Un nouveau rapport du Comité d’Oxford détaille comment les confinements ont aidé les riches à s’enrichir et à décimer les pauvres

0
Un nouveau rapport du Comité d’Oxford pour l’aide aux victimes de la famine a révélé que la récession économique qui a suivi le confinement de la crise du Covid-19 dans le monde est terminée. C’est-à-dire qu’elle est terminée pour l’élite riche, qui s’est remise de ses pertes financières en un temps record. Malheureusement, le rapport indique que des milliards de personnes dans le monde continueront à ressentir les effets dévastateurs de la crise économique pendant plus d’une décennie.

 

Le rapport d’Oxfam, intitulé «Le virus de l’inégalité», a été publié le premier jour de la réunion de l’ordre du jour du Forum économique mondial de Davos. Il illustre le contraste frappant de l’inégalité des richesses entre l’élite mondiale et l’individu moyen ; comme il l’indique, Covid-19 a le potentiel d’accroître l’inégalité économique dans presque tous les pays simultanément.

Le rapport indique que «l’augmentation des inégalités signifie qu’il pourrait falloir au moins 14 fois plus de temps pour que le nombre de personnes vivant dans la pauvreté revienne aux niveaux pré-pandémiques».

Une nouvelle enquête mondiale menée par Oxfam auprès de 295 économistes de 79 pays révèle que 87 % des personnes interrogées, dont Jeffrey Sachs, Jayati Ghosh et Gabriel Zucman, s’attendent à une «augmentation» ou à une «augmentation majeure» des inégalités de revenus dans leur pays en raison de la pandémie.
Le rapport d’Oxfam montre comment le système économique truqué permet à une élite super-riche d’amasser des richesses au milieu de la pire récession depuis la Grande Dépression, alors que des milliards de personnes ont du mal à joindre les deux bouts. Il révèle comment la pandémie approfondit les divisions économiques, raciales et de genre qui existent depuis longtemps.

La directrice exécutive d’Oxfam International, Gabriela Bucher, a déclaré :

«Nous sommes témoins de la plus grande augmentation des inégalités depuis que les records ont été battus. Le profond fossé entre les riches et les pauvres s’avère aussi mortel que le virus».
Les économies truquées canalisent les richesses vers une élite riche qui surfe sur la pandémie dans le luxe, tandis que ceux qui sont en première ligne de la pandémie – assistants de magasin, travailleurs de la santé et vendeurs sur les marchés – s’efforcent de payer les factures et de mettre de la nourriture sur la table.
Les femmes et les groupes raciaux et ethniques marginalisés font les frais de cette crise. Ils risquent davantage d’être poussés dans la pauvreté, de souffrir de la faim et d’être exclus des soins de santé».

 

Elle a ajouté : «L’inégalité extrême n’est pas inévitable, mais un choix politique. Les gouvernements du monde entier doivent saisir cette opportunité pour construire des économies plus égales et plus inclusives qui mettent fin à la pauvreté et protègent la planète».

Ce dernier rapport arrive au sommet de ce qui a été la pire année pour l’économie mondiale depuis près d’un siècle. Mais il est nécessaire d’élaborer, l’insinuation selon laquelle «Covid-19» est la seule cause de cette situation est à côté de la plaque. Il faut comprendre que le principal facteur à l’origine de ces troubles socio-économiques incalculables n’est pas directement lié à un virus dont le taux de récupération est d’environ 99,75 %. Ou de ce que 99,6% des personnes infectées sont dans un état bénin – mais plutôt de la politique gouvernementale défectueuse de confinement mondial.

Les gouvernements du monde entier ont décidé de faire preuve d’un abandon inconsidéré pour paralyser le marché mondial. Et sur la base d’un consensus de quoi ? D’un codage informatique défectueux ? Comme beaucoup l’ont fait remarquer de manière exhaustive tout au long de la crise, la politique des gouvernements du monde entier visant à instituer des mandats de verrouillage généralisé n’a absolument aucun fondement scientifique.

À partir du mois de mai, rapporté pour la première fois par The Telegraph, des experts indépendants en analyse de données ont révélé que les modèles de projection de la pandémie de l’Imperial College étaient complètement inexacts. Ce sont ces modèles, conçus par le professeur Neil Ferguson, qui ont été utilisés pour justifier l’instauration d’un verrouillage mondial. Pourtant, lorsque cette nouvelle révolutionnaire a été révélée, elle n’a pratiquement pas été couverte par les médias traditionnels. Les analystes ont montré que les modèles de Ferguson comportaient plusieurs erreurs mathématiques et étaient exécutés sur des logiciels obsolètes. Les principaux experts qui l’ont examiné disent que cela pourrait être «l’erreur logicielle la plus dévastatrice de tous les temps». Ils l’ont qualifié de «totalement illisible» & «un bogue qui vous ferait virer dans le secteur privé» et dont l’approche «ignore les principes informatiques largement acceptés».

