Résistants, unissez-vous !

8

Être anticonformiste est un travail difficile. Vous devez résister au ridicule, à la perte d’amis, d’emplois et de connaissances, faire face à la possibilité imminente d’avoir tort la plupart du temps et renoncer à la sensation agréable de voir vos pairs, par ailleurs sympathiques, confirmer votre parti pris.

 

Pourtant, les critiques authentiques sont d’une importance cruciale, même si (et quand) ils ont tort. Lorsqu’au moins certains d’entre nous s’élèvent contre la pensée dominante sur un sujet donné, nous brisons le charme engourdissant que les majorités exercent sur les groupes. Nous tempérons les extrêmes, nous débusquons les hypothèses négligées par la majorité et nous encourageons une meilleure prise de décision.

Le consensus, contrairement au mantra «la science est établie» des militants du changement climatique et des promoteurs affectueux de Covid, n’est pas souhaitable.

Du moins, selon Charlan Nemeth, psychologue à l’université de Berkeley, qui, dans son livre de 2018 intitulé In Defense of Troublemakers : The Power of Dissent in Life and Business, résume les recherches sur les majorités et les minorités, le consensus et la dissidence.

Ce n’est pas une vue d’ensemble pour ceux qui pensent que faire taire les mauvais penseurs et rééduquer ceux qui ont de mauvaises dispositions sont les précieux combats de notre époque. Dans des chapitres très accessibles, Nemeth nous propose une analyse détaillée de la manière dont le dissident solitaire dans 12 hommes en colère a pu persuader une puissante majorité optant pour un verdict de culpabilité (les majorités persuadent rapidement et en nombre ; les minorités discrètement et par la persistance) ; nous avons une comparaison entre le traitement interne de l’information par l’administration JFK lors du désastre de la baie des Cochons en 1961 et l’approche plus équilibrée et nuancée de la crise des missiles cubains l’année suivante ; nous avons un bref aperçu d’Edward Snowden et de son passage progressif du statut de criminel négligent à celui de dénonciateur courageux.

«À plusieurs reprises, nous constatons que la dissidence a de la valeur, même lorsqu’elle est erronée, même lorsque nous n’aimons pas le dissident et même lorsque nous ne sommes pas convaincus de sa position. La dissidence brise l’emprise du consensus et de l’opinion majoritaire et nous permet de penser de manière plus indépendante. La dissidence stimule également une pensée ouverte, divergente, flexible et originale.»

Mais c’est à peu près tout. Nemeth commet l’erreur classique de l’écrivain qui consiste à dire quelque chose à ses lecteurs plutôt que de leur montrer. Elle répète ses points de discussion sur la valeur collective de la dissidence et elle explique les résultats de diverses études expérimentales, mais elle n’approfondit jamais vraiment la manière dont ces études prouvent de manière convaincante les résultats psychologiques qu’elles visent : que les majorités peuvent nous pousser à ne pas croire nos propres sens ; que les dissidents, même dans l’erreur, peuvent améliorer la prise de décision du groupe ; que le consensus peut étouffer la créativité et la recherche de la vérité.

Les mythes de création de ce domaine qu’est la psychologie sociale sont que les humains sont des créatures inconstantes, facilement manipulables, et qu’ils deviennent régulièrement la proie des pressions du groupe. On ne peut se fier à la «sagesse des foules», car elles ne forment pas leurs opinions de manière indépendante, et toutes sortes de comportements incroyables sont donc possibles, allant des manies aux génocides. Selon les praticiens de la psychologie, il existe des bizarreries dans nos processus mentaux qui se manifestent par des comportements très étranges, que les responsables gouvernementaux peuvent manipuler à notre avantage ou que les guides d’auto-assistance peuvent utiliser pour améliorer notre vie.

Dans le monde réel, en dehors des cadres soigneusement assemblés par l’expérimentateur, cela a toujours été beaucoup moins évident. La psychologie partage les problèmes de son enfant bâtard avec l’économie (la branche appelée «économie comportementale»), en ce sens que la plupart de ses expériences sont alambiquées et étranges. Ce ne sont pas des conditions dans lesquelles les gens se trouvent habituellement, et la plupart du temps, ils n’ont pas la peau du jeu, les enjeux sont faibles, et personne n’a de raison valable de s’exercer. Comme le souligne Bryan Caplan dans The Myth of the Rational Voter, les gens semblent beaucoup moins irrationnels dans leur habitat économique naturel.

