Les personnes blessées par le vaccin aux États-Unis ne recevront pas d’indemnisation

0
De nombreux pays disposent d’un programme d’indemnisation pour les blessures causées par les vaccins. Le Canada, par exemple, en a récemment créé un juste avant le lancement du vaccin COVID-19. Ces programmes permettent d’indemniser les personnes qui ont été et sont blessées par un ou plusieurs vaccins, dont on sait que dans certains cas, ils peuvent entraîner des hospitalisations en raison de réactions indésirables graves, d’incapacités permanentes et même de décès.

 

Les agences fédérales de réglementation de la santé affirment qu’il s’agit d’événements extrêmement rares, qu’environ une personne sur un million souffre de ce type de blessures. C’est peut-être vrai, mais aucune statistique, information ou source n’est fournie, et les systèmes de déclaration des blessures dues aux vaccins, comme le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) aux États-Unis, par exemple, ne saisissent qu’un pourcentage estimé de blessures dues aux vaccins, car on pense que la majorité d’entre elles ne sont pas déclarées.

( Note ExoPortail : Une étude réalisée en 2010 par le ministère américain de la santé et des services sociaux a conclu que «moins de 1% des blessures dues aux vaccins» sont signalées au VAERS et les experts affirment que le système de notification du gouvernement est «défaillant». )

Il existe des informations qui prétendent le contraire. Par exemple, une étude pilote du HHS menée par l’Agence fédérale pour la recherche sur les soins de santé a révélé qu’aux États-Unis, un vaccin sur 39 causait un type de blessure, ce qui est une comparaison choquante par rapport à une réclamation sur un million. Le Programme d’indemnisation des victimes de vaccins (VICP) protège les fabricants de vaccins (les sociétés pharmaceutiques) de toute responsabilité, et l’argent sort de la poche des contribuables. Aux États-Unis, le VICP a versé plus de 4 milliards de dollars à la suite de blessures causées par des vaccins. Depuis 2015, le programme a versé un total moyen de 216 millions de dollars à une moyenne de 615 demandeurs chaque année.

En ce qui concerne le vaccin COVID-19, les personnes blessées ne pourront pas être indemnisées dans le cadre du VICP. Un article récemment publié dans le New England Journal of Medicine explique,

Les États-Unis ont mis au point un système solide d’indemnisation des blessures causées par les vaccins afin d’alléger le fardeau des conséquences médicales négatives des vaccins. Mais ce système ne sera pas disponible pour les personnes qui reçoivent les vaccins Covid-19 pendant l’urgence de santé publique déclarée. Tous les receveurs potentiels de vaccins, et en particulier les personnes des communautés à haut risque, sont donc confrontés à un dilemme : doivent-ils risquer d’être infectés ou risquer d’être victimes d’une blessure due à un vaccin sans avoir suffisamment accès à une indemnisation ?
La déclaration d’une urgence de santé publique par le ministère de la santé et des services sociaux en mars 2020 a cependant entraîné l’exclusion des lésions dues au vaccin Covid-19 du VICP. Cette déclaration a déclenché la loi sur la préparation et la protection du public en cas d’urgence (PREP), une loi fédérale qui exige que toutes les personnes blessées par des vaccins administrés comme contre-mesures pendant une urgence déclarée introduisent des demandes d’indemnisation uniquement dans le cadre du Programme d’indemnisation des blessures dues aux contre-mesures (CICP). Le CICP est beaucoup moins généreux et moins accessible que le VICP. Il n’indemnise les personnes que pour les blessures les plus graves, a une charge de la preuve plus élevée que le PCIC, a un délai de prescription d’un an après la date de la vaccination et limite les dommages-intérêts accordés. Par exemple, le CICP limite la récupération des revenus perdus à 50 000 dollars pour chaque année d’arrêt de travail et n’inclut pas l’indemnisation pour la douleur, la souffrance ou la détresse émotionnelle.
Par conséquent, les personnes qui sont vaccinées pendant l’urgence de santé publique déclarée auront moins de chances d’obtenir une indemnisation pour les blessures associées aux vaccins Covid-19 qu’elles ne le seraient pour les blessures causées par les vaccins inclus dans le CICP. En outre, la procédure de demande d’indemnisation sera plus longue, plus difficile et plus coûteuse car le remboursement des frais d’avocat n’est pas disponible. Les personnes vaccinées lors d’une urgence de santé publique déclarée ne peuvent jamais faire valoir des demandes d’indemnisation au titre de la VICP, même si leurs symptômes se manifestent ou sont liés au vaccin après la levée de la déclaration.
Les projections actuelles suggèrent que les États-Unis obtiendront une immunité de troupeau suffisante pour lever la déclaration d’urgence d’ici l’automne 2021. Cette évolution pourrait bien permettre aux demandeurs du vaccin Covid-19 qui retardent la vaccination de déposer une demande dans le cadre du VICP tant que le CDC a recommandé le vaccin pour les enfants ou les femmes enceintes (le CDC recommande déjà le vaccin Pfizer-BioNTech pour les enfants de 16 ans ou plus). Cependant, pour les travailleurs à faible revenu, y compris de nombreux «travailleurs essentiels», il serait particulièrement dangereux de retarder la vaccination jusqu’à la fin de l’urgence de santé publique déclarée. Ces travailleurs sont souvent exposés à un risque élevé d’infection en raison de leurs contacts étroits avec d’autres personnes sur leur lieu de travail. En même temps, les personnes à faible revenu qui ont le plus besoin d’être vaccinées sont aussi les moins à même de supporter les conséquences sanitaires et financières d’une blessure grave due à un vaccin, surtout si le CICP est leur seule option d’indemnisation.
Seules les personnes qui peuvent se permettre d’attendre la vaccination contre le Covid-19 jusqu’à ce que la déclaration d’urgence ait pris fin et que les lois du CDC soient respectées pourront déposer des demandes d’indemnisation au titre du CICP. Ce groupe sera probablement composé en grande partie de personnes qui peuvent continuer à travailler à distance et à s’isoler socialement jusqu’à ce qu’elles se sentent suffisamment assurées du profil de sécurité du vaccin.

