Sur le devoir de désobéissance civile

6
«Si l’injustice fait partie de la confrontation nécessaire de la machine du gouvernement, laissez-la aller, laissez-la aller : peut-être qu’elle s’usera doucement – certainement la machine s’usera… mais si elle est d’une nature telle qu’elle exige que vous soyez l’agent de l’injustice envers un autre, alors je dis, enfreignez la loi. Que votre vie soit une contre-force pour arrêter la machine. Ce que j’ai à faire, c’est de veiller, en tout cas, à ne pas me prêter au mal que je condamne.» ~Henry David Thoreau

 

L’obéissance est le tissu conjonctif de l’oppression.

En d’autres termes, toute forme de contrôle au niveau collectif ne peut être exercée que par l’obéissance. Un dictateur ne peut pas arrêter ou tuer toute une population lui-même ; il a besoin de larbins sans cervelle pour faire le sale boulot. Ce principe s’applique à toutes les formes et à tous les degrés de contrôle systématique, même les plus subtils.

Les désirs de tout contrôleur en herbe ne peuvent se concrétiser que par la conformité des autres. Et cela a été le cas tout au long de l’histoire (son-histoire). Le désir de contrôle devient un virus, mû par la peur et infectant de plus en plus de personnes, jusqu’à ce qu’il y ait suffisamment de drones pour opprimer une population entière.

Ce phénomène ne concerne pas seulement les atrocités à grande échelle ; il s’applique à tout ce qui constitue une entrave à la liberté ou à l’amour, qu’il s’agisse d’une personne, d’un groupe, d’un système ou d’une idée.

Tout est soutenu par la croyance. Les lois ne sont que des mots écrits sur du papier, légitimés uniquement par l’assentiment collectif. Les lois ont besoin de personnes pour les faire respecter. Et si les lois sont injustes (ce qui est le cas de la plupart d’entre elles), ceux qui les appliquent doivent se soumettre inconditionnellement à l’autorité et aller à l’encontre de leur propre savoir intérieur.

La seule façon dont le contrôle ou l’oppression fonctionne à quelque échelle que ce soit est par la conformité. Trop de gens font le travail de «l’homme» pour «l’homme». C’est là le problème. La solution réside dans la désobéissance civile.

La liberté ne peut être accordée

«La liberté ne peut être accordée. Elle doit être prise.» ~Max Stirner

Demander la liberté est oxy-morique. Si vous devez demander la liberté, vous êtes déjà un esclave !

Comment prendre la liberté ? Par la simple décision d’être le maître de son corps et de son esprit.

C’est vraiment aussi simple que cela, bien que difficile à appliquer. Il est facile de rejeter les problèmes sur les autres, il est facile de négliger notre santé et de penser «le médecin peut me soigner». Nous avons été conditionnés à externaliser notre pouvoir depuis l’enfance. On nous a appris à ne pas nous faire confiance. On nous a appris à nous soumettre à l’autorité sans poser de questions.

C’est la recette pour qu’un système de contrôle imprègne furtivement et lentement la société (la pointe du pied totalitaire).

Lorsque vous atteignez un certain degré de maîtrise de soi, vous n’acquiescez pas à la volonté de personnes destructrices ou d’institutions disharmonieuses. Ce qui nous amène au point suivant…

 

Programmation basée sur la peur :

«Les pionniers d’un monde sans guerre sont les jeunes qui refusent le service militaire». ~Albert Einstein

Le moyen secret par lequel l’oppression prend le dessus est la programmation basée sur la peur.

Si vous avez les gens dans la peur, vous pouvez facilement les contrôler. La peur active la partie du cerveau appelée amygdale (le centre du comportement émotionnel/de la motivation) et inhibe la fonction du néocortex (notre « cerveau pensant »). Cela signifie que la rationalité et l’intellect sont jetés par la fenêtre, la tempête parfaite pour le lavage de cerveau. Il existe même un terme pour désigner cette réaction de peur : le «détournement de l’amygdale».

Les médias sont un grand parasitage de nos neurones, programmant perpétuellement la population avec le prochain croque-mitaine à craindre. Il s’agit d’un rituel massif de programmation fondée sur la peur qui amène insidieusement des populations entières à penser et à agir de manière irrationnelle par peur. La télévision n’est pas appelée programmation pour rien.

Vous vous souvenez du fiasco des armes de destruction massive en Irak en 2003 ? L’action militaire américaine en Irak et la déstabilisation massive du Moyen-Orient (qui se poursuit à ce jour) reposaient sur ce mensonge. Il n’y avait pas d’armes de destruction massive. Mais la peur persistante du 11 septembre a entraîné une série de comportements irrationnels et de nombreuses personnes ont cru aveuglément au battage médiatique.