Finalement, Ferguson lui-même a été forcé de démissionner de son poste à l’Imperial College of London pour avoir enfreint les protocoles de confinement. Ce type avait si peu confiance dans la précision de ses propres modèles qu’il était tout à fait à l’aise de ne pas tenir compte de ses propres données – une enquête plus approfondie ayant montré qu’il avait l’habitude de le faire. Malgré cela, les gouvernements du monde entier ont accepté à la hâte ces modèles sans se demander s’ils devaient faire l’objet d’un examen indépendant par des pairs. Le choix a été fait de fonder sur une foi aveugle des décisions politiques susceptibles de changer l’histoire de notre planète telle que nous la connaissons.

Malgré ces incroyables révélations, l’État a persisté dans son éviscération des libertés civiles et des économies. Depuis, de nombreuses études ont été réalisées par des universitaires et des experts respectés – des experts qui ont été largement ignorés par les médias d’entreprise – qui ont montré à maintes reprises que les données ne prouvent pas du tout que les mesures de verrouillage étaient efficaces au départ.

Malheureusement, l’inefficacité de ces politiques n’est pas sans conséquences graves. Nombreux sont ceux qui, comme Gavin Nascimento, collaborateur du Free Thought Project, ont documenté les effets mortels et étendus que les politiques de confinement peuvent avoir sur la société. Dans son récent documentaire intitulé Panic Profit & Power, Gavin illustre minutieusement ces preuves ad nauseam tout en examinant les multiples erreurs perpétuées par le discours de l’establishment.

En ce qui concerne l’état économique des choses, les conséquences sont en effet assez désastreuses. Outre le rapport d’Oxfam, deux rapports récents publiés par des départements des Nations Unies corroborent ces sentiments. Le premier, publié le même jour que le rapport d’Oxfam, provient de l’Organisation internationale du travail. Leur nouvelle étude indique que plus de 255 millions d’emplois à temps plein ont été perdus en raison de la crise actuelle. Selon les estimations, les revenus du travail dans le monde ont chuté de 3,7 billions de dollars en 2020, soit 4,4 % du produit intérieur brut (PIB) mondial de 2019.

S’adressant à Al Jazeera, Sher Verick, chef de l’unité des stratégies pour l’emploi de l’OIT, a déclaré : «L’année dernière a été marquée par une crise de l’emploi d’une ampleur sans précédent – environ quatre fois plus importante que celle qui s’est produite pendant la crise financière mondiale» (de 2008/09). Mettant en garde contre ces ramifications fiscales, M. Verick a déclaré : «Les pertes de revenus sont relativement importantes pour les femmes, les jeunes, les personnes peu qualifiées et les travailleurs indépendants». Il a constaté que ces groupes particuliers sont les plus exposés à des difficultés économiques à long terme. «Beaucoup de jeunes sont devenus inactifs ou ont abandonné le marché du travail parce qu’ils ont été contenus pendant la crise, et qu’ils ne pouvaient pas sortir pour chercher du travail», a déclaré M. Verick.

La deuxième étude des Nations unies, publiée en décembre 2020, a été menée par le Programme des Nations unies pour le développement. Elle avertit que sur une trajectoire prolongée, le monde pourrait être confronté à un «scénario de dommages élevés» dans lequel plus d’un milliard de personnes pourraient être poussées dans l’extrême pauvreté d’ici 2030. Selon les prévisions, 80 % de la crise économique provoquée par la pandémie persisterait pendant plus d’une décennie. L’administrateur du PNUD Achim Steiner aurait déclaré : «Comme le souligne cette nouvelle recherche sur la pauvreté, la pandémie de Covid-19 est un point de basculement, et les choix que les dirigeants font maintenant pourraient conduire le monde dans des directions très différentes».

La conclusion du rapport indique que les dirigeants mondiaux doivent prendre des mesures décisives afin qu’il soit possible d’inverser les dommages déjà causés.

