Vente d’organes et de morceaux humains: une prestigieuse université parisienne au cœur d’un scandale

1

Scène d’horreur à l’université Paris Descartes où, jusqu’en 2018, s’empilaient par dizaines les corps donnés à la science, et ce, dans des conditions qui ne respectaient pas les règles sanitaires ni éthiques, selon une enquête du magazine L’Express. Des organes et des morceaux de corps humains auraient même été revendus dans un trafic organisé.

 

Le Centre du don des corps (CDC) de l’université Paris Descartes est le plus grand centre d’anatomie européen. Chaque année, il accueille des milliers de dépouilles de personnes qui ont accepté de faire don de leur corps à la science. Pourtant, le magazine L’Express a publié mardi 26 septembre son enquête sur la gestion et le trafic de ces cadavres, intitulée Un charnier au cœur de Paris. Jusqu’en 2018, des corps étaient conservés pendant plusieurs années dans des conditions indignes, violant toute règle d’hygiène et d’éthique.

S’appuyant sur plusieurs documents et sur les témoignages de médecins, professeurs et employés du CDC, L’Express évoque un «fatras indescriptible»: des corps entassés, parfois décomposés, gisaient çà et là dans les chambres froides parfois en panne. Les températures étaient ainsi trop élevées pour que les corps puissent être conservés de manière salubre. Des rongeurs, mouches et vers pullulaient au sein des locaux de la faculté de médecine, le tout dans une odeur infecte.

Depuis des années, l’état de délabrement du site faisait l’objet de plusieurs rapports de la part du président du centre, ainsi que de celle des membres du comité d’éthique (qui ont démissionné depuis), réclamant plus de moyens. Finalement, huit millions d’euros ont été investis pour des travaux de rénovation, qui ne devraient débuter que début 2020. Plusieurs employés ont cependant assuré que la situation s’était améliorée.

 

Des morceaux humains revendus :

Autre scandale au sein de l’université Paris Descartes: des membres et organes humains donnés au Centre du don des corps étaient ensuite revendus à des chirurgiens et à des entreprises privées. Un corps entier était facturé 900 euros, une partie ou un organe, 400 euros. Les tarifs avaient été fixés par le Conseil d’administration en 2011. La revente de ces morceaux humains aurait constitué 75% du chiffre d’affaires du CDC en 2013, selon L’Express, qui s’appuie sur un audit du cabinet KPMG.

Auparavant, ce marché s’organisait sous le manteau, comme en ont témoigné plusieurs employés du centre.

«Il y avait du trafic. Les préparateurs revendaient des pièces le samedi matin à des chirurgiens, qui les emportaient. Tout s’achetait», a révélé à L’Express le professeur Guy Vallancien, directeur du CDC jusqu’en 2014.

L’actuel directeur du centre, Bertrand Ludes, a affirmé à l’hebdomadaire qu’il souhaitait mettre un terme à ce genre de trafic, notamment en s’attaquant aux partenariats avec les entreprises privées.

 

Une plainte va être déposée :

L’Union française pour une médecine libre (UFML) a l’intention de porter plainte après ces révélations sur la gestion déplorable au Centre du don des corps de Paris Descartes.

«Ça m’a glacé d’effroi parce que c’est à l’opposé de ce qu’on doit être quand on est médecin», s’est indigné le président de l’UFML, Jérôme Marty, auprès de France info.

Le représentant de ce syndicat déplore qu’un corps donné à la science puisse être ainsi malmené, et a souligné «l’atteinte à la dignité et à l’intégrité de la personne» qu’engendre ce genre de pratiques. «De son vivant, la personne a dit : je lègue mon corps à la science. Et son corps n’a pas été utilisé, soit parce qu’il a été mangé par des rats ou des souris ou qu’il a pourri avant qu’on l’utilise, soit parce qu’il a été dirigé vers d’autres missions comme celle de crash-tests!», a-t-il ajouté.

 

Source : https://fr.sputniknews.com/france/201911271042494793-vente-dorganes-et-de-morceaux-humains-une-prestigieuse-universite-parisienne-au-cur-dun-scandale/ et https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/don-de-corps-a-la-science-un-charnier-au-coeur-de-paris_2108389.html


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 2 010 autres abonnés

Partager l'article :

1 Commentaire

  1. C’est affreux de voir jusqu’où l’ARGENT peut amener les gens. Ils ne méritent pas qu’on puissent les appeler des êtres humains ! En sont-ce vraiment ?

    Ça me rappelle cette histoire de cette été aux États-Unis avec l’hôpital de Frankenstein.
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/une-tete-de-femme-sur-un-corps-d-homme-des-organes-genitaux-dans-des-seaux-un-laboratoire-americain-bientot-devant-la-justice-26-07-2019-8124336.php

    Le corps humain, les enfants, les bébés sont valeurs marchandes qui rapporteraient + que le trafic de drogue.
    Et nous serions : « une marchandise pas comme les autres » disait notre cher président sarko…
    C’est TOUT dire.

    Le don d’organe est OBLIGATOIRE sauf ordre contraire et je découvre que la loi ne date pas de 2016 comme je le croyais :

    « Il est possible de donner un organe ou des tissus de son vivant ou après sa mort.
    92% des dons d’organes ou de tissus viennent d’une personne décédée.
    Permettre le prélèvement de ses organes ou de ses tissus après son décès est un acte de générosité et de solidarité. Ce geste permet de sauver des vies.
    Depuis la loi du 22 décembre 1976 (loi Caillavet), chacun est présumé donneur, sauf en cas de refus exprimé de son vivant.
    Ce principe a été réaffirmé a plusieurs reprises par le législateur et encore une fois par la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016. La récente loi éclaircit le rôle des proches et précise comment refuser de donner ses organes. Elle prévoit notamment l’accès en ligne au registre national des refus géré par l’Agence de la biomédecine.. Décryptage de ces dispositions.. »
    Les principes encadrant le don d’organes post mortem

    Le don d’organes en France repose sur trois règles établies par la loi du 22 décembre 1976 :
    – Le consentement présumé : toute personne peut devenir donneur d’organes à moins qu’elle n’ait exprimé son refus de son vivant
    – La gratuité : toute rémunération ou avantage équivalent en contrepartie du don d’organes est interdit et sanctionné
    – L’anonymat : le nom du donneur ne peut être communiqué au receveur et réciproquement. La famille du donneur peut cependant être informée des organes et tissus prélevés ainsi que du résultat des greffes, si elle le demande à l’équipe médicale qui l’a suivie.

    Le don d’organe doit être « offert » gratuit et donc donné gratuit
    Le don de son corps à la science doit être gratuit et « utilisé » à des fins scientifiques gratuitement et nous voyons la manne financière que cela « leur » rapporte.

    Pour ceux comme moi qui désire changer d’avis, depuis que j’ai appris « la fraude du nom légal »
    https://www.registrenationaldesrefus.fr/#etape-1

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.