Enfin ! : les tests naso-pharyngés «ne sont pas sans risque», prévient l’Académie nationale de médecine

1

Ils sont jusqu’à présent le principal outil de dépistage du Covid-19. Les prélèvements nasopharyngés, pratiqués pour les tests PCR ou les tests antigéniques, ne sont pas sans risque, souligne jeudi 8 avril l’Académie nationale de médecine dans un communiqué.

 

Depuis le début de l’épidémie, leur nombre s’est envolé, avec quelque 70 millions réalisés entre le 1er mars 2020 et le 4 avril 2021 (57,7 millions de PCR et 12,4 antigéniques) selon une estimation, jeudi, de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Sur la seule semaine du 29 mars au 4 avril 2021, 3 835 000 résultats de tests PCR et antigéniques ont été validés.

L’Académie rappelle certaines complications, douleur ou saignement, qui «peuvent être considérées comme bénignes». Mais elle note que «de graves complications commencent à être décrites dans la littérature médicale depuis quelques semaines», évoquant notamment «des brèches de l’étage antérieur de la base du crâne associées à un risque de méningite».

 

Les prélèvements salivaires recommandés pour les enfants :

L’Académie de médecine estime que, parfois, les prélèvements sont effectués «dans des conditions inadaptées». Elle appelle donc à «respecter les bonnes pratiques». Avant tout prélèvement, il convient de «s’enquérir d’éventuels antécédents accidentels ou chirurgicaux de la sphère ORL» qui ont pu modifier «l’anatomie des cavités nasales et sinusales». Elle précise que la tête du patient ne doit pas être «en hyper extension lors du prélèvement».

L’institution recommande ainsi que les prélèvements nasopharyngés soient pratiqués par «des professionnels de santé formés pour la réalisation de ce geste». Pour les enfants, elle préconise les prélèvements salivaires.

Elle met également en garde sur l’utilisation des autotests, qui doivent arriver en pharmacie à partir du 12 avril. Ceux-ci ne nécessitent pas un prélèvement aussi profond que les autres, mais l’Académie recommande d’alerter les utilisateurs sur le fait que «l’auto-prélèvement peut exposer à de faux négatifs lorsque l’écouvillonnage est trop timide et superficiel, mais peut aussi devenir dangereux lorsque l’écouvillonnage est trop profond et dirigé dans la mauvaise direction».

 

Source : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-les-tests-par-prelevements-nasopharynges-ne-sont-pas-sans-risque-alerte-l-academie-nationale-de-medecine_4364603.html et https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/08/covid-19-les-tests-naso-pharynges-ne-sont-pas-sans-risque-previent-l-academie-de-medecine_6076072_3244.html


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 239 autres abonnés

1 Commentaire

  1. Il y a quelques semaines, j’ai fait une chute et je suis allé à l’hôpital d’urgence local. Quand j’entre dans la porte, viens vers moi un gars vêtu d’un type de blouse médicale, vérifie ma température avec un thermo portable et a ensuite voulu me mettre le nez un long bâton à bout de coton.
    Lui a dit. Tu me mets ça dans le nez et je te casserai le nez comme une tomate pourrie! Vous voulez un échantillon? De ma bouche, comme ils le font pour les échantillons d’ADN. Il l’a fait et a ensuite dit: Merci Monsieur
    Je dois ajouter que je vis en Australie depuis 53 ans

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.