Orange met au point une application de traçage numérique pour «lutter contre le coronavirus»

4
Le PDG de l’opérateur téléphonique, Stéphane Richard, a annoncé avoir développé un «prototype d’application» de traçage numérique qui «fonctionne». Un appel du pied au gouvernement qui tarde à dessiner les contours de son propre outil.

En plein débat sur l’utilité de la mise en place d’un traçage numérique afin de se prémunir contre une résurgence du coronavirus après la fin du confinement, Stéphane Richard, PDG de l’opérateur téléphonique Orange, a annoncé avoir mis au point un «prototype d’application» de surveillance qui «fonctionne».

«Si on pense que la technologie peut aider à sortir de l’épidémie, il faut l’utiliser», a-t-il fait valoir sur l’antenne de France Inter. Le message envoyé au gouvernement a le mérite d’être clair : l’opérateur national historique est prêt. Pour le moment, l’exécutif a lui décidé de se tourner vers l’Inria pour développer l’application StopCovid qui devrait permettre, grâce à la technologie Bluetooth, aux personnes l’ayant installé de savoir si elles ont croisé, lors de la dernière quinzaine, un malade atteint du Covid-19.

L’application n’étant que dans sa phase de développement, Stéphane Richard cherche donc à faire main basse sur un marché potentiellement juteux. Cependant, celui-ci a prévenu que l’outill devait être utilisé uniquement «sur la base du consentement», avec un droit à l’effacement dès la fin de la participation de la personne à la base de données.

Le Figaro révèle également qu’Orange aurait travaillé de concert avec plusieurs autres mastodontes comme Accenture, Dassault Systèmes ou encore Sopra Steria. Mais connaissant la propension de ces grands groupes à utiliser sans leur consentement les données personnelles des utilisateurs afin d’en dégager des profits, il aurait été enrichissant d’entendre l’avis du PDG d’Orange sur la mise en place de moyens de contrôle des gestionnaires de cette future application. Il n’en a rien été.

Stéphane Richard a par ailleurs assuré que le conseil d’administration de l’opérateur avait décidé de réduire de 30% les dividendes versés au titre des résultats de 2019. «Nous pensons que c’est un bon point d’équilibre face aux mois qui viennent. Il aurait été injustifié pour 600 000 actionnaires individuels et l’Etat de ne pas distribuer. Une mesure responsable et équilibrée pour préserver nos actionnaires et l’entreprise», a-t-il appuyé.

Il a enfin milité pour une réouverture de 200 boutiques, sur les plus de 550 que compte la marque, dans la dizaine de jours suivant le 11 mai, date actuelle de la fin du confinement. Il a toutefois précisé que ces ouvertures ne se feraient que sur la base du volontariat, ainsi qu’en prenant toutes les précautions sanitaires nécessaires afin de protéger les salariés.

 

Source : https://francais.rt.com/france/74192-orange-met-point-application-tracage-numerique-pour-lutter-contre-coronavirus et https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/stephane-richard-est-en-faveur-du-tracing-20200417


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 425 autres abonnés

Partager l'article :

4 Commentaires

  1. J’invite toutes les personnes ayant un abonnement quel qu’il soit, à se désengager de cette opérateur.
    Cordialement, olivier.

  2. Oui, surtout quand on sait qu’ils ont signé un partenariat avec d’autres opérateurs européens pour révéler aux gouvernements si leurs abonnés respectaient bien le confinement!

    • Que les gens se rendent bien compte d’une chose, cette application ne sert strictement à rien tant qu’on ne testera pas la population entière!

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.