Invention : le détecteur de pesticides individuel pour faire ses courses

9
Qui, parmi les consommateurs éclairés, ne rêve pas d’avoir à portée de main un petit détecteur de pesticides capable de voir la présence de produits toxiques dans les fruits et légumes frais ? C’est ce qu’apporte la découverte d’un jeune Normand : « Scan Eat », une invention promise à un avenir exceptionnel.

Invention : le détecteur de pesticides individuel pour faire ses courses

Scan Eat est l’invention de Simon Bernard, étudiant à l’Ecole nationale supérieure maritime du Havre (l’ENSM). Il est le lauréat du projet Green Tech Ecoles, lancé par Ségolène Royal le 09 février 2016, pour sélectionner les innovateurs parmi les élèves des écoles du ministère.

Résultat des courses : il va bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour l’aider à développer au mieux son invention, avec une dotation de 150 000€. A terme, Scan Eat pourrait même bénéficier d’un second financement allant cette fois jusqu’à 500 000€.

Scan EAT est un e-contrôleur individuel de la qualité de l’eau, de l’air et des aliments bruts (fruits, légumes…). Ce e-contrôleur permettra de détecter et mesurer les pesticides contenus dans les aliments ainsi que les différents polluants contenus dans l’eau ou dans l’air. L’interface utilisera un spectromètre infrarouge miniature, une technologie commercialisé depuis peu.

A priori, l’étudiant en école maritime Simon Bernard n’a pas grand chose à voir avec la problématique des pesticides présents dans l’alimentation. Mais vous le savez, les « a priori » c’est comme les pesticides… on s’en méfie. Car ce jeune homme de 24 ans, se décrivant comme quelqu’un qui « aime réfléchir », s’intéresse à de nombreux domaines :

J’ai entendu parler d’une technologie, commercialisée l’an dernier, de spectromètre infrarouge miniaturisé à la taille d’une petite clef USB (…) Je me suis rendu compte qu’elle pouvait être utilisée pour détecter la présence et le taux acceptable ou non de pesticides dans les aliments de type fruits et légumes.

Grand bien lui en a pris, puisque ses questionnements l’ont conduit sur la piste d’une invention exceptionnelle. Mais comment prédit-on le caractère exceptionnel d’une invention me direz-vous ? Certains signes évidents ne trompent pas…

Scan Eat : l’invention que tout le monde va vouloir

Un détecteur de pesticides qui tient dans la main, que l’on emmène en partant faire ses courses. Un appareil si simple qu’un enfant pourra l’utiliser. Un appareil fiable qui indique en un instant le degré de contamination aux pesticides de la pomme ou du poireau qu’on lui présente. Un appareil technologiquement réalisable, pour un coût de production acceptable…
Qui ne voudrait pas posséder une telle perle de simplicité technologique, afin de pouvoir être sûr des produits frais qu’il consomme en famille ? J’attends les noms…

Scan Eat : un appareil sans pareil

En terme de service rendu à l’individu : Scan Eat fait fort. En terme de problème posé à l’industrie de l’agroalimentaire : Scan Eat fait encore plus fort ! Et c’est bien là tout le danger. Cette invention est la promesse d’un avenir sombre pour tout un secteur de l’économie, un secteur tellement puissant ! Il serait bien naïf de croire qu’une telle invention n’attire pas les regards de ceux qui ont le plus à perdre avec Scan Eat.

Mais gageons que celui qui « aime réfléchir » sache se préserver des requins malfaisants, aussi bien que des pesticides… Je l’espère sincèrement. J’essaie de m’en persuader, même si je crois au fond de moi, que ce jeune homme si brillant est en danger…

Scan Eat pour tout changer : de notre assiette au monde entier

La taille de Scan Eat est aussi petite, que les promesses qu’il recèle sont immenses. Par où commencer?

L’acte d’achat. Au commencement de la chaîne alimentaire de l’homme moderne se trouve l’acte d’achat. Faire ses courses est la première épreuve à passer. Scan Eat apporte enfin, la possibilité tant espérée de gaspiller son argent intelligemment. Plus un euro dépensé à s’empoisonner, à empoisonner ses proches, très proches et si chers enfants ou parents. Scan Eat va me permettre d’arrêter de porter atteinte à ma santé malgré moi; comme à la santé de celles et ceux qui comptent le plus au monde pour moi. C’est fort.

De l’argent pour les gens responsables. Si moi, toi, lui et les autres utilisons un détecteur de pesticides pour faire nos achats, rapidement, c’est toute l’économie qui en sera bouleversée. Les producteurs responsables vont être favorisés. Les producteurs pollueurs-empoisonneurs vont pleurés. Au delà d’être une satisfaction personnel -donner son argent à des gens biens, en échange d’un produit sain- c’est la situation économique du secteur bio qui va grandement s’améliorer. C’est juste.

Une meilleure santé. C’est probablement l’une des plus belles promesses de ce détecteur de pesticides : améliorer la santé. Qui peut encore croire que les produits phytosanitaires des Monsanto et consorts n’on aucune incidence sur la santé ? Certainement pas grand monde. Le nombre et la fréquence des maladies liées à la consommation devraient baisser, peut-être même de façon spectaculaire. C’est beau.

Moins de cancer. Et si au final, le nombre de cancers déclarés chaque année diminuait… Moins de pesticides ingurgités, moins de perturbateurs endocriniens, ça change des choses dans le corps. Combien de tumeurs sont liées aux phyto-produits-toxiques ? Si une estimation fiable de ce chiffre existait, il y a fort à parier qu’elle resterait bien au chaud, à labris des regards. Bref, peu importe cette estimation, encore une fois : l’évidence de la relation de cause à effet entre cancers et malbouffe n’est plus à démontrer. Scan Eat va rendre les choses encore plus visibles. C’est claire.

Dès lors, on constate que la liste des « ennemis jurés » du détecteur de pesticide s’allonge, comptant un allié malfaisant supplémentaire dans ses rangs : j’ai nommé Big pharma.

Simon, fait attention. Tu es la promesse vivante de pertes financières avoisinant les milliards d’euro et de dollars pour quelques-uns. Ces gens ont prouvés qu’ils sont capables du pire.

Source : http://www.mieux-vivre-autrement.com/invention-detecteur-de-pesticides-individuel-pour-faire-ses-courses.html#sthash.HDyoMYwc.821X19HW.dpbs

Note ExoPortail : Cette info date de Juin 2016 mais elle est très actuelle ( Merci à Pascale ), l’invention est encore en développement mais je vous mets le site pour surveiller les avancées et aussi la possibilité de télécharger l’application mobile qui aide déjà à mieux consommer : http://scaneat.fr/

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 052 autres abonnés

9 Commentaires

  1. Merci pour ce signalement…
    On a aux Antilles été volontairement contaminés au Chlordécone… Et l’Etat interdit (on parle d’une loi, mais c’est plus inquiétant que ça) toute analyse officielle individuelle, même par un médecin.
    Il n’y a aucune communication médiatique politique indiquant qu’un dépistage de masse est prévu, sauf pour les femmes enceintes…
    Les cancers explosent (4x plus que dans le reste du monde, et « seulement » 2x plus qu’en hexagone).

  2. Encore un garçon brillant et plein d’avenir qui va être acheté, vendu, ou broyé.
    Tant que nous serons pas souverain dans notre pays ces gars là seront mis à terre.
    FREXIT OU RIEN

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.