Comment Amazon a espionné la CGT et les Gilets Jaunes

0

Fichage des actions syndicales, faux profils sur les réseaux sociaux… Des documents révèlent la surveillance opérée par Amazon sur ses éléments perturbateurs.

 

On savait Amazon peu conciliant avec ses syndicalistes. En réalité, le groupe de Jeff Bezos les considère en haut lieu comme une menace à surveiller comme le lait sur le feu. Une fuite de documents, rapports secrets et emails confidentiels obtenus par le média américain Vice confirme l’ampleur de la surveillance exercée par le géant du e-commerce sur les activités de ses syndicats, en Europe et en France en particulier, où ils sont bien plus implantés qu’aux Etats-Unis. Ces notes montrent que la firme a utilisé de méthodes dignes de l’espionnage pour consigner les agissements de la CGT, du mouvement des Gilets Jaunes ou d’ONG comme Greenpeace.

Ces documents émanent tous du «Global Security Operations Center» d’Amazon, l’unité chargée d’assurer la sécurité du groupe, et donc d’évaluer les risques pesant sur ses entrepôts partout dans le monde. Ils ont été rédigés en 2019 et 2020 par des salariés de cette division employant notamment des anciens membres du renseignement militaire américain – des «analystes» dont le recrutement avait déjà fait scandale. Selon les révélations de Vice, ces agents répertorient notamment les dates, les lieux et le nombre de participants aux réunions syndicales, ainsi que les actions précises réalisées par les syndicats aux abords des entrepôts.

Un tractage effectué à l’entrepôt d’Amiens le 10 mars 2020 par deux syndiqués CGT est ainsi précisément décrit dans un mail en anglais, reçu par les employés de cette unité de sécurité. «Deux membres de la CGT (…) ont distribué des tracts devant les tourniquets d’accès,» note le message qui précise la date, l’heure de l’opération et le nom du manager local qui a remonté l’information. «La distribution a cessé et les activistes ont quitté les lieux sans impact sur les opérations,» conclut le document. En octobre 2019, un autre rapport note que la CGT, parmi d’autres «groupes anarcho syndicalistes», a tenté par le passé de s’implanter sur le petit site logistique du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), encore non syndiqué. «Ce genre de campagnes sont rares, limitées dans leur envergure, et généralement vaines», note le document cité par Vice. En décembre 2019, la CGT Énergie 93 revendiquait une coupure de courant nocturne sur ce même entrepôt dans le but de dénoncer les conditions de travail sur place et la réforme des retraites.

Si la plupart des grandes entreprises disposent de directions de la sécurité, les méthodes employées par Amazon pour rassembler des informations sensibles peuvent surprendre. Un rapport de novembre 2019 montre ainsi que des détectives privés de la firme Pinkerton (groupe Securitas AB) ont été envoyés à l’entrepôt de Wroclaw, en Pologne, pour enquêter sur une affaire liée aux embauches sur ce site. Plus déroutant : les agents de renseignement d’Amazon utiliseraient de faux profils sur les réseaux sociaux pour épier les salariés gênants, selon une source interne interrogée par Vice :

«Ils utilisent un faux nom et créent un profil sans photo. (…) Le pire est qu’ils lisent des tonnes de conversations et de messages, et savent tout de la vie privée de ces gens.»

Ceci expliquerait comment Amazon parvient à identifier précisément les salariés considérés comme déloyaux. Plusieurs employés avaient été licenciés en 2019 pour avoir posté, sur leurs profils Facebook personnels, des appels à rejoindre les blocages des entrepôts Amazon organisés dans le cadre du mouvement des Gilets Jaunes. Suite à ces renvois, les syndicats s’indignaient de cette surveillance sur les réseaux sociaux des employés concernés.

Fonctionnant comme un service de renseignement privé, le «Global Security Operations Center» a recueilli des alertes sur tous les mouvements sociaux à même de menacer ses entrepôts, notamment celui des Gilets Jaunes. Des analystes de cette agence auraient selon Vice été envoyés en France pour étudier le mouvement contestataire, avec la conviction qu’il impliquerait des salariés Amazon et pourrait donc menacer l’activité des entrepôts lors du quatrième trimestre 2019 – la période de Noël cruciale pour Amazon. Les actions de Greenpeace en Allemagne ont aussi été répertoriées, jusqu’au nombre de «likes» récoltés par les vidéos anti Amazon de l’ONG environnementale.

«Comme toute entreprise responsable, nous maintenons un niveau de sécurité au sein de nos opérations», a réagit auprès de Vice une porte-parole du e-commerçant. «Cela inclut des équipes d’enquête internes (…), et tout ce que nous faisons est en ligne avec les lois locales, et réalisé avec le soutien des autorités locales». Ce n’est pas l’avis d’un conseiller de la Confédération européenne des syndicats, cité par le média américain, qui estime que ces pratiques pourraient violer les règles des Nations Unies et du Conseil de l’Europe encadrant l’action syndicale, voire le règlement européen sur la protection des données (RGPD).

Source : https://www.capital.fr/entreprises-marches/comment-amazon-a-espionne-la-cgt-et-les-gilets-jaunes-1386727


Si l’article vous paraît utile, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 208 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.