Les blessures causées par les vaccins ne sont pas nouvelles et des blessures ont été signalées pour divers vaccins. Par exemple, selon une recherche MedAlerts dans la base de données (VAERS), à ce jour, le compte brut cumulé des effets indésirables du seul vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) est de : 83 997 effets indésirables, 1 809 handicaps, 6 618 hospitalisations et 428 décès.

Aujourd’hui, j’ai fait une recherche sur les lésions causées par le vaccin COVID-19 aux États-Unis. Jusqu’à présent, selon le VAERS, il y a eu 181 décès et 65 invalidités permanentes sur les près de 8000 événements indésirables signalés à la suite du vaccin. N’oubliez pas qu’environ 20 millions ont été administrés jusqu’à présent. De nombreuses personnes n’ont pas encore signalé d’effets indésirables, et il reste encore beaucoup de doses à administrer.

J’ai également écrit récemment que la Norvège a enregistré un total de 29 décès parmi les personnes de plus de 75 ans qui ont reçu leur première injection de vaccin Covid-19, ce qui soulève des questions sur les groupes à cibler dans les programmes nationaux d’inoculation.

Il faut garder à l’esprit que le nombre de doses administrées avec différents vaccins n’ayant entraîné aucune réaction ni aucun effet indésirable nocif est assez élevé.

Ces questions soulèvent des inquiétudes quant à l’éthique des mesures vaccinales obligatoires. Nombre de ces mesures sont déjà en place dans de nombreux pays pour les enfants qui souhaitent fréquenter l’école publique. L’élément central des mesures de vaccination obligatoires est l’affirmation qu’elles contribuent à protéger l’ensemble en assurant l’immunité collective. Cette affirmation a également fait l’objet d’un examen approfondi. En ce qui concerne le vaccin ROR, par exemple, il existe de nombreux exemples d’épidémies dans des populations fortement vaccinées qui suggèrent un vaccin défaillant plutôt qu’une absence de vaccination.

Dans une analyse publiée en 2014 dans l’Oregon Law Review par Mary Holland et Chase E. Zachary, juristes à l’Université de New York (NYU) (qui a également un doctorat en chimie obtenu à Princeton), les auteurs affirment que 60 ans de politiques de vaccination obligatoire « n’ont pas permis d’atteindre une immunité collective pour aucune maladie infantile ». C’est l’une des multiples raisons pour lesquelles tant de personnes suggèrent un choix volontaire plutôt qu’un vaccin obligatoire.

L’hésitation à se faire vacciner est en hausse chez de nombreuses personnes, médecins et scientifiques, pour plusieurs raisons. J’ai récemment écrit que 50 % des professionnels de la santé du comté de Riverside, en Californie, refusent de se faire vacciner contre le COVID. C’est quelque chose qui semble se produire partout dans le monde, en particulier aux États-Unis. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet et trouver d’autres sources qui illustrent à quel point l’hésitation à se faire vacciner est devenue courante parmi les professionnels de la santé.

En ce qui concerne le vaccin COVID-19, il semble que dans un avenir proche, les personnes qui ne veulent pas recevoir le vaccin n’auront pas accès à certaines libertés. Il peut s’agir de voyages internationaux, de l’accès à certaines institutions, de concerts, de centres commerciaux, etc. Certains employeurs peuvent même exiger de leurs employés qu’ils se fassent vacciner s’ils veulent continuer à travailler pour leur entreprise. Nous n’avons pas encore vu ce qui va se passer, mais il ne fait aucun doute que de nombreuses questions éthiques sont déjà soulevées.

 

Source : https://www.collective-evolution.com/2021/01/27/people-injured-from-the-covid-19-vaccine-in-the-u-s-will-not-receive-compensation/

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

 

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 103 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.