Une nouvelle étude relie l’ingestion de fluor par les femmes enceintes et un faible QI de leurs enfants

0
Malgré la masse écrasante de littérature scientifique et d’études montrant les effets nocifs de l’ingestion de fluorure, ceux qui le remettent en question ou préconisent l’arrêt de l’eau fluorée sont étiquetés comme fous, théoriciens de la conspiration, et braillonnés par les médias mainstream. Et malgré les études qui montrent les effets nocifs de la fluoration de l’eau, les «Centers for Disease Control and Prevention» ( CDC ) considèrent la fluoration de l’eau comme l’une des 10 plus grandes réalisations en santé publique du 20e siècle. Prouvant la folie totale d’une telle affirmation des CDC, une étude vient d’être publiée dans la revue «Journal of the American Medical Association Pediatrics», qui établit un lien entre l’exposition maternelle au fluorure pendant la grossesse et le faible QI.

 

Pour être clair, ce n’est pas un journal marginal. Le «Journal of the American Medical Association» est une revue médicale évaluée par des pairs publiée 48 fois par an par «l’American Medical Association» qui a des directives extrêmement strictes pour la publication d’études.

Dans cette publication très récente, des scientifiques canadiens ont constaté que :

«L’exposition au fluorure pendant la grossesse était associée à un QI plus faible chez les enfants âgés de 3 à 4 ans».

L’acceptation d’études qui montrent les effets nocifs de la consommation de fluorure est si controversée que le «Journal of the American Medical Association» a dû publier une déclaration indiquant que la publication de cette étude était dans le meilleur intérêt de la santé publique :

«Cette décision de publier cet article n’a pas été facile à prendre. Compte tenu de la nature des constatations et de leurs répercussions éventuelles, nous l’avons soumise à un examen plus approfondi de ses méthodes et de la présentation de ses constatations. La mission de la revue est de s’assurer que la santé des enfants est optimale en mettant en évidence les meilleures preuves disponibles. Sa publication témoigne de l’engagement du « Journal of the American Medical Association Pediatrics » à diffuser les meilleures données scientifiques sur la base de la rigueur des méthodes et du bien-fondé des hypothèses testées, même si les résultats sont controversés

 

Comme l’explique la chaine FOX10, après ajustement pour tenir compte des covariables, les chercheurs ont constaté qu’une augmentation de 1 mg/L des taux de fluorure urinaire maternel était associée à un score FSIQ inférieur de 4,49 points chez les garçons et à un PIQ inférieur de 4,63 points chez les garçons, mais aucune association statistiquement significative avec les scores FSIQ et PIQ des filles.

Une dose supplémentaire de 1 mg de fluorure par jour dans l’eau et les boissons chez les femmes enceintes a été associée à un score FSIQ inférieur de 3,66 chez les garçons et les filles.

«Pour déterminer si les garçons sont potentiellement plus vulnérables aux effets neurocognitifs associés à l’exposition au fluorure, il faut approfondir les recherches, surtout si l’on considère que la prévalence des troubles neurodéveloppementaux comme le TDAH, les troubles d’apprentissage et les déficiences intellectuelles est plus élevée chez les garçons», indiquent les auteurs de l’étude. «Les effets néfastes d’une exposition précoce au fluorure peuvent se manifester différemment chez les filles et les garçons, comme c’est le cas avec d’autres neurotoxicants

Les scientifiques qui ont mené l’étude ont noté dans leur conclusion que les preuves sont si solides qu’elles «indiquent la nécessité possible de réduire l’apport en fluorure pendant la grossesse».

Naturellement, ceux qui prônent la prise massive et involontaire de médicaments par des centaines de millions de personnes prétendent que l’étude est fallacieuse et que nous devrions l’ignorer.

«L’ensemble écrasant de données probantes appuie toujours la fluoration de l’eau», a déclaré Matt Hopcraft, professeur agrégé en santé publique dentaire à l’Université de Melbourne.

«Voici une seule étude qui pointe un peu dans l’autre direction. Je pense que nous devons juste être prudents.»

Mais Hopcraft a tort. Il existe plus d’une étude montrant le lien entre le fluorure et un faible QI.

Il y a tout juste deux ans, une étude ouverte aux pairs, publiée le 19 septembre 2017 dans le «Journal of Environmental Health Perspectives», a trouvé des preuves solides d’un lien entre le fluorure et une fonction cognitive inférieure chez les enfants.

Encore une fois, il ne s’agissait pas d’un journal marginal. Avec un facteur d’impact de 9,78, le «Journal of Environmental Health Perspectives» est l’une des revues les mieux cotées en toxicologie, en santé publique, en santé environnementale, au travail et en sciences environnementales.

Dans cette étude, les chercheurs ont découvert que :

«Des taux plus élevés de fluorure urinaire maternel pendant la grossesse (une approximation de l’exposition prénatale au fluorure) qui se situent dans la gamme des taux d’exposition dans d’autres échantillons de femmes enceintes et d’adultes non enceintes dans la population générale étaient associés aux résultats les plus faibles dans des tests sur la fonction cognitive des enfants âgés entre 4 et 6-12 ans.» selon l’étude.

