Pendant des heurts violents en marge des manifestations contre l’arrestation de Julian Assange, l’Equateur subit 40 millions de cyberattaques

0

A Quito, des centaines de manifestants en soutien à Julian Assange, opposés au président Lenin Moreno, se sont violemment heurtés à la police alors qu’ils se rendaient vers le palais présidentiel.

 

Le 17 avril, des centaines de personnes ont battu le pavé à Quito, capitale de l’Équateur, pour manifester contre la décision du gouvernement de laisser la police britannique arrêter Julian Assange dans son ambassade de Londres le 11 avril.

Les protestataires, qui accusaient le président équatorien Lenin Moreno de traîtrise, tentaient de se diriger vers le palais présidentiel. Les forces de l’ordre et la police montée ont mené des charges violentes contre les manifestants. Selon le quotidien allemand Deutsche Welle, deux photo-journalistes ont été blessés.

Les manifestants soutiennent le président sortant Rafael Correa, qui avait accordé l’asile au lanceur d’alerte et l’avait protégé durant sept ans. L’ancien chef d’Etat et le nouveau président équatorien Lenin Moreno ont depuis 2017, date des élections, des divergences irréconciliables. La manifestation visait aussi à dénoncer la corruption supposée du nouveau chef d’Etat et de son gouvernement, et le prêt fort opportunément accordé par le Fonds monétaire international (FMI) à la suite de l’arrestation du fondateur de Wikileaks.

Lenin Moreno a justifié la révocation de l’asile par le fait que Julian Assange se serait mêlé d’affaires internationales, aurait installé des équipements électroniques interdits dans le bâtiment et aurait accédé aux fichiers de sécurité de l’Ambassade sans leur permission. Mais les détracteurs du président suspectent plutôt le scandale lié à la divulgation de documents incriminant le chef de l’Etat. Quelques jours avant l’arrestation, un site anonyme avait dévoilé des fichiers révélant une supposée corruption de la famille de Lenin Moreno. Wikileaks avait repris l’information le 4 avril, mais a nié être l’auteur de la fuite. Le président équatorien en a attribué l’origine à Julian Assange.

 

L’Equateur a été touché par 40 millions de cyber-attaques depuis l’arrestation d’Assange :

 

L’Equateur a déclaré lundi qu’il a subi 40 millions de cyberattaques sur les pages web des institutions publiques depuis que le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a été privé d’asile politique et arrêté.

Patricio Real, vice-ministre équatorien des technologies de l’information et de la communication, a déclaré que les attentats, qui ont commencé jeudi, «provenaient principalement des États-Unis, du Brésil, des Pays-Bas, de l’Allemagne, de la Roumanie, de la France, de l’Autriche et du Royaume-Uni» ainsi que du pays sud-américain lui-même.

Javier Jara, sous-secrétaire du département de l’administration électronique du ministère des télécommunications, a déclaré que le pays avait subi des «attaques volumétriques» qui bloquaient l’accès à Internet à la suite de «menaces émanant des groupes liés à Julian Assange».

Les plus durement touchés ont été le ministère des Affaires étrangères, la banque centrale, le bureau du président, le service des recettes intérieures et plusieurs ministères et universités.

Toutefois, aucune de ces institutions n’a signalé le vol d’information ou l’élimination de données.

Source : https://francais.rt.com/international/61135-equateur-violents-heurts-marge-manifestations-soutien-assange et https://news.yahoo.com/ecuador-says-hit-40-million-cyber-attacks-since-224432459.html

Traduction de la partie anglophone : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 675 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.