Une équipe de scientifiques met au point un remède contre le papillomavirus humain

0

Les chercheurs de l’Institut polytechnique national du Mexique célèbrent une réalisation scientifique majeure : un nouveau traitement qui, selon eux, peut guérir complètement le papillomavirus humain et aider à réduire une cause majeure de cancer mortel chez les femmes.

 

Dirigée par la scientifique Eva Ramon Gallegos, l’équipe a réussi à éradiquer le papillomavirus humain chez 29 patients grâce à une technique non invasive appelée thérapie photodynamique, selon El Universal.

Le traitement implique l’utilisation d’un médicament appelé photosensibilisateur ou agent photosensibilisant, en plus d’une longueur d’onde de lumière qui est utilisée pour traiter les zones affectées du corps.

La professeure Gallegos et son équipe, composée principalement de femmes scientifiques, étudiaient la méthode thérapeutique depuis une vingtaine d’années dans l’espoir de trouver des approches pour prévenir ou réduire les anomalies précancéreuses et les tumeurs, notamment le mélanome et les premiers stades du cancer du sein.

Environ 420 patients dans les états mexicains d’Oaxaca et de Veracruz ont été traités avec cette thérapie, ainsi que 29 femmes à Mexico.

Gallegos a dit :

«Au cours de la première étape de la recherche, lorsqu’elle a été utilisée pour traiter des femmes à Oaxaca et Veracruz, nous avons obtenu des résultats encourageants. Le traitement a également montré des signes d’espoir dans ses applications dans la capitale[Mexico], ce qui ouvre la possibilité de rendre le traitement plus efficace et adapté aux besoins spécifiques des patients».

L’accomplissement de l’équipe est salué comme une percée majeure, surtout en raison de l’absence totale d’effets secondaires connus ou de dommages aux personnes qui ont suivi la thérapie.

Ce qui est remarquable dans cette recherche, c’est que cette thérapie n’a aucun dommage collatéral sur le corps humain, ce qui signifie qu’elle n’a aucun effet secondaire.

«Contrairement à d’autres traitements, il ne fait qu’éliminer les cellules endommagées et n’affecte pas les structures saines. Par conséquent, il a un grand potentiel pour diminuer le taux de mortalité due au cancer du col de l’utérus», a expliqué M. Gallegos à Radio Guama de Cuba.

Avant le traitement, les patientes ont subi une colposcopie, un test de Papanicolaou, un test de capture hybride, une réaction de polymérase en chaîne et une biopsie pour diagnostiquer toute lésion prémaligne ou infection au papillomavirus humain.

Le papillomavirus humain est une maladie sexuellement transmissible (MST) qui résulte d’un contact peau à peau entre les organes génitaux. Il existe plus de 150 types différents de papillomavirus humain dans le monde, et bien que la plupart des cas du virus disparaissent peu de temps après plusieurs mois après la transmission, un faible pourcentage d’infections peut entraîner des verrues génitales ou des cancers du col de l’utérus, de l’anus, de la bouche et autres.

À l’échelle mondiale, le cancer du col de l’utérus est le quatrième type de cancer le plus fréquent chez les femmes, avec 550 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En 2018, environ 311 000 femmes sont mortes du cancer du col de l’utérus, dont 85 % dans les pays en développement et sous-développés.

Le cancer du col de l’utérus est l’une des principales causes de décès chez les femmes mexicaines, avec 32 439 décès l’an dernier, soit l’équivalent de 89 par jour, selon Leticia Rocha Zavaleta de l’Institut de recherche biomédicale de l’Université nationale autonome du Mexique.

Le manque d’éducation sexuelle et la prévalence de divers stigmates et attitudes machistes liés à l’activité sexuelle dans la société mexicaine ont entraîné une prolifération de grossesses non planifiées et de MST comme le papillomavirus humain chez les jeunes femmes et les adolescentes, les filles n’ayant que 12 ans lorsqu’elles contractent la maladie.

L’une des 29 femmes guéries, Lorena Guzman, 52 ans, a expliqué qu’elle ressentait depuis longtemps le stigmate d’être porteuse du virus, «comme si la seule cause était la promiscuité sexuelle» et non le besoin de confiance, d’hygiène et d’autodiscipline entre les deux partenaires.

Après 12 mois de traitement, Guzman a été complètement libérée du VPH, qu’elle a décrit comme un « rêve devenu réalité ».

«Maintenant que la tranquillité est revenue, je peux faire des projets à long terme et profiter de chaque jour de ma vie», a-t-elle expliqué.

Le professeur Gallegos, qui se réjouit d’avoir atteint son objectif de «guérir les femmes», a averti que les progrès dans la lutte contre les maladies sont compliqués par les blocages bureaucratiques et les coupes budgétaires de l’Etat qui étouffent les ressources pour la communauté scientifique.

«Lorsqu’il y a des compressions budgétaires, les premiers touchés sont les sciences et les arts – comme s’ils n’étaient pas nécessaires. Je pense que le principal problème est l’argent et la bureaucratie, c’est un lourd fardeau parce que le processus est si lent pour demander des fournitures et les recevoir. En fait, je pense que (le gouvernement) devrait faciliter le financement pour que tout ce qui est nécessaire pour ces études arrive rapidement, pour que nous ayons plus de stimulants en termes de chercheurs et de scientifiques».

Sourcehttps://themindunleashed.com/2019/02/mexican-doctor-cure-hpv.html et https://www.eluniversal.com.mx/english/mexican-scientist-cures-human-papilloma-virus

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 5 642 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.