L’étude a porté sur 1 576 échantillons prélevés sur plus de 300 groupes de mères et d’enfants au Mexique par une équipe de recherche de Toronto. Les chercheurs ont testé le développement cognitif des enfants à deux reprises au cours des 12 dernières années. Au Mexique, le fluorure n’est pas ajouté à l’approvisionnement public en eau, mais les gens sont exposés par le fluorure naturellement présent dans l’eau, le dentifrice, le sel fluoré et autres produits complémentaires.

Cette situation est d’autant plus inquiétante que l’eau fluorée est commercialisée auprès des mères allaitantes et des bébés.

Mais la liste est longue. Un nombre impressionnant de 53 études ont établi un lien entre l’ingestion de fluorure et une réduction du QI.

Une étude de la «Harvard School of Public Health» a conclu que «les enfants des régions à forte teneur en fluorure avaient un QI nettement inférieur à celui des enfants vivant dans les régions à faible teneur en fluorure».

Encore plus d’études indépendantes ont établi un lien entre les risques pour la santé associés au fluorure et l’interférence avec le système endocrinien et l’augmentation du risque d’altération des fonctions cérébrales. Deux études menées au cours des dernières années, par exemple, ont établi un lien entre la fluoration, le TDAH et l’insuffisance thyroïdienne.

Des dizaines d’autres études montrent l’inefficacité de l’ingestion de fluorure dans la prévention des caries dentaires ; elles montrent en fait une augmentation de la fluorose dentaire plutôt qu’une réduction de la carie.

Environ 1,2 gramme de fluorure de sodium tue un être humain adulte. C’est l’estimation basse que Dominic Smith a ingérée lorsqu’il est mort d’une surdose d’eau fluorée à Hooper Bay, en Alaska, le 23 mai 1992. Environ 200 mg tueront un jeune enfant.

En dépit de ces preuves démontrant que le fait de droguer massivement la population américaine est nocif, le CDC et l’EPA maintiennent qu’il est 100% sûr et que boire les sous-produits extrêmement mortels de la production d’engrais est très bien et dandy.

C’est parce que le gouvernement continue de nier et de rejeter les preuves scientifiques que le «Fluoride Action Network» (FAN) a intenté une poursuite historique en avril 2017. Et non, le FAN n’est pas un groupe hétéroclite de théoriciens de la conspiration assis dans leurs sous-sols à lire de la fausse science sur Internet. Le groupe est composé de douzaines de médecins, de dentistes, de docteurs en médecine et de scientifiques qui ont uni leurs forces pour mettre fin à cette pratique très contraire à l’éthique et dangereuse.

Il y a maintenant un consensus important au sein de la communauté scientifique sur le fait que le fluorure est, en effet, neurotoxique. Le fait que l’EPA et les CDC rejettent des faits scientifiques est non seulement irresponsable, mais il s’avère maintenant criminel. L’EPA a même demandé à des scientifiques de quitter ses rangs pour rendre compte des dangers de la fluoration de l’eau.

Selon une équipe de recherche dirigée par William Hirzy, un ancien scientifique principal de l’EPA qui s’est spécialisé dans l’évaluation des risques et qui a publié l’an dernier une importante analyse des risques dans la revue «Fluoride», certains enfants aux États-Unis pourraient consommer suffisamment d’eau fluorée pour atteindre des doses de fluorure qui pourraient faire baisser leur QI, selon les rapports du FAN.

Hirzy explique l’importance de cette étude :

«L’importance de cette analyse des risques examinée par les pairs est qu’elle indique qu’il n’y a peut-être pas de niveau d’exposition au fluorure qui soit réellement sûr. Des groupes d’enfants moins exposés au fluorure ont été comparés à des groupes plus exposés. Ceux qui ont été exposés à des niveaux d’exposition plus élevés ont obtenu de moins bons résultats aux tests de QI que ceux qui ont été exposés à des niveaux d’exposition plus faibles. Une étude chinoise bien réalisée a indiqué que le QI des enfants exposés à 1,4 mg/jour avait diminué de 5 points de QI. L’EPA estime que l’apport quotidien moyen moyen actuel chez les enfants aux États-Unis varie d’environ 0,80 à 1,65 mg/jour. Le fluorure peut être similaire au plomb et au mercure en n’ayant pas de seuil en dessous duquel l’exposition peut être considérée comme sûre.»

 

Cette étude la plus récente et les douzaines qui l’ont précédée montrent que la lutte contre le fluorure dans le monde entier est en passe de gagner. Selon FAN, des millions de citoyens dans des centaines de municipalités à travers le monde ont forcé leurs gouvernements à cesser de les droguer sans leur consentement en utilisant ces déchets toxiques. Il est grand temps que le monde passent à la vitesse supérieure et arrêtent ce traitement forcé.

 

Source : https://thefreethoughtproject.com/damning-jama-study-finds-link-between-fluoridated-water-and-low-iq-in-children/ et https://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/2748634

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 854 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.