Pendant le mouvement des Gilets Jaunes, deux lois favorisant la fiscalité des médias et des riches sont votés en douce

3

L’allègement de l’exit tax 1 h avant la prise de parole d’emmanuel Macron du 10 décembre :

Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, annonçait à la télévision des mesures censées augmenter le pouvoir d’achat des Français sur fond de mobilisation des Gilets Jaunes, le Sénat votait… l’allègement de l’«exit tax».

C’est un hasard malencontreux du calendrier parlementaire, un de ces «en même temps» macroniens que les internautes n’ont pas manqué de relever… Peu avant l’adresse à la nation du chef de l’Etat, lors de laquelle Emmanuel Macron a annoncé des mesures ayant destinées à augmenter le pouvoir d’achat des Français, la chambre haute du Parlement prenait en effet une décision prenant à rebrousse-poil l’esprit des revendications des Gilets jaunes.

Les sénateurs ont en effet voté à 19h, soit une heure avant la prise de parole publique du locataire de l’Elysée, l’allègement de l’exit tax, une mesure proposée par Emmanuel Macron en mai dernier. L’exit tax visait à taxer à hauteur de 30% les plus-values réalisées par la vente d’actions par des Français domiciliés à l’étranger. Cette dernière a été très largement assouplie par le Sénat : alors qu’elle était applicable pendant les 15 ans faisant suite au déménagement des ménages concernés, elle ne l’est désormais que pendant deux à cinq ans.

«Voilà l’hypocrisie de Macron et son gouvernement !», a commenté Olivier Faure :

Cette mesure fiscale était défendue par la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher. Elle a été vivement contestée en séance par des sénateurs de gauche. «Voilà l’hypocrisie de Macron et son gouvernement !», a de son côté fulminé le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, dans la foulée du discours présidentiel. «Ce soir à 19h, le Sénat a voté la fin de l’exit tax ! Vous pouvez maintenant vous exiler fiscalement à l’étranger sans payer d’amende», a-t-il commenté, s’indignant : «Rien n’a changé…»


Sur le plateau de BFM TV, Olivier Besancenot, qui s’est présenté à deux reprises à la magistrature suprême (LCR puis NPA), a ironisé : «Y’a pas eu un vote là, il y a quelques heures au Sénat, sur les exilés fiscaux ?» Alors que le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, défendait devant lui les mesures annoncées par Emmanuel Macron, le postier des Hauts-de-Seine fulminait : «C’était il y a deux-trois heures. Au même moment où vous nous faites ce type de discours, où vous faites le service après-vente».

Un timing pour le moins malencontreux, qui n’a pas échappé à de nombreux internautes.

 

Et il y a deux jours : Le Sénat vient de voter la suppression de plusieurs impôts prélevés sur les grandes chaînes de télévision et les stations de radio :

 

Le Sénat vient de voter la suppression de plusieurs impôts prélevés sur les gros médias audiovisuels.

La décision est passée inaperçue. Mais elle pourrait bien faire désordre en plein mouvement des Gilets jaunes. Pendant que dans la rue les manifestants expriment leur colère sociale, les Sénateurs viennent de supprimer discrètement le 27 novembre trois taxes pesant sur les stations de radio et les chaînes de télévision.

L’une d’entre elles ponctionnait de 20,60 euros tout spot diffusés à la télé dont le prix était compris entre 1 520 euros et 9 150 euros. Une autre réclamait 54 435 euros aux radios qui réalisaient 10 M€ de chiffre d’affaires publicitaire par trimestre, comme RTL, NRJ et Europe 1 et 894 500 euros aux chaînes de télé qui faisait 100 millions de recettes publicitaires tous les trois mois telles TF1 ou M 6.

50 millions d’euros en moins pour l’Etat :

Des mesures qui rapportaient 50 millions d’euros à l’Etat. « On est dans une logique de simplification et de rationalisation des petites taxes qui pèsent sur les télés. C’est le fruit d’une discussion avec Bercy et le ministère de la Culture, dans les projets de simplification de la vie des entreprises », assume la rue de Valois.

 

Source : https://francais.rt.com/france/56596-quand-senat-vote-allegement-exit-tax-juste-avant-adresse-emmanuel-macron-nation et leparisien


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 458 autres abonnés

Partager l'article :

3 Commentaires

  1. Bonjour,

    De mon petit point de vue, Macron est politiquement fini. Il tire ses dernières cartouches, même s’il a encore plus de trois ans de mandat Présidentiel encore à enfiler.

    Je pense que suite à ce mandat, il subira le même sort que ces deux prédécesseurs, qui ont gagné la poubelle de l’histoire suite à leur déplorable prestation.

    Comme il est dit : « Si le poste que l’on occupe est plus élevé hiérarchiquement que le poste précédent, celui-ci révèlera notre incapacité, le précédent étant le dernier où nous avons pu exercer avec compétence. »

    Bien à vous.

  2. GOPE 2016-2017 – Parues le 18/05/2016
    Recommandations du Conseil européen concernant le programme national de réforme de la France pour 2016-2017
    h ttps://youtu.be/QaO3EhQoxiw

    Réduction des dépenses publiques
    Pas possible de réaliser d’importantes économies à court terme sans ralentir considérablement la croissance des dépenses de sécurité sociale, qui représentent plus de la moitié des dépenses publiques
    Veiller à ce que les réductions du coût du travail soient pérennisées afin que les Les évolutions du salaire minimum soient compatibles avec la création d’emplois et la compétitivité
    Réformer le droit du travail pour inciter les employeurs à embaucher en contrats à durée indéterminée
    Entreprendre une réforme du système d’assurance-chômage afin d’en rétablir la viabilité budgétaire et d’encourager davantage le retour au travail
    Eliminer les obstacles à l’activité dans le secteur des services, en particulier dans les services aux entreprises et les professions réglementées
    Prendre des mesures visant à réduire les impôts sur la production et le taux nominal de l’impôt sur les sociétés
    Elargir la base d’imposition sur la consommation, notamment en ce qui concerne la TVA
    Supprimer les dépenses fiscales inefficaces, notamment celles dont le rendement est nul ou faible (l’ISF)
    Adopter la réforme concernant la retenue à la source de l’impôt sur le revenu des personnes physiques d’ici à la fin de l’année 2016 (fin du foyer fiscal et politique familiale)
    Les illusions économiques de l’Union européenne – Conférence UPR – Charles-Henri GALLOIS

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.