Comment la Fed a influencé le prix de l’or de 1982 à 1995

0

Une étude universitaire publiée en 1996 montre que la Réserve fédérale a influencé le prix de l’or pendant la période observée. La Fed a utilisé l’un de ses principaux outils de taux d’intérêt, le taux des fonds fédéraux, pour influencer à la fois le prix de l’or et l’inflation des prix à la consommation.

 

Ceux qui pensent que l’or n’a pas joué un rôle significatif dans l’économie au cours des dernières décennies, pourraient vouloir reconsidérer leur hypothèse. Jusqu’à aujourd’hui, l’or a joué un rôle central dans l’économie internationale, bien que l’on puisse distinguer différentes phases depuis 1971. Dans l’article d’aujourd’hui, nous nous concentrerons sur la période allant de 1982 à 1995 en ce qui concerne la politique monétaire américaine et le prix de l’or.

 

Le prix de l’or et les anticipations d’inflation :

Au début des années 1990, il est apparu que la Réserve fédérale suivait le prix de l’or pour avoir une idée des attentes en matière d’inflation. Le 22 février 1994, le président de la Fed, Alan Greenspan, a témoigné pour le rapport semestriel de politique monétaire au Congrès. Il a commencé par expliquer qu’une faible inflation des prix à la consommation était la clé d’une croissance à long terme et d’un faible taux de chômage. Tiré de Greenspan :

Une inflation plus faible et des anticipations d’inflation réduisent l’incertitude dans la planification économique et diminuent les primes de risque pour l’investissement en capital.

Il s’ensuit que la stabilité des prix, avec des anticipations d’inflation essentiellement négligeables, devrait être un objectif à long terme de la politique macroéconomique.

L’objectif de la Fed était de maîtriser l’inflation et donc les anticipations d’inflation, car c’est cette dernière qui alimente l’inflation. Lorsque les gens s’attendent à ce que l’inflation augmente, il y aura une fuite de la monnaie fiduciaire, ce qui entraînera une inflation plus élevée.

Greenspan a précisé que les données relatives à l’inflation, telles que l’indice des prix à la consommation (IPC), ne pouvaient être connues qu’avec un décalage important. Et pour que la politique monétaire ait un effet sur l’inflation, un décalage supplémentaire s’ajoute au processus. Le cycle complet pour maîtriser l’inflation pourrait prendre un an ou plus. Idéalement, la Fed disposait d’un indicateur en temps réel des attentes en matière d’inflation. Dans son témoignage, Greenspan a mentionné l’or comme étant «particulièrement sensible aux problèmes d’inflation», qui, à côté d’autres indicateurs, «peut donner des indices importants sur l’évolution des attentes [d’inflation]».

L’analyse de Greenspan était probablement basée sur les données présentées dans le graphique ci-dessous. Nous pouvons voir qu’en 1968, 1970, 1976, 1982 et 1985, une augmentation du prix de l’or a précédé une hausse de l’inflation. Par conséquent, les mouvements du prix de l’or pouvaient (et peuvent toujours) être utilisés comme un indicateur des attentes en matière d’inflation.

 

Les pourcentages correspondent à la variation par rapport à l’année précédente (YOY).

Greenspan a déclaré que dans les années 1970, la Fed n’a pas su réagir à temps à l’inflation. Il a déclaré que pendant son mandat, qui a débuté en 1987, une base d’information comportant des informations sur l’or a amené la Fed à ajuster le taux des fonds fédéraux afin de réagir de manière adéquate aux attentes en matière d’inflation. Réagir aux premières préoccupations en matière d’inflation a été efficace pour cibler l’inflation elle-même.

A une question du député LaFalce concernant l’or, Greenspan a répondu :

«Je pense que ce que le prix de l’or reflète est une vision fondamentale du désir de détenir des actifs réels par rapport aux devises. … [L’or] est une mesure de la valeur du stock qui a montré une avance assez constante sur les attentes d’inflation et qui a été au fil des ans un assez bon indicateur, entre autres, de ce que font les attentes d’inflation. Il le fait mieux que les prix des matières premières ou bien d’autres choses.»

 

Découvrez George Selgin et Bill Lastrapes :

Je pense que le témoignage de Greenspan en 1994 a poussé les économistes George Selgin et William D. Lastrapes à se demander pendant combien de temps et dans quelle mesure la Fed menait une politique monétaire basée sur le prix de l’or. En 1996, ils ont publié un article sur le sujet intitulé «Le prix de l’or et la politique monétaire».

Dans leur étude, Selgin & Lastrapes ont examiné la co-mouvement des prix de l’or et le taux des fonds fédéraux, et ont scanné les minutes des réunions du Comité fédéral de l’open market (FOMC). (Ils ont également utilisé un modèle économétrique, mais par souci de simplicité, je vais laisser cela de côté). Le document conclut : «Nos preuves … soutiennent l’affirmation que l’or a joué un rôle indépendant dans la formulation de la politique monétaire.»

Commençons par ce que Selgin & Lastrapes appellent des preuves fragmentaires tirées des procès-verbaux du FOMC. Lors de la réunion du FOMC du 18 mai 1993, l’importance des mouvements des «prix des matières premières sensibles» a été discutée :

«La possibilité d’une augmentation soutenue du taux d’inflation ne pouvait être écartée… En effet, selon un point de vue, les prix des produits de base sensibles et d’autres mesures clés de l’inflation indiquaient déjà la nécessité d’un mouvement rapide vers la modération….
Outre les nouvelles informations sur les prix et les coûts, ces signes pourraient inclure l’évolution des marchés touchés par la psychologie de l’inflation, comme ceux des obligations, des devises et des produits de base sensibles, qui doivent tous être surveillés de près.»

