La Russie interdit d’entrée plusieurs personnalités de l’UE dont le président du Parlement européen

0
En réponse aux récentes sanctions de Bruxelles à l’égard de Moscou, la Russie place huit citoyens de l’UE, dont le président du Parlement européen, sur la liste des personnes dont l’entrée en Russie est interdite.

 

Au lendemain de l’adoption par le Parlement européen d’une résolution sur la Russie, le ministère russe des Affaires étrangères a publié le 30 avril une liste de huit citoyens de l’UE dont l’entrée en Russie est interdite. Parmi les personnes concernées figurent le président du Parlement européen David Maria Sassoli et le membre de la délégation française à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe Jacques Maire.

Un autre fonctionnaire européen, la vice-présidente de la Commission chargée du respect des valeurs de l’Union européenne et de la transparence, Vera Jourova, est également sanctionnée. Parmi les Européens figurent deux Lettons, un Estonien, un Suédois et un Allemand.

Ces sanctions diplomatiques sont une réponse aux «mesures restrictives unilatérales illégitimes» que Bruxelles continue à entreprendre «à l’encontre de citoyens et d’organisations russes», précise la note. Plus concrètement, ces mesures ont été prises en réponse aux sanctions contre six citoyens russes introduites par le Conseil de l’UE les 2 et 22 mars.

«De telles actions de la part de l’Union européenne ne laissent aucun doute sur le fait que leur véritable objectif est de freiner à tout prix le développement de notre pays […], de lancer ouvertement un défi à l’autonomie des politiques intérieure et extérieure russes», souligne le document.

 

Aggravation des relations «sans précédent» :

Dans un commentaire publié juste après la parution du communiqué en question, la porte-parole de la diplomatie russe annonce que la note relative aux sanctions a été rendue à l’ambassadeur de l’UE en Russie Markus Ederer.

«Sur la base de la réciprocité, l’entrée sur le territoire de la Russie est interdite à huit citoyens des États membres de l’UE et aux représentants des structures européennes. Leurs noms ont été publiés compte tenu du caractère sans précédent des complications dans les relations russo-européennes initiées par l’Union», expose M.Zakharova.
«Nous nous réservons le droit de continuer à réagir à toute action inamicale de l’UE de ce type.»

D’après le ministère russe des Affaires étrangères, toutes ses propositions visant à résoudre les problèmes qui surviennent entre Moscou et Bruxelles «dans le cadre d’un dialogue professionnel direct» sont «systématiquement ignorées ou rejetées».

 

Ajouts : Bruxelles évoque la déconnexion de la Russie du SWIFT, Moscou réagit :

Alors que Bruxelles menace la Russie de déconnexion du système bancaire international SWIFT, le Kremlin affirme que le pays trouvera «rapidement» des substituts à ce réseau.

Pour le Kremlin, l’exclusion de Moscou du réseau bancaire international SWIFT, qu’évoque la résolution du Parlement européen adoptée ce 29 avril, n’est qu’une «hypothèse». Interrogé ce jeudi par la chaîne de télévision russe Pervy Kanal, le porte-parole du Kremlin assure que le cas échéant, Moscou trouvera «très vite» des remplaçants à ce système.

«Si SWIFT en tant que service montre son manque de fiabilité […], nous vivons dans un monde tellement développé que des analogues, des substituts à ce système, seront trouvés très rapidement», souligne le porte-parole de la présidence russe Dimitri Peskov.

De plus en plus souvent évoquée depuis l’instauration le 15 avril par Washington d’un nouveau paquet de sanctions antirusses à caractère financier, l’hypothèse a de nouveau été remise sur la table dans une résolution adoptée ce jeudi 29 avril par les députés européens. Cependant, le document du Parlement européen a valeur de recommandation.

«La Russie est un pays autosuffisant […]. Il est impossible de limiter la Russie en quoi que ce soit», poursuit M.Peskov, faisant écho à la récente interview du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Interrogé par Sputnik le 28 avril, le ministre des Affaires étrangères a confirmé que la Banque centrale russe avait mis en place et continuait de développer son propre système de transmission de données financières.

 

Résolution du Parlement européen :

Le Parlement européen a voté le 29 avril la résolution «sur la Russie, le cas Alexeï Navalny, la concentration de troupes à la frontière ukrainienne et les attaques russes contre la République tchèque», dont la proposition est disponible sur le site de l’institution européenne.

L’exclusion de la Russie du système de paiement SWIFT figure parmi les sanctions proposées par les eurodéputés en cas de transformation du «déploiement militaire» russe actuel près de la frontière ukrainienne en vue d’une «invasion» de l’Ukraine. Néanmoins, selon le haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell, cette mesure n’est pas facile à mettre en œuvre, l’UE ne disposant pas des compétences nécessaires pour déconnecter la Russie de l’organisation privée internationale qu’est SWIFT.

La mise à l’arrêt des importations de pétrole et de gaz russes ainsi que le gel de «tous les avoirs dans l’Union européenne d’oligarques proches des autorités russes et de leurs familles» et l’annulation de leurs visas font également partie des  mesures proposées par l’institution à l’égard de Moscou.

Qui plus est, dans le cadre de la réduction de la «dépendance» de l’UE à l’énergie russe, le Parlement européen invite «dès lors les institutions de l’Union et tous les États membres à stopper la réalisation du gazoduc Nord Stream 2 et à demander l’arrêt de la construction de centrales nucléaires controversées par Rosatom».

Moscou a à plusieurs reprises déclaré qu’il pouvait déplacer ses troupes sur son territoire comme bon lui semblait.

 

SWIFT :

SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication), fournisseur mondial de services de messagerie financière sécurisés, a été mis en place en 1973. D’après son site, aujourd’hui, ce système est une infrastructure financière mondiale, présente sur tous les continents et dans plus de 200 pays et territoires. Le réseau dessert plus de 11.000 institutions à travers le globe.

Il est à noter que l’Iran a déjà été coupé de ce système de paiement en 2018, suite au rétablissement des sanctions américaines contre Téhéran. À l’époque, Bruxelles avait regretté cette décision. Un nouveau dispositif, Instex (Instrument in Support of Trade Exchanges), destiné au commerce entre les pays européens et la République islamique, avait été mis en place en 2019 par la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Cependant, son efficacité est souvent jugée comme limitée.

 

Source : https://www.mid.ru/ru/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/4719547https://fr.sputniknews.com/international/202104301045541731-la-russie-interdit-dentree-le-president-du-parlement-europeen-et-plusieurs-autres-fonctionnaires-de/ et https://fr.sputniknews.com/international/202104291045537556-bruxelles-evoque-la-deconnexion-de-la-russie-du-swift-moscou-reagit/


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 603 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.