ne changerait pas.»

 

En termes de calendrier, M. Morrison a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce qu’un vaccin soit disponible pour le public avant l’année prochaine au plus tôt.

Un programme de vaccination essentiellement «forcé» serait probablement mis en place au Royaume-Uni, en Europe et au Canada, et d’ici là, le débat ferait certainement rage aux États-Unis (bien que le «débat» puisse être totalement exclu d’ici là), étant donné que ce pays reste le leader mondial des infections confirmées par la COVID-19.

Mais lorsque l’Australie et l’Europe mettront en place des programmes obligatoires, ce n’est qu’une question de temps avant que le point chaud mondial – les États-Unis – ne leur emboîte le pas et ne soit soutenu par des lois fédérales ou d’État.

 

Source : https://www.zerohedge.com/medical/no-jab-no-play-australian-leader-puts-citizens-notice-all-undergo-mandatory-covid-19 et https://www.abc.net.au/news/2020-08-19/morrison-coronavirus-covid-19-vaccine-mandatory/12572992

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 447 autres abonnés

Partager l'article :

4 Commentaires

  1. J’invite le peuple australien à se révolter massivement contre ces mesures et pour la démission de leur premier ministre, sûrement corrompu par les laboratoires pharmaceutiques.
    De telles mesures ne peuvent en aucun cas être décrétées sous prétexte d’une pandémie.
    Que les libertés soient le moteur de vie et que chaque personne ait la possibilité de se soigner selon ses envies.

  2. En fait,Scott il a changé d’avis, et ce ne sera que volontairement administré..
    Je vis en Australie depuis 53 ans et quand j’ai quitté la France, le général De Gaulle était toujours président.
    Maintenant je ne vois que la pauvre France

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.