Selon Selgin & Lastrapes, la «matière première sensible» dans cette citation est l’or.

Dans le procès-verbal du FOMC du 21 décembre 1993, on peut lire sans aucun doute qu’une hausse du prix de l’or a signalé au Comité le resserrement de la politique monétaire:

«De l’avis de certains membres, la hausse des taux d’intérêt à long terme et du prix de l’or pourrait bien avoir été causée en partie par des préoccupations accrues en matière d’inflation…
En ce qui concerne l’avenir, de nombreux membres ont fait remarquer que le Comité devrait probablement durcir les conditions de réserve [déplacer le taux des fonds fédéraux] à un moment donné pour ajuster la politique monétaire de son orientation actuellement très accommodante à une position plus neutre, et qu’une telle mesure politique pourrait devoir être prise plus tôt que tard pour contenir l’inflation….»

En outre, Selgin & Lastrapes ont utilisé leur modèle économétrique basé sur des données mensuelles de décembre 1982 à novembre 1995. Ils ont constaté, par exemple, que lorsque le prix de l’or a augmenté, le taux des fonds fédéraux a été augmenté environ 12 mois plus tard. La Fed a réagi au prix de l’or en ajustant le taux des fonds fédéraux. Bien sûr, le taux des fonds fédéraux a alors influencé l’inflation, mais aussi le prix de l’or.

En ce qui concerne le graphique ci-dessous, qui montre l’interaction entre le prix de l’or et le taux des fonds fédéraux, ils écrivent «La figure montre que chaque tournant [du taux des fonds fédéraux] suit un tournant similaire dans le prix de l’or, bien qu’avec un décalage d’un an à un an et demi».

 

Le prix de l’or et le taux des fonds fédéraux ont constamment réagi l’un par rapport à l’autre.

 

Conclusion :

L’objectif des États-Unis était l’hégémonie du dollar.

Ce qui s’est passé, c’est qu’au début des années 1980, la norme mondiale du dollar a été fermement établie et les États-Unis ont cherché à maintenir leur position en stabilisant le dollar. Ironiquement, ils l’ont fait en stabilisant le prix de l’or en dollars. Pourtant, tout au long des années 1980 et 1990, les déficits commerciaux et budgétaires des États-Unis ont persisté, de sorte que leurs besoins politiques ont été satisfaits grâce à leurs privilèges exorbitants.

Certains économistes, comme Nathan Lewis, considèrent la période couverte par cet article comme un «pseudo-étalon d’or». D’autres ne sont pas d’accord, car à proprement parler, la Fed visait l’inflation et non le prix de l’or – le fait que le prix de l’or ait été stabilisé était un effet secondaire. Alan Greenspan lui-même a écrit en 2017 :

«Lorsque j’étais président de la Réserve fédérale, j’avais l’habitude de témoigner devant le membre du Congrès américain Ron Paul, qui était un très fervent défenseur de l’or. Nous avons eu des discussions intéressantes. Je lui ai dit que la politique monétaire américaine essayait de suivre les signaux qu’un étalon-or aurait créés. C’est une politique monétaire saine, même avec une monnaie fiduciaire. À cet égard, je lui ai dit que même si nous étions revenus à l’étalon-or, la politique n’aurait pas beaucoup changé.»

 

Greenspan qualifie la politique monétaire de la Fed pendant son mandat de pseudo-étalon-or.

Selgin & Lastrapes écrivent dans leur article que la Fed n’a pas ciblé spécifiquement le prix de l’or, bien qu’ils écrivent également que «le comportement de la Fed semble avoir servi à limiter les variations du prix de l’or». Ce qui ressort, c’est que Greenspan a atteint la stabilité des prix à la consommation, qui a été renforcée par un prix de l’or stable. Dans le graphique ci-dessous, vous pouvez voir comment le prix de l’or s’est stabilisé en 1990 à environ 390 dollars l’once, et l’inflation s’est stabilisée deux ans plus tard à 2,5 %.

 

Ce qui n’a pas encore été abordé, c’est le leasing de l’or. Dans les années 1980, on a assisté à une accumulation de l’or des banques centrales en location, ce qui a entraîné une pression à la baisse sur le prix de l’or. Simplement, lorsque les banques centrales prêtent leur or (généralement à des banques d’investissement), l’offre physique sur le marché augmente, ce qui exerce une pression sur le prix de l’or. Cependant, lorsque les prêts doivent être remboursés, la demande physique augmente et la pression initiale à la baisse est annulée. Le crédit-bail a un impact temporaire sur le marché.

On pense que le pic de l’or des banques centrales «sur le marché» a été atteint en 2000, avec 5 000 tonnes (dont 2 119 tonnes pour les banques centrales européennes). Le leasing a donc supprimé le prix de l’or jusqu’en 2000, après quoi le prix est remonté. On ignore dans quelle mesure le leasing de l’or a faussé les prévisions d’inflation et la politique monétaire américaine de 1982 à 1995.

Veuillez noter qu’aujourd’hui, la Fed n’est pas encline à augmenter les taux bien que le prix de l’or soit en hausse, en raison du surendettement massif. Actuellement, l’inflation est considérée comme un remède plutôt qu’un poison, avec toutes les conséquences que cela implique…

 

Note ExoPortail : Pour lâcher un peu le mental après cette lecture, je vous propose de résumer ce que je pense de la FED en une image :

Source : https://www.voimagold.com/insight/how-the-fed-controlled-the-price-of-gold-from-1982-until-1995

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

 

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 816 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.