L’holocauste a eu lieu parce que les soldats allemands ont été soigneusement conditionnés pour exécuter les ordres. Ils n’ont pas exécuté les ordres parce qu’ils aimaient le faire, mais parce qu’ils craignaient la colère de leurs officiers supérieurs, ou même parce qu’ils étaient conditionnés à craindre les juifs. Ces abominations ne se produisent que lorsque la peur est la force motrice.

La peur est difficile à cerner. Elle est glissante et, en fin de compte, illusoire (fausse preuve semblant réelle). Pourtant, c’est le courant sous-jacent de toutes les émotions «négatives». La peur est ce qui nous empêche de dire non au mal. La peur peut en fait déformer nos perceptions pour soutenir le mal. C’est pourquoi elle est si dangereuse.

Lorsque vous cultivez la maîtrise de soi, vous êtes en mesure de briser le cycle. La propagation de la peur s’arrête devant vous et est transmutée par la force omnipotente de l’amour inflexible.

 

L’amour au-dessus de la peur :

«Il existe deux forces motivantes fondamentales : la peur et l’amour. Lorsque nous avons peur, nous nous retirons de la vie. Lorsque nous sommes amoureux, nous nous ouvrons à tout ce que la vie a à offrir avec passion, excitation et acceptation. Nous devons apprendre à nous aimer d’abord, dans toute notre gloire et nos imperfections. Si nous ne pouvons pas nous aimer, nous ne pouvons pas nous ouvrir pleinement à notre capacité d’aimer les autres ou à notre potentiel de création. L’évolution et tous les espoirs d’un monde meilleur reposent sur l’intrépidité et la vision à cœur ouvert des personnes qui embrassent la vie.» ~John Lennon

Efforcez-vous de choisir l’amour plutôt que la peur dans chaque situation. Vous ne pouvez jamais vous tromper si vous agissez à partir d’un lieu de compassion. C’est le point d’appui du changement, et il commence en vous.

Le changement que nous aspirons tous à voir dans le monde ne se produira qu’à la suite d’un changement fondamental de conscience. Tout ce que nous voyons dans ce monde commence dans les domaines de l’imagination avant de se manifester.

Le changement commence à l’intérieur et se répercute vers l’extérieur. Incarner le changement est la première étape, la condition préalable. Sans transformation intérieure, l’humanité restera coincée sur le même manège de la folie.

Lorsqu’une masse critique de personnes crée des changements intérieurs positifs, cela ouvre des portes que nous n’aurions jamais pu imaginer auparavant et offre des possibilités bien au-delà de notre perspective limitée actuelle. Des solutions émergeront spontanément.

Allez à l’intérieur de vous et arrêtez l’élan de la peur. Apprenez à écouter et à faire confiance à votre intuition. Ayez le courage de suivre votre cœur au lieu de vous plier lâchement à la peur.

«Le courage est un mot du cœur. La racine du mot courage est cor – le mot latin pour cœur. Dans l’une de ses formes les plus anciennes, le mot courage signifiait ‘Dire ce que l’on pense en disant tout ce que l’on a sur le cœur.» ~Brene Brown

La conformité à la destruction, à la haine, à l’oppression, à la violence et à la peur est une lâcheté, alors que la non-conformité est courageuse. Au plus profond de votre être, dans votre cœur de cœur, vous savez ce qui est juste.

Choisissez l’amour plutôt que la peur.

Ayez le courage du cœur et la liberté d’esprit de désobéir aux forces oppressives.

Soyez le changement.

 

 

Source : https://www.wakingtimes.com/duty-civil-disobedience/

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 603 autres abonnés

6 Commentaires

  1. Effectivement, la peur est omniprésente dans la population. Les gens ne sont pas en mesure d’exprimer ce qu’ils pensent. Ils préfèrent se soumettre au plus fort. On entend couramment les personnes nous dire que les gouvernements ne peuvent pas flouer tous leurs commettants, ainsi que tous les scientifiques de tout acabit. Ils doivent avoir raison, particulièrement en ce qui a trait au virus COVID et la prétendue vaccination. Alors, il faut accepter de se faire vacciner, sinon, le ciel va nous tomber sur la tête. LA PEUR de s’opposer.

  2. Très beau texte. En ce moment ou nous entrons dans une phase covidesque hallucinante, l’obligation de s’injecter leur poison, la peur de nouveau plane sur nous, sur moi… vais-je pouvoir garder mon travail ? Que vais-je devenir ?

  3. il va falloir sortir dans les rues et y rester jours et nuits jusqu a ce qu ils degagent…
    et si il faut les aider pour ça….
    quand il y a un peu de casse, l’oligarchie tremble et se cadenasse dans ses salons,
    hélicoptère prêt à décoller… et le pouvoir montre toute sa faiblesse…
    la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 énonce en son article 35 :
    « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est,
    pour le peuple et pour chaque portion du peuple,
    le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »

Répondre à Gerard M Fortin (@GerardMFortin1) Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.