J’ai la même impression en lisant Nemeth. Elle explique soigneusement une expérience après l’autre, dont la qualité semble douteuse : trouver des anagrammes, repérer des constellations d’étoiles, évaluer arbitrairement quelles associations de mots sont créatives et originales et lesquelles sont banales et conventionnelles. Elle nous présente des études dans lesquelles les étudiants ont été informés de la position d’une majorité d’autres étudiants sur des propositions récentes du campus, ce qui les a amenés à lire un nombre plus équilibré d’articles pour et contre : «Ils voulaient comprendre le point de vue de cette majorité», conclut Nemeth. Elle parvient à montrer que les groupes soumis à la pression de la majorité ont tendance à façonner à la fois les réponses données et l’attention accordée à diverses tâches – mais dans quelle mesure tous ces paramètres sont-ils réalistes ? Se traduiraient-ils par des situations réelles dans lesquelles nous serions susceptibles de nous trouver ?

Les études utilisant le jeu de l’ultimatum et le jeu du dictateur, incontournables en économie comportementale et en psychologie sociale, sont souvent utilisées pour mettre en évidence un altruisme inhérent ou une aversion innée pour les résultats inégaux. Lorsque ces études ont été légèrement modifiées pour ressembler aux conditions réelles (par exemple, les pots d’argent à partager ont été donnés de manière égale et pas seulement au dictateur/proposant ou les sujets de recherche ont dû travailler pour obtenir l’argent avant le début du jeu), les résultats frappants ont disparu. De même, lorsqu’ils étaient observés sur des marchés réels, les mêmes sujets de recherche qui venaient de se comporter de manière altruiste dans le cadre expérimental, où ils étaient observés par le chercheur, ne le faisaient plus, pensant qu’ils n’étaient plus surveillés.

Même l’expérience classique de conformité de Solomon Asch (où les personnes interrogées jugent qu’une ligne est plus courte qu’elle ne l’est après avoir entendu les autres participants adopter cette position), qui domine le premier chapitre de Nemeth, a été sévèrement critiquée, et les réplications qui l’ont suivie ont montré une tendance beaucoup moins forte à la conformité, voire pas du tout. Bien que les conclusions qui mettent en évidence les horreurs de la pression des pairs puissent être une bizarrerie des années 1950, de l’échantillon de population utilisé par Asch ou un simple hasard statistique, le résultat est fermement ancré dans le grand public : nous sommes des créatures inconstantes qui se conforment facilement à ce que font ceux qui nous entourent, même si nous savons que c’est faux.

En raison de la crise de réplication de la psychologie, où de nombreux résultats de recherche de longue date s’avèrent avoir été truqués et manipulés ou ne tiennent tout simplement pas la route, il est difficile pour les non-experts de faire confiance à ce qui sort de cette science lugubre. Pourtant, comme le soulignent souvent Stuart Ritchie ou John Ioannidis – et d’autres qui ont rendu un grand service en éliminant l’ivraie – le fait qu’une partie, voire la majorité, de la psychologie soit un non-sens ne signifie pas que nous pouvons écarter sans risque toute nouvelle découverte en psychologie sans raison valable. Tous ces paniers de pommes pourries ne signifient pas que l’arbre est empoisonné.

Pourtant, bon nombre des expériences que Nemeth nous fait découvrir dans Troublemakers présentent les caractéristiques de nombreux résultats psychologiques douteux : des résultats incroyables, des interprétations ambiguës, des contextes avec peu ou pas d’équivalents dans le monde réel. Elle mentionne que son travail professionnel était fondé sur l’étude des délibérations et des verdicts des jurys – des conditions à la fois réelles et à fort enjeu – mais ne consacre malheureusement presque aucun temps à ce travail dans le livre.

Il y a quelques jours, sur le podcast de Joe Rogan, l’humoriste Dave Smith s’est exprimé avec passion contre le fait de réduire les gens au silence :

«Nous devons arrêter d’essayer de faire taire les gens. Nous devons arrêter de censurer les gens, de les bannir et tout le reste. Nous devons être capables d’avoir des conversations ; nous devons être capables de laisser quelqu’un, même s’il a tort, penser à voix haute.»

Cela semble être un conseil utile, que Nemeth ait raison ou non quant à l’impact puissant des dissidents.

 

Source : https://www.zerohedge.com/political/dissenters-unite

Traduction  : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 364 autres abonnés

8 Commentaires

  1. Oui. Mais les dissidents qui deviendront un jour la majorité feront la même chose. .

    Le cerveau humain est programme pour mater la différence et ostraciser ceux qui ne sont pas en position de pouvoir. ..

