Débunkage des médias mainstream : Non Joe Biden ne met pas fin à la guerre contre le Yémen

0

Joe Biden a fait la une des journaux internationaux la semaine dernière, en annonçant que les États-Unis mettraient fin à leur soutien à la guerre de l’Arabie saoudite contre le Yémen. L’annonce a été accueillie avec beaucoup d’éloges, mais la réalité est que Biden ne met pas du tout fin à la guerre.

 

Le discours prononcé par le président Biden, décrivant l’orientation prévue de sa politique étrangère, reflète l’intention de son administration de poursuivre le militarisme et l’impérialisme américains. Au lieu d’une analyse critique de ce qu’il avait déclaré concernant l’intention de son administration d’affronter des superpuissances telles que la Chine et la Russie, des éloges ont été faits à M. Biden pour avoir déclaré qu’il mettait fin à la guerre au Yémen.

Joe Biden a déclaré qu’il ne soutiendrait plus la guerre de la coalition dirigée par les Saoudiens contre le Yémen et a ajouté qu’il renouvellerait ses efforts pour amener toutes les parties à la table des négociations afin d’engager des pourparlers de paix.

Si vous lisiez les articles publiés par des publications de premier plan comme Reuters et l’Associated Press, vous auriez l’impression que Biden fait une annonce révolutionnaire. Cependant, il n’y a qu’un petit problème avec cette annonce, Joe Biden a contredit ce récit dans son propre discours.

Joe Biden a annoncé sur la question qu’il mettrait fin au soutien américain à l’action «offensive» de l’Arabie Saoudite et qu’il annulerait les ventes d’armes «pertinentes». Il a poursuivi en déclarant qu’il soutiendrait une action «défensive» de l’Arabie saoudite, sans même nommer son opposition, Ansarallah (Houthis), mais en la désignant plutôt comme le mandataire de l’Iran.

Le premier point qu’il convient de noter ici est que Joe Biden a démenti la théorie selon laquelle le gel des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis par son administration conduisait à l’abandon des accords. En fait, il semble maintenant qu’il ne s’agisse que d’une procédure de routine, puisque Biden a rassuré ses alliés saoudiens sur le fait que les États-Unis continueront à vendre des armes à leur premier acheteur d’armes. Cela a été confirmé par le fait qu’il a limité l’annulation des ventes d’armes aux accords «pertinents» pour le retrait des États-Unis de leur soutien aux actions offensives des Saoudiens. En ce qui concerne les détails de l’annulation des ventes d’armes, nous sommes toujours dans l’ignorance.

Comme nous le savons déjà, le gouvernement saoudien ne prétend pas, et ne prétendra pas à l’avenir, que ses intentions sont de nature offensive. Il est également vrai que la ligne de démarcation entre action offensive et défensive est souvent très floue lorsqu’il s’agit de l’interprétation des événements par les États-Unis. Cela peut être particulièrement pris en considération si nous observons le soutien des États-Unis à une action «préventive», ce qui signifie qu’ils justifieront de frapper d’abord comme étant de nature défensive. L’assassinat du général iranien Qassem Soleimani est un exemple des États-Unis et de leur doctrine dite de «défense», lorsqu’il s’agit de prendre des mesures «préventives».

Si nous prenons comme exemple le massacre par Israël de manifestants palestiniens non armés à Gaza, lors de la Grande Marche du Retour, nous voyons clairement où les actions offensives sont acceptées comme étant de nature défensive par les États-Unis.

La Grande Marche du Retour, qui a débuté le 30 mars 2018, a été l’un des plus grands mouvements de protestation non violents de l’histoire, en pourcentage de la population de Gaza qui y a participé. Les manifestants n’ont pas tué un seul Israélien, et les seuls Israéliens qui ont été blessés – au cours des 1 an et demi de protestation – sont quelques soldats qui ont été légèrement blessés après avoir été frappés par des pierres. Ces soldats israéliens, qui étaient stationnés derrière des monticules de terre, derrière des murs et des clôtures, derrière des bandes de fil de fer barbelé, ont assassiné à distance environ 330 manifestants palestiniens non armés, blessant environ 35 000 personnes. La plupart des manifestations ont été filmées, ce qui démontre clairement les actions offensives d’Israël. Cela a même été confirmé par un rapport du CDH sur la question, bien que le gouvernement américain l’ait qualifié de «défensif» par nature.

