Historique : Un PDG de Big Pharma arrêté pour complot pour avoir favorisé la crise des opioïdes

1
De la famille Sackler – qui a gagné des milliards en vendant des opioïdes aux masses – aux médecins arrêtés pour avoir abusé d’Américains qui ne voulaient pas de leurs médicaments, les procès et les accusations dans cette crise des opioïdes abondent. Cependant, les entreprises responsables de la distribution de ces médicaments sont demeurées en grande partie indemnes jusqu’à maintenant.

 

(Note ExoPortail : Cet article est la suite direct de ceci, Un procès historique contre la multimilliardaire famille Sackler pour avoir causé une épidémie d’opioïdes : https://exoportail.com/un-proces-historique-contre-la-multimilliardaire-famille-sackler-pour-avoir-cause-une-epidemie-dopioides/)

Pour la première fois dans la lutte contre la crise des opioïdes, l’ancien PDG de l’une des plus grandes sociétés de distribution d’opioïdes du pays, la «Rochester Drug Cooperative», et la société elle-même ont été inculpés de crimes avec complots.

Selon les procureurs fédéraux, la R«ochester Drug Cooperative» a été accusée mardi de complot de stupéfiants et de complot en vue de frauder les États-Unis. L’ancien PDG de la société, Laurence Doud III, a été accusé de complot en matière de stupéfiants et de complot en vue de frauder la «Drug Enforcement Administration».

Le bureau du procureur du district sud de New York a inculpé «Rochester Drug Cooperative» (RDC), l’un des plus grands distributeurs d’opioïdes du pays, d’avoir «sciemment et intentionnellement» violé les lois fédérales sur les stupéfiants «en distribuant des opioïdes dangereux et hautement toxicomanogènes à des clients en pharmacie dont il savait que ceux-ci étaient vendus et utilisés de façon illicite» selon un communiqué, comme l’indique ABC.

Doud, selon les accusations, a distribué des dizaines de millions de millions d’oxycodone, de fentanyl et d’autres opioïdes, sachant qu’il n’y avait aucun besoin légitime pour eux.

«Les accusations d’aujourd’hui devraient envoyer des ondes de choc dans toute l’industrie pharmaceutique leur rappelant leur rôle de gardiens des médicaments d’ordonnance», a déclaré Ray Donovan, agent spécial de la DEA en charge, dans un communiqué. «La DEA enquête sur les titulaires d’homologation de la DEA qui détournent des médicaments pharmaceutiques contrôlés entre de mauvaises mains pour de mauvaises raisons. Cette enquête historique a révélé un élément criminel de déni des pratiques de conformité de la Rochester Drug Cooperative (RDC) et les tient responsables de leur non-conformité flagrante selon la loi.»

Avec toutes les «ondes de choc» créées par les accusations, la Rochester Drug Cooperative (RDC) a donné son consentement à la non-poursuite et paiera une amende de 20 millions de dollars. Quant à Doud, qui a été menotté mardi, il risque jusqu’à 10 ans s’il est reconnu coupable.

Bien que de nombreuses personnes puissent y voir une sorte de victoire, arrêter des gens pour résoudre un problème de drogue n’a jamais fonctionné. Les États-Unis n’ont cessé d’enlever et de mettre en cage des personnes pour avoir vendu diverses substances qu’ils jugeaient illégales, ce qui a créé le scénario inverse du résultat escompté.

Au lieu de décourager la consommation de drogues, elle a pris de l’expansion, s’est aggravée et les drogues sont devenues plus disponibles et plus dangereuses.

Cela ne veut pas dire que des entreprises comme la «Rochester Drug Cooperative» (RDC) ne devraient pas assumer une partie de la responsabilité pour avoir contribué à créer cette crise des opiacés. Cependant, ce qui nous a menés dans ces temps sombres, c’est la confiance dans un système truffé de corruption et de malveillance.

Il y a des besoins légitimes pour les opioïdes tout comme il y a des besoins légitimes pour le cannabis. Mais quand on apprend aux gens toute leur vie à faire aveuglément confiance à l’industrie médicale, qui a clairement choisi de les tromper, on se retrouve avec des problèmes comme on en a aujourd’hui.

Le gouvernement qui rend les drogues illégales ne fait absolument rien lorsqu’une personne fait confiance aveuglément à un établissement médical qui lui fait délibérément une dépendance aux opioïdes pour en tirer des milliards. Même lorsque c’est illégal, une fois que ces gens ont été dupés dans leur dépendance, ils continuent de le chercher.

La réponse réside dans la légalisation et l’information – et non dans la violence et la prohibition du gouvernement. Si ces mères de soccer et ces étudiants qui ont été dupés en croyant que 100 pilules d’oxycodone, avec 5 recharges, étaient nécessaires pour une entorse à la cheville, avaient en fait remis en question l’établissement médical, la probabilité que cette crise des opioïdes existe aurait diminué – et rien à voir avec le fait que l’État affirme ou non qu’elle est légale.

Le fait est que certaines personnes sont librement autorisées à commercialiser des drogues potentiellement mortelles, tandis que d’autres sont jetées dans une cage pour la même activité. Cela met en lumière l’idée que tous les êtres humains ne sont pas égaux aux yeux de l’État ou de la loi. Si vous êtes riche, que vous portez une veste blanche et que vous vendez des drogues dangereuses à des gens qui n’en ont pas besoin, vous vous en êtes très bien tiré. Cependant, si vous avez vendu une plante, comme le cannabis, à un client consentant, sans l’approbation de l’État, vous êtes un criminel dangereux qui doit être enlevé, mis en cage ou tué.