  2. pas d’accord! si une personne a de vraies prises de conscience, elle ne peut retourner à  » avant » cette prise de conscience; ex j’ai pris conscience de la souffrance animale, des horreurs de leurs vies, traquées pour les « bêtes » sauvages, exploitées et massacrées abominablement dans les abattoirs où certains non-humains les torturent avant, j’ai pris conscience qu’ils sont eux aussi, comme nous , sacrifiés aux fermiers sadiques et pervers, assoiffés de sang et d’énergie, JE NE PEUX REDEVENIR « CARNIVORE »! je ne peux remanger du cadavre d’animal! JE NE PEUX PLUS ETRE COMPLICE DE CE SYSTEME CANNIBALE!! quoi qu’il arrive! je me suis retrouvée dans un poste de  » prison » ( à l’aéroport) en Afrique, parce que je n’avais pas de billet retour( j’étais partie pour ne plus revenir mais ça ne s’est pas passé comme prévu!) Avant mon expulsion, on m’a laissée sans manger plus de 10 jours; des gens arrêtés au poste de police comme moi , me proposaient de manger avec eux leurs « cadavres animaux »; j’ai refusé! ils pleuraient tandis que je dansais sur la belle musique africaine, les tubes du moment! je me régalais!! nous n’avions que de vieilles chaises pour attendre! pas de lit douillet pour  » jeûner »!! pas d’eau de source! je buvais l’eau des lavabos aux wc publics de l’aéroport ; je me lavais en montant sur les wc, en versant une bouteille d’eau sur le corps; j’y allais tôt quand c’était propre et faisais une séance de yoga!! le soir, je prétextais d’aller aux wc, ils me connaissaient et me laissaient! je sortais de l’aéroport, discrètement, et me retrouvais au bord de la mer, de l’autre côté de la route, et là, la nuit tombée, je me baignais, j’hurlais tout ce que je pouvais! puis je retournais, calme! et au bout d’une dizaine de jours j’ai eu une expansion de conscience incroyable! trop long , trop beau à raconter! mais je n’ai jamais craqué! même pas l’envie! avant l’expulsion, un gendarme m’avait fait préparer au marché un poisson grillé à leur façon: eh non, je n’en mange pas! il était abasoudi! JAMAIS JE NE PEUX REVENIR EN ARRIERE!
    une réelle prise de conscience ne laisse personne REGRESSER! celles et ceux qui régressent n’ont pas eu de prises de conscience , profondes ancrées, peut-être un effet mode, mouton rebelle!
    sortir du mensonge, de la manipulation pour y retourner ! c’est ne pas encore avoir compris!

  3. Quand vous écrivez, vous semblez tout sauf ancré. On ressent plutôt de la colère et du mépris. Vous n’êtes pas sur le bon chemin attention!!

    • Tes ressentis t’appartiennent totalement mais en aucun cas je me sens connecté à tes propos personnellement.

  4. Je suis bien d’accord avec vous Nemeta, je suis vegetalienne, et je prefererais aussi jeuner que de manger de la viande. Lorsque l’on decouvre les horreurs de l’exploitation animale, on ne fait pas demi tour. Ceci dit je connais pas mal de ex vegans qui ont remange de la viande, ils sont retournes dans la matrice, car ils ont prefere tout oublier et ne pas sortir du lot. Apres je trouve ca lache, je prefere quelqu’un qui est completement ignorant a quelqu’un qui s’est eveille mais a retourne dans la matrice.

  5. Je ne vois pas ou est la colere? elle a pris conscience de l’exploiation animale et a refuse de ceder aux solutions faciles. Personellement j’aimerais que bp d’autres persones soient comme cette persone.

  6. (je crois que pas mon com s’est pas validé si en double désolée faudra en supprimé un!)

    Salut!
    Je me suis penché un peu sur le thème du coup! et j’ai eu envie de venir citer un truc d' »emerson »!

    « ce que je dois faire EST tout ce qui me concerne non pas ce que pensent les gens. Cette règle également ardue dans la vie pratique et dans la vie intellectuelle peut servir à mesurer toute la différence entre la grandeur et la bassesse, Elle est d’autant plus ardue que vous trouverez toujours des gens pour penser qu’ils connaissent votre devoir mieux que vous ne le connaissez vous même. Il est facile étant dans le monde de vivre selon l’opinion du monde, il est facile dans la solitude de vivre selon la nôtre, mais il a de la grandeur celui qui au milieu de la foule garde avec suavité parfaite l’indépendance de la solitude. »

    ====

    En faisant des recherches j’ai vu que la non conformité était souvent un sujet qui se retrouve dans des contextes surtout religieux. Le truc : un peu contradictoire avec cette forme de doctrine/d’autorité que peut représenter l’église aussi non ? Tout comme des féministes qui se disent non conformiste j’en trouve pas de sens?

    Enfin peut on dire que le conformiste est forcément mauvais aussi ,tout comme être conforme à la non conformité me semble pouvoir se dire non? (rire)

    Et du coup je me permet aussi au passage vu que curieux peut être info etc…je voulais essayer de faire un article mais j’ai du mal à enquêter au sujet du témoignage sérieux de Lydia Traquandi sur Alberto Brusa qui demande avec d’autres adhérents sa radiation et apparemment l’avocat refuse de répondre

    lien https://www.youtube.com/watch?v=bTCHiTQGCQw

    A part cela salutation à l’équipe et j’espère que votre recherche logement a aboutit!

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.