Nous pouvons ensuite nous tourner vers la réaction du ministre des affaires étrangères d’Arabie Saoudite, Faisal bin Farhan al-Saud, au discours de Biden. Faisal bin Farhan s’est immédiatement mis à twitter pour déclarer ce qui suit :

«Le Royaume d’Arabie saoudite se félicite de l’engagement des États-Unis, exprimé dans le discours du président Biden aujourd’hui, de coopérer avec le Royaume pour défendre sa sécurité et son territoire».

Les mots du ministre des affaires étrangères d’Arabie Saoudite illustrent clairement que le régime saoudien n’a pas interprété la déclaration de Biden de «mettre fin au soutien à la guerre» comme étant négative. Au contraire, les dirigeants saoudiens ont effectivement reçu le feu vert pour poursuivre leurs opérations offensives, tout cela au nom de la défense nationale.

Si l’Arabie saoudite ne joue pas la carte du «droit de se défendre» à la manière israélienne, elle se tournera alors vers l’excuse selon laquelle elle doit agir pour défendre les intérêts de leur président fantoche au Yémen, Abdrabbuh Mansour Hadi, et de ses forces. Au nom de la défense de la démocratie yéménite, le Royaume d’Arabie Saoudite utilise depuis des années l’excuse de la lutte pour le gouvernement «légitime» du Yémen, et ce faisant, détruit complètement le Yémen lui-même.

Si Joe Biden veut réellement progresser vers un accord de paix et mettre fin au conflit au Yémen, il doit d’abord retirer Ansarallah de la liste des organisations terroristes étrangères désignées. ( Note ExoPortail : Une promesse a été faite dans ce sens, nous verrons si elle est tenue, ce que j’en doute…)

Sans nier les dommages que cette désignation causera aux perspectives de transfert de l’aide au Yémen, il ne peut y avoir de fin à la première crise humanitaire de la planète.

Ce qu’il faut également comprendre du changement de position politique apparemment anti-saoudien de Biden, c’est que son administration cherche à faire pression sur le Royaume, dans le double but de le forcer à normaliser ses liens avec Israël et de le dissuader de se rapprocher des superpuissances émergentes que sont la Russie et la Chine.

Un autre moyen de forcer la main de l’Arabie saoudite pourrait être le soutien éventuel de la milice du Conseil de transition du Sud (STC) soutenue par les Émirats arabes unis, qui était auparavant en guerre avec les forces soutenues par l’Arabie saoudite, mais qui réside maintenant à Aden dans le cadre du «gouvernement d’unité» actuel. Si les Emirats arabes unis obtiennent le soutien nécessaire pour évincer les forces Hadi soutenues par les Saoudiens, cela pourrait nuire aux objectifs de la guerre saoudienne.

L’Arabie Saoudite cherche à installer le président Hadi au contrôle du Yémen une fois de plus, afin qu’il soit leur marionnette et qu’il leur donne accès aux ports clés et permette à l’Arabie Saoudite de construire ses propres pipelines à travers le pays. Actuellement, les Saoudiens travaillent à l’utilisation de la province la plus orientale du Yémen, le gouvernorat d’al-Mahrah, afin de créer un passage commercial qui contournera l’utilisation du détroit d’Ormuz – contrôlé par l’Iran – qu’il rencontre actuellement des problèmes avec Oman dans le cadre de cette mission pour accéder aux ports clés et y investir dans des installations.

Les principaux points de tout cela sont de reconnaître que les paroles de Biden n’ont pas été placées dans leur contexte par la majorité de la presse occidentale ; et que cet éloge injuste à l’égard d’un homme qui a contribué à déclencher la guerre au Yémen, sous l’administration Obama, est un exemple du niveau de tromperie de la presse auquel nous assistons actuellement.

 

Ajouts : Des convois américains dans le nord-est de la Syrie et signalent leur intention de rester :

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, une cinquantaine de véhicules d’un convoi militaire américain sont entrés en Syrie ce week-end et se dirigent vers des bases dans la province du nord-est de Hasakeh.

Les détails ne sont pas clairs sur la raison pour laquelle le convoi est arrivé, au-delà de la livraison d’équipement. L’Observatoire a noté qu’il s’agissait du neuvième convoi de ce type à entrer en Syrie en 2021, ce qui signifie que près de deux convois par semaine se présentent.

Bien qu’il n’y ait eu aucune annonce officielle sur un changement de politique, cela témoigne des intentions de l’administration Biden en Syrie, ou du moins des intentions de ne pas quitter la Syrie.

 

Source : https://www.thelastamericanvagabond.com/joe-biden-is-not-ending-the-war-on-yemen/ et https://news.antiwar.com/2021/02/07/us-convoys-enter-ne-syria-signaling-plans-to-stay/

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 508 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.