Toutefois, ce ne sont là que quelques-uns des nombreux rapports qui mettent en garde contre les ravages économiques que ces politiques ont causés dans le monde. Une évaluation de l’Institut des finances internationales a également indiqué que d’ici la fin de 2020, la dette mondiale grimperait en flèche pour atteindre le montant sans précédent de 277 000 milliards de dollars, tandis que la dette des pays avancés augmenterait de 432 % par rapport au PIB au quatrième trimestre. C’est ce qu’il a fait. Près de la moitié de cette dette a été contractée par les États-Unis, qui ont adopté certains des programmes d’aide à la coopération les plus coûteux au monde.

Le Fonds monétaire international (FMI), a précédemment déclaré que les dommages économiques infligés sont en passe d’effacer complètement 30 ans de progrès dans la lutte contre la pauvreté mondiale.

En outre, le directeur du Programme alimentaire mondial des Nations unies a fait une déclaration au Conseil de sécurité des Nations unies en avril 2020, mettant en garde contre ce qu’il a qualifié de catastrophe humanitaire mondiale. Le directeur exécutif du PAM, David Beasley, a déclaré en toute franchise ;

«Cela semble vraiment choquant, mais laissez-moi vous donner les chiffres : 821 millions de personnes se couchent chaque soir le ventre vide dans le monde entier, souffrant de faim chronique, et comme le montre le nouveau Rapport mondial sur la crise alimentaire publié aujourd’hui, 135 millions de personnes supplémentaires sont confrontées à des niveaux de crise de la faim ou pire. Cela signifie que 135 millions de personnes sur terre sont au bord de la famine. Mais aujourd’hui, l’analyse du Programme alimentaire mondial montre qu’en raison du Coronavirus, 130 millions de personnes supplémentaires pourraient être poussées au bord de la famine d’ici à la fin de 2020. Cela représente un total de 265 millions de personnes».

À ce moment-là, ses effets commençaient déjà à se faire sentir et continuaient à le faire alors que les premiers rapports faisaient état de soulèvements au Chili, de famine massive en Inde, et plus tard, lorsque des files d’attente de plusieurs kilomètres pour les denrées alimentaires ont commencé à apparaître partout en Amérique. Pendant ce temps, les politiciens ont constamment augmenté les restrictions en matière de pandémie, affichant constamment leur anarchie et les ignorant eux-mêmes – incarnant la vieille affirmation des mégalomanes du passé : Des règles pour toi, mais pas pour moi.

Entre-temps, un rapport a été publié par le Bureau national de la recherche économique indiquant que plus de 900 000 citoyens américains pourraient mourir à cause des politiques de verrouillage. Un article de la Fondation pour l’éducation économique (FEE) dit à propos de l’étude : «Plus précisément, les chercheurs citent des pics de chômage dus à des mesures d’immobilisation et autres restrictions gouvernementales qui ont été de deux à cinq fois plus importants que les chocs typiques du chômage».

«Pourtant, les résultats ne devraient pas être surprenants. La hausse du chômage est depuis longtemps corrélée à l’augmentation des taux de mortalité. Une étude de 1979 a conclu que pour chaque augmentation de 10 % du chômage, la mortalité augmentait de 1,2 %. C’est pourquoi les spécialistes des sciences sociales soutiennent depuis longtemps que l’emploi et la croissance économique sont des éléments essentiels d’une société saine». Il a poursuivi en citant de nombreuses études universitaires antérieures qui illustrent comment le chômage a un impact négatif disproportionné sur la santé mentale et physique des personnes.

La tendance croissante à la dévastation économique facilitée par le caprice de ces larbins d’entreprises sans talent que nous appelons les leaders mondiaux est évidente. Et comme pour mettre encore plus de sel dans la plaie, au milieu de cette mascarade, des puissances financières mondiales telles que JPMorgan se sont ouvertement vantées que davantage de fermetures et de désastres ne serviraient qu’à la classe des prédateurs ultra-riches. Déjà, l’élite a vu une aubaine de la consolidation des richesses alors que ses monopoles prospèrent dans la destruction. Comme cela a déjà été rapporté, ils ont déjà révélé une augmentation de 10 000 milliards de dollars de leur valeur nette grâce à la pandémie.

Les ramifications financières claires et actuelles sont assez exemplaires. Alors que les faits persistent, une analyse objective des preuves indique qu’ils ont fait de la peur une dystopie de la planète, tandis que les barons voleurs remplissent leurs coffres à ras bord et laissent le citoyen moyen sans un sou et affamé.

 

Source : https://thefreethoughtproject.com/new-report-highlights-how-covid-lockdowns-helped-the-rich-get-richer-and-decimated-the-poor/ et https://www.oxfam.org/en/press-releases/mega-rich-recoup-covid-losses-record-time-yet-billions-will-live-poverty-least

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 246 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.