C’est ce manque total de logique, cette confiance aveugle dans l’établissement et l’application flagrante de la force de l’État qui sont à l’origine de cette crise des opiacés. Continuer à appliquer ces mêmes tactiques ne fera qu’aggraver ce problème.

La violence gouvernementale n’a pas pu et ne pourra jamais arrêter la vente et l’utilisation de substances jugées illégales par l’État. Le fait d’accorder des monopoles sur la vente de ces médicaments à des sources «fiables» comme l’industrie médicale n’a pas non plus limité leur utilisation – cela n’a fait que créer des monopoles dans le monde criminel également. Et les monopoles illégaux et légaux prospèrent grâce à l’État.

Pour être clair, personne ici ne préconise que les États-Unis mettent fin à la guerre contre la drogue et commencent ensuite à promouvoir la drogue. En fait, si le gouvernement ne dépensait qu’une infime fraction de l’argent qu’il consacre à la lutte antidrogue, à l’éducation des enfants et aux programmes de santé et de traitement plutôt qu’à l’intervention policière dans le cadre de la lutte antidrogue, les résultats seraient incroyables.

Le commerce illégal de la drogue sert aussi à justifier des dépenses massives en personnel et en équipement au gouvernement, qui ne font rien pour freiner la consommation de drogue, mais qui font tout pour opprimer les citoyens. Un exemple concret : l’existence de la crise actuelle des opioïdes en dépit du plus grand État policier de l’histoire des États-Unis.

De plus, les cartels ont besoin que les drogues soient illégales pour pouvoir maintenir leur monopole de distribution et de culture afin de s’enrichir tout en opprimant les citoyens qui les entourent. Le gouvernement a besoin que les drogues soient illégales pour qu’il puisse rationaliser l’État policier qui ne cesse d’augmenter.

Les grandes sociétés pharmaceutiques ont besoin de médicaments illégaux parce que bon nombre de ces drogues illégales sont beaucoup plus sûres et beaucoup plus efficaces que leurs composés chimiques brevetés et qu’elles détestent la concurrence. Et le complexe industriel de la prison a besoin que les drogues soient illégales pour qu’ils puissent profiter de l’énorme manne financée par les contribuables qu’ils reçoivent en jetant les utilisateurs et les petits revendeurs dans des cages.

Malheureusement, ni la gauche ni la droite ne peuvent le voir et prendre les mesures qui s’imposent. Tant que nous n’aurons pas surmonté cet obstacle majeur de l’interdiction parrainée par l’État et les entreprises, nous pouvons nous attendre à voir plus de compagnies pharmaceutiques qui vendent des produits opiacés.

C’est d’ailleurs déjà le cas. La famille Sackler – qui a fait des milliards de dollars en accrochant les Américains aux opioïdes – a déjà un remède approuvé par la FDA pour la crise qu’elle a contribué à créer et qui est fabriquée, vous l’avez deviné, à partir de plus d’opioïdes.

Source : https://thefreethoughtproject.com/for-the-first-time-fmr-big-pharma-ceo-arrested-for-conspiracy-for-fostering-opioid-crisis/ et https://abcnews.go.com/US/drug-executive-laurence-doud-iii-arrested-opioids/story?id=62575543

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 581 autres abonnés

Partager l'article :

1 Commentaire

  1. 20 millions de dollars c’est la baguette de pain pour nous

    ils ont les moyens de passer à travers et sont tous potes comme cochons
    la justice n’est qu’un vain mot qui est enterré sous des tonnes de poussière tout pendant que nous étions trop occuper à saccager ou laisser saccager (ce qui n’est pas une excuse en soi bien au contraire) notre si belle planète qui se meurt et dont nous en perdons le fruit. Ce n’est bientôt qu’un vague souvenir 🙁

    https://www.europe1.fr/economie/lannulation-du-redressement-fiscal-de-google-confirmee-en-appel-3895052

    Je doute qu’il paie un cent ! Et ce jeu est vieux comme le monde. Il s’appelle « l’enculette » un coup c’est toi un coup c’est moi…

    https://insolentiae.com/vers-une-amende-de-5-milliards-pour-facebook/?unapproved=97574&moderation-hash=e2300e5c2e42102ece71324d485953b6#comment-97574

    Voir la réalité en face permettrait de comprendre que :

    si nous n’agissons de rien car « cela ne nous concerne pas » ce n’est pas de l ‘argent que nous perdrons mais : LA VIE

    Mais… continuons à faire la sieste et réclamer « le droit de » poliment et sagement.

    En attendant nos enfants sont en GRANDS DANGERS et ça : C’EST IMPARDONNABLE
    (faites vos recherches quand vous aurez le temps entre la poire et le fromage, moi je vais aller dégueuler le repas que je n’ai pas pu avaler, tant le haut le coeur me saisit tous les jours)

    bien à vous que Dieu nous garde

    PS
    je ne m’excuserai pas de vous avoir gâché 3 secondes de votre vie.

Répondre à Souffle de Vie Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.