Le Mexique décrète l’interdiction du maïs OGM et du glyphosate de Monsanto

0
Le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, a sonné la nouvelle année en décrétant l’arrêt de l’utilisation du glyphosate – mieux connu comme l’ingrédient actif des pesticides «Roundup» de Monsanto – et en ordonnant également l’élimination progressive du maïs génétiquement modifié utilisé dans l’industrie alimentaire, ces deux objectifs devant être atteints d’ici janvier 2024.

 

Cette décision a été largement saluée par les producteurs d’aliments biologiques et les défenseurs de l’environnement, de la santé et de la justice sociale, qui la considèrent comme cruciale pour préserver les cultures de maïs indigènes du Mexique, l’héritage national et la souveraineté alimentaire de la menace des multinationales alimentaires.

Jeudi, le gouvernement a publié un décret officiel stipulant que les autorités fédérales de biosécurité «révoqueraient et s’abstiendraient d’accorder des permis pour la dissémination de semences de maïs génétiquement modifié dans l’environnement», rapporte l’agence de presse Reforma.

Le décret note que l’objet de la décision, qui est intervenue après des mois de refus des groupes de lobbyistes représentant l’industrie alimentaire massive, est de «contribuer à la sécurité et à la souveraineté alimentaires» et de protéger «le maïs indigène, les champs de maïs, la richesse bio-culturelle, les communautés agricoles, le patrimoine gastronomique et la santé des Mexicains».

Cette initiative tient les promesses du président Lopez Obrador, plus connu sous ses initiales AMLO, de préserver les variétés de maïs indigène de la menace du maïs OGM.

Le gouvernement du Mexique a pris de nombreuses mesures ces derniers mois pour sauvegarder les plus de 60 types de maïs développés avec des méthodes agricoles traditionnelles et indigènes qui sont, selon la loi, considérés comme faisant partie du patrimoine alimentaire et culturel national du Mexique.

Les peuples indigènes de la région méso-américaine ont cultivé les premières souches de maïs il y a des milliers d’années, mais les multinationales ont inondé le marché mexicain de variétés de maïs génétiquement modifiées pour résister à certains types d’infestations et à des conditions climatiques défavorables comme la sécheresse.

Le gouvernement a également ordonné l’élimination progressive des importations de maïs OGM destiné à l’industrie alimentaire et a décrété l’élimination du glyphosate chimique – l’ingrédient actif du désherbant Roundup de Bayer-Monsanto.

Alors qu’une interdiction totale du glyphosate n’est pas encore possible au Mexique – en particulier en raison des pressions exercées par les lobbyistes de Big Ag – les agences fédérales doivent immédiatement cesser «l’achat, l’utilisation, la distribution, la promotion et l’importation de glyphosate ou de produits agrochimiques qui en contiennent comme ingrédient actif», selon le décret.

A la place, elles doivent utiliser des alternatives «culturellement appropriées» telles que des produits agrochimiques peu toxiques et des produits biologiques.

Les opposants à l’utilisation des cultures génétiquement modifiées ont salué l’interdiction.

«C’est une grande victoire», a déclaré Homero Blas, le directeur de la société mexicaine des producteurs biologiques. Son groupe, comme de nombreuses autres organisations de la société civile, reproche aux cultures d’OGM de contaminer les anciennes variétés de maïs indigènes tout en affirmant que l’utilisation généralisée de pesticides dangereux met en danger la santé des producteurs et des consommateurs tout en sapant la biodiversité.

Cependant, les défenseurs des OGM, tels que le Conseil national de l’agriculture (CAN), affirment que l’interdiction de la culture du maïs OGM portera préjudice aux agriculteurs tandis que la limitation des importations nuira à la chaîne alimentaire mexicaine.

«Le manque d’accès aux options de production nous désavantage par rapport à nos concurrents, tels que les producteurs de maïs aux États-Unis», a déclaré la porte-parole du CNA, Laura Tamayo, qui est également directrice régionale de la multinationale allemande Bayer AG, la société mère de la filiale agrochimique Monsanto.

Le glyphosate a été au centre des préoccupations en matière de sécurité dans de nombreux pays et a également fait l’objet de poursuites judiciaires massives aux États-Unis ces dernières années en raison des effets prétendument cancérigènes de l’herbicide Roundup, que Monsanto a introduit en 1974.

En juillet, Bayer a accepté de payer jusqu’à 10,9 milliards de dollars pour régler près de 100 000 procès aux États-Unis, au motif que ce produit chimique provoque un type de cancer du sang.

 

Source : https://themindunleashed.com/2021/01/mexico-decrees-ban-on-gmo-corn-and-monsantos-glyphosate-weed-killer.html et https://suracapulco.mx/prohibe-lopez-obrador-glifosato-y-maiz-transgenico/

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

 

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 001 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.